Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'exercice de la goutte d'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
louisesnape
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 27
Localisation : Quelque part sur la même planète que vous... ou pas :p
Loisirs : Lire (mangas et livres), écrire (bien que je manque d'inspiration), écouter de la musique (surtout du Jpop), dessiner (style manga), jouer à des MMORPG....
Date d'inscription : 15/01/2011

MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Dim 16 Jan 2011 - 11:16

cybione a écrit:
Beau texte, mais je n'ai pas compris les montres ?

lol faute de frappe, c'est "monstres". Je vais corriger ça tout de suite :p

_________________
"La vie est comme une grande pièce de théâtre où chacun joue le rôle de sa vie. Certains le font bien, d’autres non."
Louise Snape
"Il n’y a pas meilleur moyen d’apprendre la vie que par la vie elle-même."
Louise Snape
"C'est la grandeur d'esprit qui compte, et non la taille physique."
Louise Snape

Eh oui, je philosophe XD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Mar 31 Mai 2011 - 23:16

Eh bien, apres les nuages, la pluie, l'océan, encore les nuages, encore la pluie, il a fallu que je tombe dans une riviere qui m’amène droit à cet... endroit. Franchement, j'ai autre chose a faire que de me coincer ici. Mes atomes sont souillées par tous ces mal-formées d'eau trop de fois recyclées autour de moi. J'étais pure moi ! Trop beau pour durer bien sur.

Bon, eh bien je n'en peux plus, j'aspire a autre chose que rester prisonnière d'un goulot. Je regarde le fond de céramique, mais ce n'est pas mon jour de chance ! Je hurle sans bruit en voyant ces poils de barbe fraichement rasée, accompagnées de taches verdatre qui n'inspirerait pas confiance a la plus vile atome, des bulles se formant encore a sa surface en guise de preuve de son récent crachat. Ces taches qui glissent lentement vers ce trou noir au fond, en laissant une trainée semblable a celle d'un escargot, hélas, j'ai l'impression de n'avoir d'autre choix que de m'y laisser tomber.

Preuve que je vaux mieux que mes compagnes forcées, je me décide à remonter, refaire le trajet inverse, retourner dans la rivière et esperer m'évaporer. Ca y est ! Je me dandine, essaye du mieux que je peux de remonter ce fleuve crasseux, tout plutot que le crachat.

Le courant se fait plus fort, je n'arrive plus a me controler ! Mes efforts sont réduits a néant, je retourne d'ou je viens, pitié !! Je n'en peux plus, tout en moi n'est que panique, je n'ai que ce vert immonde qui m'attend, NON !!!!

Je suis souillée... Adieu pureté des premiers cycle, maintenant je suis comme les autres, du dentifrice dilué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Dim 5 Juin 2011 - 19:59

Voilà ma production, je m'en vais lire les vôtres (excusé moi si je ne commente pas)

-------

La goutte d’eau se forme, elle est si fine au départ, et sa croissance, seconde après seconde est visible. On dirait un film passé en accéléré. Un film a suspense, qui n’a jamais essayé de prévoir l’heure de la chute ? Mais chaque goutte semble unique, ou alors es-ce juste que l’œil humain ne voit pas vraiment sa naissance, ni sa chute.
Néanmoins, on le sent, et on le sait, cette goutte à force de grossir, de croitre ainsi, elle ne va plus pouvoir se tenir, elle ne supportera pas son poids bien longtemps. Et pourtant quand on l’observe, la goutte ne semble jamais prête à tomber. Elle grandit, elle grossit, tremblotes, et se fige a nouveau.
Et pendant tout se temps on a retenus notre souffle, pour qu’une respiration ne fausse pas la départ. On observe la goutte, elle grossit encore. Et quand sans prévenir, elle quitte sa source, on ne le voit pas. On cligne doucement des yeux, et la voilà bien décroché du froid métal qui la vue naitre.
Et elle chute, trop doucement pour être invisible a un œil observateur, trop vite pour que nous puissions la suivre des yeux. Et bientôt après une longue chute d’une demi seconde, elle s’abat, sur la porcelaine blanche et toute aussi froide que le métal. Au moment de l’impacte née le bruit si agaçant qui nous a tous fait venir a un lavabo. Et la goutte implose et explose en même temps. Elle se divise, et seule une larme, un rudiment de cette énorme goutte, défis la gravité et remonte. Pas de bien haut, mais elle remonte, avant de retomber parmi les autres morceaux. C’est fini.
La vie d’une goutte est bien la plus courte, et bien la plus vide. Et là, peux désireux de se faire piéger par la contemplation d’une autre goutte, on resserre le robinet, et on s’en va. Et on oublis que l’on viens de voir une goutte naitre, et mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Sam 26 Nov 2011 - 20:48

--

Eau, la masse autoritaire, la retenait dans l'enclos qui l'avait vu naître, mais l'air glacial du dehors l'attirait irrésistiblement. Sa douce température, son allure de liberté, ses engouements passagers... tout était objet d'enivrement déjà ! Au bord du précipice, elle humait sa délivrance si proche. Encore pleine de songe, elle s'oublia, dérapa et quitta son nid. Adieu mère patrie, bonjour vent nouveau ! Plus rien désormais ne dictait ses mouvements si ce n'est son insatiable désir de tomber. La douceur du vide lui caressait les lèvres. Chaque respiration était une ode à la vie, le souffle au creux de ses joues lui donnait naissance. Elle mordait chacune de ces secondes.
Le rebord d'une roche étonnamment lisse et d'une pure blancheur immaculée freina subitement son vol. Elle glissa tranquillement dessus et découvrit un sens qui ne s'était alors encore jamais manifesté. Le Goût. Durant un instant aussi intense que fugace elle lécha goulûment mais brièvement la trace rosée qu'une feu-betterave avait abandonnée. La chute réengagée, le délice de cette nouvelle sensation ne quittait son esprit.
Mais l'euphorie des premiers instants se dissipa et céda sa place à la Désillusion. Son voyage se terminait brusquement dans une nouvelle autorité Eau2.


--
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Mer 7 Déc 2011 - 19:15

Cristalline, voilà comment on aurait pu la définir. Elle était belle, quoi qu'un peu ronde, et si pure. Onde se plaisait à flirter avec le danger, elle aimait ça, c'était sa seule raison de vivre et malheureusement ce fut aussi la raison de sa mort.
Souvent, elle se plaisait à "lécher" les lèvres de son amant, elle lui laissait une trace froide, indélébile, tel un baiser de glace. Lui se plaisait à "avaler" les siennes, elle avaient un goût particulier. Un goût de crayon de couleur.
Souvent, elle marchait sur le bord, près du précipice, elle aimait ça, presque autant que son amant.
Un jour, échappant à toute vigilance, Onde s'aventura un peu trop près du ravin. Cela marqua le début de la fin. Son amant, ne pouvant plus la retenir, la lâcha comme tombe une larme: avec beaucoup de tristesse.
Sa chute fut lente, trop lente. Elle avait beau crier, personne ne l'entendait, elle était seule, enfermée dans une bulle.
Soudain elle heurta une surface dure, non pas rugueuse, juste dur, dur et doux en même temps. Son corps se disloqua, en plusieurs milliers de morceaux. Elle gémit.
Soudain, elle prit conscience qu'elle glissait, elle ne contrôlait plus son corps. Elle coulait, ses débris coulaient. Ils coulaient comme du sang aurait coulé : un mince filet menant à la mort.
Onde ne voulait plus se battre, elle voulait oublier, tout oublier. Oublier ses fraiches embrassades, oublier le goût des crayons, oublier la douleur. Elle ferma les yeux et se laissa bercer par les flots.
Ce fut la fin d'une goutte d'eau.

bon voilà mon texte, je sais qu’il n'est pas fameux, fameux mais c'est pas grave, n'hésitez pas à commenter !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Jeu 15 Déc 2011 - 19:13

L'eau est une étendue immense. Alors qui suis-je, moi une simple goutte d'eau, parmi cette étendue? D'où viens-je? Je pourrai venir d'un des immenses nuages du ciel, comme du plus profond de la terre. Deux endroits à l'extrême opposé l'un de l'autre. Pour tout vous dire je viens des deux. Du ciel et de la terre, ce qui engendre la mer. Mer où se trouve probablement toutes mes sœurs.
Et regardez où je me retrouve? Dans un goulot, sur le point de tomber.
Je vois un trou en bas. Je me sens désespérément seule. Pourquoi les humains oublient-ils toujours de fermer correctement le robinet? Ne comprennent-ils pas le gaspillage que cela produit? Ne pensent-ils pas à toutes ces pauvres populations qui tueraient pour une simple goutte d'eau?
Qui tueraient pour m'avoir dans leur gorge?
J'entends l'une de mes sœurs qui arrive. Ça y est, ça commence. Je sais déjà que le temps qu'elle arrive, je serai déjà en bas. Dans ce trou. C'est ainsi que ça doit se passer, chacun son tour.
Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est pourquoi la loi de la physique a décidé de faire l'attente de ma chute si longue et pourtant la rendre si rapide dans l'action.
D'ailleurs, on a tendance à représenter l'eau en bleu. L'eau est plutôt transparente, incolore. Je me suis aussi toujours demandé pourquoi.
D'un coup, je lâche prise. Je tombe, plus vite, plus vite. J'ai comme l'impression de décomposer, l'air me chatouille et me donne envie de me multiplier, d'avoir d'autres sœurs. Plus vite, je vais m'écraser dans ce trou, plus vite, vite. Mais qu'est ce qu'il y a à l’intérieur de ce trou? D'autres sœurs? Où sont-elles déjà parties? Mon bruit réveillera-t-il les humains de la maison?
Je tombe, plus vite. Il fait tout noir dans ce trou. Tout noir. Je suffoque. Ce ne sont pas mes sœurs. Je me consume.

Ploc!

Est-ce ainsi que l'eau meurt? Simplement en se polluant dans les tuyaux de lavabo?


Dernière édition par RavenPomme le Jeu 15 Déc 2011 - 19:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Jeu 15 Déc 2011 - 19:21

Je savais que tu viendrais RavenPomme !

très beau texte, ça fait réfléchir. Promis je fermerais mieux les robinets après cela. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Sam 17 Déc 2011 - 10:53

Oh merci! Oui il ne faut pas gaspiller l'eau. Ça fait de la peine à la planète et qui plus est ça allonge la facture. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
rallyebaba
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3658
Loisirs : rater, rater et pour changer échouer
Date d'inscription : 06/10/2011

MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Sam 17 Déc 2011 - 16:37

Super Raven Smile Je connaissais pas cette exercice tient...

_________________
Il meurt lentement; celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider[...] Il meurt lentement celui qui devient esclave de l'habitude refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère. Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements. Ou qui ne parle jamais à un inconnu.  Il meurt lentement; celui qui ne change pas de cap lorsqu'il est malheureux au travail ou en amour, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n'a fui les conseils sensés. Vis maintenant! Risque-toi aujourd'hui! Agis tout de suite! Ne te laisse pas mourir lentement! Ne te prive pas d'être heureux! Pablo Neruda.

Lis un millier de livres et tes mots couleront comme une eau de source. Lisa See - Fleur de Neige
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Sam 15 Juin 2013 - 15:58

Attention, la goutte arrive au milieu ;-)


Pourquoi n’est il jamais à l’heure. Depuis le temps, je devrais le savoir, il ne viendra peut-être pas avec sa gueule d’ange qui n’a pas de montre. Une fois de plus, je resterais avec mon amertume et un soap à la télé. L’amour rend bête et servile, je pensais être au-delà de ça, tant d’années d’études à confronter ma cervelle à toutes les thématiques. Tout ça pour ça: une midinette de plus en mal d’amour.
J’éteins le poste, je ne veux plus de bruit, me retrouver dans le silence pour faire le compte de mes souvenirs avec lui, lui, toujours lui. Me rendre à l’évidence, ce n’est qu’une histoire de temps, une minute ou une heure, un jour, une année…
Mais pour l’instant, il est mon mec et j’en suis s’y fière ! Cette aliénation je l’ai voulu jusque dans mes tripes. Mes chaines me font mal, elles grincent, elles cliquètent, mais, surtout, surtout qu’on me les laissent  !
22h27, les chiffrent brillent au dessus de l’évier, il m’avait dit “vers 21h, ma chatte", c’est ça, fidèle minette lovée dans le sofa, je regarde cette saleté de pendule…je ne ronronne pas du tout, non, j’aurai même plutôt tendance à battre de la queue et rabattre les oreilles. Mon regard s’accroche à quelque chose, je me lève, je m’étire… Je traine ma rogne jusque devant l’évier, non, je ne la regarderai pas cette pendule, elle n’est pas mon amie. Chaque seconde est marquée de deux points rouges qui clignotent. Je les vois dans mon champ de vision, mais je me force à ne pas tourner la tête, quelle heure peut-il bien être, 10h30 peut-être, ou plus…ne pas savoir.
Je m’accoude à l’évier et je fixe le robinet, qu’a-t-il donc à me dire celui-là avec sa goutte au nez. Un soupir, je plie les genoux et j’enfouie mon visage dans mes bras. Samedi soir face à un robinet qui me nargue de sa goutte, c’est digne d’un sketch de one man show.
Pourquoi ce besoin de m’accrocher à une histoire qui ne mènera nulle part. J’aime ses bras puissants, son odeur, la douceur de sa peau. Que du banal. Est-il vraiment intéressant, aimable ? Ou est-ce encore une de ces “madeleines” don-t-on se réveille 20 ans trop tard, frippée  comme une vieille pomme et sans enfant ?
Tiens, je l’ai vu ! Elle vient de se décrocher du goulot, elle est tombée. J’ inspecte le fond de l’évier, l’inox brille un peu plus juste en dessous, elle a du s’écraser là. Nouveau soupir, mes yeux dérivent vers la pendule. Accro et bête, et faible aussi… je suis nulle. N’empêche qu’il est moins dix, je le sais maintenant, il ne viendra plus, je dois me rendre  l’évidence.
Je m’agrippe de tout mon désespoir à la goutte qui se prépare, elle va m’aider à réfléchir. Elle est comme moi, suspendue entre ciel et terre, elle grossit, comme moi, elle pleure, comme moi, et bientôt elle s’écrasera tout au fond du trou, juste en dessous, toute seule, et sans personne qui s’en soucie. Pauvre petite goutte d’eau froide et insignifiante. Je vais l’accompagner, je serai son amie jusqu’à sa fin tragique.
Mes jambes me font mal, la position n’est pas très confortable. Si je m’agenouille complètement, je ne vois plus la scène du crime, si je me dresse trop, je ne peux plus appuyer ma tête sur mes avant-bras. Je suis condamnée à l’inconfortable position de l’entre-deux, je vais avoir des cuisses en béton si elle ne se décide pas à tomber très vite.
Ma nouvelle copine a encore grossi, on dirait un ventre de femme qui enfle au fur et à mesure de la grossesse. Une pointe de jalousie me serre le gosier…même elle sera mère avant moi. Bientôt 32 ans, je ne suis plus toute fraiche, si j’ai un enfant un jour sa maman sera une vieille femme.
 
Mes yeux piquent, je n’ose plus cligner des paupières, elle risque de se décrocher sans que j’ai pu l’accompagner. Surtout ne pas relacher l’effort, ELLE a besoin de moi pour son dernier voyage.
Ca y est, ça commence, lourde, pesante, elle se déforme, elle s’étire, elle ne veut pas. Ses petits doigts s’agrippent à la grille du mitigeur, de petits bouts de calcaire s’effritent et l’empêchent d’avoir une bonne prise, si elle regarde au-dessus de son épaule, elle verra la falaise, et l’effroyable surface froide qu’est mon vieil évier mal lavé. Je ne l’avais jamais vu avec ses yeux-là, cet assassin à la surface dépoli.
Elle a laché, je retiens mon souffle, mes jambes flagelles. C’est quoi déjà la formule de la gravité.
 
Elle est morte, plus de goutte, mon amie d’un soir m’a lachée. A-t-elle eu mal, qu’a-t-elle pensé, il parait qu’on est mort avant d’avoir touché le sol lorsqu’on se jète dans le vide, est-ce vrai pour les gouttes aussi.
Je ferme les yeux, je sens pour la première fois que mon souffle humide à traverser la manche de mon sweat.  Je déplie mes genoux et me redresse, je pense à ma grand-mère et à ses articulations.
Voilà, d’un doigt je caresse le fond de l’évier, j’y laisse un sillon qui me fait sourire. C’est ma première soirée en tête à tête avec une goutte, il est temps que je réfléchisse au vrai sens de la vie.
23h04, mauvais garcon, tu n’es pas pour moi.
Je me dirige doucement vers ma chambre, l’avenir sera différent, la goutte me l’a dit avant de mourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Kevargon
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 208
Age : 27
Localisation : Toulouse
Loisirs : écriture, RP, jeux vidéos et sorties
Date d'inscription : 04/05/2013

MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Sam 15 Juin 2013 - 16:21

Petit texte sans prétention aucune. J'espère qu'il vous plaira.

Quelle vie trépidante que celle d'une goutte de pluie. On ne vit que le temps d'une chute libre de plusieurs centaines de mètres. Je l'imagine d'ici. Un instant plus tôt à l’abri dans son cumulus, entourée de sœur, bientôt elles aussi lâchée froidement sur le monde. Le tonnerre gronde, c'est pour bientôt ! Ça y est ! La goutte se forme et tombe. Translucide mais bien là. Elle se forme, se déforme. Tantôt ronde, tantôt plate, toujours tournoyante. Prise dans une ultime danse macabre mais salvatrice. Elle arrive alors que les secondes défiles. Bientôt elle s'écrasera. Quel spectacle magnifique.

Une goutte d'eau, dernière rescapée d'un génocide au nom de la sacro-sainte vaisselle a, elle aussi, ce destin tragique que constitue la chute. Elle est là, formée et accrochée au bord du mitigeur. Pleine de vie dans son immobilisme. Symbole de notre société, elle est seule et vouée à mourir sous peu, oubliée de tous. Elle se maintient, tremblotante, usant de l'air lui-même pour parvenir à occuper cet espace. Peu à peu elle sort complètement du goulot. Pendante de tous son poids dans le vide. L'air la trahit alors. Elle tombe. Que de sentiments dans cette chute. Elle tournoie, comme pour voir une dernière fois le monde avant de s'engouffrer dans les tuyaux sombre de l'évier et de se perdre dans la multitude. La dernière danse de cette entité éphémère a commencé. Les instants de clamps défilent inexorablement, la rapprochant toujours plus de son destin. Elle n'y peut rien. La gravité mettra fin à son périple. De petites poussières à peine visibles seront les témoins de son passage. Portant en son cœur la raison de la vie même elle s'écrase en un bruit sec sur la céramique de l'évier de luxe lui ayant servit de monde. Cet unique son est à la fois son premier et son dernier cri. Elle glisse, lentement, vers le trou, comme animée d'un ultime désir d'individualité.

Fugace moment de vie que celui d'une goutte. Mais haut les cœurs car ces pionnières se retrouveront bientôt dans des situations inverses. Elles auront l'insigne honneur de propager la vie, de la perpétuer. Elles seront bues, évacuées, recyclées, s'évaporeront, renaîtront et s'écraseront de nouveau. Tel est le cycle ! Tel est le destin de l'eau !

_________________
Le cercle n'a pas de commencement.

Si j'ai bien compris à l’échelle quantique les particules apparaissent et disparaissent à un rythme effréné, quittant par intermittence notre réalité ou du moins l'endroit où l'on pensait qu'elles étaient. Dans ces conditions une question m'habite : où vont elles ?

http://ecrire.ingoo.us/t4706p26-the-sword-of-fate-titre-provisoire
Revenir en haut Aller en bas
http://ecrire.ingoo.us/t4705-terre-brulees-mais-fecondes-d-un-et
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Jeu 1 Aoû 2013 - 16:17

Je vais essayer l'exercice de la goutte d'eau, même si je suis pas très très douée pour écrire des descriptions:

J'ai tourné le bouton d'eau chaude de mon robinet en inox. A ma grande surprise, ce n'est pas un jet d'eau qui en est sorti mais une seule et même goutte (encore une de ces foutues coupure!). La goutte tournoya dans les air, elle semblait bouger, se déformer, comme ces diverses molécules composées de milliers d'atome que les scientifiques se tuaient à découvrir. La lumière se refléta tandis qu'elle se tortillait, dansait et pendant un ultime instant je crus voir le reflet de mes yeux très foncés qui pétiller à travers cette goutte. Translucide, elle retranscrivait en grossissant très légèrement la douche bleu marine juxtaposée juste derrière elle. Je n'avais jamais vu une goutte aussi belle de toute ma vie! On aurait presque dit qu'elle était...vivante. Et libre aussi. Mais il y a un proverbe sur cette Terre qui dit que rien de dure éternellement, et malheuresement elle finit sa course folle au fond de mon lavabo avec un grand "Splash!" sonore. Toute l'eau qui la contenait s'écrasa et mourut, complètement éparpillé. Je sentis mes larmes me monter aux yeux.sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Jeu 29 Aoû 2013 - 14:39

Certaine chose peuvent paraître annodines, mais en fait, elle change le monde. Comme cette petite goutte d'eau, cette goutte d'eau oublié, qui, regarde la chute qu'elle doit faire, hésite, tremble, et poussé par d'autre congénères derrière elle, se résout enfin à tomber, dans ce tuyau dont elle à tant entendu parlait, ce long tuyau où elle seras seule, a descendre encore et encore, pour arriver, au final, avec plein d'autre goutte d'eau. Elle se mélangera, se collera au autres, tourbillonnera dans cette danse sans fin, et finalement, peut-être qu'elle se retrouveras à l'autre bout du monde, où elle seras véritablement la seule, et où, d'une simple gorgée, se retrouvera aspiré par un autre étrange tuyau, elle se retrouveras alors avec lui, ils ne ferons vraiment plus qu'un et, heureuse d'être enfin accueuillit comme une sauveuse, feras son possible, pour méritait sa réputation. Elle disparaîta de la terre, mais grâce à son dévouement sans faille sauveras la vie, d'un futur médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Jeu 26 Sep 2013 - 3:18

Bon voici le mien :

------------------------------------------------

Elle était là, prête à cracher sur le monde, guettant, hésitante à la sortie d’un trou noir et froid.

Sans que quiconque ne puisse le percevoir, elle se mit à s’étirer, comme suspendue par les bras, dans le vide. Et puis soudainement, une compagne maladroite lui tomba dessus et elle ne put tenir le choc, ses bras lâchèrent. Les deux jumelles s’entremêlèrent dans une chute sans fin, vers un monde sans fond.

Tout en se mélangeant, les gouttes d’eau partagèrent leurs pêchés : hormones de synthèse, traces infimes de médicaments, bactéries résistantes et antibiotiques. Elles pensèrent à l’absolution, à ce qu’on attendait d’elles, celles qui sortaient du robinet sacré, symbole de pureté, lui leur créateur. Elles eurent honte, et se serrèrent l’une contre l’autre, fermant les yeux, chantonnant leurs chants de goutte d’eau pour ne plus entendre les horreurs qu’elles contenaient : ploc ploc plic, ploc, ploc. Déjà elles pouvaient entendre leurs sœurs s’écraser sur la blancheur infinie et glissante de l’évier menaçant.

Elles qui voulaient caresser la peau, gouter aux lèvres et se battre contre les molécules de savon, seraient alors inéluctablement privée pour longtemps de cette aventure, on leur avait raconté tant de choses sur cette expérience, elles étaient impatientes de la vivre aussi, mais ce ne serait pas pour cette fois. Elles allaient être gaspillées et retourner sagement avec leurs alter égo. La blancheur se rapprochait, elles se préparaient à chanter leur ultime « ploc » mais au dernier moment, une chose étrange arriva.

Une énorme patte velue les attrapa au vol, elle était douce et chaude, mais pourtant vive. La patte se dirigea vers une langue rêche et rose et elles disparurent dans le néant. Et c’est ainsi qu’elles devinrent un chat.


------------------------------------------------------------

Oui j'ai triché ! Elles n'arrivent pas jusqu'au goulot de l'évier, j'ai essayé pourtant mais voilà un chat a encore frappé ! Il avait soif, ne me blamez pas Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Sunpatty
J'adore ce forum!
avatar

Féminin Nombre de messages : 301
Localisation : Quelque part entre le néant et le pays des songes
Loisirs : Ecrire, lire, dessiner mais surtout et toujours ecrire
Date d'inscription : 22/02/2015

MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   Lun 29 Juin 2015 - 15:58

Ce fut une secousse qui me réveilla. Alors que mes sœurs et moi-même dormions tranquillement, un mouvement nous sortit de notre léthargie.
il y a quelques heures déjà que nous avions été précipitées dans ce que les humains, ces êtres impitoyables, nomment bouteille.
Nous avons été propulsées du robinet après avoir circulé dans des tuyaux. Ce n'était pas un moment très joyeux. Mes sœurs me bousculaient, me poussaient contre les parois. Nous grimpions, tournions, glissions.
Nous allions enfin être libres à nouveau.

Je me souviens de notre petit vie tranquille dans un nuage, bien au chaud. Il nous menait tranquillement, volant au dessus de splendides paysages. Arrivé au bout de son voyage il nous précipita vers le sol. Mes sœurs et moi avions poussé une petit cri de surprise, avant de rire. "Nous volons!, nous sommes libres"

Pour ma part j'ai eu de la chance, je suis tombée dans la rivière avec elles. Nos infortunées compagnes ont eu le droit au sol dur et froid qu'elles ont du creuser pour le traverser. Elles ont galéré pour trouver une issue dans ces labyrinthes terreux.

Un jour de chaleur, nous avons à nouveau pris la voie des airs, un autre nuage, pour atterrir dans un bassin d'épuration. Nous avions du cohabiter avec des eaux usagées, avons du subir des tonnes de traitements, avons été malaxées, secouées puis après un nouveau cheminement la chute dans la bouteille. Une fleur est venue tremper son pied vert dans notre petit lac étroit, puis elle était partie sans être remplacée.Nous sommes rester une nuit puis une journée au calme, pleurant l'absence de la rose et alors que nous n'avions plus aucun espoir, nous avons été réveillées, secouées. Vite, vite , nous allons être libre. Nous préférons mille fois les tuyauteries, les bassins d'épuration, les voyages en rivière avant de survoler encore une fois le monde, plutot que l'inaction au fin fond d'une bouteille.. Lorsque la bouteille fut retournée toutes , nous nous rupâmes vers la sortie, un étroit goulot, au travers duquel nous étions comprimées, à la limite de la suffocation et enfin ce fut le grand plongeon vers la liberté. Nous n'étions plus enfermées, nous étions libres à nouveau, libres d'aller où nous en avions envie. j'ai envie de crier, tellement c'est bon la liberté....

_________________

_________________
La vie n'est qu'un long compte à rebours qui débute à notre naissance et se termine à notre mort. Razz

A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire. Razz

"Amis ou ennemi quelle importance...Tous les ennemis du roi deviennent les miens."
"Tu as osé t'en prendre à notre souverain. Je ne te connais plus et ne te considère plus comme un ami"
(Landrin: La légende de Terre-Brune)

" Tu ne me considère plus comme ton ami. tu ne veux pas pardonner mon geste insensé, mais malgré tout je mourrais pour toi."
(Virgile la légende de Terre-Brune)


"Je ne suis pas un prince. Je ne suis que le fils d'un félon fratricide" (Darian, les vilipendes du Sendris)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'exercice de la goutte d'eau   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'exercice de la goutte d'eau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» L'exercice de la goutte d'eau
» Exercice de diction.
» "COLD RESPONSE" : exercice de l'armée de Terre
» exercice corps pastel
» Mon premier essai d'une goutte d'eau dans une rose...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture-
Sauter vers: