Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 19e concours - les votes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Quel texte préférez-vous ? (un vote par personne)
Texte n°1
32%
 32% [ 7 ]
Texte n°2
14%
 14% [ 3 ]
Texte n°3
18%
 18% [ 4 ]
Texte n°4
36%
 36% [ 8 ]
Total des votes : 22
 

AuteurMessage
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: 19e concours - les votes   Dim 15 Nov 2009 - 17:56

Bonjour,


Les votes sont lancés pour ce 19e concours d'écriture !

Vous avez le droit à un vote par personne.


Fin des votes : dimanche 29 novembre 2009.

Merci à tous les participants et surtout bonne chance Smile





Texte n°1


Papa. Tu aimes pas que je te le dise. Les petits parfois ils te le disent aussi. Même si tu n’es pas leur vrai papa. Tu n’es pas mon vrai papa à moi non plus. Moi je suis ton petit frère. Mais c’est comme si tu étais mon papa parce que tout le monde dit que tu es très courageux de continuer à t’occuper de moi et un papa c’est courageux comme ça je crois.
Avant c’était pas pareil. Avant j’ai fait quelque chose de très mal c’est pour ça que les petits ont plus de papa ou de maman. Avant j’étais intelligent aussi tu m’as dit. J’avais fini d’aller à l’école alors que les petits tu leur apprends juste à compter et ils savent pas lire alors que je savais. Maintenant tu dis que je suis qu’un imbécile tu as raison je crois.
Parfois j’arrive pas à parler ça fait rire les petits. Je veux pas qu’ils rient. Un jour j’ai dit que j’allais les tuer quand ils riaient et tu étais très en colère tu as cogné ma tête contre un mur et mon nez saignait et tu criais et je recommencerai plus jamais je veux plus que tu sois en colère moi je veux plus être méchant tu as dit aux petits que j’étais méchant mais je veux plus.



Aujourd’hui j’ai mal à ma tête et je comprenais pas quand tu me parlais et tu t’es fâché et tu m’as donné des coups et j’ai pleuré alors j’ai pas eu de repas. Les autres tu leur expliques quand ils comprennent pas. Je suis pas pareil que les petits. Eux ils sont plus intelligents moi je suis trop stupide tu m’as dit. Et moi je suis plus grand. Je suis pas un petit. Et eux ils sont jolis et pas moi. C’est pour ça que tu m’aimes pas autant qu’eux je crois et aussi parce que moi j’ai fait que des bêtises.
Ma tête fait toujours mal.



On est le jour de ton anniversaire. Les petits t’ont fait des dessins et tu leur as dit que c’était gentil d’avoir fait des beaux dessins comme ça. Alors je t’en ai fait un aussi mais quand je te l’ai donné tu l’as déchiré. J’ai pleuré et tu m’as tapé avec la louche qui est dans la cuisine d’habitude et tu criais. Je crois que mon dessin il était pas beau. Les petits mangent un gâteau. Moi j’aurai pas de repas ce soir. Je suis pas un gentil petit garçon. La dame qui est venue chercher un petit elle a dit que j’étais un monstre. Je suis affreux moi je crois. Tu as dit que je mérite ce qui m’arrive. Que c’est bien fait pour moi.



J’ai faim. Ca fait plus qu’un jour que j’ai pas mangé et j’ai tellement faim. C’est parce que j’ai cassé la poupée de la petite qui a qu’une jambe. Et tu étais très en colère et tu as dit que c’est à cause de moi qu’elle est comme ça et tu m’as encore tapé avec la louche de la cuisine et j’ai encore mal. Pardon papa.
Tu t’approches de moi. Tu poses quelque chose par terre à côté de moi et tu dis « Tiens ». C’est de la soupe. Je te dis merci. Papa. C’est tellement gentil. Je t’aime mon papa à moi. J’ai tout pensé tu sais. Comment ça sera. Tu me diras « viens là toi » comme tu dis aux petits et tu vas me serrer dans tes bras très fort. Et puis après j’aurai le droit de manger avec toi et les petits.
Je sais que j’ai pas le droit et que j’aurai pas de câlins comme tous les autres petits garçons. Je suis même pas beau. Eux ils ont des grosses joues et tu trouves ça mignon et moi je suis tout maigre et tu dis que je ressemble à rien.
Aujourd’hui c’est bientôt Noël. J’ai très froid et ma tête me fait mal et mon ventre aussi. Hier j’ai vomi et tu as crié mais tu m’as juste donné une claque et tu m’as dit de nettoyer. Je t’aime papa tu sais. Parce que tu es gentil de me garder à la maison et de me donner à manger et tout ça. Même si j’arrive plus à faire tout ce que tu me demandes ça fait depuis deux jours que je rate tout même mettre la table et que ça t’énerve et que tu es tout le temps fâché contre moi tu dis que je suis encore plus bête qu’avant. Je sais pas pourquoi tout se met à tourner et j’ai encore envie de vomir à chaque fois que je marche. Je veux pas que tu sois fâché mon papa. Je veux pas que tu me tues comme a dit mon autre grand frère.
Les petits ils se moquent tout le temps de moi maintenant mais je suis sage quand même. Peut-être qu’à Noël j’aurai un cadeau moi aussi ?


Demain c’est Noël. J’arrive pas du tout à faire mon travail. J’ai beaucoup de mal à rester debout. J’ai froid. Et j’ai mal aussi. J’ai tout le temps envie de pleurer mais il faut pas. Tu veux pas que je pleure.
Tu t’approches de moi…


-Allez, dehors. Vas t’en maintenant. Ca suffit comme ça.

J’ai froid. C’est tout blanc autour. J’ai froid.

-Qu’est-ce que…
-Je n’ai pas enlevé le corps.
-C’est lui ?
-Oui. C’était déjà trop de le loger et de le nourrir, si par-dessus le marché il n’était pas fichu de travailler en retour…
-Tu n’aurais pas dû le garder. Surtout avec les gosses chez toi. Même dans cet état-là, on ne sait jamais.
-Maintenant, il ne nuira plus à personne, n’est-ce pas ?
-Viens. Il fait froid ici.

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.


Dernière édition par Iron le Dim 15 Nov 2009 - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 15 Nov 2009 - 18:00

Texte n°2



TONY, le fils du boulanger.


A Monteux près d’Avignon, un concours de Quiz, pour gagner un baptême de planeur.
Tony, le fils du boulanger se présente ce jour pour le concours.
Il a mis son costume bleu, pour ce mois de juillet.
Il entre dans la salle des fêtes, quand Louis, l’adjoint au Maire, lui demande :
Mais où vas tu Tony ? dans ton habit du dimanche ?
Eh bien, je viens m’inscrire au concours !
Mais c’est dur !
Je sais, mais je vais t’étonner !
Louis sourit et dit à Sophie, l’organisatrice :
Quel fada celui-là !!
Une vingtaine de concurrents s’étaient présentés au concours.
Tony passa dans les trois premiers.

Première question :
En quelle année fut construit le pont du Gard ?
Le minuteur lancé 3 minutes.
Tony s’élança et bipa :
1996 !
mauvaise réponse !
Une fois je suis montée dessus avec mon père, des cailloux bougés. Il m’a dit de laisser les cailloux à sa place car il en avait besoin pour finir de construire le pont, alors tu vois ! mon père a toujours raison !!.
Tout le monde éclata de rire.
Le présentateur interrogea un deuxième candidat :
« Le pont du Gard a été construit par les Romains, il y a 2000 ans ».
Bonne réponse !
Tony regarda le présentateur :
Et moi, j’ai pas gagné ?
Non ! peut être la suivante !

Deuxième question :
Quels sont les couleurs de l’arc-en-ciel ?
Le minuteur démarra.
Tony compta sur ses doigts. Il bipa :
bleu, rouge, jaune, c’est beau !!
Mauvaise réponse !
Tony s’énerva :
Non c’est vrai, quand il pleut et que les lumières du ciel viennent avec le soleil, eh bien c’est très beau , pourquoi tu dis ça !!
La troisième personne une dame âgée répondit :
« je pense qu’il y en a sept, le violet, l’indigo, le bleu, le vert, le jaune, l’orangé et le rouge »
Très bonne réponse !

Troisième question :
Combien font 15 874 + 256 – 36 x 5 ?
Tony noyait par tous ces chiffres, pensa un chiffre au hasard. Il bipa :
100 000
Mauvais réponse !
Non, non et non dit il, je sais que c’est ça !
Le présentateur lui demanda de se replacer à son pupitre. Aucune bonne réponse fut donnée car les deux candidats trouvaient cette question compliquée. Le présentateur donna la réponse : 80 470 et passèrent aux autres questions, les unes plus compliquées que les autres et Tony continua à faire rire la galerie.
Au bout des 20 questions posées, le présentateur désigna Odette, la dame âgée comme vainqueur de la première manche et remercia les deux autres candidats et fit rentrer les suivants pour une deuxième série de 20 questions.
Les trois autres candidats prirent place derrière leurs pupitres pour une série de 20 questions.
Tony dans le public écouta le présentateur posait ses questions.

Première question :
Que signifie nippon ?
Le minuteur reprit. Les candidats surpris réfléchissaient.
Tony leva la main, mais le présentateur lui tourna le dos.
A cet instant, il se leva de sa place et se planta devant lui en lui criant sa réponse :
Cela veut dire pas de pont ! Tout le monde éclata de rire.
Les autres candidats prirent des fou rire, mais ne put se concentrer et le minuteur sonna les trois minutes écoulées.
Il dit en regardant Tony méchamment: c’est un terme Japonais !!
Le présentateur fit signe à la régis de bien vouloir renvoyer Tony car il gênait les autres candidats à réfléchir aux questions.
Sophie fit signe à Tony et lui expliqua qu’il fallait qu’il quitte la salle car il perturbait les candidats.
Il fit non de la tête et promis de ne plus intervenir sans y être invité.
Elle ne put lui refuser mais le mit en garde. Il fit oui de la tête et retourna s’asseoir dans le public.
Le Quiz reprit.

Deuxième question :
Que signifie les initiales S D F ?
Tony se mit à rire et le présentateur vexait se tourna vers lui et le pointa du doigt.
Que vas tu encore me sortir comme bêtises ?
Tony se leva et dit à voix haute : c’est ce que mon père me dit tout le temps quand il prépare le pain dans le four : Sort du four , tu sais c’est ça la réponse, tu vois je suis intelligent !!, facile comme question !!
Le minuteur retentit et encore personne ne donna de réponse, mais entre les fou rires des candidats, et le présentateur ainsi que les organisateurs du jeu étaient désarmés sur la naïveté et la fantaisie de ce cher Tony qui faisait rire toute l’assemblée par ses réponses idiotes.
Cela m’était de la bonne humeur dans la salle.
Il faisait chaud, Tony était rouge et ses yeux brillés.
La salle était redevenue calme et le présentateur annonça la troisième question et les autres suivirent pour arriver à la vingtième, dont un monsieur se sentait confiant.

Vingtième question :
Dans un jeu de tarot, quelles sont les trois cartes à l’atout ?
Le minuteur reprit.
Tony qui s’était calmé après les remontrances de Sophie qui l’avait pointé du doigt en lui désignant la porte de sortit, se fit tout petit, mais là il brûlait d’impatience et leva le doigt pour répondre :
C’est quoi l’atout ? Moi je connais, la bataille, le ramis, mais pas l’atout , Alors tu vas me répondre ?
Un candidat coiffait d’une casquette bipa :
Les trois atouts sont : l’excuse, le petit et le 21.
Bonne réponse et bien monsieur vous êtes sélectionné pour la finale.
Tony déçu, se leva, tapota sur l’épaule du présentateur. Celui ci se retourna violemment et bouscula Tony qui tomba. Il se pencha vers lui et l’agrippa à son col de sa veste et lui dit : tu veux savoir ce que c’est que l’atout ? Eh bien aujourd’hui tu as tout eu et j’ai tout encaissé. A présent fou moi la paix !
Heureux de sa réponse, Tony se leva et dit à voix haute : je sais ce que c’est de l’atout car j’ai tout eu !! c’est lui qui me l’a dit.
Le Quiz dura toute la journée. Le présentateur épuisait nomma Odette la gagnante du concours et remporta le baptême de planeur.
Tony fidèle à ses pitreries et lui aussi fatiguait par cette journée où il reçu un lot de consolation, un grill pain électrique, pour le remercier.
La journée se termina par un apéritif organisait par la mairie et le vainqueur fut félicité.
Il alla voir la gagnante et lui demanda d’échanger le lot, Elle trouva cette remarque déplacée, mais comme elle avait beaucoup ri pendant le concours, sourit et se rapprocha de Sophie en lui demandant d’échanger le lot avec Tony car il méritait plus le gros lot qu’elle, vu l’ambiance qu’il avait mis pour que le concours se déroule dans la joie et la bonne humeur.
Ravi de sa décision, Tony l’embrassa et partit avec son baptême de planeur. Il se mit à courir jusqu’à la boulangerie pour l’annoncer à son père et à sa mère, tellement il en était fier.

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.


Dernière édition par Iron le Dim 15 Nov 2009 - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 15 Nov 2009 - 18:02

Texte n°3


Mon ange.

« La lune ne voudra jamais embrasser le soleil, car elle aurait peur de se brûler. »
Cette réflexion me fit sourire. Je trouvai que mon enfant, presque adolescent, qui venait de la prononcer, démontrait une intelligence associée à une imagination débordante.
Sébastien, il se prénommait ainsi, car je voulais avant sa naissance qu’il soit beau, blond, intelligent et tout ce que souhaite une maman à sa progéniture. Il était beau, très beau, trop beau même ; il était blond, trop blond peut-être ; il avait un regard intelligent et plein de malice. Mais, derrière ce physique d’ange, se cachait une tempête, une tempête de vide.
– Bonjour, Sébastien !
– …
Il leva la tête et me regarda en affichant son rictus habituel au coin des lèvres. Ses yeux clairs possédaient une transparence cristalline qui laissait croire que sa vision des choses embellissait sa vie. Moi, je savais que la perception de son cerveau le transportait dans des mondes qui n’appartenaient pas au nôtre.
– Bonjour, Sébastien !
– Je sais qui vous êtes. Je ne vous aime pas !
Sa voix, mon Dieu que sa voix était étrange et en réel décalage avec son physique angevin. Ils sortaient de sa bouche des sons modulés d’une étrange façon, très aigus et particulièrement désagréables, lorsqu’il voulait manifester sa mauvaise humeur. Cette voix, plus proche de la scie égoïne que du violon, il en jouait toujours pour exprimer ses rancœurs ou ses colères.
– Bonjour, Sébastien !
– …
Il me tira la langue, cette petite langue rose, vicieuse et pointue comme la tête d’un serpent qui forcerait un passage entre ses lèvres charnues. Les efforts qu’il réalisait pour qu’elle sorte le plus possible, l’amenait à ressembler à un monstre qu’il n’était pas.
– Bonjour, Sébastien !
– Je sais que c’est vous qui avez rempli ma tête, je ne vous aime pas ! hurla-t-il.
– Es-tu sûr ?
– Non, mais le chat me l’a dit.
Il rejoignit le mur, et regarda ses pieds. Il se penchait toujours en avant, les mains en appui sur la cloison pour les regarder. Il restait dans cette position et me disait ce qu’il voyait.
– Dans ma tête, il y a des pieds qui marchent longtemps.
– Oui ! Et qu’est-ce que tu vois d’autre ?
– Dans ma tête, j’ai un vélo, c’est terrible !
– Non !
– Si ! Je l’ai vu ; un vélo rouge.
– Non !
– Rouge et blanc, avec des pédales noires et une sonnette.
– Non !
– Si, si, si ! Et l’autre, il y a toujours l’autre.
– Qui est-ce ?
– …
Il posa le haut de sa tête contre le mur, il grogna, et régulièrement, frappa avec son crâne pour produire des bruits sourds qui semblaient le soulager. À chaque choc, il fermait les yeux, mais très vite, il se mit à baver.
– Bonjour, Sébastien !
– …
– Bonjour, Sébastien !
– …
Nous avions atteint le blocage. Le mutisme, sur le qui était l’autre, durait depuis le début de mes tentatives de pénétrer son esprit. J’avais encore une fois été trop vite. Renfrogner, regardant toujours ses pieds, il resta silencieux de longues minutes. Je savais que je devais avoir la patience d’attendre qu’il se décide à reprendre contact avec moi. Je savais que je ne devais en aucun cas le brusquer ou l’interroger ; il n’était plus là, il voyageait dans les mondes dont il détenait seul le secret. Puis, il m’étonna.
– Sur cette planète, les autres sont tous fous, seuls les normaux comme moi restent enfermés, me dit-il plus calmement.
– Qui sont les autres ?
– Tous, tout le monde.
– Qui, dit cela ?
– Les arbres, ils me l’ont dit ; c’est vrai, ils ne me mentent jamais.
– Ils disent quoi, encore !
– …
Il tourna la tête pour perdre son regard dans le vide. Il refusait d’affronter le mien et récusait de me croire.
– Bonjour, Sébastien !
– Miaou !
Voilà, il venait encore de m’échapper et de partir dans un monde fantasmagorique. Pâle, il se mit à transpirer et à trembler comme sur le point de faire une crise épileptique. Ses jambes ont lâché, et, à genoux face au mur, il resta prostré.
– Bonjour, Sébastien !
– Miaou !
Il tomba sur le côté, roula sur lui-même et, à quatre pattes, émettant un bruit roque avec sa gorge, il sauta sur le divan.
– Bonjour, Sébastien !
– …
– Qui es-tu ? demandé-je.
– Moi ?
– Oui, toi.
– Toi.
Il me disait toujours qu’il était moi.
– Bonjour, Sébastien !
– Le chat a peur du chien, j’ai peur du chien, je suis un chat.
– Non !
– Si !
– Non !
– Si, le chat me l’a dit quand nous étions sur la Lune, tu sais…
– Bonjour, Sébastien !
– …
Je devais lui couper la parole. Je devais m’imposer.
J’avais pensé qu’un animal de compagnie, un chat, lui offrirait une stabilité émotionnelle plus apaisée. Je dois avouer que je m’étais lourdement trompé. Le chat avait trouvé comment communiquer avec lui. Leur liaison avait une force qui me laissait penser que l’animal parvenait à capter son attention mieux que moi.
– Bonjour, Sébastien !
– …
– Où est-il, ton chat ?
– Dans ma tête.
– Que fait-il dans ta tête ?
– Il fait du vélo.
– Pourquoi ?
– Il court après le chat.
– Pourquoi fait-il cela ?
– Je ne sais pas.
– As-tu faim ?
– Non ! Je ne veux pas manger le chat.
– As-tu soif ?
– Non !
– As-tu…
– Arrête, la lune va te mordre.
– As-tu…
– Arrête, les arbres ne veulent pas.
Je mis fin à la dispute. Sa crise était trop longue à passer. J’étais consterné de voir sa révolte, je souffrais de ressentir mon incapacité à le faire évoluer vers un minimum de compétence à lier mes propositions avec ses besoins physiologiques. Pour se nourrir, il usait de la même technique que le chat ; quand il avait faim, il se postait devant son assiette, miaulait, et attendait qu’on le serve. Le plus souvent, il volait la nourriture dans le réfrigérateur. Celle que nous mettions à sa disposition sur une table ne l’attirait pas, il préférait chasser dans les placards ou sous les meubles.
Chaque fois que je le voyais prostré sur le sofa, je m’installai au piano, soulevai le couvercle et par petites touches, je produisais quelques notes légères savamment choisies.
Je n’avais pas besoin de me retourner pour savoir qu’il se détendait. Les sons que je produisais lui permettaient de revenir dans notre monde, de retrouver des rythmes cardiaque et respiratoire normaux, de se laisser bercer par les vibrations qui massaient ses neurones. Les yeux mi-clos, il se balançait certainement comme un ours en se servant de sa merveilleuse souplesse féline qui le caractérisait. Cette hypnose acoustique restait la seule posologie efficace pour que les démons du mal qui l’abimaient s’enfuient de sa tête.
Un jour, récemment, quand il posa sa main froide sur mon épaule, il me surprit énormément. C’était la première fois qu’il avait accepté de me toucher en dehors des coups qu’il me donnait lorsque je faisais sa toilette. Cette main froide, je la laissai se réchauffer sur ma peau. Il me caressa l’épaule. Ce contact tactile me pénétra au plus profond de mon corps, et je fus incapable d’empêcher un frisson me parcourir le dos.
– Je t’aime ! susurra-t-il à mon oreille.
Mon bonheur devint incommensurable, mais je réussis à maîtriser mon émotion.
Je ne lui répondis pas, cette déclaration était tout aussi importante que son comportement. Je me concentrai pour jouer juste et pour me souvenir des compositions improvisées qui venaient spontanément guider mes mains.
Était-il donc possible que la musique nous serve de moyen de communication ? Avais-je trouvé par hasard le ténu passage qui pourrait nous relier ?
J’aurais voulu que ce moment de partage se poursuive éternellement. Je rêvai que mon Sébastien me revienne et que moi, sa mère, je puisse partager comme toutes les mamans du monde, ses joies et ses peines.
De cette fugace relation, je construisis un espoir fou, je voulus croire que mes mains soient capables de créer un langage musical qui permette à mon fils de m’aimer ; du moins de me reconnaître ; au mieux, de me voir et de comprendre ce que je lui disais : rien que cela m’aurait suffi.
Malheureusement, Sébastien rejoignit les étoiles quelques mois après cet inoubliable moment. Embolie cérébrale, me dit le docteur.

J’espère que là où il est, la musique qu’il entend, celle des anges, lui rappelle que sa maman, ici, ne l’oubliera jamais.

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.


Dernière édition par Iron le Dim 15 Nov 2009 - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 15 Nov 2009 - 18:03

Texte n°4


L’heureux Bouteux

Bonjour. Je m’appelle André. André Bouteux.
Mais avant je ne m’appelais pas comme ça. Après cinq années à attendre, alors que je ramassais des sacs poubelles, des gens que je ne connaissais pas ont changé mon nom. Ils ont accepté de changer le « i » de mon ancien nom, en « ou ». C’est mieux.
J’habite dans un chalet, isolé. En haut d’une montagne. Pas très loin de La Plagne. À deux mille trois cents mètres d’altitude et à huit mille sept cents mètres de la station où les gens glissent sur la neige pendant l’hiver. Comme des cons.

Dehors, c’est l’été. Dedans aussi. Ensuite ce sera l’automne. Comme d’habitude. Et puis il faudra attendre le printemps avant de se dire que l’été va revenir. Dans un an.
Dans les prés, Il reste des colchiques et des coquelicots. Les premiers sentent bon. Les autres non, mais ils sont rouges. Pas les premiers.
Je ne sors jamais plus loin que les limites de chez moi. Pour ne pas déranger les voisins que je n’ai pas. En plus, mes prés sont à moi. Les autres non. Ils sont à des gens que je ne connais pas et qui restent chez eux. Comme des cons.

Il fait beau. Le soleil brille. Pas de nuage. Si il y en avait, il ne ferait pas beau. Ce qui ne veut pas dire qu’il pleuvrait. La pluie, ici, elle finit par se transformer en neige. J’aime bien la neige. Pas la pluie.
La neige me rappelle quand j’étais gosse. Elle était là le jour où j’ai trouvé ce gros flacon rempli d’acide. J’aime bien les flacons. L’acide ça brule.
Je le sais puisque, pendant la nuit, j’ai aspergé mon petit frère qui dormait dans son lit de bébé. Parce que c’était un bébé. Ça l’a quand même réveillé. Mes parents aussi. Il a hurlé. Eux aussi. Il est mort. Eux aussi, mais plus tard, bien après qu’on m’ait mis en pension à l’hôpital. Ils n’avaient pas d’autres enfants. Ils sont morts, accrochés au bout d’une corde. Seuls. Comme des cons.

Un jour, je suis sorti de la pension. On m’avait trouvé du travail. J’étais assez grand pour travailler. Avant non.
Alors j’ai travaillé. Pendant huit ans. À ramasser des déchets. Pas les miens. Ceux des autres, qui vont faire leurs courses dans ces grands entrepôts où la vie, la vraie, est, paraît-il, moins chère. Alors qu’avant elle était plus chère, quand ces grand entrepôts n’existaient pas. Avant. Donc plus maintenant.
Accroché à mon camion-benne, je volais. J’étais un oiseau, pas un voleur. Je n’ai jamais volé. Sauf derrière ce camion que je ne conduisais pas puisque je n’ai jamais passé le permis camion. Ni voiture. Et je ne sais pas faire de vélo. Même s’ il ne faut pas avoir de permis pour pédaler.
Je préfère marcher. Depuis toujours. Ça use les chaussures de marcher, en commençant par les lacets. C’est bizarre car les lacets sont au-dessus, donc pas en-dessous. Après je les répare moi-même, comme ça les entrepôts ne me voient jamais et ils continuent de vendre aux autres qui s’entassent là-dedans. Comme des cons.

Un autre jour j’ai tapé le chauffeur du camion. Je ne volais pas assez vite. C’était de sa faute. Je l’ai tapé. Fort. Il pesait plus lourd que les sacs poubelles mais j’ai quand même réussi à le mettre dans la benne. J’ai bien aimé le bruit que ça a fait. Par contre, je ne volais plus du tout puisque personne ne pouvait conduire le camion. Alors je suis parti, en marchant, avec mes lacets pas cassés, jusqu’à ce que je trouve de la neige.
Au milieu de la neige, j’ai rencontré un vieux monsieur. Mon chalet n’est pas à moi. Il est à lui. Le vieux est parti et je suis resté. Il en avait marre que je mange ses moutons. Crus. Pourtant c’est gentil un mouton. C’est meilleur quand on le cuit. Mais là ce n’est plus gentil. C’est mort. D’ailleurs, après que le vieux soit parti, très vite, parce que j’étais plus rapide que lui et que c’est moi qui tenais la fourche, les autres moutons n’ont plus été gentils. Ils sont morts. Tous. De faim. Comme des cons.

Le vieux il avait commandé l’internet. A force de rester sans voir personne, je crois qu’il devenait fou. C’est pas beau de vieillir. Mais l’internet oui. C’est beau.
J’avais bien vu comment il faisait pour faire du surf sur l’Oued. Il appuyait sur la souris. Ce n’était pas une souris, pourtant lui il disait que c’en était une. Et il insistait. Normal, il était fou.
J’ai bien appuyé sur ce qui n’était pas une souris et j’ai réussi à commander une femme. Il n’y avait plus de moutons. La femme venait de loin. De l’Est. Là où ils ne parlent pas comme nous alors que sur l’internet, oui. Je l’ai envié : elle allait voler pour venir dans le chalet qui m’appartenait, maintenant que j’avais caché le vieux au milieu des stères de bois.
Quand elle est arrivé, il a fallu qu’elle prenne un taxi et qu’elle reste en bas de la montagne. Je suis allé la chercher, avec mes chaussures et mes lacets. Elle a souri alors je lui ai pris la main. Nous sommes remontés jusqu’ici, dans mon chalet à huit mille sept cents mètres de là où les cons glissent sur la neige.
Quand nous sommes arrivés, elle était essoufflée. Elle est entrée et j’ai vu qu’elle ne souriait plus. Elle se pinçait le nez. Ça voulait dire bonjour dans sa langue de l’Est. Elle disait bonjour tout le temps. Mais elle ne souriait plus.
Avec elle, j’ai fait comme pour les moutons. D’abord il a fallu la déshabiller. Les moutons, non. Elle bougeait autant qu’eux. Mais à la fin, j’ai quand même trouvé qu’elle avait un moins bon goût qu’eux. J’aurais du écouter les conseils du vieux. Je ne l’ai pas faite cuire.
Comme l’internet fonctionne plus. Je vous écris cette lettre pour me plaindre. Parce que j’en voudrais une autre. Une femme de l’Est. Qui sourit. Qui ne dit pas bonjour tout le temps. Pas la peine de la faire cuire, je m’en chargerai. Avec le bois où il y a le vieux, j’ai de quoi faire un bon feu.
Et je vous prierai de faire vite. Sinon je m’en vais d’ici. Et quand vous viendrez, je serai parti, à La Plagne, chercher une remplaçante. La Plagne c’est à l’Est. Et vous serez tous seuls, avec personne et pas d’internet. Comme des cons.

André Bouteux.

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Lun 16 Nov 2009 - 13:41

Bon, hé bien maintenant je suis sûr d'une chose: mon texte ne gagnera pas ::rolling:: Je sais pour qui je vais voter mais je ne le fais pas tout de suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Lun 16 Nov 2009 - 19:15

bonne chance à tous!

que 4 textes dommage mais bravo à tous pour leur temps consacrer ) ce concour.

j'ai de la lecture! ;D
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Lun 16 Nov 2009 - 20:37

Les quatre textes sont tous très bien, très originaux et surtout très différents... dur dur de choisir...

Bon je vote pour le deux, en effet j'ai pouffé de rire en le lisant et puisque je ne pouvais pas tranché j'ai pris celui qui m'avais fait rire.

Bravo aux 4 participants, j'aurais bien aimé y participer mais je n'était pas inspiré.
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Lun 16 Nov 2009 - 20:46

A voté (pas pour le mien ^^)
Bravo à tout le monde!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Lun 16 Nov 2009 - 23:38

Bien, bien difficile le choix mais enfin ceci dit : j'ai choisi !
Revenir en haut Aller en bas
arthis
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 08/11/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mar 17 Nov 2009 - 4:10

Tres bons textes. Les 4. Choix difficile. Mais je l'ai fait.

Non ! Non ! Mon vote restera secret ! :O)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 9:44

Bonne sélection de textes! Tous très différents et tous très bons. Bravo aux participants. Ce fut un plaisir de vous lire.
Personnellement, j'ai cherché des idées mais je n'ai rien trouvé. Tant pis. J'essaierai la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 10:57

Hésitez pas à faire des commentaires sur les textes, qu'on sache ce que vus en pensez ^^
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 13:48

Tous les textes sont très bons, vraiment, le choix ne va pas être simple scratch


study

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 13:52

Tu votes aussi, ô grand et puissant fer à repasser ?
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 14:32

Oui, toujours ::rolling::

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 15:29

Beaucoup hésitée entre le 1 et le 3.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 16:35

Etrangement, je n'ai pas eu beaucoup de mal pour une fois : le texte 1.
Si j'avais eu deux vote, j'aurais rajouté le 4.

Voila, la fleme d'expliquer pourquoi.
Ceci dit, les deux autres textes étaient bien aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 17:13

Dès que j'ai fini le texte 1 j'ai sû que c'est pour celui-là que j'allais voté, mais le 3 m'a marqué aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Mer 18 Nov 2009 - 20:15

Pour moi, c'est définitivement le texte 4. Je ne sais pas si on peut vraiment parler d'un simple d'esprit, mais il m'a fait froid dans le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Jeu 19 Nov 2009 - 15:52

Haha, il y a du suspense! Les trois premiers textes sont à égalité!
Revenir en haut Aller en bas
Rainette
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 3991
Age : 37
Localisation : Ginestas
Loisirs : squatter le forum et faire la blonde.
Date d'inscription : 14/06/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Sam 21 Nov 2009 - 11:16

Oh lala... Choix vraiment très difficile... Mais finalement, le 1 est celui qui me semble le mieux coller à l'image que je me faisait du sujet. Mais le 1 et le 4 m'ont vraiment donné froid dans le dos!

_________________
J'observe, et je suis toujours là.
:swap:

Rhacophorus vampyrus !

"nous ne changeons pas avec le temps ; nous sommes pareils aux fleurs qui s'ouvrent, nous ne faisons que devenir un peu plus nous-mêmes."

Revenir en haut Aller en bas
http://la-rainette-rouge.skyrock.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Sam 21 Nov 2009 - 18:22

Bizarrement, j'ai eu des frissons pendant tout le texte 3... Le 4 m'a laissé completement neutre sur lecoup mais en y repensant, je suis votre avis. 1/3/4, j'ai longtemps hésitée, mais bon... Si j'aurai pû y revenir j'aurai choisit le texte 3.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Sam 21 Nov 2009 - 23:09

Le 4 est décidément très dérangeant - et effectivement, ça ne cadre pas tout à fait avec l'idée que je m'étais fait du sujet. Cela dit il est très bien mené.
Mais mon choix a été clair dès le début : le 1. Il est flou, je suis loin d'avoir tout saisit mais il est très beau dans un sens.

Les 2 et 3 sont tout aussi excellents. Je pense quand sans ce coup de cœur, j'aurais eu du mal à choisir.
Vraiment, un énorme bravo à nos auteurs Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 22 Nov 2009 - 11:15

Une fois les votes terminés, l'auteur du premier texte pourrait-il nous donner quelques explications ? Moi non plus j'ai pas tout compris..
Revenir en haut Aller en bas
Feher
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 728
Date d'inscription : 25/10/2009

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 22 Nov 2009 - 16:52

Il y a un de ces suspenses, dites donc ^^
Prière à l'auteur du numéro un de ne pas débarquer en faisant "coucou, j'ai voulu dire çaaaaa!" ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Iron
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 3286
Localisation : Inconnue
Loisirs : Inconnus
Date d'inscription : 09/03/2007

MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   Dim 22 Nov 2009 - 17:06

Joli suspens en effet, encore une semaine pour les votes ::rolling::

_________________
C'est un crapaud je vous dis, un crapaud ! Pas une grenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 19e concours - les votes   

Revenir en haut Aller en bas
 
19e concours - les votes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Besoin de vos votes SVP - SAMEDI 29 oct !
» Consignes n° 70 : Votes
» Template 107 : les votes
» [ 21/08/10 ] Ajout de Boutons de Votes
» VOTES La BD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Concours :: Les AEfficiels-
Sauter vers: