Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ne te retourne pas !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lemli
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 385
Age : 25
Loisirs : Créer. Tout, tout le temps.
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: Ne te retourne pas !   Mar 29 Mai 2012 - 8:47

Bonjour à tous, je viens vous proposer un exercice assez simple, que je pratique quelques fois lorsque j'ai envie de tout foutre en l'air. L'objectif est simple, écrire sans se retourner. La touche retour ne doit servir qu'à enlever les fautes d'orthographes, et jamais vous ne devrez revenir en arrière pour corriger/ajouter une phrase, changer un mot, ou quoi que ce soit. Le but de la manœuvre, oublier les restrictions de forme que nous nous infligeons, les répétitions, le style, et dire ce que vient d'au plus profond de nous.
Je commence, en espérant qu'il y aura quelqu'un pour suivre l'exercice. ^^


Vous me faites peur et cela ne changera pas. Alors, me direz-vous, pourquoi écrire cela ? Je ne sais pas. Mais au fond de moi, j'ai toujours un brin d'espoir qui gâte mes pensées rationnelles, une lueur de folie qui me fait croire que vous pouvez vous améliorer. Non, ce n'est pas moi qui dois faire des efforts. Je le sais, c'est ainsi, pardonnez-moi. Vous êtes trop humains pour vous en rendre compte, et dans votre infinie idiotie, vous ne pouvez vous empêcher de vous en complaire.
Vous me faites peur avec votre technologie. Comment des imbéciles pareils peuvent se servir de ce qu'ils ne méritent pas ? Qui de vous a eu cette idée, de toujours vouloir déléguer, reléguer, vous reposer en ordonnant vos inventions à travailler pour vous ? Lisez ce message, visitez mon site, et comprenez, je vous en conjure.
Vous me faites peur avec ce manque d'idéal. Pourquoi abandonner si facilement, à la moindre épreuve, au moindre échec ? Êtes-vous si mornes et débilité pour ne pas voir la beauté de la vie ? Bougez-vous, sortez de vos préjugés ! Vous êtes tous pareil, à vous lamenter, à rejeter la faute sur les autres ! Regardez, ouvrez les yeux ! Ah, je crois qu'il n'y a plus rien à faire pour vous... Je ferais mieux de passer à autre chose. Peut-être aux animaux, ils sont certainement moins bêtes que vous, ou peut-être à la défense de la planète. Quoi que, à quoi bon sauver ses habitants ?
Oui, les êtres humains me font peur.
Et je vous déteste.

_________________
Citation :
Si tout est sombre autour de toi, est-ce parce que l'ampoule est cassée, ou parce que tu as éteint la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 29 Mai 2012 - 9:16

J'aime bien cet exercice, Smile J'essayerai en fin de matinée ou cet après-midi. Faut juste que je trouve le thème, Smile Je l'avais déjà fait je crois, pour m'amuser, j'avais écrit une page sans thème précis, expliquant que je ne savais pas écrire, mais je ne m'arrêtais pas, et je passais de sujets en sujets. C'était très mal écrit mais très amusant et constructif.
Revenir en haut Aller en bas
Tiyan
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 417
Age : 20
Localisation : Belgique
Loisirs : écrire pendant le blocus :p
Date d'inscription : 18/04/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 29 Mai 2012 - 17:49

on dirais que tu as eu un gros coup de gueule lemli.

J'essayerais peut-être plus tard!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 29 Mai 2012 - 18:09

Je vais donc essayer de discuter avec mon ordinateur, ou plutôt avec mon clavier auquel je parle. Le but de cet exercice étant de discuter le plus longtemps possible, ou... je me trompe, écrire un texte le plus longtemps possible. La dernière fois, je l'avais fait avec mon ami stylo plume tout neuf pour l'habituer à son nouveau métier : écrire sur du papier, et à force de blablater comme cela avec lui, il avait fini par écrire comme un roi, de sa douce et belle plume, quelle grande classe et quelle subtilité... Et toi, mon clavier, tu n'as pas besoin d'entraînement, tu écris encore plus vite. Mes doigts défilent sur toi, ton toucher est très doux et entraîne à la rapidité, comparé aux gros ordinateurs qui ne sont pas portables et qui ont encore de grandes touches sur lesquelles il faut appuyer. Je te préfère tel que tu es, très léger et rapide, même si beaucoup de mes amis sont étonnés en t'utilisant. L'inconvénient, c'est que tu récoltes beaucoup de poussières et tes touches sont collées, je ne peux donc pas en retirer quelques unes pour ôter la poussière. Aussi, comme l'ordinateur est petit, il chauffe rapidement et le bruit de sa soufflerie plus la chaleur qui s'en dégage peut être quelques fois inconvéniente. Mon lecteur actuel doit sûrement se dire que je suis une folle, d'écrire comme cela pour finalement ne rien dire, mais qu'est-ce que ca fait du bien... Je pourrais écrire comme cela pendant des heures, sans m'arrêter, écrivant des pages et des pages, à l'infini... Je viens déjà d'écrire un bon paragraphe sans lever une fois ma main, enchaînant sans aucune pause mes phrases. J'ai l'impression de parler avec moi même, je dis exactement tout ce qui me passe par la tête. Par exemple, je suis en train d'admirer le doux rayon de soleil qui pénètre dans ma chambre à travers la fenêtre et qui éclaire faiblement mon écran d'ordinateur. Oh, désolée mon cher ordi, mes idées fusent et vagabondent, et j'avais presque oublié de te parler. Je reviens à toi... Mais, oh non, je vais peut-être m'arrêter là car je fais cuisiner ce soir pour ma mère et mon petit-frère et il faut que ce soit près pour 19h30 précises. Et j'aimerais jeter également un ptit coup d'oeil sur les autres messages du forum avant de partir. Sur ce, ca a été comme d'habitude un plaisir d'écrire, écrire toujours pour ne rien dire, mais avec la plus grande sincérité et le plus de naturel possible. Smile

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Elann
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1037
Age : 22
Localisation : Nord
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mer 20 Juin 2012 - 18:37

J'aime bien cet exercice,
sans même avoir connaissance de ce topic, je l'ai pratiqué hier soir,
par contre, je trouve qu'avec cet exo, on a tendance à écrire des truc très très personnels... Embarassed (mais c'est justement un avis personnel)

J'ai pas vraiment été étonné du texte de Lemli même si c'est... violent...
Le texte de Prunelle ressemble plus à une discussion intérieure (d'ailleurs elle l'a dit elle même).

Oui, oui, je passe mon temps à remonter des topics... désolé.

_________________
Je suis né pour te  connaître, pour te nommer, liberté.  Paul Eluard
Revenir en haut Aller en bas
cybione
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Féminin Nombre de messages : 39
Age : 57
Localisation : Poitou
Loisirs : Lecture, cuisine
Date d'inscription : 21/12/2010

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Ven 22 Juin 2012 - 18:50

Je ne sais quoi dire. Réellement. J'ai l'impression de n'être qu'une éponge qui absorbe les textes des autres, m'en gorge jusqu'à plus soif.
J'aimerais écrire. Vraiment. Mais je ne sais que dire.
Les idées me fuient, et je suis trop faible pour courir après. Ou trop paresseuse, peut-être <,
Surement. Car je pense que j'ai plein de choses à dire, d'histoires à écrire.
Tel un gisement au plus profond de mon être, mais je n'aime pas creuser. J'ai peur. De quoi au juste, je ne sais. De me rencontrer, peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 18 Sep 2012 - 3:31

c'est dangereux comme sujet, je le fais aussi souvent, en cas d'insomnie, de moments de tristesse ou de colère (généralement contre ma mère, quand je la fréquentais encore et que je savais que si je me laissais aller à répondre, ce serait trop dangereux) d'ailleurs, je ne lis jamais ce que j'ai écrit dans ces moments là, c'est bien trop violent, et ce sont souvent des vérités qu'on ne veut pas entendre... mais ça reste très bénéfique, bien plus que de pleurer de rage dans son oreiller

et pour ceux qui ont besoin d'un sujet pour écrire de cette façon, s'ils prennent un peu de recul sur leur vie, et qu'ils font le vide, un instant, ça viendra tout seul, et ils n'arriveront plus à arrêter le flot de mots avant d'être complètement détendu, c'est vraiment quelque chose à faire, de temps en temps Smile
Revenir en haut Aller en bas
Luptinote
Je commence à m'habituer
avatar

Féminin Nombre de messages : 156
Age : 22
Localisation : Sous l'ombre du Soleil, à droite après la Lune.
Loisirs : Manger du nutella, pleurer ou rire, danser et chanter, choper les pikachu
Date d'inscription : 30/09/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Dim 30 Sep 2012 - 18:38

Ecrire sans se retourner ? Sans voir ce qu'il y a dans mon dos ? Ca fait peur non ? D'un coup d'un seul, j'ai envie de courir pour ne plus me concentrer que sur ce qu'il y a devant, c'est plus agréable ! Merci pour ce sujet, c'est amusant ! Je peux tout jeter ? Tout balancer par les fenêtres ? Tout sur moi et mes frères et mes sours et ma mère et le lycée et tout ?
Hallelujah, peut-être qu'écrire trouve enfin tout son sens qui sait ?
Je voulais partir sur quelque chose d'angoissant : quelqu'un marche derrière toi et tu ne peux le voir. Finalement, à quoi ça sert de le voir puisque j'ai mon chemin devant moi pas encore tracé ? Envie d'écrire pour crier que j'aime ça. Je ligote ma gomme adorée dans ma poche (je te ressortirai quand celui qui me suis dans l'ombre commencera à être méchant) et je trace ma route, mon chemin, mon monde.
A qui doit-on ce sujet ? Je me fiche pas mal du nom, cette personne a une bonne idée, Arigato !
Je ne regarde pas en arrière, et je n'efface pas mes fautes d'accord ou de ... de quoi ? Mes fautes tout court !
Jamais je n'avais essayer ça, c'est adictif, droguant, j'ai envie de plus, si je ne me retenais, je remplierai tout ce forum et vous mouriez ettouffés sous une vague de mots dénués de sens. Je pose ma plume pour ce soir, pour ce sujet. Top chrono : deux minutes. Ca va tout seul, ça va ça vient comme une chanson, comme une refrain. Vous aimez chanter ? Moi oui !
Je pose ma plume. Vous aimez les oiseaux ? Moi oui !
Bref...

_________________
Et si on faisait tout exploser, juste pour voir ?

Fanatique du "bOOm" et fière de l'être !

Si on cherche la fin du monde, on la trouvera. Si on cherche le début du monde, on le trouvera. Mais j'avoue que je suis bien entre tes bras, je n'ai pas vraiment envie de commencer ces voyages...

Ca va faire bOOm ! Hallelujah !

Maître batracien, dois-je suivre la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Lemli
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 385
Age : 25
Loisirs : Créer. Tout, tout le temps.
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 30 Oct 2012 - 10:19

Je dois filer, me laisser glisser, descendre cette pente verglacée. Ne pas rester au bord, avoir peur, avoir peur pour quelque chose, non sans raison, non en prévision. Je commence à comprendre, que je dois me lancer, qu'une fois filant, plus rien ne pourra m'arrêter ; mais j'en frissonne, avant d'avoir froid, avant de sortir. Sortir de chez moi, sortir des mes gonds, sortir le grand jeu. Je suis de ceux qui peuvent le faire, de tous, je suis de ceux qui pourtant hésite. C'est le changement, le changement qui m'étonne, me déroute à la façon Seldon, inexplicable, imprévisible ; mais je dois y aller, je dois filer, glisser, et arriver jusqu'en bas. Où le monde est plus clair. Où je le deviendrais.
Pour ça, je dois le faire.

_________________
Citation :
Si tout est sombre autour de toi, est-ce parce que l'ampoule est cassée, ou parce que tu as éteint la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Ven 2 Nov 2012 - 20:48

Je ne me retournerais pas, tu sais pourquoi ? Parce que tu me fais peur, oui tu me fais peur, j'ai peur de ton regard froid et terrible, méchant et ta vulgarité qui a fini par s'emparée de toi . Tu as su me pousser a bout, me faire fuir ... Mais sais-tu de quoi ai-je réelement peur ?! C'est de devenir comme toi.
Revenir en haut Aller en bas
lulli
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : paris, paris, paris.
Loisirs : Poterie.
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Lun 5 Nov 2012 - 8:03

ça s'appelle de l'écriture automatique, c'est un exercice qu'on ne partage généralement pas avec les autres (ce qui en sort est personnel et non travailler donc peu partageable en sommes), il y a potentiellement mise en danger.

_________________
amicalement et dyslexiquement votre,
Lulli
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mar 6 Nov 2012 - 20:31

Écrire sans se retourner ? Je vois pas ce qu'il y a de compliqué au premier abord. Il suffit d'écrire la première ânerie qui me passe par la tête. Il y a toujours beaucoup d'âneries qui me passent par la tête. Non, ça n'est pas de l'écriture automatique. L'écriture automatique, c'est écrire en se désaisissant de soi-même. Laisser les mots filer, aller plus vite que notre conscience. Là, ne pas se retourner, ça n'est pas du tout ça. Si je veux, je laisse passer une demi-heure entre chaque phrase. C'est moins intéressant, mais c'est intéressant quand même. L'idée, c'est que l'on renonce à tout maîtriser. On maîtrise ce qu'on va dire, mais on ne maîtrise plus ce qu'on a dit. L'écriture automatique, c'est filer dans l'inconscient. On va dans les fantasmes, on va dans les archétypes. On dit effectivement des choses que l'on oserait peut-être pas dire autrement. Là, je suis conscient, je maîtrise ce que je dis. Seulement je ne peux pas revenir dessus, je ne peux pas corriger. Ça nous enseigne un peu quelque chose, la leçon du "quand c'est fait c'est fait". On ne peut pas revenir en arrière, on ne peut pas effacer ses actes. Je pense à toutes ces choses que j'ai faite et que je n'aurais pas dû faire. J'aurais aimé ne pas les avoir faites mais c'est trop tard. J'ai assassiné la femme de ma vie avec mes mots. Je me suis servi des mots, j'ai prostitué le langage pour lui faire du mal. Et maintenant je devrais vivre avec ça toute ma vie. Les autres, je m'en fiche, je n'en ai rien à foutre. Désolé, je voulais pas paraître méchant. Je suis très gentil, je suis tout amour au fond. J'ai envie de faire des bisous aux gens de ce forum, car écrire c'est... magique. Magie noire ou magie blanche, mais magie quand même. Les gens se demandent : où sont les super-héros ? où sont les mages ? où sont les enchanteurs ? Moi je dis qu'ils sont là où quelqu'un écrit, là où quelqu'un écrit avec toute son âme et avec tout son cœur. N'ayez pas peur, écoutez votre voix et dites vos images. Écrivez, écrivez pour moi et écrivez pour vous. Écrivez pour n'importe qui, écrivez pour être lu un jour peut-être. C'est tellement beau, d'écrire, ça ne m'ennuie jamais.

C'est un jeu dangereux en fait.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Jeu 8 Nov 2012 - 12:52

Intéressant. Mais que faire, et que dire, en étant sûr que cela marchera. Déjà je m’empêtre dans mes propres pensées qui ne parviennent qu'à grand peine jusqu'à mes doigts.
Oui que dire, c'est difficile de se lancer au débotté la dedans sans savoir où aller, et pourtant je le fais, cela m'amuse de voir où je suis capable d'aller sans y penser. Déjà une répétition, je hais lés répétitions, je les exècre, je les abhorre, mais elles hantent mes textes. Ici je ne pourrai pas les corriger, trop tard.
Comme dans un train, je perds des bagages en route, laisse mes valises, sème des morceaux de moi même sans pouvoir les retrouver, les rattraper, ils sont déjà trop loin.
Ecrire, juste écrire, poser des lettres sur du papier, enfin, plutôt noircir des pixels sur un écran vieilli au fond beige foncé, petit carré au mince cadre orangé, réceptacle de ces mots, foyer accueillant où mes doigts, tapotant sur le clavier marquent des phrases sans queue ni tête, ni rapport.
Ca y est, je m’essouffle. Je ne suis pas parti de très loin, et déjà je ne sais plus écrire.
Allez, c'est fini.
Revenir en haut Aller en bas
Lemli
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 385
Age : 25
Loisirs : Créer. Tout, tout le temps.
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Lun 19 Nov 2012 - 10:03

Je suis plutôt cynique comme garçon, si si. J'ai tendance à chercher le mal en chaque chose, mais là, force est d’avouer que je reste sur le cul. La maison est moche, il fait tout de même un peu froid pour la saison, et nous avions perdu le chat un jour durant. Le cadre, en revanche, s'approche bel et bien de la perfection. Ce sont peut-être les relents de l'herbe coupée qui me rendent vivable, allez savoir ; toujours est-il que de ma fenêtre à croisillon, je vois un tableau de maître.
Je commencerais par décrire les pins. Raides, parsemés au petit bonheur, ils se balancent nonchalamment au gré du vent. Au milieu de ceux-ci - un centre à faire marrer un géomètre -, leur père étend ses branchages dans toutes directions, malmené par les coups de ballon violent de mon frère (je crois qu'il préfère détruire dans Minecraft). Et quelle nuance de couleurs : les plus proches du tronc sont émeraudes, les aiguilles oscillent entre turquoise et vert-de-gris, quant aux tache blanches, je ne saurais dire d'où elles proviennent.
Au fond du vallon, encerclé par une rangée d'arbres inconnus, ondule un étang limpide et rondouillard. De temps en temps ridule l'eau sous l'impact du bouchon ; mon père et sa pêche, cent-dix livres - mille euros, pardon - de matériel acheté sur Internet, et ses putains de fritures infectes ! À un bord, un épouvantail surveille le trou dans la verdure, la tanière d'une couleuvre, nouvelle copine de mon téméraire de félin. De l'autre, un pont de planches traverse le ruisseau. Et oui, un ruisseau ! Une petite rivière avec son petit moulin à eau et son petit canal à elle. Le bruit de l'écoulement s'infiltre par une oreille et lave les soupirs du bus, les saccades du train, si proches à Maisons-Alfort. Si l'on suit le cours de cette paix en mouvement vers l'intérieur du domaine, passant près du grand sapin, l'on rencontre le deuxième étang, plus longiligne, où un héron cendré vient se nourrir chaque matin, telle une apparition mystique. À la gauche (à la droite... devant ? Ouais, enfin, ça dépend) de cet étang, délimité par la trace de la voiture du portail jusqu'à la maison moche, il y a un océan d'herbe piqueté de marguerites. Entourant la zone d'eau et d'herbe, toujours cette ligne d'arbre innommables. J'ai l'impression d'être invisible aux yeux des autres, ce qui n'est pas pour me déplaire. Comme une clairière magique, solitaire, magnifique, cachée dans une forêt triste.
Voilà pour les alentours, maintenant le plus proche. Sous le sapin aux ramures déployées, se trouve une balançoire qui ne grince pas, fait notable. De là, partent tous les points de fuites de ce chef-d’œuvre. De là, on voit le saule pleureur au pied de l'eau, divinité végétale, m'est avis. De là, on profite des fleurs rouges et roses, droit devant, surélevées par un muret. De là, si l'on souhaite rejoindre cette élévation, on passe les trois marches enchâssées dans la terre ; ou si l'on souhaite la contourner, on s'engage sur un sentier en pente, descendante, tout aussi pierreux, tout aussi léger dans le travail humain. À gauche de ce sentier ont été plantés d'innombrables bosquets, de tailles différentes, vert clair, vert sombre, bordeaux même, enchevêtrés les uns sur les autres ; hirsutes et merveilleux.
Bref, bercé par ce paysage utopique ; apaisé par une belle harmonie de l'air, de l'eau, de la terre ; intrigué par ces deux minuscules cabanes et ces minuscules panneaux sans inscriptions, dont je n'ai pas eu le temps de vous parler : j'ai parfois la certitude d'avoir été transporté dans l'univers de Tolkien, aussi suis-je très déçu de ne jamais apercevoir quelque hobbit surgissant de nul part, comme ils savent si bien le faire. Oui, pas de hobbits. Que voulez-vous, il fallait bien que je trouve un défaut !
Allez, c'était presque parfait.

_________________
Citation :
Si tout est sombre autour de toi, est-ce parce que l'ampoule est cassée, ou parce que tu as éteint la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Ven 23 Nov 2012 - 1:16

Ok, je me lance =)

Il est actuellement 2h du mat' ici en lituanie, voyons vois jusqu'a quelle heure cet exercice peut me tenir...Je dois avouer que cet exercice est interessant dans le sen ou comme tu peux pas effacer tes écrit, cela oblige à mettre le cours de ta pensée, qui elle est forcément chaotique est anarchique. Mais bon pourquoi pas ! Aprés tout je vais pas commencer à faire mon interessant alors que je viens juste d'arriver sur le forum, et la je suis bien embeter car j'ai marquer le "et" mais je ne sais pas quoi mettre aprés, et comme j'ai pas le droit de revenir en arriere, j'avance et je continue dans ma bétise... Voila un preuve que la pensée est anarchique, je suis passé a deux choses dans une meme phrase alors qu'il y a une une réelle reflexion avant... Moi ca me fais rire, je trouve vraiment cet exercice rigolo. Ha oui et je voulais dire premier message et premier exercice sur le forum a par la présentation, info inutile mais pas grave. Bon j'ai envie d"éssayer de faire un poème en prenant cet excercice en exemple

Lune, tu me dévore
Par ta grace et ta beauté
tu m'envoute et m'ignore
comme ces femmes que j'ai aimé

Je te revois toutes les nuits
Aprés le jours tu commence ta ronde
C'est la que je te confie mes ennuies
et ou tu est la témoin de mon monde

Oula j'ai vraiment galéré pour les deux derniers mots, pas facile, j'éssayerais peut etre plus tard avec un texte plus long... Il est maintenant 2h16, ce fut vraiment rigolo pour un premier écrit =)
Revenir en haut Aller en bas
Lutine
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 36
Age : 34
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Dim 9 Déc 2012 - 14:26

Ecrire sans se retourner…
En même temps, si je me retourne, je ne suis plus en face du clavier, alors écrire risque de devenir compliqué… Mais je serais face à la fenêtre et la vue n’en serait que meilleure… Alors, que faire ? Ecrire de côté peut-être, un œil sur l’écran, et un œil sur la fenêtre. Ou l’inverse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mer 2 Jan 2013 - 22:25

Ecrire sans se retourner... Et bonne année qu'ils disent... Mais en quoi sera-t-elle bonne? Et comment ils peuvent savoir qu'elle sera bonne? après tout qui peut prédire l'avenir, on ne sait même pas ce qu'on sera demain, ni même dans une heure, ni même dans une minute...
Bonne année qu'ils disent... Quelle ineptie! En quoi serait-elle bonne, avec les factures à payer, la crise et tout ce qui s'ensuit? En quoi serait-elle bonne avec des mots comme augmentation des prix à la pompe, restriction budgétaire et tout ce qui s'en suit?
Bonne année qu'ils disent... Pourquoi pas? Les enfants sont là en bonne santé, et je travaille, le lus beau métier du monde à ce qu'il paraît, et j'avoue que je le pense aussi.
Bonne année qu'il disent... Pourquoi pas? J'ai un toit sur la tête, une jolie petite famille, et pas grand chose dont j'ai à me plaindre.

Bonne et heureuse année
Revenir en haut Aller en bas
surya
Je commence à m'habituer
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 25
Localisation : Très loin au-dessus des nuages
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Jeu 3 Jan 2013 - 0:35

Y a-t-il un brin de folie qui soit contrôlable un tant soit peu? Qu'advient-il lorsque c'est fait, lorsqu'on maîtrise cette étincelle si difficile, parfois, à découvrir et davantage à entretenir? Si l'écriture est une catharsis, la folie en est-elle le moteur ou la cause? C'est à l'écrivain de répondre, encore qu'il manque pour cela de recul. C'est qu'il le voudrait bien mais ses propos déjà contiennent cette démence qu'il s'évertue à défendre et à expliquer. Une métaphore en cache une autre, et c'est ainsi que l’abîme s'autogénère, dans la puissance du verbe et dans sa fantasmagorie. L'auteur risque de s'y perdre et de prendre dans ses rets le disciple qui s'enivre de sa musique. Il se crée un lien indéfectible entre les deux instances, auteur et lecteur baignant dans un même fleuve ; et la mélodie de l'écriture agit comme un poison. Elle se répand dans l'organisme et contamine son réceptacle. La folie nous gagne alors, il n'est plus possible de comprendre uniquement. On ressent. Telle est la loi qui régit la phrase, tel est le destin qui s'empare de nous.

_________________
"L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu" Baudelaire [i]in Petits poèmes en prose[/i]
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Jeu 3 Jan 2013 - 12:33

Gris... Dehors, le temps est gris. Morose et sombre. Comme toujours. Chaque jour, chaque minute, chaque seconde même. Ces nuages légers drapent l'horizon d'une ombre de désespoir. Ainsi est le Nord. Certes le Nord de la france, seulement, car le pôle du même nom est encore loin... Les oiseaux décollent et s'en vont migrer. La pluie frivole choit puis se verglace. Ainsi est l'hiver. Sournois, imprévisible, mouvant. Le matin la nuit règne, le soir la nuit règne, le jour l'obscurité... Triste temps, triste époque que ces jours enneigés où le silence est de mise et l'espoir a fui. Triste année, aussi, que ce nouvel an sans charme ni logique, passé sous la chaleur d'une vingtaine de degrés. Où va le monde si l'hiver n'est plus l'hiver ? Mais au moins, le Nord reste le Nord...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Sam 27 Avr 2013 - 14:06

Arrêtez ! Je ne peux plus continuer. Arrêtez ! Le temps s'écoule mais mes maux restent là. Ils sont emprisonnés dans mon corps, impossible de sortir. La colère me gagne, je le sais. Emotion incontrôlable, je ne peux plus retourner en arrière. Voyez comme vous m'avez beaucoup changé... Je ne suis plus cette fille si réservée que vous avez connu mais plutôt une adolescente qui essaie de trouver sa liberté. La difficulté d'écrire m'énerve encore plus parce qu'en fait, ce sont les mots de mes maux que vous m'avez volé.


Bref, c'est très court. Parce que je n'ai toujours pas suffisamment confiance en moi.
La musique que j'écoutais a réveillé aussi cette émotion que j'ai évoqué...
Revenir en haut Aller en bas
Coyote
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 49
Age : 25
Localisation : Franche Comté
Loisirs : écrire, rêver, cinéma, ordinateur, apprendre, etc.
Date d'inscription : 14/08/2012

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Sam 27 Avr 2013 - 14:44

.


Dernière édition par Coyote le Jeu 20 Oct 2016 - 1:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Sam 27 Avr 2013 - 14:57

Se retourner? Et puis quoi encore, se retourner c'est se rappeler et ce-ci est quelque chose de douloureux. Ne dis -t-on pas l'imbécile heureux? Alors avançons. Écrivons en regardant l'avenir se profiler, et dont la vérité subit les méandre d'un inconnu et quête d'action! L'exercice prend tout son sens lorsque l'on comprend qu'il faut foncé tête baissé pour toucher du bout des doigts l'excellence dans les yeux de l'univers. Mais le fourbe plane dans l'ombre comme une furtive annonce de la dualité du monde. Une sorte de lumière céleste divisant le monde. Quand le malin se mêle à l'irréelle effleurant la spontanéité de la maladresse. Alors on comprend que rien n'est parfait et qu'il faut profiter des petites imperfections de la vie comme d'un paysage éclairant à la source, l'inspiration branlante de l'imperfection et son parfait. Alors on écrit. à en perdre la tête. On se laisse aller, on cours, on cri, on pleure, on jubile de se laisser aller dans le dédale de son cerveau qui, dans son labyrinthe de folie, ne demande qu'à exprimer en son sens la vérité de son intérieur.
Qu'il en soit ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mer 1 Mai 2013 - 22:07

Prise d'une folle envie de me vider après avoir compris le concepte de cet exercice, et lu quelque uns de vos essais, je m'y mets à mon tour. Ecrire sans se retourner. En admettant qu'écrire est égale à vivre, ce qui est sûrement le cas pour certains d'entre nous et que se retourner signifie revenir en arrière, se remémorer le passer et donc en avoir mal, forcément parce qu'on a tous un petit coffre fermé derrière nous qui contient les fantômes de notre passé qu'il soit proche ou lointains. Je ne veux plus me retourner, après cet exercice je ne le ferai plus en tout cas. Mais le problème c'est que l'avenir est la source de mes problèmes, de mon stresse. Ici on doit vraiment bosser pour s'assurer un bon avenir. Serai-je à la hauteur? Mes doutes concernant cela sont moins poignants que ceux que j'ai en ce qui concerne les capacités de ma moitié. Qui a toujours eu plus de difficultés que moi pour les études. Je veux aller à l'étranger, Dubaï, c'est mon rêve. Je ne moisirai pas ici, mes enfants connaîtront un autre environnement que celui là. Mais mon chéri ne semble pas avoir les mêmes ambitions que moi… J'essaye de le motiver mais finalement paraît-il je suis celle que le ralentit. Je le démoraliserai à ce point ? Je n'ai pourtant jamais eu cette impression. Dieu mais où est le problème… Il me traite de matérialiste maintenant ! Imprévisible ! Si être une personne ambitieuse, comptant sur elle même pour réaliser ses projets d'avenir et ne voulant laisser personne lui barrer la route, alors oui je suis matérialiste. Si je devais choisir entre mon amour pour lui et concrétiser mes rêves, que choisirai-je ? Je refuse de lui dire ce qu'il veut entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Esoriak
J'adore ce forum!
avatar

Féminin Nombre de messages : 335
Age : 24
Loisirs : Rire, Fumer, Ecrire, Pleurer, Aller au ciné. La vie quoi !
Date d'inscription : 21/03/2013

MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Mer 29 Mai 2013 - 14:55

Voilà ma participation Rolling Eyes


Ne te retournes pas, tu seras seule.
Écris sans te retourner, il n'est plus là, de chair et d'os.
Écris sans regarder derrière, il te poursuit l'écho et ce souvenir d’Écosse.
Range sa photo, et gratte l'écorce d'une nouvelle vie.
Ne te retournes pas, c'est inutile.
Avance, marque le pas.

Ne te retournes pas, il n'est plus là.
Le corps et l'esprit dilué en un tourbillon.
Arrête d'attendre, son compte est bon !
Suis le chemin, prend cette voie-là.
Chaque deuil est un renouvellement.
Tu portes en toi l'existence
De ces amis manquants.
Allé, avance d'un pas, !
Regarde, tu vois ?! Il est là,
Ils sont tous là, tes frères d'avant !

Tu dois cesser de faire l'enfant,
C'est marche ou crèves dorénavant.
Soit tu vas loin, soit tu les r'joints.
Avant d'choisir, roules toi un joint. Arrow



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Lun 30 Déc 2013 - 17:04

Bon c'est parti pour cet exercice j'espère ne pas me tromper dans ce que je vais écrire.

Alors c'est l'histoire d'une petite fille qui aime manger des bonbons puis soudain, elle découvre dans une de ces douceurs un petit message qui dit:"Cours! Un monstre arrive et va te manger!"
Alors elle lâche le bout de papier et cours sans s'arrêter. Elle arrive dans la rue mais il fait noir, très noir. Elle fui sans vraiment savoir pourquoi, sans vraiment savoir quoi. La buée sortant de sa bouche est frivole, s'envole dans les cieux sombres, seulement éclairés par ces pâles lampadaires au bord de la rue. Elle n'est vêtue que d'un châle et d'un fin pantalon, elle court. Regardant devant, parfois derrière. Elle ne sait pas, ne sait plus.Ne sais pas ce qu'elle craint, ne sait plus que faire. Ses parents à la maison doivent l'attendre et s'inquiéter, mais dans cette situation ça n'a plus d'importance.

De toute façon la petite trouve sa vie fade, là-bas. Répétitive et fade. Et puis tous ces camarades sont méchants avec elle, se moquent d'elle. Combien de temps a-t-elle pleuré dans les toilettes, pendant la récréation... Soudain elle comprend que sa vie n'est pas là-bas, mais elle veut aller voir les étoiles.

C'est alors que le Mort s'approche d'elle, lentement, doucement. Elle la séduit, lui dit que les étoiles, on ne peut les voir que dans le noir, que dans la Mort. Alors la Mort l'enveloppe dans sa cape et lui murmure à l'oreille:"Ferme les yeux ma belle, les étoiles t'attendent". La petite sourit et se détend. Toute la lumière de ses yeux est partie. Seul reste le noir. Le noir pour voir les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   Jeu 9 Jan 2014 - 17:50

On n'y voyait rien, plus rien. J'étais là, debout toute seule, pourtant sans crainte. Non je n'avais plus peur. J'avais sans doute trop eu peur durant toute ma vie. Les gens m'effrayaient, mais ils n'y en avaient plus. Je ne les voyais plus. Je n'essayais même pas de percevoir quelque chose. Ou me trouvais-je ? Nulle part il me semblait. Je n'avais plus envie de bouger, j'étais paisible. Aucune brise, aucun son. Seul mon souffle tranquille reposé. Aucun parfum, rien à toucher. Le vide, je l'avais toujours ressentis mais je ne l'avais jamais vécue du moins pour de vrai. Je pensais qu'il était effrayant, abominable, démoniaque! Mais il n'en était rien. Je ne ressentais absolument rien. Tellement rien que j'aurais pu resté ici toute une éternité, et c'est ce que j'ai fais. Mes jambes ne ce sont pas engourdies, mon cœur ne s'est pas alourdi, mes bras ne se sont nullement crispés et mon corps n'a jamais flanché. J'aurais pu trouver cela bizarre, mais après tout c'est ce que j'avais toujours voulu. Et puis, lorsque le vide vous emporte il n'y a nulle échappatoire alors à quoi bon riposter ? C'est comme une mer sans vague, mais sans la mer aussi. Ou comme un arbre sans vie mais invisible aussi. Ou une vision flouté qu'on ne peut voir vraiment. 
Je suis restais là, sans rien faire, et je suis encore ici, je n'ai toujours pas bougé. 
On ne peut dire que j'attend, ce n'est pas ce que je fais, je n'attend plus rien désormais, je suis simplement debout et il n'y a pas à chercher plus loin. 
Debout dans le vide, sans sens, sans rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne te retourne pas !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne te retourne pas !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Ne te retourne pas"
» [INFO] HD2 en mode vibreur quanf on le retourne ?
» NE TE RETOURNE PAS ! de Karin Fossum
» [Kyklos Editions] Te retourne pas, Handala ! d'Olivier Gérard
» Sly dans Cauet retourne la télé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture-
Sauter vers: