Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 L'école

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'école   Lun 30 Avr 2012 - 19:30

Tout à fait. Actuellement, c'est considéré comme une honte de travailler comme caissière ou distributeur de pubs, alors qu'un comptable dont le salaire n'est guère mieux est élevé au rang de modèle pour la jeunesse.
Il n'y a pas de sots métiers. Chacun a besoin de travailler.. C'est bien beau d'avoir un bac+5 en chimie si on ne trouve pas de travail à la sortie de l'université ! Et comme notre diplôme nous a donné un ego surdimensionné, on perçoit comme une honte de se retrouver livreur ou cuistot dans un restaurant. C'est un cercle vicieux, on cherche du taf, on en trouve pas, comme on est surdiplomé, on est pas prio au Pole Emploi, notre inactivité se transforme en chômage de longue durée, on reste chez soi, on devient fainéant, on tombe dans les Mmos, mangas à répétition ou les séries américaines en boucle, en restant pourtant toujours aussi arrogant et en prenant le monde de haut... et à 30 ans, on se demande : "euh déjà ? Qu'est ce que je fous maintenant ?"

Bon, à une époque, je disais le contraire mais maintenant je le répète : le plus important c'est de bosser. On peut se révolter contre le système, se croire un génie en littérature, futur prix Nobel, mais en attendant, faut bien payer les factures et ne pas toujours compter sur papa-maman.
Le CAP de nos jours est vu comme le repaire des cancres, alors que c'est le moyen le plus facile pour avoir son indépendance rapidement, un travail assuré, la chance de bosser de ses mains et de pouvoir se mettre à son compte dans les plus brefs délais... tandis que les universités qui sont tant vantés... qu'est ce que vous voulez faire avec une licence en philosophie ou en histoire de l'art ?

Ceux qui sont au lycée ou au collège peuvent en témoigner. Qui est dans l'élite de sa classe et se dirige vers un CAP de son plein gré ? Les profs c'est : "mmmhh, tu n'as pas le niveau pour aller en général, c'est dommage, mais ne t'inquiètes pas, on te fera un dossier pour aller dans un lycée professionnel et tu deviendras menuisier. Désolé mon garçon, tu vas rater ta vie."

Par contre, attention de ne pas diaboliser la culture actuelle et la jeunesse. Ce ne sont pas les jeux-vidéos qui rendent asociaux, ou les jeunes qui sont fainéants. C'est plutôt une conséquence de la société. On perd généralement tout contact avec l'extérieur ( par le chômage, l'inactivité forcé, la différence...) avant de sombrer dans les jeux vidéos et la culture de masse à outrance.
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: L'école   Lun 30 Avr 2012 - 21:36

Ilàan a écrit:
Ceux qui sont au lycée ou au collège peuvent en témoigner. Qui est dans l'élite de sa classe et se dirige vers un CAP de son plein gré ? Les profs c'est : "mmmhh, tu n'as pas le niveau pour aller en général, c'est dommage, mais ne t'inquiètes pas, on te fera un dossier pour aller dans un lycée professionnel et tu deviendras menuisier. Désolé mon garçon, tu vas rater ta vie."
Permets-moi de te corriger sur ce point. En tant que prof en ZEP, ça m'a un peu piqué ^^
Je parle pour moi (j'imagine et espère que c'est le cas ailleurs, en tout cas en ZEP), où dans mon collège, nous nous efforçons de briser l'idée reçue que "filière générale = réussite" et "filière pro = ratage". Nous en venons même souvent à dissuader les parents qui veulent à tout prix envoyer leurs gamins en générale de le faire (nous dissuadons aussi certains élèves, d'ailleurs).
Ce qui donne peut-être l'impression que nous, les profs, accordons plus de crédit à la générale, c'est que nous respectons un programme conçu pour la filière générale, et que nous évaluons donc les élèves sur ce programme-là. Autrement dit, nous ne disons pas qu'un élève qui a des mauvaises notes au collège est un élève bête ; c'est simplement un élève inadapté au système scolaire et a fortiori à la filière générale. Nous l'orientons alors en filière professionnelle et répétons à longueur de temps qu'une orientation réussie n'est pas une orientation en filière générale mais une orientation adaptée. Nous préférons savoir beaucoup de nos élèves en CAP cuisine ou coiffure qu'en seconde générale, parce que nous savons qu'ils s'épanouiront (et donc réussiront) bien plus dans ces filières-là.
Revenir en haut Aller en bas
Abigaelle
Murène fêlée
avatar

Féminin Nombre de messages : 4577
Age : 44
Localisation : Paris
Loisirs : Ecrire, lire, rêver, le tout en musique, sinon ce serait trop triste !
Date d'inscription : 05/03/2012

MessageSujet: Re: L'école   Lun 30 Avr 2012 - 22:23

Ilàan a écrit:
Citation :
Qui est dans l'élite de sa classe et se dirige vers un CAP de son plein gré ?
Moi ou presque...
J'ai un Bac A2 (lettres et langues) et j'étais plutôt dans les meilleures de ma classe, pourtant j'ai préféré faire un BTS de secrétariat bilingue plutôt que d'aller à l'université, ça a été un choix personnel, j'ai préféré apprendre un métier concret plutôt que d'aller étudier des matières qui m'auraient plu, mais m'auraient laissée sans débouchés concrets derrière (avec un diplôme en Histoire ou Histoire de l'Art, quand on ne veut pas être professeur, c'était plutôt réduits, du moins quand je faisais mes études).
J'ai commencé de travailler à 21 ans et je n'ai jamais arrêté depuis, j'ai appris beaucoup de choses sur le tas et j'ai évolué, alors que mes meilleures amies ont galéré un long moment pour trouver un boulot avec leur bac + 4 ou 5 en droit ou en langues.
Si c'était à refaire, je recommencerais de la même façon.

Et pour revenir à la question d'origine, c'est vrai que le milieu peut aussi favoriser une certaine évolution à l'école, en tant que fille d'instituteur, j'ai sans doute baigné dans un milieu où l'école était considérée comme le moyen de se bâtir une situation sociale et d'acquérir un métier pour gagner ma vie ensuite, et les principes moraux que m'ont inculqués mes parents y ont fait beaucoup aussi.

_________________
Il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions (et c'est valable aussi bien dans l'écriture que dans la vie !)

"L'homme est un loup pour l'homme... et un gros con pour le loup." Evil or Very Mad

"Et alors la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu..." : http://www.youtube.com/watch?v=_Qg3Rk-B09o
Revenir en haut Aller en bas
http://rachel-fleurotte.blogspot.fr/
Láska
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 48
Localisation : Montréal
Loisirs : lecture, écriture, yoga, jiu jitsu brésilien
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: L'école   Dim 13 Mai 2012 - 2:07

Je suis pas mal d'accord avec ce qu'a dit lulli.

C'est clair pour moi que le milieu social a une incidence énorme sur la façon dont on se construit et les "capacités" que l'on développe. Ceci dit, il est difficile d'identifier comme de quantifier clairement les facteurs influents : il y a une part d'indéterminé dans chaque situation, qui fait qu'il est impossible de prévoir à priori quoi que ce soit. Le milieu dans lequel on grandit est fait d'une infinité de facettes... Ce n'est pas seulement la profession de nos parents.

En revanche, ce que vous (je généralise, désolé) dites des différents types d'emploi me laisse profondément perplexe... C'est vrai que certains métiers ont des "réputations" par rapport à d'autres, mais ne croyez pas non plus que cela vient de nulle part. Pourquoi c'est dévalorisé d'être caissière ? Peut-être parce que c'est super platte et mal payé ? Quant à travailler physiquement, eh bien, justement, c'est dur. La plupart des gens, à choisir, préfèrent quelque chose de plus facile qui paie autant, ou bien quelque chose d'aussi difficile qui paie plus.

Il ne faut pas sous-estimer le potentiel d'abrutissement liés à un tas de jobs ingrats, qui explique largement pourquoi ils sont, à juste titre, impopulaires. Non, on ne peut pas tous avoir des jobs de rêve, mais "se tuer au travail" n'est pas non plus qu'une expression. Si ton travail te permet à peine de payer ton loyer, je pense aussi que c'est légitime de le trouver "merdique" et de ne le souhaiter à personne d'autre. Il faut trouver un juste milieu.

Là je ne pense pas qu'il faille blâmer l'école, mais la façon dont notre société est organisée au complet. En effet, préparer les enfants à la vie active, ça veut dire quoi exactement, dans un système économique qui se nourrit (tel un vampire, LOL) d'un chômage endémique ? Ce n'est pas parce qu'on a fait des études "inutiles" plutôt que d'apprendre un métier qu'on est au chômage... C'est parce que le capitalisme est fait comme ça. Le fait que de nos jours, ce sont souvent des diplômés qui sont sans emploi, plutôt que des ouvriers ou des agriculteurs, traduit uniquement la reconversion de nos activités économiques vers le secteur tertiaire, et sûrement pas le fait que trop de gens font des études supérieures... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
anne
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 53
Loisirs : peinture, écriture, nourrir mes chats,photos
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: L'école   Lun 14 Mai 2012 - 10:27

bonjour laska
j'ai lu ton message avec interet
je suis tout a fait d'accord sur la sousevaluation de certains métiers
je ne saurais être caissiere, je ne sais pas faire deux plus deux, mais surtout je n'ai aucune patience avec les gens et surtout je panique
bref un client qui vient contester dix centimes, je ne calcule pas, je sors mon propre portefeuille et je lui lance dans les dents
c'est ce que j'ai appris à mes depends, la vie professionnelle c'est accepter des regles sociales, c'est accepter aussi un fonctionnement souvent injuste des sociétés
le mepris pour les petits salaires,les petits boulots
alors même qu'il faut se lever,bouger,vivre avec

peut être pouvons nous apprendre la valeur du courage à nos enfants?
moi j'en suis incapable

petit bemol sur les diplomes
les diplomes, notamment ce qu'en france nous appelons les troisiemes cycles nous spécialises, le probleme est de trouver un travail qui correspond a notre spécialisation.
cependant notre temps d'étude nous a appris un travail d'analyse, de synthese, de memoire
en somme nous avons des outils pour aussi repenser facilement une orientation, un métier.
ainsi que je considere toujours les études comme une chance dont il faut profiter, même si la reussite dans ces études ne conditionnent pas toujours une reussite professionnelle, en effet cette derniere demande ses propres qualités.

pour finir, petit bonjour au quebec
j'ai fait ma troisieme année de droit a paris avec une amie canadienne, je pense souvent à elle (elle m'avait inviter par la suite dans sa region, jacqueline était anglo saxone et habitait toranto)
Revenir en haut Aller en bas
http://album-club-internet.fr/abfont
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'école   Lun 14 Mai 2012 - 10:31

Citation :
je ne saurais être caissiere, je ne sais pas faire deux plus deux, mais surtout je n'ai aucune patience avec les gens et surtout je panique

Je suis dans le même cas, et pourtant je tiens une caisse en plus d'autres choses. Il te suffit de tomber sur une machine qui te donne le rendu monnaie, ce qu'elles font presque toutes maintenant^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'école   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'école
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Jim Harrisson l'école du Montana
» Cours Risques ouvert aux professionnels de la Conservation - fin mars 2009 - Haute école de Conservation-restauration Arc de La Chaux-de-Fonds
» [Pennac, Daniel] Chagrin d'école
» école de danse de genève l'imprimerie
» morale et education civique à l'école

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Au coin du feu :: Philosophons-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: