Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Coutelier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lemli
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 385
Age : 25
Loisirs : Créer. Tout, tout le temps.
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: Le Coutelier   Ven 14 Déc 2012 - 15:30

Qu'est-ce le Coutelier, coupé-coulé sous vos souliers ? C'est - magique - l'assemblage des langages courant, soutenu, et familier. L'exercice est simple à expliquer (plus qu'affaire), il suffit de réussir à écrire en Coutelier ! Plusieurs manières d'y parvenir, soit ! vous vous lancez, direct, vous tentez le coup - telier -, mais c'est moins intéressant ainsi, soit vous y allez par étapes, en écrivant une fois de façon courante, puis soutenue, puis familière, quelques lignes, pour décrire ou raconter un même évènement. Ensuite, dans le présent message, ou un autre jour, un autre temps, vous vous essayez au Coutelier. Une seule règle cependant, petits malins, pas de dialogues, rien qu'une narration ou un monologue.

À moi ! disait la mouette :
Citation :
Je vois une lumière brillante, au loin. Elle s'avance vers moi à une vitesse incroyable. Ou plutôt, je suis sur son passage, car je sais, au fond de moi, que je ne suis rien face à elle. Rien qu'un obstacle de poussière. Elle s'approche toujours, me brûlant les yeux. Je ne peux plus bouger. Mes jambes faiblissent, je chancelle, et elle vient, la lumière vient, vient, rentre en moi ; non !
Citation :
Je remarque au loin une brillante lumière, qui éclaire par rais les alentours. Elle serpente dans ma direction ; ou plus censément, je me trouve sur son passage, car je sais au fond de mes entrailles que je ne suis rien comparé à elle, rien qu'un obstacle futile, volatile, un amas de poussière. Elle s'avance toujours, accélère, désormais si vive. Mes pupilles brûlent sous l'intensité, elle me figent, tel un animal aveuglé par les phares d'un véhicule. Je sens mes jambes trembler et vaciller. Je ne peux plus bouger, aucun mouvement, ni la langue, ni les paupières. La lumière arrive, elle fuse, file et me pénètre...
Citation :
C'est quoi cette baballe qui brille ? Y a quelque chose qui tourne pas rond, ça pue la mort. Elle me suit, en plus. J'aime pas ça, non, barnak, ce truc, c'est du genre puissant, du genre à te basourdir fissa, n'en a rien a foutre de toi. Putain, elle s'approche, la lumineuse, ça me détruit les louchants, faut que je me tire ! J'arrive plus à bouger ! J'ai les jambes qui flanchent, merde, ça brille de partout, maintenant, tout blanc, et la lumière elle, elle, elle me rentre dedans, l'enfoirée !
Citation :
Je vois au loin une lumière scintillante, un soleil entièrement blanc. Elle se dirige vers moi, si ce n'est moi qui la gène, comme un obstacle insignifiant posé sur le passage d'une mystérieuse entité, une marche fêlée, une merde de chien. Elle s'approche. Elle s'approche, rapide, et son intensité me brûle les yeux. J'essaye de bouger, en vain, mes jambes tremblent, chancellent. Elle arrive à une vitesse inouïe. Je panique. Je ne peux pas l'éviter, elle va me tuer, je peux pas, je veux pas, pas bouger, pas mourir, NON !

_________________
Citation :
Si tout est sombre autour de toi, est-ce parce que l'ampoule est cassée, ou parce que tu as éteint la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Coutelier   Dim 24 Fév 2013 - 14:53

Pas facile de classer un mot dans l'une des catégories...

SOUTENU
Qu’est-ce que la timidité ? Ce besoin opiniâtre de surveiller le moindre de ses faits et gestes. Davantage qu’un besoin, une nécessité absolue qui naît de la simple anticipation de l’image que le regard d’autrui serait susceptible de renvoyer. Pareil à un obscur reflet de ce qui n’est hélas pas, comme une vérité fracassante et intolérable, comme un désir, à jamais, inassouvi. Et inlassablement, se forger cet esprit vigilant prêt à corriger ce qui tend vers l’inacceptable. Une exigence qui rabat la perfection au statut de vulgaire haillon.

COURANT
Qu’est-ce que la timidité ? Ce besoin tenace de surveiller chacun de ses faits et gestes. Plus qu’un besoin, une obligation issue de la simple prévision de l’image que le regard des autres pourrait renvoyer. Comme un sombre reflet de ce qui n’est malheureusement pas, comme une vérité remarquable et insupportable, comme une envie, à jamais, insatisfaite. Et toujours, se bâtir cet esprit attentif prêt à corriger l’intolérable. Une exigence qui abaisse la perfection au statut de loque ridicule.

FAMILIER
C’est quoi la timidité ? Ce besoin qui colle au cul de vérifier tous ses faits et gestes. Plus qu’un besoin, une obligation qui vient du simple fait de penser que les autres pourrait vous juger. Comme un reflet noir de ce qui n’existe pas, comme une vérité unique et dégueulasse, comme un caprice de gosse jamais satisfait. Et tout le temps, avoir l’esprit entêté prêt à rectifier l’insupportable. Une manie qui pousserait à croire que la perfection est un pauvre chiffon.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Coutelier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» laforet coutelier
» Marrant et novateur pour une collaboration avec un grand coutelier
» Bruno Macé forgeron coutelier
» Peter coutelier
» nos artisans (Français)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture-
Sauter vers: