Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dixième concours : votes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Quel texte préférez-vous ?
Texte n°1
5%
 5% [ 1 ]
Texte n°2
16%
 16% [ 3 ]
Texte n°3
26%
 26% [ 5 ]
Texte n°4
5%
 5% [ 1 ]
Texte n°5
5%
 5% [ 1 ]
Texte n°6
16%
 16% [ 3 ]
Texte n°7
26%
 26% [ 5 ]
Texte n°8
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 19
 

AuteurMessage
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 8:55

Voici venue l'heure du sondage ::rolling::

Merci à tous les participants, et bravo surtout ! Ce n'était pas simple ! génial


Sondage fermé le samedi 13 septembre 2008, 20h00.

-----------------------------------------------
-----------------------------------------------

Texte n°1

Le monde était en équilibre jadis, quand les oiseaux de feu survolaient encore nos vertes forêts. Guidé par un roi sage et doué, le peuple n’aurait pu mieux espérer. Il advint un jour pourtant où on attendit de lui un enfant. Malheureusement sa dulcinée était roturière, et de l’héritier elle ne pouvait être la mère !

En quelques heures à peine, le conseil trancha : il fallait séparer cette femme du roi. En cachette, on l’emprisonna dans l’univers du miroir. C’était un monde créé par un puissant magicien qui, alors que tombait le soir, n’avait su autrement occuper ses mains.

Mais quand le roi apprit la nouvelle, le choc ébranla sa raison. Comment aurait-il put vivre sans elle ? Au fil des jours, il délaissa peu à peu les affaires de la nation. Lentement grignoté par la folie, il fallut bientôt l’écarter du pouvoir, et exilé dans son manoir, l’ancien roi sombra dans l’oubli.

Il n’était préoccupé plus que du miroir dans lequel vivait sa bien-aimée. Essuyant nuit et jour la surface argentée, tentant de capter l’ombre d’un reflet : le roi espérait. Elle était encore dans cette froide prison, car il la voyait dans ses songes, lorsque brûlante de fièvre, elle criait son nom.

Rêvant d’elle, respirant son odeur absente, le roi se mourait. Les fleurs du jardin lui rappelaient son parfum, le toucher du velours la douceur de sa main. Dans le ciel, les nuages mêmes dessinaient ses traits.

Or, il arriva un jour que le miroir se fissura. Pendant quelques instants, les fantômes des deux mondes se mêlèrent et lorsque le roi fou vit l’âme de sa dulcinée, il n’en fallut pas plus pour le décider. Aussi, quand le tourbillon du néant s’ouvrit et que le miroir vola en éclats, avec un sourire car il était auprès d’elle, le roi s’écroula.

Ils étaient séparés, et cette simple pensée la rendait folle. La nuit, elle ne dormait plus, le jour elle ne réfléchissait plus. Sa légitime fureur mêlée à son désespoir était la source de sa démence. Haine et vengeance, amour et souffrance étaient les seules notions qui subsistaient.

Ruminant ces idées, elle en parvint cependant à bout. Peu à peu, recouvrant la raison, elle en vint à chercher une solution. Mais elle ne s’était pas délivrée de la douleur, et dans le silence de son sommeil, résonnaient encore des pleurs.

Bizarrement, elle crût un soir entrevoir les yeux de son roi parmi les étoiles. Dès lors, elle se fit peintre et croqua les cieux sur sa toile. Où qu’elle regardât, elle ne voyait que lui. Dans les flammes, dans la nuit ; l’œil d’une femme, l’eau d’un puits.

Rares étaient ceux qui les avaient vu… Pourtant, lorsqu’un groupe de mages se présenta un jour à elle, elle ne fut guère surprise. La destruction du miroir était leur seule entreprise : ce réceptacle qui reliait deux mondes n’avait pas lieu d’être. A leur ton, elle sut ce que cela voulait dire et se prépara donc à mourir.

Il ne lui suffit que de quelques heures pour s’y résoudre. Vivre sans son roi ou périr, le choix importait peu. Les images se brouillèrent. Soudain, son bien-aimé se tenait devant ses yeux. Leurs deux âmes s’unirent au moment où sur le miroir tombait la foudre.

Si la guerre ravage nos vertes contrées aujourd’hui, peut-être est-ce la faute de ce lointain conseil. D’un sage roi nous aurions encore l’appui s’il n’avait trouvé dans la mort le sommeil. Gardons l’esprit ouvert à présent. Pour se préserver des erreurs du passé, il faut parfois suivre les conseils des aînés.

Écoutez mes enfants, si un jour vous rencontrez l’amour véritable, laissez cet amour guider votre main. Il n’y a rien de plus respectable, et contre lui on ne peut rien. De l'histoire du miroir brisé, voici la morale à tirer. Peut-être reviendront alors les oiseaux de feu.


----------------------------------------------



Texte n°2

Chaque enfant a été bercé par le conte du « miroir spirituel à l’âme sacrée ».
Chaque enfant a rêvé de partir à sa recherche en espérant le retrouver.
Chaque enfant a établi sa liste de trois vœux qu’il allait alors lui demander.
Marqué par cette histoire fabuleuse un homme a accompli son rêve d’enfant.

MAGNUS: Faites donc attention triples andouilles vous allez le casser.
Prenant toute précaution d’usage, L’intello, Gros Tas et Jambe de Bois posent l’immense miroir au sol.
L’INTELLO: Il est beau sur son pied de marbre, hein maître?
MAGNUS: Oui il est magnifique….
GROS TAS: Vous prononcez la formule Maître.
MAGNUS Oui…Alors…Attendez que je me souvienne… Miroir, mon beau miroir! Dis moi qui est la plus belle?


Après tant d’année d’obscurité, la lumière baigne à nouveau Miroir. Heureux de revoir le jour, Miroir se réjouit déjà de servir son prochain Maître.
- Ah haaa ah!!! » Ce n’est certes pas les premiers mots que Miroir devrait dire, mais l’image qu’il reflète, est pour le moins surprenante.

JAMBE DE BOIS: Qu’est-ce qu’il a dit?
L’INTELLO: Ah haaa ah! Du moins c’est-ce que j’ai compris.
MAGNUS: Je me suis peut être trompé de formule….Miroir, Oh mon beau et grand Miroir…Dis moi qui est la plus belle.

Miroir se ressaisit. «Bon ok ils sont quatre…Ils sont laids….Ça y a pas de doute….Et l’un d’eux est bien vieux avec des cornes. C’est pas vrai il fallait que la prophétie tombe sur moi …Vite! Dire quelques choses avant la casse ».
- Au troisième top il sera trois heures quinze…BIP…BIP…

GROS TAS: Bah il est cassé ce miroir, il a pas fait le troisième BIP.
MAGNUS: Tais toi, triple abruti…Ce miroir ne doit pas me donner l’heure, mais accomplir mes rêves les plus fous…Mais qu’est-ce qui ne va pas…Vous l’avez cassé?
L’INTELLO: Ben Jambe de Bois a trébuché sur votre tapis de chambre et le miroir a glissé.
JAMBE DE BOIS: La balance! Ouais mais faut dire que si Gros tas ne mangeait pas son sandwich en même temps, il aurait pu le rattraper.
MAGNUS: Il suffit. Je me suis forcément trompé dans la formule. Donnez moi un chiffon que je frotte la vitre….

« Non non, ne crache pas sur le chiffon…Non…BEURK!!! Et je suis plein de traces maintenant…Et quelle haleine…Il faut que je trouve une solution pour me sortir de là. Euh… »
-BIP ».

GROS TAS: Bravo Maître! Vous l’avez réparé, il vient de faire son troisième BIP. Il est fort le Maître, hein ?
MAGNUS: Mais faites moi taire ce triple demeuré!
GROS TAS: Ben quoi? J’ai rien dit de mal.
MAGNUS: Toi foutu miroir, tu as intérêt à exaucer mes trois vœux où je te brise.

« Et ben! Il lui a pas fallu longtemps pour me menacer. Me voilà dans de beaux draps. » Miroir est conscient du drame qui se joue alors. Soit il exauce les trois vœux allant ainsi à l’encontre de la prophétie, soit il se fait casser la glace.
« Non il faut être plus malin . Je dois être capable de trouver une solution qui me permette de me sortir de ce mauvais pas. »
- En raison d’un trop grand nombre de vœux , votre miroir magique est actuellement indisponible. Votre appel ne peut aboutir. Veuillez contacter votre revendeur pour gérer ce problème. »

Notre quatuor reste silencieux. Leur regard inexpressif se perd dans les profondeurs du miroir.
MAGNUS: Les gars…Détruisez le.
GROS TAS: Maître! Je peux pas plutôt le garder pour le mettre dans ma chambre?
MAGNUS: Bah, Faites ce que vous en voulez du moment qu’il disparaisse de ma vue .

Si Miroir pouvait pleurer nul doute que des larmes couleraient le long de sa glace. Certes il a évité la casse, mais les années à venir allaient être très longues. Des années à refléter l’image d’un gros tout nu…Grrrr.


Dans le monde du reflet, il existe une prophétie destiné au peuple du « miroir spirituel à l’âme sacrée ».
Dans les heures les plus sombres du monde des terriens.
Se présenteront à toi, quatre laids vauriens.
Tu les reconnaîtras facilement.
Leur chef sera un vieillard à cornes.
Alors, jamais tu ne devras leur délivrer de vœux.

-------------------------------


Texte n°3



Les compotes de pomme pique-niquent toujours en hamac débardeur. (Vous comprendrez cette phrase après avoir lu ce qui suit, si tout va bien)

Allons bon, voilà un autre concours qui se profile (jusqu’au 30 août ? Woah, j’ai le temps !).

Deux semaines plus tard :
Honnêtement, je n’aperçois pas l’ombre d’une idée dans le désert de mon imagination (jusqu’au 30 août ? Pfff, je n’y arriverai jamais)

« Le sujet du concours s'organisera autour d'un unique mot : Miroir. »
Miroir… Miroir… Ouais, ben… Qu’est-ce que je peux bien raconter sur les miroirs, hein ?
Réfléchissons...

(Le saut de ligne ci présent, coupé par cette parenthèse, représente une ellipse temporelle durant laquelle s’est déroulée une intensive réflexion de ma part. On s’attend donc dans la partie qui vient à une explosion d’idées lumineuses et un enthousiasme débordant.)

Grmblbl idée de concours tordue… Grmblbl issue d’un esprit tordu… (oh non, voilà que je grommelle) Grmblbl laxisme de l’admin du forum… Grmblbl (notez bien que les « grmblbl » sont comptabilisés comme des mots et contribuent à atteindre le quota minimum des 400 mots exigés).
Allez, allez, concentration. Commençons par le début. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un miroir ? C’est un objet qui réfléchit (tiens, ça me fait penser à cette blague, là… La différence entre une blonde et un miroir… Tututut, je m’égare, MIROIR revenons à nos moutons). On peut le prendre au sens figuré : le miroir de l’âme, le reflet de l’amour dans les yeux de… (j’espère que mon café est prêt).

(Autre ellipse temporelle synonyme de réflexion.)

Peut-être qu’en relisant le sujet pour la quatorzième fois, je trouverais quelque chose.
« L'intrigue centrale devra tourner autour de ce mot et la structure même du texte devra, d'une façon ou d'une autre, s'y rapporter. » (C’est marrant, mais plus je lis, moins j’ai d’idées. Notez encore qu’au passage, en recopiant des bouts du sujet, je gagne quelques mots)
« Le sujet en soit est libre, mais le concept du miroir doit être présent et doit être l'élément central du texte. » (Haha, ça, au moins, c’est facile, il suffit de mettre le mot « miroir » au centre du texte. Je le mets en gros et en gras, en espérant que les votants ne comptent pas les mots pour vérifier qu’il se situe bien à la moitié du texte).

Je pense qu’en lisant cette histoire, certaines personnes s’y sont reconnues, en partie (mais de toute manière, un miroir ne reflète fréquemment qu’une partie de nous, le visage le plus souvent) donc mon texte en lui-même est bien un miroir, quelque part, hein ? (vous remarquerez que je prends bien soin d’expliquer comment je respecte les contraintes du sujet). Le mot miroir est au centre de l’intrigue, ok. Et… Ah oui, la structure même doit être liée au miroir. Je vais donc finir par ce que j’ai commencé (la phrase de début n’était là que pour vous intriguer et vous encourager à lire la suite, elle ne veut rien dire, je la trouvais simplement un peu rigolote) : Les compotes de pomme pique-niquent toujours en hamac débardeur.


Dernière édition par Iron le Dim 31 Aoû 2008 - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 8:59

Texte n°4

Les yeux sont le reflet de l’âme.


Dans quel livre ai-je lu cette phrase, cette déclaration, cette vérité ? Impossible de me le rappeler, mes souvenirs sont par trop flous, imprécis. Pourtant cette simple succession de mots est restée gravée en moi. Je ne peux l’oublier, je sais trop combien elle est vraie, il y a des myriades d’exemples à donner. Nos mots peuvent mentir, mais nos yeux en sont incapables, car l’âme l’est aussi. Les larmes seraient le sang de l’esprit ? Peut-être. Peut-être aussi ne s’agit-il que d’un système naturel permettant de préserver l’œil des corps étrangers. Question de point de vue…
Il y a quelques mois, j’aimais quelqu’un. Depuis des jours et des jours ses yeux me disaient ce que son âme ressentait, aussi faible que soit le mot amour. Je ne dérive pas de mon sujet, je parle toujours d’un miroir. Le miroir d’émotions qui se forme entre deux êtres partageant la même passion. A la tristesse répond le regret, à la colère le désespoir, au bonheur la passion, à la nostalgie la compassion…
Mais ce miroir, je ne l’ai pas encore perçu. J’y étais presque, à deux doigts de lui. Exactement comme lorsqu’on essaye de toucher son reflet, qu’on sent le contact de la glace et qu’on sait qu’on ne peut aller plus loin. Elle n’a pas brisé la glace entre nous, si je peux me permettre l’expression… Notre amitié n’a pas été rompue, bienheureusement. Simplement, elle n’était plus, n’est plus, de l’autre côté du miroir. Il n’y a plus rien derrière ce miroir, que mon propre reflet.
Je sais, je commence à partir dans le spiritisme. Peu m’importe. D’ailleurs, j’apprécie certaines conceptions particulières du monde, comme celle du Yin et du Yang, de l’opposition et de l’équilibre parfait, de la dualité. J’aurais bien aimé me compléter et apporter ma note de Yin. Ou de Yang, qu’est-ce que j’en sais, les tests de Femme actuelle ne sont pas très fiables… C’est un miroir intéressant que ce symbole. Etrange et symétrique à la fois.
Je divague, je divague, je ne sais plus quoi dire, je fait passer mes émotions brutes, mes pensées, en espérant qu’elles aient un sens… Et toi lecteur, de l’autre côté du miroir déformant que forment les mots, qu’en penses-tu ?

------------------------------

Texte n°5

Le voila qui s’assit devant sa feuille un stylo à la main se demandant comment il va pouvoir traiter le sujet de ce concours d’écriture. Le défit plutôt ardu, imaginer un récit dont le fond comme la forme s’articuleraient autour de l’objet miroir, lui arrache une moue de perplexité. Les yeux dans le vague, il parcoure d’une main absente une barbe éparse qui couvre son menton. Trois éternelles minutes passent. Son esprit est ailleurs au pays des rêves où l’on doit s’en aller puiser son inspiration, ce même esprit finalement décroche perdu dans la contemplation d’un pigeon qui vient de se poser sur le rebord d’une fenêtre…le fils des pensées a été rompu, tout ce qui a été imaginé a été perdu, le processus doit être réinitialisé ; la page est toujours blanche. Se redressant sur sa chaise, il essaye à grand renfort de volonté de maintenir sa motivation cependant qu’il invoque sa créativité. L’opération si elle fonctionne ne sera suivie d’aucune manifestation physique, et c’est bien là le plus frustrant. Peu à peu une idée sournoise s’immisce dans son esprit, il est assis depuis dix minutes devant une page blanche ; serait-il dénué d’imagination? Non. Car soudain balayant tout ses doutes, l’inspiration impétueuse et bouillonnante refait surface et s’offre à lui dans toute sa splendeur extatique. Les idées le submergent et impuissant il se laisse emporter très loin par un flux torrentiel d’images, de sons et d’odeurs. Le plaisir que cela lui procure est indescriptible et le soumet à une dépendance qu’il sait depuis longtemps impossible à sevrer. Les premiers instants ne sont que chaos et désordre mais grâce à son art il parvient à se guider dans le flot tumultueux des idées, se laissant porter par l’onde vive des pensées nouvelles tout en évitant les bourbiers stagnants des idées ressassées. Et Puis ça y est ! Il tient son histoire. Sans attendre il en fixe l’insaisissable substance sur papier.

Cela s’intitulera :

Esope reste ici et se repose

***
Octavius Menelor, assis dans sont siège ergonomique, la tête inclinée reposant sur la paume de sa main, était plongé dans une profonde réflexion digne du penseur de Rodin.
L’enjeu était de taille. Il s’agissait de confirmer la théorie de Grimm-Anderson qui veut que les trous noirs hyper-massifs qui se tapissent aux cœurs de chaque galaxies donnent accès à un univers hyper-symétrique régit par des lois physiques opposées à celles de nôtres univers. Un univers qui serait le reflet de notre univers mais où l’antimatière et les antiparticules remplaceraient la matière et les particules. Pour répondre à cette excitante question, une sonde bardée de capteur avait été envoyée au plus près du trou noir de notre galaxie il y a trois siècles de cela. Et par la plus grande des improbabilités cette sonde avait intercepté, il y a à peine 24h, un faisceau de neutron en provenance directe du cœur de la voie lactée, qui s’étais avéré porteur d’un signale. L’excitation s’était propagée comme une trainée de poudre dans la communauté scientifique et tous ceux qui l’avaient pu, comme Octavius, c’étaient fait téléporter au centre de cosmologie de l’université stellaire de Narcisse. L’attente n’avait pas été longue, les ordinateurs qui travaillaient à décrypter la séquence venaient à l’instant de délivrer le contenue du message par synthétiseur vocal à une assemblé d’astrophysiciens et de cosmologues désormais médusés et muets.
Seule la voix désincarnée du calculateur continuait à délivrer en boucle son message.

Esope reste ici et se repose……..Esope reste ici et se repose……..Esope reste ici et se repose.

Qu’un message codé ait pu s’échapper de l’antre de l’ogre stellaire était déjà quelque chose d’exceptionnelle en soit, mais qu’en plus ce message ait pu être identifié par les ordinateurs comme une simple phrase de français était stupéfiant.

Octavius le seul francophone de l’assemblé était plongé dans des abîmes de réflexions…

…Réflexions…

…c’était ça la clef de l’énigme ! Par une association d’idées des plus saugrenues, la mémoire lui revint subitement. Un sourire aux lèvres il déclara à ses paires. « Si le cœur de la voie lactée s’exprime en palindrome alors l’univers est bien hyper-symétrique. » Il en était désormais persuadé.

***

Il relit une dernière fois son récit espérant que d’autre y verrons le reflet de leur propre expérience de l’écriture

---------------------------------


Texte n°6



Mon nom est Gabriel et je suis un assassin. Ma vie s’en ressent. J’appris au court d’une conversation de beuverie qu’il existe dans une Abbaye à cent kilomètres de chez moi, un miroir qui donne la véritable image du soi. Un miroir capable de lire dans l’âme…
Des gens sont morts étrangement après l’avoir regardé.
Je n’ai plus rien à perdre, la culpabilité me tue à petit feu, je dois savoir.
Un dernier regard dans mon rétroviseur, un être émacié croise mon regard, un soupir, je sors ma carcasse de la voiture.
J’entre dans ce lieu saint avec appréhension, je n’ai rien à faire ici.
Je regarde autour de moi, le fameux miroir se trouve dans une petite cavité sous un vitrail représentant la Sainte mère.
Je localise sans problème l’endroit où mon destin va se jouer et m’approche à petits pas.
Sous le vitrail, une fente, j’y glisse une main tremblante et touche du bout des doigts quelque chose que je tire doucement vers moi.
Le crissement dans le silence me fait sursauter et je me traite mentalement d’idiot.
Un miroir à main de contes de fées. Couleur or, lourd, magnifiquement ouvragé. Avec, à la base, une grosse pierre couleur grenat, qui se termine par un joli cœur sur le sommet.
Grand comme mon bras, d’un ovale parfait.
Jamais je n’ai vu pareille merveille. Le toucher diffuse une sensation bizarre dans mon corps, je me sens … en attente.
Le retournant prêt à faire face à son jugement, je lève les yeux au ciel, respire un bon coup et abaisse doucement mon regard sur lui…
Je regagne ma voiture sans me retourner.
En chemin, je bifurque vers un sentier que je sais mener jusqu’à une corniche.
J’arrête la voiture et repense à ce qui viens de voir.
La femme apparue dans le miroir m’a parlé de méfiance à la vengeance, de passé jamais oublié.
Ainsi mon destin est scellé.
Je prends le temps de griffonner ces quelques mots, pour expliquer, j’implore votre compréhension.
Un dernier regard dans mon rétroviseur, un être émacié croise mon regard, un soupir….
Dans quelques minutes, je fermerais les verrous de la voiture et je mettrais la première vitesse. La vie s’écoulera lentement de moi pendant que je rejoindrais le lac en bas…
Je ne demande pas pardon pour le meurtre dont je suis finalement coupable, je crois en un au- delà, celui-là même qui jugera de mes crimes.

-----------------------------


Texte n°7


Comme tous les matins de ma vie morne et ennuyeuse, mon réveil m'a tiré d'un doux rêve où je voyais un paysage montagneux orné de cerisiers en fleur déposés sur le chemin de terre leurs pétales blancs dans un souffle doux et enchanteur.
Je dois me lever pour faire comme la plupart des six milliards d'humains qui peuplent cette saleté de planète Terre : aller faire une chose qui relève de l'auto-flagellation, bosser.
Si ce n'était pour gagner l'argent qui permet de manger, d'avoir un toit au-dessus de la tête et s'infliger les programmes télévisuels qui frise avec le sévice public. Quel être humain supposé censé et raisonnable se lèverait à six heure du mat', s'arrachant à ses rêves de gosse, pour plonger dans un cauchemar ambiant que les générations passées ont bâties et nourries ?
Je m'habille rapidement et me prépare à partir… Je dois être à sept heure et demi à mon bureau pour m'enfermait dans une petite pièce face à mon ordinateur afin d'analyser heure après heure des dizaines de rapports, d'analyses de marché ou de plans comptables.
Ce boulot m'ennuie, je rêve de faire autre chose…

Je quitte mon immeuble et sort dans la rue.
La foule m'oppresse, comme tous les jours. Je refuse de prendre ma voiture : rien de telle que la marche à pied pour se réveiller le matin et se motiver pour assurer son poste tout au long de la journée.
Soudain, mon regard est attiré par quelque chose devant moi, ou plutôt quelqu'un : il s'agit d'un petit garçon qui ne doit pas avoir plus de dix ans.

Je regarde ce gosse qui semble sautillé entre les nuées d'adultes trop sérieux pour le remarquer dans la rue.
Cette démarche, ce regard dans ses yeux, quelque chose de si profond qui me bouleverse, m'oblige à m'arrêter pour le regarder. Le temps semble s'être arrêté, comme suspendu en cet éternel moment magique.
Et s'il existait quelque chose entre nous, un lien transcendant le temps et l'espace nous reliant? Quelque chose qui, dans les yeux encore innocent de cet enfant s'éveillant à la vie, me ramenait à l'enfant que j'étais moi-même lorsque j'avais dix ans.

L'enfant se retourne et là, j'ai de plus en plus l'impression de me regarder, de me voir comme dans un miroir mais plus jeune.
Les yeux de cet enfant semblent me dire : Qui es-tu devenu ? Où sont passé tes rêves et tes espoirs ? Pourquoi es-tu si sérieux ?
C'est vrai. Je suis devenu plus sérieux avec l'âge, je suis devenu un employé lambda dans une société alpha perdu dans un pays que j'ai souhaité quitter et qui m'a pourtant vu naitre et grandir.
Dans le visage de cet enfant, je revois mes rêves : apprendre les métiers du cinéma et des jeux vidéo, gagner beaucoup d'argent et être connu ou demandé par les grandes entreprises de multimédia. Je voulais alors quitter la France pour m'installer dans un des pays qui m'attiraient : l'Irlande, les Etats-Unis ou le Japon.
Mais, on apprend en grandissant que tout cela ne sont que des rêves et les rêves ne se réalisent que dans notre tête : on ne devient pas connu, on ne gagne jamais un salaire de prince et on ne va jamais vivre dans les pays que l'on rêve de visiter.

C'est ce qui arrivera surement à cet enfant : comme moi, il rêve surement de devenir acteur, chanteur, agent secret ou même footballeur ; comme moi, il rêve de connaître fortune et gloire ; comme moi, il espère vivre dans une grande villa sur la côte sauvage américaine.
Il s'apercevra en grandissant que l'acteur et le chanteur ont besoin de piston et de couilles en or pour espérer percer, l'agent secret ne vit pas des aventures palpitantes à la James Bond et que tous les footballeurs ne gagnent pas aussi bien leur vie que Ronaldo.

Un jour, un homme a dit : La vie est un long fleuve tranquille…
Certes, la vie est un long fleuve tranquille, trop tranquille même. C'est un ruisseau monotone parsemée de peines, de désillusions et de quelques rares joies condamné à vivre à l'ombre des quelques grands fleuves du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 9:03

Texte n°8


Psych(é)asténie

A une époque intemporelle, dans une contrée introuvable, se tenait une vielle demeure délabrée, noble et jeune. Cet endroit sombre et lugubre attirait les curieux avides de lieu paisible. En son sein, se terrait, majestueux, le reflet des apparences. Il promettait richesse et folie à quiconque aurait le manque de volonté morbide de l’approcher.


Il parcourait les couloirs obscurs, conscient de la lumière d’autrefois. Son cœur cognait contre sa poitrine à un rythme ralentit, tandis que ses yeux aveugles cherchaient la raison de sa venue. Il pénétra dans la pièce où trônait la puissance destituée de son désir.

L’ancien salon croulait sous la poussière des siècles pendant que le reflet qu’il contemplait lui renvoyait l’image scintillante du lustre de cristal et des dorures. A dix pas encore du gigantesque miroir d’une dimension restreinte, il tendit la main et sentit contre toute attente la surface froide, saturée de chaleur humaine. Il voulut reculer, mais ses doigts restèrent coller au mirage qu’il était venu provoquer. Subitement privé de ses sens, il entendit un long hurlement muet et comprit que sa perte était proche. Pendant un bref temps interminable, il contempla, épouvanté, le reflet fidèle de son visage serein.

Soudain, l’attraction se fit plus forte et, toujours cloué au sol, il lui sembla traverser le solide épais comme l’air. Il se retrouva propulsé dans un temps qui n’en était pas un. Un non-lieu l’entourait, d’un noir de jais plus lumineux qu’un jour ensoleillé. Il flottait, plus lourd encore qu’une enclume et son esprit, plus clair que jamais se disloquait en fine volute.
Conscient de son identité, il ne se rappelait plus son nom ni la raison de sa présence devant ce miroir macabre et éclatant. Sa seule certitude s’inscrivait dans son absence d’évidence.

Le temps se hâta à nouveau de ralentir son cours, et la lumière sombre s’intensifia pour faire place à un crépuscule qui teintait la psyché vermoulue et ténébreuse de milles couleurs chatoyantes. Il comprit que plus rien n’avait de sens dans ce lieu où régnait la logique de la folie.
Après une brève éternité, il cessa de réfléchir tandis que son esprit cherchait mille réponses impossibles à la surnaturelle réalité du miroir. Pendant ce temps, sans un mouvement, il reprit sa place au seuil de la pièce et ses doigts, cherchant à s’agripper encore à la chose honnie, ne rencontrèrent que le vide empli des fils secs et poisseux crées par la poussière.

Dans un dernier spasme libérateur, il se sentit enchaîner par des liens invisibles et brillants qui le projetèrent lentement au sein du reflet qu’il avait contemplé, l’amenant enfin dans ce lieu luxueux et misérable, où la richesse n’est qu’une porte vers l’aliénation et la pauvreté.


A une époque intemporelle, dans une contrée introuvable, gît, souverain, le prince détrôné de la richesse et de la folie. Quiconque s’y contemple possédera la fortune de sa propre aliénation. Pourtant, quand nul ne vient le braver, on peut apercevoir, de l’autre côté, les visages de tous ceux qui l’ont défié, prisonniers à jamais de la puissance d’une simple surface polie encadré d’un bois rongé par un Temps insignifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Victor
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 914
Age : 24
Localisation : Dans un dojo
Loisirs : Karaté
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 10:54

Oh My God !

Vous avez tous fait des textes de 700 mots, j'imagine. Pas moi...
Puis la plupart de vos récits ont de la consistance...pas le mien.

Oh et pi j'men fous, chuis un rebelle. L'important c'estq ue j'ai bien écrit quelquechose.

Comment ça pas constructif mon commentaire ?

_________________


"You can always find me in the drift"
Pacific Rim

"To hell with circumstances; I create opportunities."
Bruce Lee

Revenir en haut Aller en bas
http://ecrire.ingoo.us/espace-personnel-des-membres-f43/espace-p
sombretoile
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1132
Age : 42
Localisation : Dans ch'nord.
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 12:34

Bon une première lecture des premiers textes. On voit que le sujet a posé de gros problèmes.
Alors 1er impressions.
Texte un: trés classique. Un peu trop peut être. De plus je ne vois pas en quoi la structure du texte renvoi l'idée de miroir. Enfin si je vois trés bein, mais bon, on aurait pu faire la même chose avec ...euh..."friteuse élècrtique".
Texte trois: j'ai beaucoup aimé, mais je ne voterai pas pour lui. Il suffit pas de mettre le mot miroir et de ce dire "ben voilà, j'ai fait ma part du marché". Je m'attendais à avoir une histoire cohérente. Sinon je répète ce texte m'a vraiment plu.
Texte quatre: Ben je cherche toujours une histoire dans tout ça et surtout une structure de texte originale pouvant faire penser à un miroir.

J'en suis là pour le moment. Si on me déteste pas àprés ces critiques, je ne comprends plus rien.

_________________
Membre de la ligue révolutionnaire, contre les bisounours, les calinours, et tout ce qui se termine en ours.
Revenir en haut Aller en bas
Victor
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 914
Age : 24
Localisation : Dans un dojo
Loisirs : Karaté
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 13:06

sombretoile a écrit:

Texte quatre: Ben je cherche toujours une histoire dans tout ça et surtout une structure de texte originale pouvant faire penser à un miroir.

Qui a dit que c'était une histoire ?
Puis la structure de texte, ben non quoi...
Déjà que je l'ai pondu en un jour, cet homme, alors flûte

_________________


"You can always find me in the drift"
Pacific Rim

"To hell with circumstances; I create opportunities."
Bruce Lee

Revenir en haut Aller en bas
http://ecrire.ingoo.us/espace-personnel-des-membres-f43/espace-p
sombretoile
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1132
Age : 42
Localisation : Dans ch'nord.
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 13:29

Faut pas se fâcher victor. Ce que j'écris n'engage que moi. MOI je voulais une histoire, donc quand je ne l'ai pas je suis déçu c'est tout.

_________________
Membre de la ligue révolutionnaire, contre les bisounours, les calinours, et tout ce qui se termine en ours.
Revenir en haut Aller en bas
ultuant
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 9037
Age : 29
Localisation : Quelque part dans mon esprit
Loisirs : Ecrire écrire et encore écrire
Date d'inscription : 26/07/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 13:50

Et puis Victor, il ne faut pas dire quel est sont texte avant la fin du concours, c'est quand même mieux, sinon on mettrait tous nos noms

_________________
Alliance Chipotage en route!
Faites attention à vous!!!

L'elfe aux Trente Mille Titres et Le Diseur de Vérités
Tortionnaire professionnel
L'elfe qui arrivait à flooder tout seul !!!

FOLIE, GUERRE, TORTURE et BONNE HUMEUR =
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 14:24

Victor niveau discrétion je crois qu'on a fait mieu ...

Bon je lis tout ça demain moi =)
Revenir en haut Aller en bas
sombretoile
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1132
Age : 42
Localisation : Dans ch'nord.
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 14:31

Allez pour faire rapide.
Texte cinq: trop de bla bla la première partie du texte est tout simplement inutile. Le fan de SF que je suis a apprécié la dimension poétique de ce texte. Comme quoi SF et poésie peuvent cohabiter. Maintenant le tout reste un peu tirer par les cheveux.

Texte six: Texte sympa qui aurait été plus sympa encore si nous n'étions pas limité à 700 mots. Le contenu n'est certes pas originale, mais il a le mérite d'aller à l'essentiel.

Texte sept: jolie leçon de vie, pleine de charme. Mais je suis loin, trop loin, de l'idée que je me faisais du concours.

Texte huit: En 700 mots, il ne faut pas se perdre dans les descriptions . 700 mots c'est cours et il faut aller à l'essentiel.
Ce texte pour moi, est trop lent. Puis j'ai jamais accroché à ce genre de phrases "gigantesque miroir d’une dimension restreinte", "il entendit un long hurlement muet". Ce qui est dérangeant puisque ce texte est basé sur ce principe.

Voilà, voilà...d'une manière générale (et je parle également de mon texte), je trouve que le niveau est nettement moins bon que d'habitude. Le sujet n'a pas passionné les foules, j'ai l'impression".
Je trouve qu'il y avait trop de contrainte (le sujet en lui même, la forme du texte, le tout en 700 mots maxi) ce qui a té un frein à l'élan créatif.

Un petit conseil pour plus tard, dés lors qu'une contrainte est imposée quant à la forme même du texte, il faut obligatoirement plus de 700 mots.

Sinon bravo à tous les participants. Avouons que c'était loin d'être simple.

En espérant que mes propos de blessent pas les auteurs des textes. Je rappelle que mes critiques n'engagent que moi et que je suis moi même loin de tout reproche.

_________________
Membre de la ligue révolutionnaire, contre les bisounours, les calinours, et tout ce qui se termine en ours.
Revenir en haut Aller en bas
akira
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 5466
Age : 27
Localisation : dans les plaines ou la suisse normande ...
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 15:56

Je n'ai pas lu. J'ai juste vu que les 700 mots faisaient parler d'eux.

J'ai longtemps hésité pour le nombre de mots. Par expérience des autres concours, plus de 1000 c'était ingérable. Mais pourquoi ne pas pousser jusqu'à 1000 tout de même ? car sinon cela "m'obligeait" à faire une limite basse trop élevée à mon goût au cas où quelqu'un aurait décidé de faire un poème.
Pourquoi ne pas faire une "fenêtre" de mots plus grande ? Car sinon le vote -déjà difficile- devient quasi impossible. Comment juger des textes qui n'ont plus de points communs ?

d'accord les concours sont faits pour galvaniser l'imagination. En rajoutant l'idée de "forme" du texte j'ai voulu orienter la réflexion de auteur sur le contenant en plus du contenu. Que l'un serve l'autre et non pas que l'un contraigne l'autre. Le thème en lui-même est assez large pour permettre n'importe quoi.

_________________
Les arbres timides et forts
La nuit parlent à haute voix
Mais si simple est leur langage
Qu'il n'effraie pas les oiseaux... . . . . ./\. . . . .Marcel Béalu, L'air de la vie
Revenir en haut Aller en bas
http://peinture-noire.over-blog.fr/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 16:21

Huuuum. Intéressant =)
Tout ces textes sont si différents … Je ne sais pas trop sur quoi me baser pour décider …
En fait, 3 me plaisent, mais ça va être coton de les départager …
En tout cas, la prochaine fois, je participe Rolling Eyes

Concernant le vote ; comme il n’y avait que deux règles, la longueur du texte (total confiance aux auteurs) et le lien avec le miroir, je vais me baser suuuuuurrrr … Rien. Je vote c’est tout. Razz

Bravo aux participants ! (vous avez été biien plus courageux que moi)

Texte 3 : Ca ne ressemble pas à un texte dans les règles de l'art mais j'ai beaucoup apprécié ... Pas au point de voter en sa faveur, mais un petit coup de coeur quand même I love you
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Dim 31 Aoû 2008 - 18:50

Sombretoile fait du rentre-dedans avec ses critiques, on dirait ^^
Toutefois, même si elles ne sont pas servies avec le vin pour faire passer (je parle toujours de ses critiques), elles ont le mérite d'être souvent justes. Moi qui suis sur le forum depuis un bon moment, et qui ai lu tous les textes de tous les concours (même ceux des deux premiers qui ont eu lieu avant mon arrivée), je trouve que le niveau est un peu moins haut (ou un peu plus bas, c'est selon) que d'habitude. Toutefois, je ne crois pas que c'est parce qu'il n'a pas passionné les foules, pour reprendre l'expression de Sombretoile, mais qu'il demandait peut-être plus de patience, de temps pour penser. Je pense que pas mal de ceux qui ont participé ou qui ont voulu participer se sont creusés la tête, et tous n'ont simplement pas réussi à élaborer quelque chose de vraiment intéressant ou présentable.

Je ne pense pas qu'il y avait trop de contraintes au sujet. Il fallait que le texte parle de miroir, et que sa forme ait un rapport avec le miroir, c'est tout. C'était très intéressant au niveau de la réflexion (haha, le jeu de mots), juste plus ardu pour l'inspiration.

Pour ce qui est du nombre de mots, il est vrai que les concours où les textes étaient volumineux ont posé un léger problème de votes, mais à mes yeux, rien de vraiment gênant et qui justifierait qu'on se limite toujours. 700 mots, ce n'était pas trop peu. Cela permet des libertés comme écrire un poème par exemple (plus de 700 mots, ç'aurait commencé à faire beaucoup pour ça). Cela oblige aussi à se limiter sur la longueur, et à ne pas trop divaguer. En somme, c'était un choix comme un autre, avec son lot de contraintes et d'avantages. Si la limite avait été 1500 mots, ça aurait été encore bon ; cela aurait juste obligé les écrivains à pousser plus loin la réflexion, à gérer le fil d'une histoire qui se serait voulue plus étoffée et plus longue.

Quand même un bravo à tous les participants. Wink

Et je dis que j'apprécie la sincérité Sombretoile.

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mar 2 Sep 2008 - 19:59

9 votes pour le moment. Peut faire mieux Smile

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mar 2 Sep 2008 - 22:13

Les membres inscrits récemment n'ont peut-être pas encore eu le temps de faire un tour par ici, ou pensent qu'ils n'ont pas le droit de vote vu qu'ils sont arrivés légèrement en retard. ::rolling::
Un petit mp les aiderait peut-être ? :o

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Niko
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 7356
Age : 29
Localisation : Un pied à Minath Tirith, un autre à Riva, le coeur à Port-Réal et la tête sur tatouine
Loisirs : Me prendre pour un rongeur, embêter le chat et faire plein de câlins
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mar 2 Sep 2008 - 22:52

oui, je crois que ça aiderait

_________________
Killing folks is easy, being politically correct is a pain in the ass... Achmed, The Dead Terrorist

I will draw you, Saruman,  as poison is drawn from a wound.
Gandalf
-Je... Je n'arrive pas à y croire ! -C'est pour ça que tu échoues...
Star Wars, Episode V, L'Empire Contre-Attaque

Vous avez un nom qui commence comme une caresse et fini comme un coup de cravache. Cocteau à Marlène Dietrich
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mer 3 Sep 2008 - 7:14

Je les relis ce soir et je m'y colle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mer 3 Sep 2008 - 13:24

Je lis ce soir aussi, je suis occupé en ce moment ( cat ), mais je promets de prendre un ptit moment =)
Revenir en haut Aller en bas
Victor
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 914
Age : 24
Localisation : Dans un dojo
Loisirs : Karaté
Date d'inscription : 08/04/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mer 3 Sep 2008 - 17:52

Phylla :

Ben la discrétion n'est pas très utile puisque personne va voter pour moi, donc qu'ils sachent que c'est mon texte ou pas, ce n'est pas très grave.

Je sais parfaitement que mon texte n'a pas de structure et pas de scénario, en plus de sa taille réduite. Je l'ai écrit parce que je ne voulais pas abandonner le concours pour autant, mais je n'avais pas d'idées.

C'est mieux que rien, voilà quelle était mon optique.

_________________


"You can always find me in the drift"
Pacific Rim

"To hell with circumstances; I create opportunities."
Bruce Lee

Revenir en haut Aller en bas
http://ecrire.ingoo.us/espace-personnel-des-membres-f43/espace-p
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mer 3 Sep 2008 - 18:10

Roooh, mais quel défaitisme, Victor, quel dénigrement de soi ! Tss tss tss Evil or Very Mad

Les votes ne sont pas clos, et tu l'as dit, l'important est d'avoir participé et de ne pas avoir abandonné. Wink

Sinon, pour l'instant, égalité triple ! Ca sent le second tour Razz

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   Mer 3 Sep 2008 - 22:14

Je suis venu rajouter ma voix (à défaut d'avoir envoyé ma participation - elle est écrite mais ma manie de toujours tout repousser au dernier moment m'a fait oublié la date limite... ).

Y a de bonne idées !

Bonne chance à tous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dixième concours : votes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dixième concours : votes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dixième planète (la fin)
» Les magazines Dixième Planète
» Besoin de vos votes SVP - SAMEDI 29 oct !
» Consignes n° 70 : Votes
» A propos du dixième docteur (spoiler S4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Concours :: Les AEfficiels-
Sauter vers: