Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Zone du Dehors ; Alain Damasio.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lemli
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 385
Age : 26
Loisirs : Créer. Tout, tout le temps.
Date d'inscription : 08/04/2012

MessageSujet: La Zone du Dehors ; Alain Damasio.   Dim 16 Déc 2012 - 18:54

Citation :
Les droits: on finit toujours par en faire une machine à produire de l'inégalité.
Les romans d'anticipation ne seront jamais plus intéressants qu'après mise en fût, fermentation, et dégustation du cru devenu plus âgé, car l'on s'aperçoit que certain d'entre eux sont désormais très proches de la réalité ; et au contraire du grand vin, c'est le goût de l'amertume qui fait finalement du livre un chef d’œuvre. Pour ma part, j'ai gouté La zone du dehors en milieu de chemin : s'il n'est pas tout à fait vieilli, j'en suis encore à essuyer mes lèvres de son âcreté.

Cerclon, satellite de Saturne, 2084 (date référence à Orwell). Tout se passe bien. De par les progrès technologiques, la vie est plus paisible que jamais. La ville "bulle" ne connait pas les désagrément des intempéries, seulement un choix géré de brise ou de pluie douce de temps en temps, les tables absorbent les boissons renversées, les journaux jetés reviennent, défroissés, au bas de la pile, les rues et les bâtiments sont sécurisés, la température est gérée, la pollution et les déchets sont gérés, la violence est gérée ; oui, "souriez, vous êtes gérés !". Et c'est bien là où le bât blesse, tout est sous contrôle, les gens aussi. Tous les deux ans, le Clastre classe, selon des critères variants de l'efficacité à la sociabilité, en passant par le taux de paranoïa, chaque individu est noté, notamment par le questionnaire remplis par les amis, les collègues, les employés et les patrons. Leur travail, leur argent, tout dépend du résultat, jusqu'au nom même, qui va de A (le président) à Qzaac (le cancre de la société), puis il y a les autres, ceux qui ne rentrent même pas dans le tableau, les déclastrés, vivant pour la plupart dans la radzone radioactive à souhait. Contre ce système auto-normé, un mouvement s'est levé, la Volte, car la ré-volte ne servirait plus à rien. À leur tête, nous suivons Capt(p), professeur de philosophie, le peintre Kamio, Slift le Snake, Brihx, et Obffs, dans le combat qui les oppose à cette force molle qui est la social-démocratie ; réveiller les consciences, défendre leurs idées, parfois contre eux-même, tuer dans l’œuf la technogreffe, saboter le Clastre, bref, détruire les normes. Ainsi, en fond d'esprit, qu'un projet fou. Un projet secret.

Le récit est, comme la Horde du Contrevent, à plusieurs voix, même si Capt se détache très largement des autres personnages, et que la différence entre les narrations n'est pas aussi grande, mis à part Slift, radzonneux sec au langage familier. Passons aux points. En positif : l'auteur fonce, il n'hésite pas entre deux ou sous Damoclès des critiques, il montre tous les détails de ce système politique et des revendications des Voltés, afin que nous puissions, lecteurs, réfléchir nous aussi au problème ; il propose également un débat d'idéaux entre les deux partis, et également une solution, ce qui est la moindre des choses dans un roman d'anticipation. La Volte n'est pas un groupe de fêlés qui veulent tout faire péter, ce qui aide à suivre leurs actions avec plus de plaisir. Les réactions en chaîne, pour-incertains-contre des normés après presque chacun de leurs coups d'éclat donnent une profondeur au monde, et à ces gens sous contrôle qui peuvent paraître sur le papier comme des zombies. Le style est égal à lui-même, génial, original. En négatif, j'avancerais une impression de déjà-vu, dans l'idée générale, surement parce qu'en voulant dénoncer les problèmes, on retombe fréquemment sur les mêmes. Autre, la narration de Capt est parfois un peu pointue, dans les discours et cours de philosophie (pour un prof de philo, c'est plutôt normal), je n'ai pas le niveau nécessaire pour apprécier pleinement.
Citation :
Les politiciens n'ont plus qu'un rôle véritablement sérieux à tenir aujourd'hui: masquer qu'ils sont inutiles, que la politique est morte parce qu'elle n'est plus le lieu du pouvoir.

_________________
Citation :
Si tout est sombre autour de toi, est-ce parce que l'ampoule est cassée, ou parce que tu as éteint la lumière ?
Revenir en haut Aller en bas
 
La Zone du Dehors ; Alain Damasio.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Zone du dehors - Alain Damasio
» Damasio Alain - La zone du dehors
» La Zone du Dehors d'Alain Damasio
» Alain Damasio (La Horde du Contrevent, La Zone du Dehors et autres nouvelles)
» LA HORDE DU CONTREVENT d'Alain Damasio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Le monde littéraire :: La boîte à critiques :: Science-Fiction-
Sauter vers: