Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Régimes politiques dans vos romans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Régimes politiques dans vos romans   Mar 6 Nov 2012 - 20:21

Suite à certaines discussions, j'ouvre un topic concernant la politique.

Généralement, nos héros sont projetés au coeur d'actions décisives pour le monde dans lequel ils vivent, et ces actions sont bien souvent, par nature, d'ordre politique.

S'ensuivent plusieurs questions sur lesquelles je suis un parfait ignorant : quels sont les différents régimes politiques possibles ? comment en est-on arrivé, par exemple en France, au fonctionnement actuel de notre politique ? comment fonctionnaient les duchés, les seigneuries, la royauté ?

Alors sur Internet, il y a l'éternel wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_France
(histoire de France détaillée)

Il y a aussi un résumé des différents régimes ici : http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/differents-types-regimes-politiques.html

Si quelqu'un a une vision claire dans ces domaines et se sent de résumer ou de vulgariser, il est le bienvenu ! Je commence à m'y attaquer, mais n'ayant aucune culture sur le sujet, je crains que ce ne soit long et que le résultat manque de fiabilité...
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mar 6 Nov 2012 - 21:10

Histoire de France : une tentative de résumé (tout pompé sur wikipédia)

- 1500 : les gentils agriculteurs
L’agriculture fédère les peuplades, c’est un peu la grande paix. Premières forteresses.

- 700 : le fer apparaît et si tu as l'épée, tu commandes
La métallurgie du fer engendre une nouvelle organisation sociale : l’aristocratie guerrière (j’imagine : si tu es bien armé, alors tu as le pouvoir)

- 600 : commerçons pour bien s’entendre
Marseille (Massalia) devient un centre économique et rayonne, aidé par la culture grecque.

- 500 : faisons un mix avec des soldats agriculteurs
Les aristocrates guerriers deviennent des paysans soldats qui ont des chefs de clan.

- 290 : encore les militaires au pouvoir
Les villes fortifiées apparaissent, les chefs puissants militairement ont le pouvoir.

- 50 : les empereurs romains transforment le paysage, naissance des provinces
Jules César réprime sévèrement un soulèvement de la Gaule.
Puis l’empereur Auguste divise la Gaule en 4 provinces. Si j’ai bien compris, ces provinces sont dirigées par un homme désigné par les romains (le gouverneur).
Claude développe les axes routiers, définit des territoires administratifs.
Se crée ensuite un droit écrit, indépendant de la religion, et justement, la religion catholique se développe. Développement aussi du pain, des vignes, du vin.

400 : les barbares nous envahissent, les provinces se multiplient
C’est le déclin de l’empire romain (pourquoi ? devenu trop oisif, sans doute) et l’invasion par les barbares. Il en résulte tout un enchevêtrement de peuples. Parmi eux, les anglais qui s’installent en Bretagne et deviennent indépendants du reste de la Gaule.

Vè siècle : le moyen-âge commence, enfin !
Clovis est un roi qui se convertit à la religion catholique pour calmer les esprits, mais qui va batailler chez les autres pour gagner du territoire. Il partage son royaume en 4 (décidément…), entre ses fils qui se le disputent.
S’ensuit une période sombre, avec des épidémies, l’abandon de l’entretien des routes, le ralentissement des commerces. Les paysans troquent leur liberté contre la protection des puissants seigneurs.
Puis plein de rois se succèdent, la France est divisée en multiples provinces qui se disputent, se font conquérir, se libèrent, se font conquérir à nouveau…
Charlemagne sort son épingle du jeu. Il renforce son pouvoir, et c’est la renaissance des arts, de la culture.
Se succèdent d’autres évolutions territoriales, jusqu’à la naissance de la Francie, un royaume qui tente de s’unifier, tant bien que mal.

XIè siècle : le système féodal
Le roi doit faire face aux nombreux et puissants seigneurs censés lui jurer obéissance, en jouant sur son caractère divin, l’hérédité du pouvoir et sa position hiérarchique au sommet. Par des mariages astucieux et une administration bien pensée, il fait de son mieux et développe encore les forteresses, pave les villes et agrandit son domaine royal. Développement des techniques agricoles, de châteaux-forts, reprise de la circulation des marchandises, de la monnaie.
À noter que les artisans se regroupent en organisations rigides et protectionnistes.
Création des trois ordres : Clergé, Noblesse, Tiers-Etat. Ce qui sera à l’origine de bien des troubles…

XIIIè siècle : la France rayonne, mais la révolte couve
Création de l’université à Paris, rayonnement de la France, édifications de monuments religieux.
Mais écart qui se creuse entre les riches et les pauvres, avec quelques révoltes contre les impôts et les privilèges.




La suite, au prochain épisode, car je fatigue !
Revenir en haut Aller en bas
milivice
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Féminin Nombre de messages : 1495
Age : 33
Localisation : Haute-Savoie
Loisirs : rêver (quand mes trolls m'en laisse le temps)
Date d'inscription : 11/08/2011

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mar 6 Nov 2012 - 23:15

Waou...c'est compliqué!

Rien que pour ma Haute-Savoie natale c'est un de ces bin's! Des gueguerres, des vilains, des méchants, des conquerrents. Des chiens pissants sur le territoire des autres lol
En plus, tu parles de la France, mais genre, je n'en faisais partie qu'en 1860 (je sais, chuis vieille) et encore, officiellement je ne suis toujours pas française mais Savoyarde!

En résumé, le système de ton monde ou de n'importes quels mondes est ine successions de hasard, de personnes, de choix, d'erreurs, de coincidences et même de chances (ou pas) lol

Tu peux pomper sur ce que tu connais, l'arnachie, la monarchie, la démocratie, la dictature, etc..
Tu peux enjoliver la chose, fais des recherches sur la légende de Guillaume Tell et la suisse, tu verras, c'est interressant :-)



_________________
« En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas.
Il nous parle à travers les rêves et nous fait savoir qu'il nous voit bien différemment de ce que nous croyons être. » Carl Jung
http://voyageursdereve.canalblog.com
Venez voyager avec moi!
Revenir en haut Aller en bas
Rima68
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 5104
Age : 23
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 0:00

Je peux tenter de donner quelques pistes, puisque j'étudie l'histoire, ça passe aussi par les régimes politiques.
Si tu veux différents régimes politiques il y a aristocratie (pouvoir de l'élite, reste à définir ce qu'est "l'élite" si tu changes de monde), monarchie, empire, démocratie (pouvoir du peuple), républiques (deux termes par forcément synonymes hein...) pour les plus connus, il y a aussi la tyrannie que tu peux utiliser au sens 1er du terme (un tyran c'est pas forcément méchant à la base, c'est un type qui s'est attiré l'amour du peuple et qui a pu, grâce à son charisme, arriver au pouvoir, il est aussi le seul maître à bord), tu as l'oligarchie, le pouvoir d'un petit nombre de personnes, mais aussi régime totalitaire, dictature, anarchisme, société communiste... C'est tout ce qui me vient à l'esprit.
Pour choisir un régime politique, c'est pas ça qui manque et tu peux t'amuser

Le fonctionnement actuel de notre politique ? On pense qu'il vient de loin, mais en fait tout, ou presque, s'est construit au XIXe, après la révolution de 1789 il y a eu une lutte pour le pouvoir, une succession de république, consulat, empire, restauration, république, empire et à nouveau république (pour résumer) La première république à durer est la IIIe, né après la défaite de Napoléon III. Et c'est cette 3e république qui a construit les mythes fondateurs de la société (jeanne d'arc et cie) en remontant dans le passer pour trouver des légende unificatrices. Le français est aussi devenu une langue parler dans toute le pays grâce à l'école, à mis en place une culture commune. Pour la politique et l'organisation de la vie, les réformes napoléonienne sont toujours appliquées.
Un régime politique naît d'une histoire, mais aussi de circonstance, comme Napoléon Ier qui a sut faire son coup d'Etat au bon moment, qui a sut donner confiance aux français en période de trouble. Que certaines marques restent indélébiles, les français ont par exemple toujours eu peur de l'homme politique fort, à cause de Robespierre, ce mot était synonyme de Terreur, ça a changé avec l'arrivée de de Gaulle il a donc fallu presque 2 siècle pour s'en séparer.

Après si tu vois l'aspect uniquement politique, tu peux noter que l'extrême centralisation de la France (Paris et le désert français) ça vient de l'ancien régime, en particulier de Louis XIV, mais l'absolutisme royal qui a mis en place cette centralisation existait avant le Roi Soleil même s'il l'a amplifiée. On a gardé ça en tradition. Autre exemple, la hiérarchisation dans la politique, les entreprises (chef, sous-chef, chef de service...) vient de l'héritage catholique ou tout est aussi hiérarchisé.

Après tout dépend de ce que tu cherches à savoir, si c'est pour un monde imaginaire ou précisément pour la France. Tu peux prendre la France comme exemple, mais aussi comparer avec d'autres pays comme les Etats-Unis, l'Allemagne où tout est très différent.

Quant à la royauté, pendant le Moyen-Age, je ne saurais trop dire, on va arriver sur ce chapitre en histoire médiévale plus tard, je sais par contre que le Roi est un conquérant, un guerrier. A partir de Clovis Ier ils sont catholiques et la monarchie de droit divin est instituée par Hugues Capet (dynastie des capétien qui règne jusqu'à Louis XVIII et Charles X de la restauration et dont il existe toujours des survivants ^^). La société féodale est assez complexe, les paysans se mettent sous la protection d'un suzerain (protection militaire) en échange les paysans cultivent les Terres et lui donnent une partie des récoltes, le paysans devient un vassal. Le Roi n'a pas un pouvoir très important, il est le suzerain des seigneurs dans la société, et je vais pas m'étendre dessus car je m'y connais pas trop.
Par contre, à partir du XVIe siècle, avec les Rois fort, François Ier, Henri III, Henri IV le roi renforce son pouvoir, il est un chef politique, guerriers (mais beaucoup moins qu'auparavant), et chef religieux puisque le Concordat est en place depuis un certain temps. Il y a la société d'ordre, le Tiers-Etat n'est pas libre, il ne peut vraiment agir sons l'accord de son seigneur. Mais c'est Louis XIV qui affirme vraiment la monarchie absolue.

Mais après c'est compliqué à expliquer. En histoire tu as facilement moyen de trouver des infos, mais pour des trucs précis consulte peut-être les bibliothèques universitaires il y a plein de chose là-bas. J'ai noté ce qui m'est venu à l'esprit, n'hésite pas à demander si jamais, des précisions sur les régimes politiques, je me débrouille pour les trucs généraux. Les détails faut faire des recherches.

_________________
"'I wish I had a hundred years' she said very quietly. 'A hundred years I could give to you.'" Patrick NESS A monster calls

https://mescarnetsdecrivain.wordpress.com

Moi, Rima, chatte pottée je fais régner l'ordre sur ce forum, tremblez floodeurs et trolls ! Je veille au grain !
duel

modérateur
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 1:04

L'histoire de France est passionnante, mais elle est aussi terriblement compliquée. Et surtout, un point que l'on néglige totalement : elle est profondément centrale pour comprendre le monde dans lequel on vit.

La France est l'un des premiers pays à s'être doté d'une organisation administrative, étatique. En exagérant un peu, on pourrait dire que la France a inventé l’État moderne (ce n'est pas un hasard si Hobbes, le premier grand penseur de l’État, admirait la monarchie française ; et sa principale influence provenait des "légistes" [juristes] français et de Jean Bodin).

Les rapports entre l'Ancien Régime et le République française sont encore aujourd'hui occultés par des conflits idéologiques : si on est républicains, on doit détester la monarchie ; et si on est monarchiste (mais l'espèce se fait rare), on doit détester la république. Mais on oublie qu'à une époque (j'ai à votre disposition quelques textes anciens) les professeurs des écoles de droit présentait la France comme une République monarchique !

La Révolution française a prétendu faire table rase. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ça a été un sacré bide. Napoléon est venu, il a instauré l'Empire ; et sous couvert d'instauration, on en a fait restauré des institutions d'Ancien Régime ! Le Conseil d'Etat est la version ressuscité du Conseil du Roi. Les Préfets sont la résurrection des Intendants du Roi. Je pourrais multiplier les exemple, si l'heure n'était pas aussi tardive.

Il y a des exemples encore plus fins : par exemple, la compétence du Parlement en matière budgétaire. On peut y voir une rupture par rapport aux pratiques de la fin de l'Ancien Régime (le budget n'est pas voté par le peuple, mais géré de manière opaque et directe par l'administration). On peut aussi considérer que c'est un retour au source : à la fin du Moyen-Âge, lors des Etats Généraux, la coutume constitutionnelle voulait que les impôts soient consentis par le peuple... Si j'étais vicieux, je dirais que la Révolution porte enfin bien son nom, et a en fait opéré une restauration de la coutume constitutionnelle monarchique des débuts de l'ère capétienne.

Bref, c'est compliqué, et il faudrait tout voir point par point.

Allez, un dernier exemple pour la route : la Révolution s'est enorgueillie d'avoir mis fin à cet archaïsme qu'étaient les corporations, les guildes et tous ces trucs de communistes. C'est le fameux décret d'Allarde, la loi Le Chapelier, dont on nous vante encore les mérites dans les bouquins de droit des affaires et de droit commercial (liberté du commerce et de l'industrie, qui sont de bonnes choses par ailleurs). N'empêche, les travailleurs auront passé une bonne partie du XIXe siècle à lutter pour enfin revenir à une situation qui était grosso modo celle de la fin de l'AR : la liberté syndicale, qui entérine en fait la résurrection des corporations, débarrassées de tout leur enrobage religieux et folklorique. Évidemment, entre temps, il y a eu la Révolution industrielle...

Enfin voilà, tout ça est bien compliqué en somme. Et quand on considère que certains trouvent que la Ve République est une monarchie, tout en louant sa longévité, il y a vraiment de quoi s'interroger.

edit : Pardon, j'ai beaucoup trop parlé de résurrection, et j'ai beaucoup trop dit "c'est compliqué", mais je pourrais raffiner quand il ne sera plus l'heure d'aller se coucher.

edit 2 : Si le sujet t'intéresse, il y a un très bon bouquin, "Histoire des institutions de l'époque franque à la révolution" par Harouel, Barbey, Bournazel et Thibaut-Payen (http://www.amazon.fr/Histoire-institutions-l%C3%A9poque-franque-R%C3%A9volution/dp/2130554113/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1352247122&sr=8-1) C'est à la fois synthétique et détaillé ; on voit bien le passage de l'époque carolingienne à la féodalité, puis de la monarchie capétienne à la monarchie dite absolue.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 8:16

Hé ben, on a des connaisseurs... Merci beaucoup !
(Du coup, vous m'épargnez en grande partie le reste du résumé de l'histoire de France...)

Bon, je commence à y voir un peu plus clair, même si ça me paraît toujours extrêmement compliqué. Je pense que dans une histoire, je ne dois pas imaginer toute la chaîne de causes à effets pour expliquer pourquoi tel régime politique est en place, ni même détailler profondément ce régime, juste donner les grandes lignes. Je n'ai qu'à choisir ledit régime (qui peut être une soupe des divers régimes répertoriés ici), et je pourrai rester flou quant à l'établissement de ce régime, qui de toute façon est forcément compliqué (batailles entre peuples, seigneurs et rois, influences extérieures, enchevêtrement des différents régimes politiques précédents, ...).

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
Rima68
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 5104
Age : 23
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 10:38

Il faut que tu aies ton idée quand même, tu peux faire un mix des régime politique et savoir pourquoi on en est arrivé là : menace des voisins donc régime qui se veut protecteur des plus faible et donc asservit les faible, élection divine : le roi est désigné par Dieu (comme dans l'ancien régime) ou alors le résultat de révolutions, ou un tyran qui a prit le pouvoir en faisant des promesses qu'il n'a pas tenu...
Il faut que tu aies une base d'idée pour l'histoire de ton pays. Même si t'en parle pas beaucoup dans ton roman, mais ça peut se construire au fil de la première écriture.

L'histoire de France est complexe, mais assez particulière, en Angleterre la monarchie n'est pas de droit divin, c'est une exception française.
Il y a aussi les Etats-Nations, notre Etat-Nation a toujours été uni et s'est construit depuis le Moyen-Age, ce n'est pas le cas de l'Allemagne ou de l'Italie ou il a fallut soit unir les peuple au sein d'un même pays, ou diviser le pays pour faire coïncider l'Etat et la Nation. Enfin les Etats-Unis ont aussi une histoire particulière dont tu peux t'inspirer.

Et n'oublies pas les mythes si tu veux faire un bon monde, il faut des mythe, le mythe de la création du monde, les histoires de dieux, les mythes fondateurs d'une nation comme nous avons jeanne d'arc, ou clovis, les anglais ont le roi arthur ou robin des bois... Ils peuvent venir de personnages réels ou non.

_________________
"'I wish I had a hundred years' she said very quietly. 'A hundred years I could give to you.'" Patrick NESS A monster calls

https://mescarnetsdecrivain.wordpress.com

Moi, Rima, chatte pottée je fais régner l'ordre sur ce forum, tremblez floodeurs et trolls ! Je veille au grain !
duel

modérateur
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 11:54

Citation :
élection divine : le roi est désigné par Dieu (comme dans l'ancien régime)

Le Roi n'était pas désigné par Dieu, mais par les lois fondamentales de succession au trône. Ce sont des règles juridiques, qui (et c'est là la vraie particularité de la monarchie française) échappaient à toute volonté humaine (alors que dans la monarchie britannique, le souverain peut désigner son successeur).

Ces lois fondamentales étaient effectivement considérées comme divines, venues d'en haut (car précisément, elles ne pouvaient être modifiées par aucune volonté humaine), mais elles étaient tellement considérées comme asservissant le petit peuple, qu'une bergère d'Alsace a mis sa vie en jeu pour assurer leur respect (Jeanne d'Arc).

Citation :
en Angleterre la monarchie n'est pas de droit divin

Non, mais ça n'empêche pas "Dieu et mon roi" d'être la devise de la Couronne britannique. Et la Reine (ou le Roi) est par ailleurs le chef de l’Église anglicane, alors que le Roi de France a toujours plus ou moins reconnu son incompétence en matière religieuse (mais là encore, c'est très compliqué, la tentation gallicane a toujours été grande).

En France, la relation entre l’État et l’Église a toujours été prégnante (le trône et l'autel), mais ça n'a pas empêché l’État de se développer hors toute considération spirituelle.

Citation :
notre Etat-Nation a toujours été uni

Faux. L'Etat-Nation français a été construit dans le sang. Par les révolutionnaires, notamment, qui croyaient en la Nation et n'ont reculé devant rien pour en faire une réalité effective. La vérité, c'est que la République française s'est construite sur toute une entreprise et de traque et de poursuite, face aux réticences de certaines populations. Il y a eu la Vendée, les différentes révoltes matées par la Révolution. Puis toutes les petites mesquineries, l'interdiction des patois, la prohibition des folklores, la destruction des structures et des organisations locales. Les historiens s'accordent aujourd'hui à dater l'existence de l'Etat-Nation français à la Première guerre mondiale, quand toutes les populations des provinces se sont retrouvées mêlées de force dans le creuset des tranchées. Rien à voir avec les Etats-Unis, où la Nation existe effectivement depuis l'origine (la population WASP).

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 12:36

Hm, je sens que ce topic va partir en débats historiques... lol!

Rima68 a écrit:
Et n'oublies pas les mythes si tu veux faire un bon monde, il faut des mythe, le mythe de la création du monde, les histoires de dieux, les mythes fondateurs d'une nation comme nous avons jeanne d'arc, ou clovis, les anglais ont le roi arthur ou robin des bois... Ils peuvent venir de personnages réels ou non.

Personnellement, je suis allergique aux histoires qui racontent comment les dieux ont façonné le monde. À la rigueur, je veux bien inclure des religions et des croyances, mais pas m'étendre sur une genèse à caractère divin...
Revenir en haut Aller en bas
Rima68
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 5104
Age : 23
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 12:42

Citation :
Le Roi n'était pas désigné par Dieu, mais par les lois fondamentales de succession au trône.
Faux, c'est Dieu qui a mis la famille royale sur le trône, c'est par la volonté de Dieu, en France, que les capétiens et leurs héritiers sont sur le trône

Quand à l'Etat-Nation, je voulais dire qu'il s'est construit tout au long du Moyen-Age, le fait que l'Etat-Nation a toujours plus ou moins existé (même si la notion de Nation vient du XIXe siècle) ça n'a aucun rapport avec la révolution et le sang, c'est encore une autre histoire. C'est différent de l'Allemagne ou de l'Italie, l'empire austro-hongrois s'est divisés au XIXe pour coïncider avec les nations qui y vivaient, les royaumes italiens se sont unis pour faire coïncider la nation et l'Etat...
Ce que je veux dire c'est que les français ont toujours voulu vivre ensemble au cours du XIXe, sinon la France aurait une autre tête. Il en est de même en Angleterre (sauf problème avec l'Irlande)

@Hakkrat : mais il faut bien une religion à ton monde, la religion est la première forme de loi ayant existé sur terre pour expliquer l'inexplicable, réguler les pulsions. Et une religion se base sur des "mythes" l'Iliade et l'Odyssée pour la religion grecque, la bible pour les chrétiens etc. Ça veut pas dire que tout le monde y croit ou y adhère, mais ça fait aussi partie de l'histoire.

_________________
"'I wish I had a hundred years' she said very quietly. 'A hundred years I could give to you.'" Patrick NESS A monster calls

https://mescarnetsdecrivain.wordpress.com

Moi, Rima, chatte pottée je fais régner l'ordre sur ce forum, tremblez floodeurs et trolls ! Je veille au grain !
duel

modérateur
Revenir en haut Aller en bas
milivice
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Féminin Nombre de messages : 1495
Age : 33
Localisation : Haute-Savoie
Loisirs : rêver (quand mes trolls m'en laisse le temps)
Date d'inscription : 11/08/2011

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 13:01

La religion commence à l'âge de pierre bien avant la politique ^^

Et je suis d'accord avec Rima, Dieu a mis le roi sur le trône!

_________________
« En chacun de nous existe un autre être que nous ne connaissons pas.
Il nous parle à travers les rêves et nous fait savoir qu'il nous voit bien différemment de ce que nous croyons être. » Carl Jung
http://voyageursdereve.canalblog.com
Venez voyager avec moi!
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 13:33

Vous confondez deux choses :

Premièrement, la fiction qui justifie l'existence du Roi. Et en effet, le Roi tient son pouvoir de Dieu, c'est ce que dit la doctrine officielle. Mais à l'époque, on considère (dans la lignée de Saint Paul) que "tout pouvoir vient de Dieu", ça n'est donc pas très original. Croire que cela fait du Roi de France un tyran est en revanche une erreur historique : paradoxalement, la notion de "privilège" vient encadrer les prérogatives du Roi. Un privilège, c'est une "loi privée", autrement dit un droit subjectif, dont le bénéficiaire est le titulaire. Autrement dit, si tel corps (un seigneur, une assemblée, une corporation) détient tel privilège, cela signifie que le Roi n'a pas le droit d'agir dans ce domaine. Alors que de nos jours, le législateur peut intervenir dans tout domaine.

Deuxièmement, il y a le mode de désignation du Roi. Quand le Roi est mort, comment désigne-t-on le nouveau Roi ? Et là, il n'est évidemment pas question d'élection divine : on ne va pas attendre qu'une colombe descende du ciel pour aller se poser sur la tête du premier venu. A la place, il y a les lois fondamentales du royaume, qui organisent la transmission du pouvoir monarchique. Et ces lois, en France, sont gouvernées par le principe d'intangibilité : elles ne peuvent pas être modifiées par les hommes. Autrement dit, on a là la matrice de l’État moderne, une entité abstraite et détachée de la personne physique de son représentant. Le Roi de France n'est pas et n'a jamais été un pharaon.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 14:26

Rima68 a écrit:
@Hakkrat : mais il faut bien une religion à ton monde, la religion est la première forme de loi ayant existé sur terre pour expliquer l'inexplicable, réguler les pulsions. Et une religion se base sur des "mythes" l'Iliade et l'Odyssée pour la religion grecque, la bible pour les chrétiens etc. Ça veut pas dire que tout le monde y croit ou y adhère, mais ça fait aussi partie de l'histoire.

Je n'ai pas dit que je n'inclurais pas de religions dans mon histoire, simplement que je ne m'étendrais pas comme certains auteurs peuvent le faire dans leurs romans, parce que ce n'est pas ce sur quoi je veux me centrer a priori.
Revenir en haut Aller en bas
Rima68
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 5104
Age : 23
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 16:00

Citation :
Et là, il n'est évidemment pas question d'élection divine : on ne va pas attendre qu'une colombe descende du ciel pour aller se poser sur la tête du premier venu.

Mais qui a parlé de colombe ? ^^ Non ! La famille royale a été mise sur le trône par la volonté de dieu, automatiquement c'est le plus proche parent du Roi décédé qui lui succède, parent mâle uniquement en France (contrairement à l'Angleterre) et puis je rappelle que le roi est thaumaturge (une preuve pour l'époque que le roi est sur le trône grâce à la volonté de Dieu), soit capable de faire des miracles, et tous les rois de France ont leur légitimité grâce à la volonté de Dieu, c'est la définition de la monarchie de droit divin
("La monarchie de droit divin est un régime politique monarchique dans lequel le pouvoir du roi, de l'empereur ou de toute autre autorité, est légitimé par la volonté d'une divinité, que son élection soit naturelle ou civile, directe ou indirecte." wikipédia.org article sur la monarchie de droit divin)

Et on n'a pas non plus dit que le roi est un tyran, il y a une différence entre une monarchie et une tyrannie, puisque le tyran a un pouvoir illégitime, le roi dans une monarchie de droit divin a son pouvoir légitimé par Dieu... et personne ne contredit Dieu à cette époque.

Viens pas me donner une leçon d'histoire ce que tu dis n'as pas de sens ^^ et tes "lois fondamentales" en France est appelée loi salique, mise en place par Clovis Ier roi des Francs

@hakkrat : pas besoin de t'étendre dessus, c'est juste qu'à mon avis il faut qu'il y en ait, même si tu n'accordes pas un paragraphes puisque c'est pas le centre de l'histoire que tu racontes, faut trouver son juste milieu pour que ce soit cohérent Wink

@milivice : merci de ton soutient Wink

_________________
"'I wish I had a hundred years' she said very quietly. 'A hundred years I could give to you.'" Patrick NESS A monster calls

https://mescarnetsdecrivain.wordpress.com

Moi, Rima, chatte pottée je fais régner l'ordre sur ce forum, tremblez floodeurs et trolls ! Je veille au grain !
duel

modérateur
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 19:22

Citation :
tes "lois fondamentales" en France est appelée loi salique

D'abord c'est pas très gentil, de dire "mes lois fondamentales" entre guillemets, comme si c'était une invention de mon cerveau malade. Va donc jeter un coup d’œil au bouquin que je citais plus haut, ou à n'importe quel ouvrage sérieux d'histoire des institutions, et tu verras que je n'invente rien (cela dit sans offense chaton).

Ensuite, la loi salique... en voilà encore un problème. La loi salique a certes existé à l'époque de Clovis, mais elle a ensuite disparu, avant d'être remise au goût du jour précisément par les penseurs des lois fondamentales. La grande différence, entre la loi salique et les lois fondamentales, c'est que la loi salique envisage le Royaume comme un patrimoine privé (donc il est divisé entre les fils, ce qui a suscité embrouilles après la mort de Clovis) alors que les lois fondamentales stipulent son indivisibilité (d'où la règle de primogéniture : le Royaume va au premier-né, tant pis pour les suivants). La seule règle commune à la loi salique et aux lois fondamentales, c'est l'exclusion des femmes (à la différence effectivement de ce qui se passe au Royaume-Uni).

Wikipedia ne dit pas autre chose :

Citation :
Il faut néanmoins savoir que l'expression loi salique désigne deux réalités bien différentes.

Dans le haut Moyen Âge, il s'agit d'un code de loi élaboré, selon les historiens, entre le début du IVe siècle et le VIe siècle pour le peuple des Francs dits « saliens », dont Clovis fut l'un des premiers rois. Ce code, rédigé en latin, et comportant de forts emprunts au droit romain10, établissait entre autres les règles à suivre en matière d'héritage à l'intérieur de ce peuple.
Plusieurs siècles après Clovis, dans le courant du XIVe siècle, un article de ce code salique fut exhumé, isolé de son contexte, employé par les juristes de la dynastie royale des Valois pour justifier l'interdiction faite aux femmes de succéder au royaume de France directement issu de celui des Francs. À la fin de l'époque médiévale et à l'époque moderne, l'expression loi salique désigne donc les règles de succession au trône de France. Ces règles ont par ailleurs été imitées dans d'autres monarchies européennes. L'éviction des femmes du pouvoir par cette loi rattachée à une tradition franque mérovingienne puis carolingienne a été célébrée ou critiquée dès le XIIIe siècle.

Bon, après je m'arrête là. Non pas que ce soit inintéressant, mais on va commencer à se perdre dans les détails.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Hakkrat
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Masculin Nombre de messages : 5919
Age : 30
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, piano, mangas, séries TV, jeux vidéos, jeux de société, roller
Date d'inscription : 05/07/2007

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 19:50

Vous pouvez également continuer par MP, dans la paix et la joie.

_________________
La différence entre ceux qui écrivent des romans et ceux qui n'en écrivent pas, c'est que ceux qui écrivent des romans, écrivent des romans.
Revenir en haut Aller en bas
MisterDjibril
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 188
Age : 31
Localisation : 92 Nord
Date d'inscription : 11/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Mer 7 Nov 2012 - 20:08

C'est déjà la paix et la joie, ne t'inquiètes pas ! C'est juste que personnellement, je ne suis pas venu ici pour parler politique et histoire. Donc je m'arrête là, je jette l'éponge.

Si tu dois retirer quelque chose de cette discussion (ou de ce crêpage de chignon, si tu préfères !), c'est qu'un régime politique ne fait jamais l'unanimité, dans sa définition même. Il serait assez irréaliste de décrire un régime politique dont la catégorisation serait faite d'emblée, ferme et définitive. Il y a toujours des zones d'ombres, des doutes et des désaccords. Et je crois, que pour faire un bon roman (avec fond politique), il faudrait rendre cela. L'incertitude quant à la nature même du système ; les discussions infinies qui ne mènent pas toujours à grand chose ; les pinaillages tout à fait essentiels sur des détails infinitésimaux. C'est ça, la vie d'une société politique.

_________________
"- Pardon. Je ne dis plus rien. Je perds ma mémoire. Du mal. Et du bien. Je suis un berceau. Qu’une main balance. Au creux d’un caveau. Silence. Silence. Pardon, mon cher amour. J’ai si mal. Et surtout, j’ai si peur. Si peur. Aide-moi, mon petit papa. Au secours. S’il vous plaît.
- Moi je suis là, petite fille. Je suis là. T’occupe plus de ces salauds. N’aie crainte. Ils vont payer tout ça très cher."
Les Anges exterminateurs, 2006.

"I Wonder Why, I Wonder Why!..."
Revenir en haut Aller en bas
Mithra
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 622
Date d'inscription : 15/10/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Jeu 10 Jan 2013 - 17:28

Il y a des livres universitaires très bien pour trouver de l'inspiration :

Jean-Jacques Chevallier, Histoire des institutions et des régimes politiques de la France de 1789 à 1958.

Et :

Michel Humbert, Institutions politiques et sociales de l' Antiquité.

Tous les deux chez Dalloz

_________________
Mon blog sur la Mésopotamie : baabilu.over-blog.com
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Jeu 10 Jan 2013 - 18:04

Un outil utile pour déterminer le degré de démocratie d'un régime, qui peut tout à fait être utilisé par des écrivains souhaitant créer un régime réaliste autre que les éternels royaumes et empires du mal.



Indice de démocratie :
Créé en 2006 par « The economist group ». Il utilise 60 critères pour mesurer l’état de la démocratie dans un pays.

Cinq catégories de critères :

I. Processus électoral

1. Est-ce que les élections sont libres ? (pas de restriction pour se présenter ou pour voter, différents partis)
2. Est-ce que les élections législatives sont libres et ne sont pas entachées de fraudes ?
3. Est-ce que les élections locales sont libres ?
4. Est-ce que le suffrage universel est respecté ?
5. Est-ce que les citoyens peuvent voter sans être inquiétés ou menacés ?
6. Est-ce que la loi prévoit des opportunités égales pour les campagnes des différents partis ?
7. Est-ce que le financement des campagnes et des partis politiques est transparent ?
8. Suivant les élections, est-ce que les mécanismes constitutionnels qui permettent le transfert de pouvoir sont clairs et établis ?
9. Est-ce que les citoyens peuvent former des partis politiques indépendants du gouvernement ?
10. Est-ce que les partis d’oppositions ont une opportunité réelle d’exercer le pouvoir ?
11. Est-ce que le public peut accéder aux organes du gouvernement ?
12. Est-ce que les citoyens peuvent faire partie d’organisation sans interférence ou surveillance de l’Etat ?

II. Fonctionnement du gouvernement

13. Est-ce que des représentants élus librement déterminent la politique du gouvernement ?
14. Est-ce que la loi est le corps politique suprême ?
15. Est-ce qu’il existe un système de contrôle de l’exercice gouvernemental ?
16. Le gouvernement subit-il des pressions de l’armée ou des services secrets ?
17. Des pouvoirs étrangers déterminent-ils le fonctionnement du gouvernement ?
18. Est-ce que des groupes économiques, religieux ou autres exercent un pouvoir parallère aux institutions démocratiques ?
19. Existe-t-il des mécanismes et des institutions pour vérifier le bon fonctionnement du gouvernement ?
20. Est-ce que l’autorité du gouvernement couvre l’intégralité du territoire ?
21. Le fonctionnement du gouvernement est-il transparent ? Le public peut-il accéder à ces informations ?
22. Quel est le degré de corruption ?
23. Les services publics ont-ils la volonté et les moyens de traduire la politique du gouvernement ?
24. Quelle est la perception populaire du degré de contrôle sur leurs vie ?
25. Confiance du public dans le gouvernement ?
26. Confiance du public dans les partis politiques ?

III. Participation politique

27. Pourcentage de la population participant aux élections
28. Les minorités ethniques et religieuses ont-elles un degré raisonnable d’autonomie dans le processus politique ?
29. Pourcentage des femmes impliquées dans la vie politique ?
30. Pourcentage de participation des organisations non gouvernementales et apolitiques ?
31. Engagement des citoyens en politique ?
32. Part de la population participant à des manifestations légales.
33. Pourcentage d’illettrisme
34. Part de la population adulte qui suit l’actualité politique et les médias.
35. Les autorités font-elle un sérieux effort pour promouvoir la participation politique ?

IV. Culture politique démocratique

36. Existe-t-il un degrés de consensus social suffisant pour qu’une démocratie stable fonctionne ?
37. Proportion de la population qui désire un chef fort et charismatique n’ayant pas besoin du parlement et des élections ?
38. Proportion de la population qui préfèrerait un régime militaire.
39. Proportion de la population qui préfèrerait être dirigé par des experts ou des technocrates.
40. Proportion de la population qui pense que la démocratie n’est pas bonne pour maintenir l’ordre public.
41. Proportion de la population qui pense que la démocratie est bénéfique économiquement.
42. Proportion de la population qui soutient la démocratie.
43. Existe-t-il une forte tradition de séparation de l’Eglise et de l’Etat ?

V. Libertés civiles

44. Existe-t-il des médias électroniques libres ?
45. Existe-t-il des médias papier libres ?
46. Existe-t-il une liberté d’expression et une liberté de manifester ?
47. La couverture médiatique est-elle bonne ? Existe-t-il de espaces de discussions ouverts ?
48. Y a-t-il des restrictions politiques pour l’accès à Internet ?
49. Les citoyens peuvent-ils former des organisations et des syndicats librement ?
50. Les institutions permettent-elles aux citoyens de s’adresser avec succès au gouvernement.
51. Utilisation de la torture par l’Etat ?
52. Dans quelle mesure le pouvoir judiciaire est-il indépendant du pouvoir en place ? Un membre du gouvernement peut-il être condamné ?
53. Degrés de tolérance religieuse.
54. Les citoyens sont-ils égaux devant la loi ?
55. Les citoyens jouissent-ils de la sécurité ?
56. Dans quelle mesure les citoyens sont libres d’entreprendre sans pression gouvernementale ?
57. Degré de liberté personnelle (liberté de mouvement, égalité hommes/femmes…)
58. Proportion de la population qui estime que les droits de l’homme sont bien respectés.
59. Degré de discrimination raciale.
60. Le gouvernement utilise-t-il les menaces et les risques pour réduire les libertés civiles ?


En fonction de ces critères, un indice est calculé, qui va de 0 à 1. Plus on s’approche du 1, plus le pays est une démocratie.

The Economist, utilisant ces résultats, distingue 4 types de régimes
Démocraties
Démocraties imparfaites
Régimes hybrides
Régimes autoritaires

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
surya
Je commence à m'habituer
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Très loin au-dessus des nuages
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Ven 11 Jan 2013 - 18:12

Vraiment utile, je me demande quelle note a reçu la France? Sinon, en ce qui concerne le choix du système politique pour nos univers, je crois que l'important n'est pas tant de privilégier la dictature, la monarchie ou la république - bien que cela demeura capital - c'est de s'interroger sur ce qui fonde le régime choisi. C'est le même principe que celui de la lexicologie (je crois que ça s'appelle comme ça ^^) : les mots ont des sens multiples que l'on peut expliquer on trouvant des liens logiques.

C'est pareil pour le choix du régime, il faut toujours penser à ce qui le légitime, le maintient ou non en place. Ex: la monarchie est-elle de tradition? est-elle nouvelle? pourquoi les gens l'acceptent ou non? Dès qu'on trouve comment le peuple de cet univers raisonne, ressent les choses, quels rapports il entretient avec le régime et pourquoi, alors c'est gagné! l'univers fonctionne sur des bases solides.

_________________
"L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu" Baudelaire [i]in Petits poèmes en prose[/i]
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Ven 11 Jan 2013 - 18:27

Citation :
je me demande quelle note a reçu la France
Nous étions en démocratie jusque l'an dernier, pour 2012, nous sommes passés en démocratie à problème (apparemment, à cause du désintérêt des français pour la classe politique)

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
surya
Je commence à m'habituer
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 26
Localisation : Très loin au-dessus des nuages
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Ven 11 Jan 2013 - 19:32

lol! Merci ^^. Pourquoi ça ne m'étonne pas du tout ?

_________________
"L'étude du beau est un duel où l'artiste crie de frayeur avant d'être vaincu" Baudelaire [i]in Petits poèmes en prose[/i]
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   Ven 11 Jan 2013 - 20:10

Citation :
Pourquoi ça ne m'étonne pas du tout ?
Euh... Parce que tu suis un minimum l'actualité Smile

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Régimes politiques dans vos romans   

Revenir en haut Aller en bas
 
Régimes politiques dans vos romans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le futur dans vos romans
» L'engagement dans les romans féminins de Grande-Bretagne du 18ème et 19ème siècle
» Les femmes dans les romans de Jules Verne...
» Régimes politiques bovins! (Ah! la vache!)
» Qu'est-ce qui vous plait dans ces romans ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Ressources d'écriture-
Sauter vers: