Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Déscription d'un rêve 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Déscription d'un rêve 2   Lun 29 Juin 2009 - 13:33

Un rêve, c'est souvent étrange, sans sens, incompréhensible.
Quand on rêve tout parait très clair, votre mère peut se transformer en girafe rose sous vos yeux, ça ne vous choquera pas : C'est un rêve !
Mais à votre réveil, ça parait absurde ...

Tous le monde rêve.
Décrivez vos songes, racontez-les comme ils vous viennent !


Bonne chance,

Banshee
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 13:50

Penchée sur ton petit corps inanimée, mon seule et unique cauchemar prend vie.
Ta peau, flétrie par l'eau chlorée de notre piscine, n'a plus rien de cette douceur et de ce velouté que je ne pouvais m'empêcher de caresser. Tes cheveux mouillés dessine un contour châtain à ton visage d'ange. Comment survivre à ça? Quel futur sans toi puis-je imaginer mon amour?
Je te prends dans mes bras, en espérant vainement de te contenir contre ma poitrine, pour que ton petit corps flasque ne se perde pas. Ton bras m'échappe et oscille dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 13:52

C'est court, mais j'aime beaucoup.
Légerement lugubre quand même non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 13:54

C'est court parce que j'ai peu de temps devant moi. Je suis souvent très lugubre dans mes écrits. Regarde mes autres poésies à l'occasion, elles sont plus ou moins toutes comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 14:07

D'ac'. En tout cas j'aime bien Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Kaël
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Paris - Nancy
Date d'inscription : 11/07/2008

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 14:20

Mes rêves concernent souvent des personnes de mon entourage alors bon, il n'y en a pas beaucoup qui pourrait être facilement compréhensible par vous. Mais j'y penserai si un rêve adéquat se présente geek
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 14:44

on a dit "rêve" Evahé ! pas cauchemar ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 15:29

on a dit "rêve" Evahé ! pas cauchemar !" oups t'as raison
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 30 Juin 2009 - 19:58

haha super. Mes amis adorent lire mes compte rendus de rêves, tous plus absurdes les uns que les autres, et très souvent du gore à la clé. Oué, j'écris mes rêves dès le réveil, j'adore les relire de temps à autres et ça aide a s'en rappeler mieux par la suite. Je vous raconte le moins glauque vu que Evahé a déjà rempli le quota Smile J'ai appelé celui ci :

Pas de bras pas de chocolat!

Je roule seul sur une avenue au trafic dense dans une vieille BM crasseuse et cabossée, les voitures s'écartent pour me laisser passer devant mon style F1 (je n'ai pas le permis IRL). Je longe un grand parc aux arbres géants dont la cime caresse le ciel, certains même le "dépasse", et des rires d'enfants m'arrivent aux oreilles. Je décide d'aller me degourdir les jambes et me gare à moitié sur le trottoir devant une voiture de police que cela ne choque pas. Des escaliers descendent vers un petit parc qui est a l'orée de la forêt, une femme style flower-power est assise sur un muret à coté de moi et m'interpelle:
"J'ai quelque chose pour toi" dit elle en me tendant une petite boite en bois.
"Merci" réponds-je en ouvrant la boite. Une boulette marron et légèrement illégale est déposée sur une longue feuille avec une clope. Sans un mot de plus, je mets la boite dans une de mes poches et descend les marches. Des enfants sont suspendus par un bras à un grand cercle monté sur une poutre, ils se font des passes au ballon en jonglant, très forts ces petits. En passant à coté, l'un d'eux loupe son contrôle et la balle roule a coté de moi. Je la ramasse et la lance vers un des gamins a hauteur de torse, me disant qu'il va l'attraper avec son autre bras. La balle rebondit sur le torse et retombe, l'ambiance devient lourde, des grimaces de colère ont remplacé les sourires, des grognements les rires. Je m'aperçois qu'ils n'ont tous qu'un seul bras...Certains sont retournés à terre et s'approchent de moi, les autres font de même, leur dents pointues me paraissent démesurées dans leur bouche enfantine. Il est 16h, c'est le goûter...

Je me suis réveillé avant le triste sort qui m'attendait pour une fois. La première phrase qui m'est venue à l'esprit est...pas de bras, pas de chocolat Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Dim 9 Aoû 2009 - 21:23

J'aime beaucoup ton rêve Crazy Scribe...même si la fin de ton récit tourne au cauchemar! Imaginer la suite me donne des frissons!

Pour ma part je me souviens d'un de mes rêves... celui ci m'a aidé à comprendre ce qui n'allait pas chez moi à ce moment là :

Je suis dans une pièce sans mur. L'immensité de ce lieu ne provoque pas l'effet voulu sur moi : je me sens prise au piège, comme enfermée dans une boite d'allumette! Il fait noir, je cherche un interrupteur, mais pas une lumière, pas une ampoule au plafond. Normal, il n'y en a pas non plus. La nuit la plus sombre qu'il soit s'est invitée chez moi. J'ai froid. Personne, rien autour de moi.

Tout à coup comme s'il était apparu en un battement de cil : un mur. Un mur de brique rouge immensément haut et très étroit se tenait là devant moi, éclairé par un faible lumière blanche.

C'était une évidence, je n'étais pas là pour rien. Alors je compris qu'il me fallait aller derrière pour trouver ce que je cherchais. Plantée au bas du mur, il y avait deux solutions : passer au dessus ou passer en dessous. Grimpons! Mais déception, le mur était lisse. Aucune prise, aucun outil, rien pour m'aider. Tout à coup il me parut plus grand ! A-t-il grandit? A moins que le ciel de ma nuit ne soit plus bas. Bon et bien j'allais creuser! J'y mettais toute mon énergie, toute ma volonté, mais rien ne se produisit! Je me laissais tomber lourdement sur le sol et me mis à pleurer, les doigts en sang. J'étais énervée, folle de rage, frustrée! Ça ne pouvait pas se passer comme ça!

Tout à coup, je l'entendit. Qui? je ne savais pas. Une voie me dit :"n'abandonne pas, cherche! Lâche prise" Je fermais les yeux et respirais un grand coup. Mon cœur ne s'affola plus, il ralentissait l'allure de sa course. Mes mains, mon dos, ma mâchoire se détendirent au son de ma musique intérieure. Brusquement, il fit plus chaud, je souris. "Ça y est! je sais! Mais bien sur! Pourquoi ais-je été aussi bornée!?".

J'avais compris! Enfin ! Ma vie ne se résumait pas à deux possibilités, deux chemins : oui ou non, blanc ou noir, bien ou mal, droite ou gauche, heureuse ou malheureuse, .... grimper ou creuser! Borner son esprit à de telles choses m'avait rendu aveugle sur tout le reste...toutes ces autres possibilités.

J'ouvris les yeux et me senti plus légère, et presque rayonnante de lumière. J'aurais pu exploser ce mur, faire demi - tour pour repartir d'où j'étais venue , rester là où je me trouvais, prendre une autre direction, ... C'était MON rêve, ma vie, et mes choix. Je décida de le contourner tout simplement ! Une fois de l'autre coté, je découvris avec surprise un paradis, et le soleil avait chassée ma nuit.


Voilà, j'avais compris pourquoi je n'avançais pas comme je le souhaitais... J'ai supprimé les bornes de mon esprit en considérant et en acceptant qu'il n'y avait pas 2 chemins mais une multitude (bon ou pas) qui s'offre à nous chaque jour.

Nous sommes maitre de nous-même, LIBRE puisque nous avons le choix.

Voilà un petit rêve sur un mur et moi ! hi! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Dim 9 Aoû 2009 - 22:23

J'ai adoré ton rêve ynès. En plus il donne une super leçon de vie génial
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Lun 10 Aoû 2009 - 0:05

Voici un de mes petits rêve ou plutôt devrais-je dire cauchemard.


Je cours

J’ignore pourquoi je cours, qui je fui, où me mènent mes pas mais je continue de courir car je sais au fond de moi-même que ma vie en dépend.

Je n’ai jamais courut comme sa.

D’habitude je cours lentement a un rythme irrégulier et je m’arrête souvent mais là, je cours si bien et si vite que j’ai l’impression que se n’est pas moi qui commande mon corps. C’est comme si je volais au dessus du sol.

Quelqu’un me cours après. Je n’ai pas vu son visage, je ne sais pas qui il est. Je n’ai pas osé regarder par-dessus mon épaule de peur de casser mon rythme.

Soudain, je n’arrive plus à courir. Mes pas qui étaient si léger son devenu lourd comme si mes jambes c’étaient changées en plomb. Mes pas s’arrêtent, j’essaie de continuer à avancer mais mettre un pied devant l’autre devient de plus en plus difficile. J’ai l’impression que tout mon corps est en plomb, je tombe a terre tant mon corps me semble lourd. J’essaie de continuer à avancer a quatre pattes mais c’est comme si je ne faisais qu’un avec le bitume.

Soudain, j’entends quelqu’un arriver dans mon dos, on me relève et me force à avancer. Très vite on se retrouve au bord de la mer (oui on se demande se que sa fout la mais après tout c’est un rêve). Je suis poussé sur un bateau et on me force à m’asseoir à l’avant. L’homme dans mon dos ne me lâche pas d’une semelle, impossible de lui échapper.

Je ne sais pas qui il est mais j’ai l’impression que si je reste sur ce bateau, il va me tuer.

Alors je me débats et fini par m’enfuir (zone de flou dans le rêve) Je me retrouve de nouveau a courir, de nouveau je fui quelqu’un, de nouveau mes jambes deviennent plomb, de nouveau je tombe …
Jusqu’a la délivrance : le réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Lun 10 Aoû 2009 - 18:58

harmony-robin a écrit:
Voici un de mes petits rêve ou plutôt devrais-je dire cauchemard.


Harmony-robin

je te remercie pour ton message concernant mon rêve...ça m'a fait très plaisir! et oui j'essaye souvent de tirer des leçons de ce qui m'arrive..ça aide.

Je viens de lire le tien. Ça me fait un effet bizarre: le fait d'être poursuivit , le cauchemar qui se répète sans fin.... Quelle nuit! hein!?

En tout cas, ce qui m'interpelle aussi c'est le fait que tu sois poursuivis par quelqu'un "sans visage". Ça peut être n'importe qui : quelqu'un avec qui tu ne t'entends pas , avec qui tu t'es disputé , ou même ça peut être TOI!

Je pensais que ça pouvait may be être toi car tu te sens ralentir comme si ton esprit te disait de déguerpir vite vite et que ton cœur ou ton inconscient de faisait ralentir...... Ça arrive quand on est tiraillé..


Ouf quelle analyse!!! lol! Docteur Ynès, Psy depuis 2 min

T'inquiète je fais souvent ça...je réfléchis trop...

en tout cas j'espère que tu ne le fais pas régulièrement ton cauchemar parce qu'il est angoissant!


Ynès

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Lun 10 Aoû 2009 - 20:31

Merci beaucoup pour ton analyse docteur Ynès Wink , sa ma éclairé sur ce cauchermard que je fait assez souvent. Smile C'est vrai que je n'avais pas vu les choses comme sa car pour tout t'avouer, je n'avais jamais réfléchit à la signification de ce rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Dim 5 Juin 2011 - 21:51

Un rêve, qui depuis que je l'ai fait, n'est plus jamais revenu

Quoi de plus étrange, quand on dort, que de rêvé que l’on se réveille ?
Moi je me réveillais dans une chambre bien différente de la mienne, d’abord je ne voyais que le plafond, plus vraiment blanc, plutôt grisâtre. Puis je ressentais, la dureté délicieuse du matelas, le touche rugueux des draps couleur lin, qui remontés jusqu'à mon menton. C’était assez agréable, et bientôt c’est une chaleur qui m’alerta, un élément lourd, et chaud sur ma poitrine, et un souffle léger, provenant de cet élément, comme une respiration assoupis, quelqu’un dormait ainsi, sous les draps. La seule chose que je pus voir de cet inconnu c’était sa main, qui dépassé du drap. Une main d’homme, large et usé. Trop usé pour appartenir à un minet de 20 ans, passer assez pour ressembler a celle de mon père, dans la quarantaine. Un homme d’une trentaine d’année, environ, et au teint pâle. Je sentais son corps endormis, comme une masse sur moi. Moi-même j’étais entièrement dissimulé sous le drap, sauf ma main droite, qui reposé, blanche et fine, sur le tissu. Une bague en argent ornait mon majeur.
Je me décidai alors a regardé les alentours.
Les murs étaient nus, blanchit à la chaux. Contre le mur de gauche, il y avait un simple bureau en vieux bois, usé par le temps, associé à une chaise, tout aussi usé. Sur le bureau, il n’y avait que peu de chose, un livre épais et aux pages jaunis, à la couverture noir où le titre se détaché en lettres doré, et un vase, contenant peu d’eau et un bouquet de fleurs violette, que je ne sus reconnaitre.
Je me rendu compte bien plus tard que le livre était en fait la bible.
Ce qui m’interpella aussi, ce fus une veste, posait sur la chaise en bois. Une veste à col romain, noire, orné d’un simple ruban gris sombre. Je ne sus où j’avais déjà vus cette veste un peu longue, mais elle n’était certainement pas a moi.
A coté du bureau, il y avait une simple armoire de bois brut, vieille elle aussi. Sans miroir ni autre ornements.
Sur le mur, en face du lit, était percée une fenêtre. Pas une fenêtre classique, mais une fenêtre peux haute mais très large, et très haute sur le mur.
De cette fenêtre, je voyais le ciel, un ciel de lever du soleil, rose et rouge. Et devant se ciel, immobile, un chat, un gros chat noir, qui me fixait, l’air mauvais, un sourire moqueur sur les babines.
Peut être fixait-il l’homme qui dormait contre moi ?

Et là toujours, alors que mon regard glissa vers le mur de droite, je me réveillais, une boule au ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le koala   Ven 15 Juil 2011 - 22:07

Le koala était dans sa boite. Une grande boite en plastique, comme celle dans lequel sont les barbies . Ma sœur avait toujours voulu avoir un animal de compagnie et ma mère avait choisi un koala . Il était suspendu à sa branche qui était dans la boite. Papa lui était en colère : les koalas c’est nul ! Moi je l’observai, et évitai son regard. J’avais peur. Il était trop petit . Le mieux, pour moi était qu’il reste dans sa boite.

Il était là ! En face de moi dans le couloir. Il me regardait. Je du réunir tout mon courage pour le toucher. Je le pris par la peau du dos, en évitant d’avoir tout autre contact avec cette bête que je trouvai immonde ! Maman et Aliénor (ma sœur) allait m’entendre ! je le remis dans sa boite. Et quand je voulus vérifier s’il était bien dedans je me rendis compte que la boite était du côté cartonné. Je la retournai du côté transparent mais il n’était plus là. Je ressentis un frisson. Le petit koala pouvait être partout !

Aliénor sortit de la chambre. Je lui dis qu’un koala n’était pas la meilleure idée comme compagnon s’il n’était pas mieux dréssé. J’entendais par là qu’elle le laisse enfermer à vie dans sa boite. Je rentrai dans sa chambre et m’allongea sur une longue table blanche. Le koala se transforma en humain et me plaqua contre le mur en me disant « Pourquoi tu ne m’aimes pas, j’essai d’être gentil, je fais tout pour te plaire.


Note 1 : C'est un rêve vraiment très étrange que j'ai fait.

Note 2 : c'est en plusieurs paragraphe car je me retrouvais dans ses différentes situations dans mon rêve. je passai d'une pièce à une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Sam 16 Juil 2011 - 13:59

Il me semble que tu t'es trompée de section Smile

Ici c'est pour poster ou participer à des exercices d'écriture.


_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.


Dernière édition par Iron le Sam 16 Juil 2011 - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Sam 16 Juil 2011 - 20:47

je n'ai pas bien compris pourquoi mon rêve a été déplacé Question
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Sam 16 Juil 2011 - 21:07

Tu avais ouvert un nouveau sujet Smile

Je fusionne les sujets tout de suite Smile

EDIT : sujets fusionnés

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Dim 17 Juil 2011 - 12:05

d'accord, merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Polskabi
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 28
Localisation : Katowice
Date d'inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Jeu 15 Sep 2011 - 17:44

Une partie pour moi qui fait des tas de rêves étranges ::copain::
Melimog, je me suis marrée à ton rêve avec le koala...parce que je connais quelqu'un qu'on surnommait Koala lol!

Bref, je vais donc vous mettre quelques uns de mes rêves...où il y a assez souvent des joueurs de foot ^^'

Le seul "rêve lucide " que j'ai fait :

Mon portable sonne avec la sonnerie de Hicke hacke. Comme je dois aller travailler, je me réveille, je me lève, descends du lit (superposé) et je vais ouvrir le volet. Après l'avoir ouvert, je me retourne et qui vois-je? Thomas Schaaf! S'en suit une discusson
"Et bien, jeune fille, je vois que tu aimes le Bayern?
"Oui, mais j'aime aussi l'Allemagne, l'Autriche, la Pologne et puis le Werder."
L'entraineur du Werder était en train de regarder un peu partout dans ma chambre pour voir les différentes choses que j'avais, et m'a répondu "Oui, je vois ça..."
J'allais sortir de la chambre pour prendre mon petit déjeuner, mais quand j'ai ouvert la porte, je me suis dit "Non ça Lénaïc, ce n'est pas possible, tu t'es rendormie"
Du coup je me suis réveillée


Ce qui était drôle c'est que en me réveillant, j'ai fait exactement comme dans mon rêve, je me suis levée et j'ai ouvert le volet. On était en hiver donc il faisait nuit. En ouvrant le volet, je me suis faitune réflexion bizarre, je me suis dit "Attend, je finis d'ouvrir le volet et on va voir si Thoms Schaaf est derrière XD Mais ce n'était pas l cas....en ouvrant la porte, je me suis soudain demandé quelle heure il était. Part voir mon réveil 4H15! Ben du coup j'ai refermé le volet et suis repartie me coucher XD Mon réveil avait sonné que dans mon rêve et je ne m'étais jamais réveillée



La rencontre de joueurs de foot en pleine rue...

j'étais dans une rue à Lyon en train de marcher, et là qui je vois qui arrive dans l'autre sens ? Minimoy (Artur Sobiech) et Bisounours (Maciej Sadlok) J'ai eu un micro bug en me disant je rêve ou quoi, et après je suis allée leur demander en anglais si je pouvais faire une photo avec eux Ils ont répondu "bien sûr"
Du coup comme je voulais les 2 en même temps sur la photo, je me suis retourné vers la personne à côté de moi, et c'était Andreas Ivanschitz XD Je lui ai demandé en allemand s'il voulait bien prendre la photo pour moi Et il a accepté
Comme il y avait du monde sur le bord de la rue, ben on s'est mis au milieu, et on allait faire la photo, quand il y a une femme qui nous as interrompu ....elle disait qu'on pouvait pas faire de photos maintenant. Je lui ai demandé pourquoi, et elle m'a dit qu'on était en plein tournage d'un film et qu'il fallait laisser la voie libre (ce qui expliquait le monde sur le bord de la rue) Je l'ai traité de tous les noms d'oiseaux possibles et innimaginables XD
Ca a fait beaucoup rire Bisounours et Minimoy Mais moi j'étais énervée...c'est vrai quoi je pouvais pas faire de photos avec deux de mes joueurs préférés qui dure 30 secondes à faire pour un stupide tournage qui était 100 mètres plus loin
Du coup gentils qu'ils sont ils m'ont dit qu'on la ferait dans une autre rue, et finalement je l'ai eu ma photo Il y a même Minimoy qui m'a sorti "Dis tu nous l'envoie la photo?" -"Ben oui si tu me passes ton adresse mail XD"




Salle info et salle de concert

J'arrive dans une salle info où je vois qu'il y a déjà une personne. Je m'installe à la table juste devant celle où il est, et j'allume mon Notebook. Soudain, alors que je suis encore sur mon bureau, celui qui était derrière moi se penche pour regarder le fond d'écran et me fait sursauter en disant "Ehh mais c'est nous!!" Je me retourne pour voir qui me parle, et je vois Orangina (Lukasz Janoszka), tout content, qui me dit encore "C'est chouette, on a une supportrice!!" Il arrive a renverser une des tables, mais la rattrape juste avant qu'elle ne tombe.
Ensuite, j'étais plus ou moins en train de rire, et de discuter avec lui, quand il m'a dit "Tiens voilà ton Bambi qui arrive.." J'ai sursauté, je me suis retournée, il y avait bien Bambi (Bartłomiej Babiarz), sauf que sans le faire exprès j'ai moi aussi renversé la table derrière moi XD *Boulet de service,* ai-je pensé. Bon ensuite il y a Pile (Pilarz),Minimoy, Bisounours et le reste de l'équipe qui se ramènent, et qui disent "Vite, dépêchez vous, ça va commencer!" Moi j'étais en train de ramasser, j'avais fini, et puis Bambi m'a accompagné jusqu'au bâtiment où on devait aller.

On s'assoit dans des sortes de gradins avec un grand centre, et au milieu, il y avait les joueurs du Werder. Du coup, avec mon ordi, j'ai filmé la chose. Kobold (Clemens Fritz) a pris le micro, et il s'est mis à chanter une chanson.
Ensuite je me passais et repassais la scène...On pouvait y voir Tidou (Martin Harnik) et ses lunettes de soleil, Babar (Sebastian Boenisch) en train de se marrer, Chantilly (Markus Rosenberg) qui faisait les oreilles d'âne à Babar, Seppl (Sebastian Prödl), Per Noel (Per Mertesacker) et Artichaud (Kevin Artmann) en train de rire....Un moment j'ai fait la réflexion "Kobold, il devrait se lancer dans la chanson il chante bien!"

Allez je vous mets la fin de la chanson, je ne me souviens pas très bien du début....
"[..]
Mais pour vous c'est bien
Faut pas aller trop loin
Mais faut vous dépêcher
D'aller juste à côté"

Là je me suis dit que Célia et Benjamin avait bien de la chance de pouvoir voir ça ...sauf que j'y étais moi aussi XD

Pile, lui devait faire son discours à la fin du match

Après, je voyais les werderaner courir dans le corridor pour aller au Weserstadion....Et Simbad (Marko Marin) aller en sens inverse parce qu'il avait oublier je ne sais quoi XD





Nom de code : Bambi, footballeur et agent secret
J’étais chez Bambi, un peu malade. J’étais dans sa chambre et Bambi ben il me préparait à manger XD Le soir j’ai eu de la soupe, et le lendemain matin un super petit déj. Comme j’étais déjà plus en forme, Bambi m’a fait visiter sa maison. A l’étage il y avait la chambre, des pièces qui servaient à rien, la salle de bains et les toilettes.
Ensuite on devait prendre les escaliers pour aller au rez-de-chaussée. Mais quand j’allais descendre, Bambi m’a arrêter et m’a dit « Attends tu vas voir… » Il a pris une sorte de télécommande, a appuyer sur un bouton et les escaliers se sont transformés en toboggan ! Du coup on a pu descendre en glissant XD Je lui ai dit « C’est bien beau tout ça mais pour remonter ? »
« Ben t’appuies là » Et les escaliers sont redevenus normaux.
« Bon et quand il y a une panne alors ? »
« Ben là on fait ça manuellement….il y a un bouton en haut pour le mettre en toboggan, et un en bas pour le remettre en escaliers. »

En bas, il y avait la cuisine, le salon, on est même allés dehors pour voir le jardin de Bambi (il avait planté des tomates et des patates )
On est retourné dans la maison et mon Bambi m’a dit « J’ai encore une pièce à te montrer….et c’est ma préférée »
On va au fond du salon où se trouve une grande armoire qui prend tout le mur du fond. Il ouvre une des portes de l’armoire….qui est en fait une porte ! On descend, et là il y a une grande pièce avec des lumières incrustées dans le mur et au plafond, protégées par du plastique épais. Au fond, il y avait une cage de foot. Bambi me dit que c’est là qu’il vient s’entrainer de temps en temps XD Et après il me dit " Et quand j’en ai marre, je peux changer la couleur de la lumière aussi !"
Il éteint les lumières des murs mais pas celles du plafond, change les 6 plastiques, éteint la lumière du plafond et allume celles du mur….C’était tout bleu….trop mignon.
Bambi m’a dit qu’il avait aussi du vert, du rouge etc. Puis il m’a emmené vers le fond de la pièce encore une fois où il y avait encore une autre porte et là il y avait un canapé devant un mur tout blanc. Du coup pour me montrer, il m’a simplement mis un film XD The Bodyguard la classe.

(j'adore ce rêve là lol! )


Un train qui fait rire
J'étais sur le bord d'un chemin de fer, à une gare vu qu'on attendait le train. Une dame m'a dit "il faut que vous alliez là bas, en B2"
J'y vais donc, et j'attends le train. Un moment je vois d'autres personnes arrivées. En regardant bien, j'ai reconnu mes Niebiescy (Ruch Chorzow). Ils devaient prendre le même train que moi et au même endroit

Juste à côté de moi, il y avait Flix (Bartosz Flis), et pas très loin de lui Concierge (Grzegorz Goncerz). J'ai commencé à discuter avec Flix, et puis j'aperçois Bambi un peu plus loin. J'ai donc laissé Flix et je suis allée le voir.

Il avait l'air triste Je lui ai demandé ce qui n'allait pas, mais il a dit un truc que je n'ai pas compris XD Mais il était tellement triste que j'allais pas le laisser comme ça et j'ai essayé de le consoler.

Ensuite le train est arrivé et on est monté dedans. On a croisé deux autres "trains" et j'ai même dit à Bambi, Bisounours, Minimki, Flix (Bartosz Flis) et Concierge (Grzegorz Goncerz) que ces trains ressemblaient à des suppositoires Je vous raconte pas comme on a rigolé!

Bref, ensuite on est arrivé vers une machine, qui rammassait des patates et cette machine prenait les patates en terre et les mettait dans notre train Mais là, il y a des oiseaux qui sont arrivés et qui nous ont attaqués, parce que la machine avait détruit leur nid sos terre On s'est sauvé se mettre à l'abri sous terre, et on a ramassé les patates nouvelles, les patates naines quoi XD



Un rêve prémonitoire que j'ai fait en juillet 2010 Smile
Je suis dans un avion, pour aller en Pologne Je suis surexcitée. Dans l'avion je vois Emmy, une amie, et je vais discuter avec elle. Comme elle n'est pas à sa place, elle dit à tous les gens qui s'approchent "non c'est déjà pris."

Après je remarque quelqu'un d'autre qui demande qui va en Turquie. Je lui dit que moi je vais à Cracovie Un peu pllus tard, quelqu'un dit qu'elle se rend dans un village en Turquie. Elle sort une sorte de carte postale et la commente. Et etonnés, ils disent qu'ils y a la déesse de la musique je crois sur la carte postale. Intriguée, je vais voir, et en regardanr bien, on peut voir un personnage plus petit qui joue du piano!

Je les laisse pparce que j'ai fin et part manger et boire. Mon amie me propose aussi du chocolat. Et alors que je finis, une dame arrive, elle était ma prof de sport en primaire. Elle me propose elle aussi quelquechose à manger, et je refuse poliment, parce que sinon, j'allais exploser.
Après je regarde à quelle heure j'arrive, et c'était écrit 11h15


Je suis allée à Cracovie en juillet 2011, j'ai pris l'avion à Genève, un après partait pour la Turquie, et mon avion décollait à 11h15 lol!


Un nouveau moyen de locomotion?
Il y avait une plateforme avec pas mal d'ascenseurs. En regardant les boutons, on pouvait voir les destinations. Il y avait entre autres Katowice, Bremen et München. Moi j'étais sur cette plateforme, en compagnie de ma mère, ma grand mère et Concierge Voulant absolumenbt me rendre à Katowice, j'appuie sur le bouton indiquant que l'ascenseur s'y rendait, et on a attendu qu'il arrive.
Ma mère, ma grand mère et Concierge étaient parti se faire un tour un peu plus loin, pendant que je regardais la pancarte. C'est d'ailleurs à ce moment que j'ai constaté qu'on pouvait aller à Bremen e München. Je me suis dit, et merde, si j'avais su, je serais allée à Bremen. Mais comme j'avais envie de voir Katowice ça ne me détangeait pas trop.
L'ascenseur est arrivé. J'ai appelé les trois autres et suis montée dedans. Seulement les portes se sont fermées avant que le premier des trois n'entre (d'ailleurs c'était Concierge xD)
Je me suis retrouvée seule dans l'ascenseur, et on est parti. C'était très étrange. Ce n'était pas tant un ascenseur qu'une montagne russe. J'ai fait de jolies gamelles dans l'ascenseur quand je m'attendais oas à une descente xD
Enfin j'ai pu descendre, le coeur à l'envers, et j'ai attendu un petit peu, pour voir si Concierge ma maman et ma mamie arrivaient. Mais au bout de cinq minutes j'en ai eu marre, et je suis partie en vadrouille dans KAtowice.




La tour de la région des mille lacs
Je m'étais égaré et j'étais en train de chercher mon chemin en pleine nature. Un moment je vois un escalier qui allait à une tour cachée, j'y suis grimpé...mais pour pas grand chose puisque j'ai du redescendre. J'arrive à peine à la porte que j'entends quelqu'un sortir "Cré di diou c'est qui le sacripant qui a osé v'nir par chez moi?!" En sachant que c'était moi, je suis sortie, et je suis tombée nez à nez avec le vieux bonhomme qui avait sorti ça. Il m'a menacé de me donné aux pâtures aux rats. Alors moi je me suis sauvée parce qu'il ne voulait pas entendre mes excuses.
J'ai couru et le bonhomme me poursuivait avec sa fourche xD. Un moment du haut de la petite falaise où j'étais je vois un lac, bleu turquoise, et pas loin de là où j'étais, je vois une sorte de toboggan naturel. Je l'ai utilisé et je me suis retrouvé dans le lac. Il était très beau ce lac. Il y avait une crique en face de moi, avec des sortes de cuves qui pouvaient faire comme une baignoire. Là où j'étais il y avait du courant, car le lac était traversé par une rivière.
J'ai regardé vers la falaise et j'ai vu le vieux faire un sourire mauvais. J'allais nage vers la crique où il y avait des gens, mais là le courant est devenu plus fort...et m'a emporté avec lui. Impossible de nager, d'ailleurs j'avais failli me noyer...et j'ai même vu que plus loin il y avait des chutes d'eau.

Je me suis dit "ça y est, c'est la fin!" Si je ne mourrais pas noyée, c'était à cause de la chute... A ce moment il y a quelqu'un qui est venu à mes côtés. Je l'ai reconnu tout de suite quand il m'a parlé. C'était Bambi ! Sauf que je n'étais qu'à moitié contente de le voir parce que ce zazou risquait de mourir lui aussi Tout ça juste pour venir m'aider.... Quel gâchis!
Bref, du coup on a pas réussi à sortir à temps avant la chute d'eau et on a fait un beau vol plané tout les deux Je me suis en suite réveillée à l'hôpital, avec mes parents qui étaient là. Je n'avais rien du tout! je ne sais pas comment ça a pu être possible! Et là il y a Bambi qui arrive, lui il s'était juste cassé le bras, et il m'a demandé si j'allais bien. Ben j'ai répondu que oui et je lui ai retourné la question. Il m'a dit que si j'allais bien, alors il allait bien aussi Moi je ne comprenais pas comment j'avais pu ne rien avoir, et il m'a expliqué qu'il voulait pas que je me fasse mal alors il m'avait pris dans ses bras pour me protéger.




Un jeu dangereux
Bambi et moi étions dans une sorte de grotte où il faisait très chaud, avec deux colosses. Les deux colosses nous ont fait montés sur une plateforme avant de créer une boule de feu et de la lancer sur le sol en bas. On ne pouvait donc pas revenir en arrière.
Ils nous ont donné des seaux de flammes. Le but du "jeu" étant d'enflammer les créatures qui se trouvaient sur le parcours de roche devant lequel on était. Les deux colosses se chargeaient des visibles seulement, Bambi des invisibles seulement et moi de ce que je voulais.

Les deux géants sont donc partit en chasse très rapidement. Bambi a soupiré et y est allé aussi. Moi j'hésitais....jusqu'à ce que j'entende un cri. J'ai sauté sur le terrain et j'ai tourné la tête sur ma gauche. Il y avait Bambi qui était par terre avec une épée qui lui transperçait l'épaule droite. Au premier abord il n'y avait personne derrière, mais je savais que c'était un invisible, alors j'ai couru, et ensuite j'essayais de trouver celui qu'on ne pouvait pas voir dans le dos de Bambi pour le brûler avec le seau de feu.
Seulement, l'homme invisible a eu le temps pendant que je cherchais où se trouvais sa tête de retirer son épée -je vous passerai les cris de douleur avec ça- et l'a levé vers moi. Mais Bambi, avec le peu de force qui lui restait, a réussi à le bloquer, juste le temps que je puisse sceller son sort.

L'invisible étant volatilisé, je suis retournée auprès de Bambi. S'en ai suivi une discussion très courte.
Bambi - Merci pour tout.
Moi - Tu meurs pas hein. Reste en vie.

Il a juste sourit un peu avant de fermer les yeux.





Bon voilà, j'arrête là, vous avez de quoi faire ::lol: Je suis vraiment un cas moi avec mes joueurs de foot xD

_________________
Le personnage de mon avatar est Milka, alias Kamil Łączek...vous voulez toujours l'appeler par son vrai nom? lol!
Revenir en haut Aller en bas
Moli&Cie
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 20
Localisation : Marne (51)
Loisirs : Lire, écrire ...
Date d'inscription : 18/12/2011

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Mar 20 Déc 2011 - 22:47

Bon aller je me lance :

Un éclair déchire le ciel, le toner est assourdissant :
- Vite ! Ils approchent, cours !
Cette voix m'est totalement inconnue mais je présent que suivre son conseil serait de bon augure ... Je me met à courir, le plus vite que me le permet mon corps ... Soudain une douleur envahit mon flanc droit, je vacille, trébuche, me retrouve à terre... Des bruits de sabots s'approchent de moi, la peur m'envahit ...
- Lève-toi ! Cours vite !!
Je tente de me relever mais retombe la douleur me prend à la gorge, j'ai mal, si mal ... Je saigne, je le sens ... Une flèche me transperce de part et d'autre de mon côté droit ...
- Tu ne peux abandonner ! Tu dois t’enfuir, ils t'attendent ils ont besoin de toi !
La douleur s'intensifie toujours, le toner gronde, des éclairs explosent dans tous les coins, je n'en peux plus, je ferme les yeux, et laisse mon esprit quitter ce corps, je ferme un à un chacun de mes sens, je ne vois plus, n'entend, plus ne sent plus, je n'ai plus de goût dans la bouche, je ne sent plus la boue coller mes vêtements à mon corps... Je ne suis plus de ce monde, laissez moi partir en paix, pardonnez moi mes frères et mes sœurs, je n'ai pas été à la hauteur...
Mon épée tombe de ma main, le dernier espoir de mon peuple vient de périr, la fin est proche ...



*Déclenchement de la radio* Fin de mon rêve : "Il faut que j’arrête de regarder des films!"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Voici mon pire cauchemar mais ma plus belle mort   Jeu 2 Jan 2014 - 15:39

Je vous expose là mon pire cauchemar....  Evil or Very Mad 

Je suis dans le hall de mon lycée. Je crois qu'il fait gris, cependant je ne vois pas de nuages dans le ciel à travers les fenêtres. Il n'y a pas foule. Seulement une dizaine de personnes. Mon beau-père est assis sur le bord du banc du fond du hall. Je m'approche de lui. Soudain, une rafale de kalachnikov retentit derrière moi. Je me retourne très vite et voit un homme armé vider son chargeur sur les personnes.

Je me colle contre le mur près de mon beau-père puis je m'accroupis. Soudain, une balle ricoche contre un pilier de bois à ma gauche et brusquement se plante dans ma gorge. Je sent la balle m'oppresser, m'empêcher de respirer. Ma respiration s'essouffle, je lutte désespérément pour inspirer de l'air. La balle est juste là, à gauche de ma carotide. Je vois trouble, j'ai peur et sent que je vais mourir....
Mon beau-père a disparu et je crois qu'il ne reste que moi dans ce hall, seule, blessée et mourante.

Le décor change....
Je me retrouve dans une énorme prairie avec de l'herbe à perte de vue. Seulement l'herbe n'est pas verdoyante, elle est sombre, tout comme le ciel couvert de nuages. Cette fois-ci, il y a toute ma famille avec moi: mon beau-père, mes deux frères et ma mère. Nous sommes en ligne derrière une ligne blanche. C'est alors qu'apparaît devant nous l'homme qui était dans le hall et qui m'a tiré dessus. À ce moment, la douleur dans ma gorge se réveille. Pourtant, la balle n'est plus là. J'ai encore un mal terrible à respirer.
L'homme (je ne distingue pas son visage, pourtant il n'est pas couvert) nous dit d'une voix parfaitement ordinaire:"Vous voyez, là-bas, il y a une ligne pareil que celle-ci. Le dernier d'entre vous qui franchit la ligne mourira pour libérer sa famille."

Sans prévenir, les trois garçons s'élancent, alors moi aussi, je cours. Je cours pour sauver ma vie. Seul ma maman ne se précipite pas. Soudain je réalise que la ligne se rapproche. Je réalise que ma mère va mourir et je l'entend sangloter en même temps qu'elle s'efforce d'avancer. Les garçons sont déjà arrivé. Si je fais quelques pas de plus ma mère, ma propre génitrice, mourira.

Alors je ralentit. Je sens la peur tordre mes tripes et les larmes pointer. Maman se rend compte de ce que je fais et me demande d'arriver en même temps qu'elle. Seulement je ne veux pas prendre de risques. Au moment de franchir la ligne, je m'arrête. Ma mère passe avant moi. Je ressent un petit soulagement.

L'homme m'attrape et me dis:"Je t'accorde une faveur. Tu peux dire au revoir à ta famille."

Ce qui se passe ensuite est un moment dans mes rêves où je n'ait jamais ressentir autant d'émotions à la fois.
Ma maman me prend dans ses bras et chuchote au creux de mon oreille:"Ma chérie, courage. Tu sais, tout le monde meurt un jour. Ça va bien se passer, ma belle, tu nous attendra là-haut et on te rejoindra, un jour. Tu nous a libéré et tu vas mourir pour nous ma chérie. C'est magnifique, ne pense-tu pas? Courage m'a belle." Elle sanglotait et moi aussi. Mais pas de peur. D'émotion. Ma mère ne me disait pas ça parce qu'elle n'avait pas de pitié, mais parce qu'elle voulait que sa fille parte en douceur, sans peur. Et ça, c'est une chose puissante que je n'avais jamais ressentit dans un rêve. C'était beau, ce qu'elle disait. Et nous pleurions sur l'épaule de l'autre.
"Ma belle, tu verras, là-haut, c'est beau, il n'a pas de peurs, pas d'angoisse. Juste la beauté des anges". Je ne répondait pas, j'écoutais. Les larmes baignaient mes joues, j'étais secouée de spasmes, mais je n'avais pas peur. Juste une submersion par l'émotion de ce que ma mère qui allait me voir mourir me disait pour me calmer...

L'homme m'a placé devant une guillotine.....

Le rêve s'est achevé ainsi. Je me suis réveillée les larmes aux yeux, tremblante.
Revenir en haut Aller en bas
Matlard
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/07/2013

MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Sam 4 Jan 2014 - 0:23

Salut tout le monde !

Voici un rêve qui m'avait bien secoué il y a quelques mois, les noms des personnages ont été changés puisque je compte incorporer ce récit dans un gros texte que j'écris. C'est un peu brut de décoffrage, je viens de l'écrire ! (alors merci pour l'idée de sujet car ça fait des mois que je me dit qu'il faut que je l'écrive !)

Une nuit sombre et étrange dans Paris. Les arbres défilent sur le côté dans la pénombre et les immeubles qui jalonnent les rues font ce qu’ils font toujours ; ils crèvent le ciel d’un noir d’encre. Comment est-ce possible ici ? L’air frais fouette mon visage et celui de Zoe. Elle balance quelques coups de pédale énergiques pour arriver à mon niveau. Zoe sur son vélib a fière allure.

— Alors couillon pourquoi tu traines comme ça ? lance-t-elle dans l’obscurité de cette rue déserte du onzième.

La route est exempte de la moindre âme, complétement vide. Les trottoirs aussi. Comme si la ville toute entière avait été vidée de fond en comble.

— C’est sa maison, dis-je. Son appart. Zoe, c’est l’appart de Lena.

Zoe s’était évaporée. Tout comme les millions d’autres parisiens. Plus de Zoe Montana. Le ciel noir d’encre de Paris. J’attrape mon téléphone et compose le numéro de Lena. Une sonnerie. Puis deux. Puis trois… Pas de réponse alors je rappelle aussitôt.

— Réponds Lena, réponds s’il-te-plaît.

Impossible d’ouvrir la porte d’entrée de son immeuble. Lena était là, à quelque mètre de moi mais rien ne pouvait y faire. La porte d’entrée et son immeuble se dressaient devant moi ; impuissant et frustré.
Peu de temps après, Zoe et moi traversions un des nombreux ponts qui assurent la jonction entre la gauche et la droite. On n’y voyait vraiment rien. Pas à trois mètres. Zoe s’arrête devant moi et descend de son vélib, belle comme Zoe était belle. Sauvage, franche et amoureuse.
La tendresse dans les yeux de Zoe. Une flamme capable d’embraser la pire nuit d’hiver.

— T’as des cheveux ? me fait-elle.
— Des cheveux ? Oh tu veux dire des projets pour nous deux ? Oui j’en ai.
— Ouiii, elle a dit avec une voix suraiguë.

Sur sa bouche plus de sourire qu’esse-tu-veux-mec. Seulement le bonheur.
J’ai enlacé Zoe. Comme pour fondre en elle. J’étais heureux. Et partout le temps s’est arrêté. Nous étions juste là, Zoe et moi, seuls dans l’obscurité de cette ville fantôme. Et nous tournions, l’un dans l’autre. Nous tournions sur nous-mêmes. Serrès de toutes nos forces, nous valsions de plus en plus vite. Je nous voyais de haut, comme si j’observais la scène, perché en l’air par un fils imaginaire. En réalité Zoe et moi ne tournions pas, c’est toute la scène qui tourbillonnait sous le ciel effrayant. L’extrême beauté de cet instant. La magie des corps en symbiose parfaite et j’étais malheureux.

Parce qu’il y avait Lena.

Surgissant de nulle part, un hurlement imprégné de tristesse déchira le calme de la rue. La danse effrénée continua de plus belle alors que ce cri de désespoir, de chagrin dans sa forme la plus pure redoublait d’intensité. Ce hurlement. Mon hurlement. Le visage de Lena. Et alors que la vitesse du maelström s’intensifiait toujours plus, je fus aspiré, moi l’observateur sur son fils imaginaire, dans le gouffre de la nuit vers ce ciel qui m’effrayait tant. Et Zoe et Zack disparurent, comme le font les étoiles filantes en se désintégrant dans l’atmosphère.

_________________
"(…) parce que les gens qui m’intéressent sont les fous furieux, les furieux de la vie, les furieux du verbe, qui veulent tout à la fois, ceux qui ne bâillent jamais, qui sont incapables de dire des banalités, mais qui flambent, qui flambent, qui flambent, jalonnant la nuit comme des cierges d’église."

Sur la route, Jack Kerouac.

[Le bon mot au bon moment, parce que tout ce qui compte c'est l'instant]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   Dim 6 Avr 2014 - 16:51

Je suis assise à une table. Dans un arbre, un très grand arbre. Très vert, aussi. Comme si on l'avait repeint. Mais repeindre chaque feuille une par une, ça doit être un travail considérable. Donc on va dire qu'il s'agit de sa couleur naturelle. La table est entièrement en bois. A vrai dire, on croirait qu'elle est sortie du tronc de l'arbre. J'ai l'impression de dîner avec ma famille, mais il n'y a rien sur la table. Etrange. Mais je ne m'attarde pas sur la question. Je me lève pour admirer le panorama. Enfin, je crois que c'était mon intention.

Je cligne des yeux. Je suis au bord d'une falaise. En contrebas, la mer se jette avec colère sur la pierre. Je ne peux pas m'empêcher de me demander si la pierre a, d'une manière ou d'une autre, mis la mer en colère. Tant pis pour elle. Le vent aussi me semble énervé. Ils siffle à mes oreilles, comme un serpent invisible. Il me pousse vers le précipice. je me raccroche à ce que je peux. Une touffe d'herbe. Et soudain, je m'envole. Est-ce le vent qui me porte ainsi ? Ou je ne sais quel autre étrange phénomène ? Peu importe. Je suis sauve. Je regarde en-dessous de moi. La mer. Pour une raison que j'ignore, je n'ai soudain plus qu'une envie : aller voir quels mystères se cachent dans ses profondeurs. Je plonge sans hésiter.
Une fois sous l'eau, la mer me semble beaucoup plus calme. Peut-être que ce n'est qu'une impression. Je regarde autour de moi. Il fait beaucoup plus sombre que je croyais. Et un froid terrible m'enserre. D'étranges poissons nagent autour de moi, certains me regardent. J'ai l'impression de couler lentement vers le fond. Je ne manque pas d'air, mais cela me terrorise. Il fait de plus en plus noir, mon imagination sort des limites que j'essaie de lui imposer. Je m'imagine des monstres au yeux rouges me fixant, derrière moi. J'ai peur. Je veux remonter. Et puis, il y a ce bruit incessant, qui me tinte aux oreilles et me donne l'impression que le temps s'accélère.

Mue par une habitude, je me jette d'un bond hors de ma couette pour éteindre mon réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déscription d'un rêve 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déscription d'un rêve 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Description de Grey's Anatomy
» [SOFT] WINAMAX : Poker en ligne argent fictif ou réel [Gratuit]
» Le chevalier d'or du bélier
» DESCRIPTION DE MON VILLAGE
» José (Lascars) demande un Fond !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture-
Sauter vers: