Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 liberté de l'écrivain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elann
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1037
Age : 22
Localisation : Nord
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 15:22

Je ne sais pas si le sujet a déjà été vraiment abordé, ni même si c'est le bon endroit, m'enfin...
J'aimerais un peu discuter de la "liberté de l'écrivain" (oui, parce que je suis un grand idéaliste Razz )

Je refuse de croire qu'il y a des règles en écriture ( Rolling Eyes )
peut-être y en a-t-il pour être publié (comme l'orthographe ^^) mais pour écrire, non.
Et les laïus sur la liberté de l'écrivain, j'en ai fait dis-donc ^^

Je pense qu'il faut se débarrasser de l'idée reçue qu'il existe une méthode, deux, trois... ou même dix !

Même si on essaie de faire exactement à la manière de untel (untel étant le meilleur écrivain de tous les temps), on ne pourra appliquer la même méthode.
Parce que le truc, quand on écrit, quand on créé simplement, c'est qu'on y est met du "soi".
Et comme chacun le sait, nous ne sommes pas des clones (en fait, si dans nos manières d'agir en société, et tout, et tout... mais là n'est pas le sujet (enfin... pour l'instant (ce serait un plaisir de discuter de cette société que j'aime tant..... (je m'égare Twisted Evil )))).
Même dans un simple plan, il y aura du "soi".
Quelqu'un voudrait réellement de la recette qui marche à tous les coups ? Héhé, non... D'abord parce qu'alors toutes les créations perdraient de leur valeur, si tout le monde peut écrire un best-seller en appliquant dix règles et une méthode, bah... il n'y aurait plus aucun intérêt. Et puis, ce serait très réducteur vis à vis de notre liberté... J'ai coutume de dire que la liberté n'existe pas, en tout cas, pas comme on pourrait le croire, nous sommes liés à trop de choses, mais faire du travail d'écriture une simple recette de cuisine, ce serait carrément mettre fin à toute illusion de liberté, à toute liberté même partielle...

Alors c'est très sympa toutes ces histoires de méthodes, règles, techniques... mais rien ne vaut la liberté de l'écrivain.

Faites ce que vous voulez, comme vous voulez. (je ne dis pas que c'est comme ça que vous allez vous faire publier, je vous parle de l'essence même de l'écriture, de cette immuablement magnifique chose qu'est la création).

(je tiens à préciser que mon propos n'a rien à voir avec la construction ou non d'un plan, là encore ça relève de la liberté de l'auteur qui fait ce qu'il veut (un plan, deux, trois, un demi, un incomplet, un détaillé, et que sais-je encore...).
Je signale aussi que je n'attaque personne ^^, que des conseils sont toujours les bienvenus mais qu'il faut savoir aussi les laisser à leur place de simples expériences de ceux qui l'ont déjà vécu pour soi-même tracer sa propre méthode, sa propre façon de faire (et en changer autant de fois que voulu) ou pas justement !!

En matière d'écriture pure, il n'y a pas de règle ultra-top-secrète qui foudroie quiconque la transcende. Il y en a pour qui veut se faire publier voire simplement lire (ce qui est très souvent le but recherché (à raison d'ailleurs)).

Voilà, que rajouter ? je ne sais, à vous alors Very Happy

_________________
Je suis né pour te  connaître, pour te nommer, liberté.  Paul Eluard
Revenir en haut Aller en bas
Faeleris
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 121
Age : 25
Localisation : De l'autre côté du miroir
Loisirs : Génocider des choses mignonnes
Date d'inscription : 20/10/2012

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 15:38

Je ne vois pas vraiment grand-chose à ajouter, si ce n'est qu'à mon sens la beauté de l'art, et de l'écriture en particulier puisque c'est le sujet qui nous intéresse le plus ici, vient de sa flexibilité. Même si j'écris le plus souvent avec l'idée que cela va être lu par au moins une autre personne, ce n'est pas pour autant que je ne peux pas concevoir que l'art puisse être produit à la destination exclusive de l'artiste le produisant.

J'estime même que la beauté d'un texte n'est pas nécessaire à son appellation en tant qu'art, au moins tant qu'il est produit de façon spontanée. Je suppose même qu'un texte désagréable à lire pour des raisons de style peut avoir une certaine forme de beauté, ne serait-ce qu'en faisant ressortir la beauté d'autres œuvres plus amicales envers leur lecteur. Ou encore, suivant le sujet traité (ex : l'Holocauste), en devenir plus beau qu'un texte plus fluide, en faisant ressortir l'atrocité du fond par le biais de la forme. Cela dit, ce n'est ici que de la théorie, je ne pense pas avoir jamais rencontré de tel texte... Mais cela me semble plausible.

_________________
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 16:20

Je pense que c'est clair.

Maintenant, pour ce qui est de la liberté de la forme... ça dépend de ton but...
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 17:12

La liberté ? Pour quoi faire ?

Personnellement, je n'ai pas du tout un sentiment de liberté quand j'écris, en tout cas pas au sens où on l'entend couramment. J'ai au contraire l'impression d'être complètement asservi, esclave des phrases qui sont commencées et qu'il faut finir, des récits qui sont entamés et qu'il faut mener jusqu'à leur bout. Comme s'il existait quelque part un idéal-type de ce que je dois produire, et que mon but était de produire précisément quelque chose qui s'en approcherait le plus possible.

Après, je trouve qu'il y a là-dedans une certaine liberté, mais pas une liberté au sens commun (la liberté de faire ou de ne pas faire, de choisir l'option A ou l'option B). C'est une forme beaucoup plus mystique de liberté, supérieure. La liberté serait le fait d'accomplir son propre projet, et de porter sa propre voix. Mais notre projet et notre voix nous dépassent, non ? Vous n'avez pas, vous, lorsque vous écrivez, l'impression d'être sur le fil de rasoir, en équilibre instable entre deux pentes ? On a pas le temps de gamberger, de regarder les options qui se présentent à nous et de faire un calcul rationnel : il faut se laisser faire, se laisser aller, sentir les images et les sons qui se forment en nous, et les retranscrire le plus fidèlement possible.

En tout cas, c'est ma conception du truc. Histoire d'apporter un peu de contradiction.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 20:17

Ben moi non... lol
Revenir en haut Aller en bas
Elann
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1037
Age : 22
Localisation : Nord
Date d'inscription : 13/06/2012

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Jeu 1 Nov 2012 - 20:41

De la contradiction, c'est bien aussi. C'est mieux même.
Mais je suis légèrement d'accord avec CanardCache, légèrement seulement puisque son avis reste fort peu développé (admirez l'art de l'euphémisme Cool ), ce que je vais donc faire Smile

MisterDjibril a écrit:
La liberté ? Pour quoi faire ?
S'il y avait un quelconque but à la liberté, je ne pense pas que je continuerai à l'appeler ainsi.

MisterDjibril a écrit:
J'ai au contraire l'impression d'être complètement asservi, esclave des phrases qui sont commencées et qu'il faut finir, des récits qui sont entamés et qu'il faut mener jusqu'à leur bout.
La liberté dont je parle dépasse un peu tout cela, justement, tu fais ce que tu veux avec l'acte d'écrire même si c'est ne pas finir tes phrases.
Néanmoins, je comprends bien ce que tu veux dire par là.

MisterDjibril a écrit:
La liberté serait le fait d'accomplir son propre projet, et de porter sa propre voix. Mais notre projet et notre voix nous dépassent
Intéressant, très intéressant même Smile
C'est, comme tu le dis, une liberté différente. Mais c'est fort possible, oui.
Je ne pense pas que la liberté en elle-même existe, ce que j'évoque à tout bout d'champs est donc une pseudo-liberté, une illusion presque.

MisterDjibril a écrit:
On a pas le temps de gamberger, de regarder les options qui se présentent à nous et de faire un calcul rationnel : il faut se laisser faire, se laisser aller, sentir les images et les sons qui se forment en nous, et les retranscrire le plus fidèlement possible.
Là je ne suis pas d'accord. En tout cas pas tout le temps.
Ce genre "d'élan" arrive oui, ça m'arrive d'ailleurs mais je ne pense pas que ce soit toujours vrai.
On peut (je le fais, et comme beaucoup) écrire comme on fait un "travail", j'entends par là, en y réfléchissant, en étudiant les différentes possibilités qui s'offrent, en avançant pas à pas.
Parfois aussi on commence comme je le dis plus "laborieusement" avant que l'inspiration, l'élan ne nous guident comme tu le décris.
Et dans ce cas là, oui, on est un peu comme sur le fil du rasoir Smile

J'ai un doute sur la clarté de mes propos, désolé scratch

_________________
Je suis né pour te  connaître, pour te nommer, liberté.  Paul Eluard
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Ven 2 Nov 2012 - 11:51

Je serais plutôt d'accord avec Elann.
En effet pour moi, l'Inspiration, au sens de la muse du poète etc n'existe pas. Il n'y a pas d'entité supérieure qui me guide.
Quand j'écris, c'est d'abord parce que j'en ai envie. Mais quand je me pose devant l'écran, même avec l'idée bien en tête, je ne sait jamais par où commencer. Un peu comme si je me trouvais au bord du gouffre sans oser me lancer ... Puis je commence, une ligne, deux lignes, trois, puis quatre... puis je suis emporté dans mon élan qui en effet va à présent me guider. mais cet élan vient, selon moi, du fait que je suis particulièrement plongé dans mon texte et que les idées viennent donc plus rapidement, presque toutes seules. Rien de magique là dedans donc selon moi...

Se laisser faire, se laisser aller etc oui ... mais pas dès le début...


Citation :
MisterDjibril a écrit:
J'ai au contraire l'impression d'être complètement asservi, esclave des phrases qui sont commencées et qu'il faut finir, des récits qui sont entamés et qu'il faut mener jusqu'à leur bout.
Poiur moi écrire est ma plus grande liberté.
Je vais m'expliquer...
Quand j'écris je fais CE QUE JE VEUX. La société ne me convient pas en tant que telle, libre à moi d'en créer une meilleure sur le papier. Je rêve de tuer mon prof d'histoire-géo (véridique ^^) ? Libre à moi de donner son apparence ou ses manières à un de mes personnages avant de lui ôter la vie...
Bref l'écriture permet de tout faire. De même il n'existe pas de formule miracle, à suivre obligatoirement, pour écrire. L'écrivain peut prendre toutes les libertés qu'il souhaite avec le style. (cf Exercice de Style de Raymond Queneau...)
Et enfin, d'un point de vue plus personnel encore, quand j'écris j'oublie tous mes soucis, tout ce qui m'entoure, TOUT, et je me sens plus libre que jamais.

Je crains de n'avoir pas été très clair... Mais j'aurais au moins essayé.
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Ven 2 Nov 2012 - 13:55

Écrire est également ma plus grande liberté, je dis juste que cette liberté-là ne recoupe pas la notion commune.

A mon avis, une chose qui explique notre désaccord, c'est que nous œuvrons dans des domaines distincts. Tu écris de la fantasy, tu crées des mondes différents du monde dans lequel tu vis. Perso je me sens romancier, je voudrais dire le monde tel qu'il est.

Ou plutôt, pour être plus précis : je voudrais dire le monde tel que je le vois. Je crois que c'est là, au fond, l'ambition romanesque en elle-même. Dire la rencontre entre l'auteur et le monde. C'est peut-être prétentieux, mais c'est la prétention du roman.

C'est comme s'il y avait un point de jonction entre moi et le monde. Et mon projet d'écrivain, c'est de décrire ce point de jonction. Un angle d'attaque, une couleur. Une voix, une base d'images.

Quand aux muses, elles existent, même si elles sont dans une drôle de situation (cf. ma signature, citation du rappeur Wojtek).

Parmi les choses qui me relient au monde, il y a ma muse. Elle m'ouvre l'esprit, elle m'ouvre les sens, elle me permet de comprendre des choses que je ne comprendrais pas sans elle. Cela fait 10 ans que je la connais, et quand elle est près de moi je suis inspiré, quand elle ne l'est pas je ne le suis pas. C'est juste que c'est la plus belle femme du monde, et qu'elle aime lire ce que j'écris.

Alors j'écris. Pour elle. Pour lui faire plaisir. Pour qu'elle se sente moins seule dans son existence.

L'inspiration... bien sûr que ça existe ! Mais ça n'est pas un souffle divin que l'on attend à sa table en baillant aux corneilles. C'est un lien avec quelque chose d'autre, qui te donne envie d'écrire ce que personne n'a écrit avant.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Ven 2 Nov 2012 - 14:34

Citation :
A mon avis, une chose qui explique notre désaccord, c'est que nous œuvrons dans des domaines distincts. Tu écris de la fantasy, tu crées des mondes différents du monde dans lequel tu vis. Perso je me sens romancier, je voudrais dire le monde tel qu'il est.

étrangement je suis du même avis que toi... Bon sauf pour la première phrase : je n'écris pas de fantasy (mes maigres tentatives n'ont pas été concluantes et je préfère m'intéresser au fantastique ou au monde réel justement)
Je donnais l'exemple de créer un monde "meilleur" uniquement pour faire comprendre ma pensée... Mais je pourrais reformuler cela en disant que quand j'écris, j'ai la liberté de dénoncer tout les défauts du monde qui m'entoure, sans risque de représailles ( ou du moins tant que je ne choisis pas de m'exposer à ce risque en faisant lire mon texte à d'autres...).

Citation :
L'inspiration... bien sûr que ça existe ! Mais ça n'est pas un souffle divin que l'on attend à sa table en baillant aux corneilles. C'est un lien avec quelque chose d'autre, qui te donne envie d'écrire ce que personne n'a écrit avant.

Quand je dis qu'il n'existe pas de muse, je veux dire qu'il n'y a pas de personnage divin (chez les grecs ce serait les filles de la Mémoire...) qui nous inspire. Bien sûr que l'inspiration existe autrement. Tout le monde je crois a déjà senti à un moment que les mots venaient tout seuls et à d'autres moments que les mots se refusaient à sortir...
Mais je crois que ce phénomène, je ne crois pas à l'inexplicable, dépend simplement de nous, de notre humeur, de l'envie etc
tu me diras " parfois je meurs d'envie d'écrire et pourtant l'inspiration ne vient pas...", pour moi tout réside dans notre humeur. Et j'entends par humeur non seulement ce que nous ressentons mais aussi, surtout ?, justement le lien qui nous lie au texte. Parfois après avoir écris 30 pages en trois jours, je n'écris plus une page pendant deux semaines... pourquoi ? parce que au fond de moi, j'ai envie de faire une pause, je commence à saturer et la qualité de mon écriture s'en ressens...

Encore une fois, j'ai bien peur de ne pas être très clair. Mais tout ceci est subjectif ce qui explique que j'aie un peu de mal à l'exprimer ^^
Revenir en haut Aller en bas
lulli
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Nombre de messages : 432
Localisation : paris, paris, paris.
Loisirs : Poterie.
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Lun 5 Nov 2012 - 7:53

Ma liberté consiste à me donner des contraintes. C'est un peu paradoxale peu être mais en fait ça libère l'écriture de façon simple. On peu choisir de ne pas finir ses phrases, choisir de ne pas être compréhensible, on peu choisir d'écrire en vers, en prose, d'écrire en allitération... Ce sont des choix et c'est cela même, la liberté, avoir des choix.

fosiliaz, tu dit que parfois tu veut écrire mais rien ne viens et pour moi c'est l'inverse, si je veut écrire c'est que quelque chose vient (en sommes, je n'est envie que quand j'ai une idée, une contrainte, un but).

Évidement, l'inspiration aide mais ça se travail, on peu l’appeler à nous. C'est le but même des ateliers d'écritures.

_________________
amicalement et dyslexiquement votre,
Lulli
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Lun 5 Nov 2012 - 11:52

Citation :
fosiliaz, tu dit que parfois tu veut écrire mais rien ne viens et pour moi c'est l'inverse, si je veut écrire c'est que quelque chose vient (en sommes, je n'est envie que quand j'ai une idée, une contrainte, un but).

Ce qui est paradoxal ne te dérange pas ? Tant mieux.

En fait je suis tout à fait comme toi : je ne veut écrire que quand j'ai des idées... Or justement des idées j'en ai toujours ^^ : du mec qui se fait prendre en train de voler une carotte pour se nourrir (oui oui on peut bien faire trois quatre pages rien que sur ça Very Happy), jusqu'à la femme illuminée amoureuses des bovins et qui décide du jour au lendemain de quitter la société pour vivre au milieu des vaches (en cours d'écriture Razz ). En passant bien sûr par des idées plus... intéressantes.

On peut aussi renverser ton point de vue : parfois j'ai envie d'écrire sans avoir immédiatement d'idée... et bien dans ce cas une idée se cherche et se trouve (souvent la première chose qui me passe par la tête). Et du coup une fois l'idée trouvée, la motivation n'est que plus forte etc
Revenir en haut Aller en bas
anne
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 564
Age : 53
Loisirs : peinture, écriture, nourrir mes chats,photos
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   Ven 9 Nov 2012 - 18:11

personnellement j'ecris tres librement
je recherche juste les mots,le rytme qui transmettra mon sentiment au maximum
ça dance un peu dans la tête

mais j'ai vu des auteurs qui avaient besoin de se donner des regles pour travailler,comme un cadre ou gerer des contraintes,les depasser

je pense que cela reflete notre mode de vie
ceux qui ont besoin de normes
d'autres plus anarchistes
Revenir en haut Aller en bas
http://album-club-internet.fr/abfont
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: liberté de l'écrivain   

Revenir en haut Aller en bas
 
liberté de l'écrivain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» Education et Liberté
» Citations de personnes célèbres sur la Liberté.
» La liberté du Marchombre.
» Liberté chérie (Acrostiche)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Au coin du feu :: Philosophons-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: