Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 le bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gérard de l'Extrême
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?


Masculin Nombre de messages : 581
Date d'inscription : 19/11/2008

MessageSujet: le bonheur   Dim 14 Déc 2008 - 17:48

LE BONHEUR

Le bonheur est éphémère et inaccessible.
Quand vous croyez l’avoir atteint, il perd de sa valeur et devient ennui.
Sa quête permanente, est en soi le véritable bonheur.

Gérard de l’Extrême
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le bonheur   Dim 14 Déc 2008 - 21:50

Deux démarches. Emma Bovary, un quête perpétuelle sans espoir de l'ateindre un jour ou Made in Japan tout est bonheur, le rayon de soleil sur ma jour, ta main qui frole la mienne, son petit pied potelé qui me cherche dans le lit...
Qui sait?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le bonheur   Dim 14 Déc 2008 - 22:00

Pour moi, un mélange des deux...
On n'atteindra jamais le bonheur complet parce qu'il y aura toujours des choses négatives dans notre vie, des choses qui ne nous satisferons pas entièrement...
je pense qu'il faut saisir chaque petit bout de bonheur qui se présente (comme un rayon de soleil sur la joue, ta main qui frôle la mienne...) et les laisser éclairer notre vie, comme ça même si elle n'est pas toujours rose elle ne sera jamais complètement noire.
Revenir en haut Aller en bas
Hélène
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Féminin Nombre de messages : 2065
Age : 59
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: le bonheur   Mer 17 Déc 2008 - 11:47

Bonheur :( de bon et heur)
Pour le mot heur ,j'ai cherché sa signification exacte car à part : je n’ai pas l’heur de lui plaire…je ne sentais pas exactement sa signification , en réalité ,c’est :présage ,chance, ce qui donne effectivement bien son sens premier au mot bonheur quand on associe chance ou présage à bon.
La signification du mot bonheur est : état de complète satisfaction ,de plénitude .
Si je remplace alors le mot bonheur par sa signification ,je vais me trouver face à un paradoxe en énonçant la phrase suivante :
"l’état de complète satisfaction ,de plénitude est éphémère et inaccessible " , cela revient à dire en somme que le bonheur ne peut exister ; c’est pourquoi il est certain que la dernière phrase :
»Sa quête permanente, est en soi le véritable bonheur » ne peut pas être fausse, tous les hommes cherchant ardemment le bonheur mais sans atteindre à un état de plénitude permanent car la vie ne semble offrir que du bonheur temporaire: c'est pourquoi ils ne peuvent que poursuivre leur quête .

Mais ,si cette phrase:
"Sa quête permanente ,est en soi ,le véritable bonheur"
n’est pas fausse ,je la trouve néanmoins pas tout à fait vrai dans le sens où elle ne laisse pas la possibilité d’une entière transcendance contrairement à la première impression donnée , peut-être cela vient-il de la deuxième phrase : »Quand vous croyez l’avoir atteint ,il perd de sa valeur et devient ennui »qui elle ,n’est pas en rapport avec le bonheur véritable mais avec le deuxième sens du bonheur :plaisir ,joie.
Effectivement ces deux dernières notions ne sont que le » bonheur provisoire « et bien entendu, une fois les sens assouvis ,la recherche de ce même désir de joie n’a plus de raison d’être, dans un premier temps ;mais le bonheur véritable, lui, est sans doute plus a rapprocher d’une vision mystique de l’existence,d'une quête de l'absolue beauté....
Satyam shivam sundaram :ces mots en sanskrit sont une pensée indienne venue du fond des âges, qui ainsi traduite veut dire:
La nature essentielle de Dieu est le Vrai et le Beau....
L’art peut apporter ce sentiment de plénitude, tout art étant une manifestation du moi profond qui permet à l’esprit de se libérer de ses entraves ,ainsi l’approche de la plénitude est possible :
Certains morceaux de musique donnent cet état de grâce ,la création picturale et l’écriture sont aussi de merveilleux moyens d’être pleinement satisfaits de l’existence ….
L es rêves cherchent la source du bonheur , quand ils sont beaux …


Dernière édition par Hélène le Mer 17 Déc 2008 - 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: le bonheur   Mer 17 Déc 2008 - 12:25

Mouais...

Moi je dis que le bonheur est accessible, peut durer, et que sa quête n'est pas forcément heureuse.

Exemple idiot : les nouveaux amoureux sont généralement très heureux, longtemps (sur plusieurs jours), surtout au début. Et ceux qui cherchent l'amour ne connaissent pas spécialement le bonheur (échecs, refoulements, solitude).

Mais si vous voyez les choses comme : le bonheur, comme la vérité, ne s'atteint pas, mais peut s'approcher très près, alors oui, ça se tient : les nouveaux amoureux ne connaissent pas le bonheur, ils l'approchent, et ne cherchent qu'à l'approcher plus encore, et cette quête les emplit de bonheur.

Toutefois, si on s'en tient à la définition qu'Hélène nous donne (pleine satisfaction et compagnie), alors ces nouveaux amoureux dont je parle connaissent ce bonheur.

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Elios
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 738
Age : 24
Localisation : Paris
Loisirs : Penser...
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: le bonheur   Mer 17 Déc 2008 - 23:09

Pour ma part, je pense que le bonheur m'est accessible tant qu je reste lucide. Or, je ne puis me résoudre à abandonner ma clairvoyance.

Le bonheur n'est pas l'assurance d'une paisible vie car je serais certain que je n'évoluerai point infiniment.

Serait-ce alors l'assurance de me retrouver en proie à a réflexion, au questionnement, au combat, au travail, à des sentiments connus comme inconnus, à l'art, à la beauté, à la découverte, à l'aventure? Non, car en être assuré me laisserait en quelque sorte prévoir le futur et me retirerait donc toute chance d'être surpris. Je resterais blasé.

Le bonheur n'est pas la connaissance d'une "bonne nouvelle". Aucune nouvelle n'est bonne à entendre pour moi. Je sais qu'à l'échéance, je devrai quitter tout ce qui m'était autrefois le plus cher.

Cependant, l'immortalité n'apporte pas le bonheur. J'en reviens à la deuxième remarque que j'ai émise.

C'est finalement plus difficile d'exprimer ce que je souhaite déclarer que prévu. C'est un défi que je vais tenter de relever.

Dans la mesure où tout est possible, où rien n'a de sens, où je n'ai aucun objectif, je cherche à développer ma réflexion pour essayer de trouver un moyen de me proccurer le bonheur. Or, dans la logique que j'adopte actuellement, si rien n'a de sens, je me refuse d'en donner car je considère que le jeu de rôle a ses limites. Par conséquent, je n'atteindrai jamais mon objectif.

D'ailleurs, la traque est plus passionnante que la capture. Une fois notre objectif réalisé, que nous reste-t-il? Eh bien si cet objectif ouvre de nouvelles perspectives infinies, en ce cas la capture peut-être autant voire plus agréable que la traque. Par exemple, se retrouver avec la personne quel'on aime le plus et découvrir un monde aux caractéristiques infinies.

Personnellement, je crois que je ne pourrai jamais me résoudre à donner d'objectif à ma vie. Pour cette raison, le bonheur, qui, je le crois, passe par la satisfaction et la réalisation d'objectifs, ne me parviendra jamais.

En ce cas, pourquoi ne pas tout simplement me laisser mourir? Tout est possible, je ne peux être certain de rien, alors je continue ma quête, "au cas où"... Qui sait...

Je ne dis pas que je trouve notre monde plus intéressant que "rien". Je ne flatte rien ni personne, mais peut-être... je dis bien "peut-être"... que je parviendrai à découvrir quelque chose de très important, quelque chose d'infiniment précieux, et c'est pour cela que, si un jour je me retrouvais "en mauvaise position", je pourrais toujours devenir nomade. En un sens, je le suis déjà "un peu"...



Encore une fois, je suivrai toujours les principes que je me suis fixés jusqu'à ce que mon jugement change. Par conséquent, je ne peux jamais vraiment savoir ce qui peut arriver, même si j'en suis pratiquement certain... Pour le moment, je fais de moins mieux, et j'attends...

_________________
Je vous souhaite une plaisante évolution.
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: le bonheur   Jeu 18 Déc 2008 - 0:01

Elios a écrit:
Pour ma part, je pense que le bonheur m'est accessible tant qu je reste lucide. Or, je ne puis me résoudre à abandonner ma clairvoyance.

Le bonheur n'est pas l'assurance d'une paisible vie car je serais certain que je n'évoluerai point infiniment.
Qu'entends-tu par évolution ? Car chaque jour, tu évolues... Evoluer, cela peut signifier des choses très simples : avancer dans le temps, dans l'espace. Je suppose que tu veux dire : évoluer spirituellement. Et bien, c'est aussi le cas, car j'ai cru comprendre que tu réfléchissais beaucoup ; donc tu évolues constamment dans tes réflexions. Et tu évolueras jusqu'à la toute fin : ta mort.

Serait-ce alors l'assurance de me retrouver en proie à a réflexion, au questionnement, au combat, au travail, à des sentiments connus comme inconnus, à l'art, à la beauté, à la découverte, à l'aventure? Non, car en être assuré me laisserait en quelque sorte prévoir le futur et me retirerait donc toute chance d'être surpris. Je resterais blasé.
Là encore, j'ai du mal à voir le rapport entre la réflexion, le questionnement, le combat et tout ce que tu cites, et le fait que cela t'ôterait toute surprise...

Le bonheur n'est pas la connaissance d'une "bonne nouvelle". Aucune nouvelle n'est bonne à entendre pour moi. Je sais qu'à l'échéance, je devrai quitter tout ce qui m'était autrefois le plus cher.
Là, j'ai énormément de mal à te croire. Si l'on te dit... je ne sais pas, moi, que quelqu'un à qui tu tiens est mort, ce sera une mauvaise nouvelle. Non ? Ne me dis pas que tu ne tiens à personne. Tout être humain tient à quelqu'un, c'est psychologiquement indispensable (sans les autres, nous mourrions). Dès lors, si tu trouves une nouvelle mauvaise, c'est que tu as une notion du mal... et donc du bien.

Cependant, l'immortalité n'apporte pas le bonheur. J'en reviens à la deuxième remarque que j'ai émise.

C'est finalement plus difficile d'exprimer ce que je souhaite déclarer que prévu. C'est un défi que je vais tenter de relever.

Dans la mesure où tout est possible, où rien n'a de sens, où je n'ai aucun objectif, je cherche à développer ma réflexion pour essayer de trouver un moyen de me proccurer le bonheur. Or, dans la logique que j'adopte actuellement, si rien n'a de sens, je me refuse d'en donner car je considère que le jeu de rôle a ses limites. Par conséquent, je n'atteindrai jamais mon objectif.
Tu n'as aucun objectif, mais tu dis vouloir réfléchir tout le temps. C'est un objectif, ça, non ? De plus, tu ne peux pas dire que rien n'a de sens ; sinon, rien de ce que tu dis, rien de ce que tu penses, ne veut dire quelque chose. Tu donnes donc forcément du sens à toutes ces choses. Tu as, comme tout un chacun, une logique, une conscience, une intelligence, qui réfléchit grâce à des mécanismes qui font que tu abordes le monde de façon cohérente. D'ailleurs, cela se voit dans tes phrases : or, donc sont des connecteurs logiques pour un raisonnement.

D'ailleurs, la traque est plus passionnante que la capture. Une fois notre objectif réalisé, que nous reste-t-il? Eh bien si cet objectif ouvre de nouvelles perspectives infinies, en ce cas la capture peut-être autant voire plus agréable que la traque. Par exemple, se retrouver avec la personne quel'on aime le plus et découvrir un monde aux caractéristiques infinies.
Je n'ai encore pas compris ici. Tu dis que la traque est plus passionnante que la capture, puis l'instant d'après, qu'il y a des captures plus intéressantes que la traque. J'ai mal compris ?

Personnellement, je crois que je ne pourrai jamais me résoudre à donner d'objectif à ma vie. Pour cette raison, le bonheur, qui, je le crois, passe par la satisfaction et la réalisation d'objectifs, ne me parviendra jamais.

En ce cas, pourquoi ne pas tout simplement me laisser mourir? Tout est possible, je ne peux être certain de rien, alors je continue ma quête, "au cas où"... Qui sait...

Je ne dis pas que je trouve notre monde plus intéressant que "rien". Je ne flatte rien ni personne, mais peut-être... je dis bien "peut-être"... que je parviendrai à découvrir quelque chose de très important, quelque chose d'infiniment précieux, et c'est pour cela que, si un jour je me retrouvais "en mauvaise position", je pourrais toujours devenir nomade. En un sens, je le suis déjà "un peu"...
Ici encore, j'y vois un objectif : trouver quelque chose de précieux dans la réflexion. Soit ce n'est pas cohérent, soit j'ai encore compris quelque chose de travers.



Encore une fois, je suivrai toujours les principes que je me suis fixés jusqu'à ce que mon jugement change. Par conséquent, je ne peux jamais vraiment savoir ce qui peut arriver, même si j'en suis pratiquement certain... Pour le moment, je fais de moins mieux, et j'attends...
Et ici toujours, je vois des objectifs : suivre tes principes.


En espérant que je ne te paraisse pas trop bête.


Sans vouloir émettre de jugement, je pense que tu as envie d'être différent et de t'isoler dans un monde à toi. C'est peut-être l'âge qui veut ça (je dis cela sans air hautain). Le monde qui n'a pas de sens, la vie qui ne t'apporte rien, le bonheur qui te restera à jamais inconnu... Je suis incapable de te croire. D'ailleurs, je ne te trouve pas si différent. Comme moi, je vois que tu as des buts (penser, trouver quelque chose de précieux, suivre tes principes, écrire, etc.), que tu donnes du sens aux choses, que tu aimes et n'aimes pas d'autres choses. Je ne pense pas que tu sois indifférent au bonheur et aux autres. Comme je l'ai dit, c'est impossible biologiquement.
Pour te donner mon avis, j'ai plus l'impression que tu veux jouer un personnage original. Mais je trouve cela dommage, car il me semble que cela ne t'apporte pas spécialement de joie.
Peut-être devrais-tu réfléchir sur ta réflexion, justement ? As-tu essayé autre chose, avant de te mettre sur une voie et d'y rester ? As-tu connu de vrais amis ? As-tu connu les fous rires, les nuits blanches, les longues conversations pour refaire le monde ? Les sorties, au ciné, au bowling, au parc ? As-tu voyagé ?
Et quand bien même, tu déciderais de ne faire que réfléchir, je pense que faire toutes les choses précédentes t'aideront sûrement dans ces réflexions. Secrètement (il est paradoxal de dire "secrètement" alors que je vais annoncer ce que je considère comme soi-disant secret), j'espère que toutes ces choses vont te détourner de ta réflexion. Je déteste cette phrase, mais : la vie est courte. Il y a tant de choses à voir, à connaître et à ressentir. C'est une chance. N'as-tu pas peur de passer à côté de tout cela ?
Je suis certain que si tu y goûtes vraiment, tu cesseras de dire que la vie n'a pas de sens, que les bonnes nouvelles ne sont pas pour toi et que tu ne connaîtras probablement jamais le bonheur.
Pour l'instant, ce sont des mensonges, selon moi. J'espère que très bientôt, tu les reconnaîtras comme tels...


D'avance, pardonne-moi pour toutes ces remarques. Mais j'ai retenu que tu parles toi aussi franchement ; je me suis permis de faire de même.

Tout ce que j'ai dit ne l'a pas été par méchanceté, mais par souci de te comprendre, et aussi parce que j'ai le défaut d'éprouver beaucoup d'empathie, et j'ai eu envie de t'aider, à ma façon. Même si tu penses peut-être que de l'aide, tu n'en as pas besoin.

Wink

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Elios
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 738
Age : 24
Localisation : Paris
Loisirs : Penser...
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: le bonheur   Jeu 18 Déc 2008 - 7:30

Tout d'abord, je te remercie de m'avoirfait part de tes impressions, Hakkrat.

Sache que, si plusieurs de tes remarques étaient attendues, d'autres me font me demander en quoi je ne suis pas clair. Ce n'est pas grave. Je vais tâcher, d'une part, de répondre à tes interrogations, et d'autre part, de réagir à tes paroles.


Ce que j'entends par évolution? La même chose que toi, visiblement. Ici, je l'ai employé dans le sens que tu as évoqué :"évoluer spirituellement". Je me doutais bien qu'un scepticisme apparaîtrait. C'est pourquoi j'ai ajouté "infiniment". En effet, admettons que je vive une vie paisible. En me basant sur toutes mes expérience passées, même en multipliant les manières de penser, j'atteindrai un jour ma limite. De plus, il existe des milliards de choses dans le monde qui stimulent la réflexion que je ne découvrirai point. De plus, s'il y a la mort à l'échéace, je ne pourrai pas évoluer indéfiniment.


Pour ce qui est du rapport entre ces éléments et la surprise, il y en a. Toutefois, la question n'est pas là. Il n'y a pas de rapport à avoir pour que cela ait un sens. Sache juste que je préfèrerais êtres surpris que rester blasé


Ce que tu juges psychologiquement indispensable, je le juge optionnel. C'est tout.


Ce que tu considères comme mon objectif n'est qu'une utopie, un idéal. C'est à peine un simulacre d'espoir. Mais comme je pense que tout est possible, je continue et j'attends...
Ce que j'entends par "rien n'a de sens" est plus subtil que cela. Je n'ai guère le temps de m'appuyer là-dessus au moment actuel. Tu pourras me le demander plus tard.


La traque est généralement plus passionnante que la capture. Cependant, si l'objectif ouvrait de nouvelles perspectives, en ce cas, la capture serait en quelque sorte similaire à la raque et donc au moins aussi "agréable".


Encore une fois, tu prends mes idéaux pour des objectifs. Je pense même être "certain" que ceux-ci ne seront jamais exaucés. Je m'accroche à une utopie probablement irréalisable.


Suivre mes principes n'est pas un objectif. J'applique ce comportement pour agir en conséquences. Considère donc cela comme une simple démarche de réflexion.




Je suis certes en accord avec toi lorsque tu déclares que mes démarches ne m'apporteront certainement pas le bonheur. Cependant, comme je l'ai déjà écrit, je ne veux pas me leurrer. J'en reviens au fait que "rien n'a de sens". Je serai plus à même de continuer là-dessus plus tard. En attendant, je laisse mes réactions à ta réflexion.

_________________
Je vous souhaite une plaisante évolution.
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: le bonheur   Jeu 18 Déc 2008 - 9:12

Les objectifs qu'on se fixe ne sont pas forcément faciles à réaliser, et relèvent parfois de l'idéal, de l'utopie, comme tu dis.

Moi, j'écris, et j'espère un jour écrire une longue histoire qui se verra publiée et qui sera lue par beaucoup de gens. Statistiquement, mes chances sont très faibles. Mais cela demeure un objectif, tout en étant un espoir.
Réfléchir dans le but de trouver quelque chose de précieux, même si tu penses ne jamais trouver ce quelque chose, c'est un objectif.

J'attends ta théorie sur le "rien n'a de sens" quand tu auras le temps d'en parler.

Ce n'est pas moi qui juge indispensable la relation et l'attachement aux autres ; c'est la science. D'ailleurs, tu n'as pas rebondi dessus, aussi je pose la question : n'as-tu vraiment personne à qui tu tiens ? Pas même tes parents ? Tes frères et soeurs si tu en as ? Et penses-tu vraiment qu'aucune nouvelle ne soit bonne ou mauvaise ?

J'aurais également aimé que tu répondes aux questions concernant toutes les activités que j'ai mentionnées : les amis, le voyage.
Je suppose que cela est lié à ta théorie concernant le fait que rien n'a de sens ; toutefois, tu ne peux que gagner à faire toutes ces activités. Peut-être te trompes-tu, peut-être trouveras-tu un sens. Il serait dommage, et en fait, il serait même non intelligent, de passer à côté de ces informations auxquelles tu peux accéder. C'est mon avis.

Merci d'avoir répondu, en tous les cas.

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Elios
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 738
Age : 24
Localisation : Paris
Loisirs : Penser...
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: le bonheur   Jeu 18 Déc 2008 - 15:53

Je suis à présent tout-à-fait disposé à te répondre.

Actuellement, je suppose que l'humanité n'est faite que de chair et d'os, ainsi que de multiples organes. Il n'y a rien "à faire". L'humanité peut détruire la planète, le monde, évoluer, survivre... et alors? Objectivement, (c'est-à-dire, selon moi, en subjectivité commune) elle s'est donnée pour but de proliférer à tout prix. Elle survie et procrée. Mais dans l'absolu, elle n'a rien à accomplir. C'est là que je souhaite en venir. Rien n'est à faire, pour qui que ce soit ou quoi que ce soit. Se donner un objectif, c'est "jouer à la poupée", en quelque sorte. Faire plaisir à son corps et à son esprit... Je ne vous en parle même pas...


De là découle le fait qu'aucune nouvelle n'est bonne ou mauvaise. D'ailleurs,il s'agit là de notions humaines. Sans objectif absolu, il n'y a pas de bien ou de mal. Ce ne sont que des illusions humaines.


Encore une fois, je n'ai pas d'ojectif mais, tout comme vous, une sorte de réflexe de survie. Il est juste différent. J'espère que cette comparaison pourra te faire comprendre ce que je souhaite t'exprimer.


Je dispose de géniteurs, ainsi que de deux soeurs. Je ne les apprécie guère. De là à "tenir à eux"...


Des vrais amis... je ne sais pas vraiment de quoi tu parles. J'ai rencontré des personnes, rarement, une ou deux fois il me semble. Je les ai connues sur internet. Je vais d'ailleurs les rencontrer à nouveau ce samedi. Je les côtoie pour mieux comprendre le comportement humain, toujours aussi lunatique et irrationnel, comme j'ai pu le constater...
Quant aux voyages, sache que je me suis déjà rendu à Monaco, à Digne-Les-Bains, ainsi qu'à Morlaix, une ville si peu peuplée et si triste qu'elle me plaît bien plus que toutes celles que j'ai visitées. C'est un lieu propice à la réflexion.
Le bowling... Nous y étions allés lors de notre première rencontre. Ils ont joué. Je me suis endormi sur le divan.
Le parc... Quel parc? Je me suis déjà rendu dans divers parcs, certes. Ils étaient sur mon chemin.
Le ciné? Cela ne m'intéresse guère...

En ce qui concerne les informations, je préfère la réflexion. Les informations sont très souvent faussées par un jugement hâtif. En privilégiant la réflexion à l'information, je me débarasse au mieux de tout préjugé. Néanmoins, après réflexion, je m'informe, et tente de comprendre, pour m'assurer de la véracité de ces informations.

_________________
Je vous souhaite une plaisante évolution.


Dernière édition par Elios le Mar 9 Juin 2009 - 20:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: le bonheur   Jeu 18 Déc 2008 - 16:32

Je te rejoins sur le fait que l'humanité n'a rien à accomplir, que nous sommes là sans raison, que nous proliférons (car c'est là le but de la vie) et que nous sommes mus par des instincts de survie.

Je ne comprends pas ton osbtination à ne pas appeler "chercher quelque chose de précieux dans la réflexion" un objectif. Quant à moi, je m'obstine, puisque je ne vois pas quel autre mot coller à ce "chercher quelque chose de précieux dans la réflexion".

J'ai du mal à comprendre comment tu peux dire que l'humanité est lunatique et irrationnelle... alors que tu sembles la fréquenter très peu. Si tu la jauges par internet, par les médias ou par les livres, je pense que cela est pas suffisant ; tu devrais selon moi avoir de vrais contacts avec les gens.

Quand je parlais de voyage, je ne faisais pas référence aux deux patés de maison qui se situent près de chez toi, mais à l'étranger. La diversité des cultures, des peuples et des paysages est quelque chose d'extrêmement enrichissant, qui ne peut se vivre à travers des magazines ou des reportages. Il faut y être, y aller, pour vraiment pouvoir "toucher" cette richesse. Tout comme il faut discuter et tisser des liens avec les gens pour tenter de mieux les comprendre.

Pour en revenir au bien et au mal, tu dis que ce sont des notions humaines. Je te demande alors : qu'est-ce qui n'est pas une notion humaine ? Nous appréhendons le monde avec notre esprit, et de là, nous agissons sur et avec lui selon ces notions-là. La réflexion, n'est-ce pas une notion humaine ? Où places-tu la limite entre l'illusion et la réalité ? D'ailleurs, la réalité, c'est encore une notion humaine. Si ça se trouve, ça n'existe pas.

Nous jouons tous à la poupée. Toi, moi, les autres... Nous tendons tous vers des plaisirs, et nous fuyons tous ce qui ne nous plaît pas. D'ailleurs, tu dis ne pas aller au ciné, car cela ne t'intéresse pas. Tu n'y trouves aucun plaisir. Comme, peut-être, tu ne trouves aucun plaisir à aller vers les gens.
Réfléchir te fait plaisir. Cela t'intéresse, et l'intérêt, c'est le début du plaisir. Tu es intéressé par la réflexion, tu aimes la réflexion.

Tu ne peux pas non plus avoir échappé aux concepts de bien et de mal. Tes parents t'ont fourni une éducation. Il faut faire ceci, et il ne faut pas faire cela. Bien évidemment, tu as grandi depuis, et tu décides maintenant de ce qui est bien ou mal. Réfléchir, c'est bien, selon toi.
N'accordes-tu aucune valeur aux choses ? Par exemple, si Internet disparaissait, ne trouverais-tu cela pas mal ? Si on brûlait tous les livres du monde ? Tu ne peux être indifférent à tout. D'ailleurs, tu ne l'es pas ; j'ai pour exemple que tu as apprécié la chanson que j'ai postée. Cela a provoqué quelque chose en toi. Du plaisir ; tu dis déplorer ne pas avoir la musique qui va avec. Tu dis aussi apprécier la musique en général. La musique, c'est bien, parce que ça t'aide à réfléchir.

Le bien et le mal existent chez toi. Tu ne cesses d'employer des notions humaines, car tu as besoin de référence, de repères de comparaison, comme tout le monde. Tu as pour objectif de réfléchir toujours plus, toujours plus loin. Est-ce que je me trompe ? (très certainement à tes yeux).

Le point sur lequel je tiens par-dessus tout à insister, c'est que tu ne peux pas juger l'humanité sans avoir discuté et tissé des liens avec pas plus d'une ou deux personnes, rencontrées virtuellement, en plus. ::rolling::

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Elios
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 738
Age : 24
Localisation : Paris
Loisirs : Penser...
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: le bonheur   Mar 9 Juin 2009 - 20:52

A l'occasion d'un concours littéraire, je dus apporter mon humble contribution qui devait être une "citation personnelle".

La voici :

Citation :
Selon moi, le bonheur est une limite. Tel une asymptote, il n'est exprimé que lorsque l'on peut s'en rapprocher de plus en plus, sans jamais l'atteindre. Il s'agit donc d'un idéal utopique à cultiver, dont les effets se ressentiront dans notre cheminement, qui est alors une branche infinie.

Puisse-t-elle vous aider à cultiver votre réflexion.

_________________
Je vous souhaite une plaisante évolution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le bonheur   Lun 22 Juin 2009 - 2:15

Le bonheur est le manteau de l'être, il réchauffe le corps et l'embellit mais il peut aussi être pesant, trop étroit ou bien encore trop large. Mais si vous l'avez, ne faites pas la fine bouche et prenez-en soin !

Codered
__________________

Le bonheur humain est composé de tant de pièces qu'il en manque toujours.

Bossuet
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
le bonheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)
» [Périodique] Mon Bonheur
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC
» Nouvelle : Le bonheur est dans l'après

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Au coin du feu :: Philosophons-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: