Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.   Dim 30 Déc 2012 - 17:17

Comme tout le monde connaît de nom ce chef-d’œuvre, mais que personne ne semble l'avoir lu (honte à vous !), je me propose d'en faire un sujet.

Donc, les Raisins de la Colère, acheté 50 cents au Cash Converters de ma ville il y a quelques mois, et indubitablement le meilleur achat que je n'ai jamais réalisé.
Derrière en guise de quatrième de couverture est écrit : " Vous n'oublierez pas les personnages de ce livre. Ils entreront à jamais dans votre vie." Je trouvais ça un peu gros, et je demandais à voir ! Mais quelques jours plus tard, force est de constater que c'était la vérité.

Pour résumer l'intrigue, celle-ci se passe au début des années 1930 pendant la grande dépression. Les Joad sont une famille de métayers, chassés de leur terrain d'Oklahoma et forcés à errer sur la route, vers "ce pays de lait et de miel" qu'est la Californie, à la recherche de travail et de dignité.

Nous suivons donc leur pérégrination à travers le pays, toutes leurs affaires entassés sur un camion, roulant sur la route 66 vers un fantasme, un rêve qu'on leur a vendu, et qui ne correspond pas à la réalité.
Tom Joad est le héros ( et le personnage de fiction qui m'a le plus marqué). Au début de l'histoire, il sort à peine de prison, et trouve sa famille en train de plier bagages. Malgré sa liberté conditionnelle, et son interdiction de quitter l'état, il suivra les gens qu'il aime vers une fin (nous nous en doutons très tôt) qui ne peut être heureuse.
Man Joad vient ensuite sur la liste des personnages principaux. C'est la mère, et c'est elle qui porte sa famille à bout de bras, et parvient à lui faire traverser toutes les difficultés.
Pa Joad est le père. De plus en plus en retrait, il laisse la figure de leader à sa femme. Il a du mal à agir, se sent dépassé par les évènements.
John Toad est l'oncle, le frère à Pa. Alcoolique, lunatique, hanté par la mort de sa femme, il ne sait pas pourquoi il est sur les routes, et si cela vaut la peine de continuer.
Jim Casy. Ahhh, Jim Casy ! Un des premiers personnages que rencontre Tom. Ancien pasteur, noble de cœur et d'âme il jouera un peu le rôle de mentor pour Tom, et sera le déclencheur de sa dernière évolution.
Rose de Saron (ou Rosesharn...) est la soeur de Tom. Enceinte, elle sera le gros boulet du groupe, toujours à chialer, à pleurer. Cependant, pour moi et à la lecture des derniers chapitres, c'est elle l'héroïne de l'histoire, le véritable personnage principal, et c'est elle et non Tom que nous suivons finalement.
Connie Rivers, le mari de Rose. Un peureux, lâche, dépassé par les responsabilités qu'il doit assumer. Vous aurez envie de le frapper à maintes reprises.
Al Joad : le cadet de la fratrie. Passionné par les voitures, la mécanique et les filles. Il sera un élément important du groupe, et le principal soutien de Tom, au milieu de femmes, de vieux et de boulets !
Grandpa et Grandma, les grands parents. Moi, je les aurais abandonné dès le départ au bord de la route, mais les Joad les supportent. Ils sont la cause d'un grand nombre de scènes émouvantes.
Ruthie et Winfield Joad : des sales gosses.

Le point fort de ce roman est avant tout la diversité des personnages. John Steinbeck parvient à rendre n'importe qui attachant. Il agrandit l'homme, ses descriptions nous montrent l'homme bien plus beau (même si laid) que l'homme réel. Chaque personnage a sa façon de parler, un détail qui le caractérise, une faiblesse. Ce ne sont pas des supers-héros de Fantasy, ils sont hommes, on sent leur odeur, goûte leur sueur, on touche leurs rides, sentons la crasse sous leur doigts, on regarde au fond de leurs yeux, vers leur âme. Jamais un roman ne m'avait fait autant aimer l'homme.
John Steinbeck nous le présente, il n'est pas tendre avec lui, et pourtant nous ne pouvons nous empêcher de le trouver beau et magnifique. Fini la connerie que l'on aperçoit au dehors ou dans les médias, non ici l'homme apparaît comme il devrait être.

Il n'y a pas de mots pour décrire ce roman, tant sa portée fut grande. Si il n'y a qu'un livre du XXème siècle à lire, c'est celui-ci (désolé Camus). John Steinbeck, qui obtint le Prix Nobel en 1962 considérait les Raisins comme son travail le plus abouti.
Attention, ce n'est pas qu'une jolie histoire de paysans sur les routes. Ce récit vous plonge dans l'Histoire, au milieu d'une famille comme il y en avait des milliers, tous ces Okies chassés de leur terre natale et exploité par les ravages du capitalisme. Les Raisins est éminemment moderne. Les idées qui y sont défendues pourraient avoir leur place dans un roman actuel ! A l'époque, quelle critique du modèle capitaliste fut ce roman ! A sa sortie, l'auteur, conscient de tout ceci conseilla à son éditeur de l'imprimer en petits tirages, et cette œuvre fut d'ailleurs interdite dans plusieurs villes de Californie.
Pourtant, le succès international et quasi inédit du roman coupa court à tout débat. Steinbeck eut le Prix Pulitzer (fiction) en 1940, et un film fut tourné peu après.

Comme dans la plupart de ses œuvres, ce roman se passe dans la Californie natale de l'auteur, et met en scène des personnages communs, paysans ou ouvriers pendant la Grande Dépression. L'auteur dépeint son époque mieux que personne. Dans les Raisins par exemple, nous sommes avec les Joad, nous souffrons avec eux, nous ne pouvons pas détourner nos yeux de leur aventure avant d'avoir fini le livre. Et quand c'est fait, nous y pensons encore et encore.

Si vous aimez la littérature, et si vous ne deviez lire qu'un roman en 2013, ce serait celui-là. Les personnages de ce bouquin entreront dans votre vie, vous ne les oublierez pas, et jusqu'à ce que vous fermiez définitivement les yeux, vous vous souviendrez de Tom Joad et de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
fosiliaz
Roi des posts ? Oui, ça me va
avatar

Masculin Nombre de messages : 1162
Age : 22
Localisation : Pas loin du pôle nord, au milieu des cartons
Loisirs : judo, tennis de table, lire et bien entendu écrire
Date d'inscription : 15/02/2009

MessageSujet: Re: Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.   Dim 30 Déc 2012 - 18:20

Hum... J'avais eu à un moment le projet de l'emprunter à la BM de Lille, mais vu que mon prof d'histoire-géo l'avait exploité dans son cours dans un objectif pour le moins... inintéressant, j'avais abandonné.
Maintenant franchement tu me donnes envie de le lire, donc si j'ai un moment, je file me le récupérer !
Voyons voir ce que vaut ce chef d'oeuvre !
Revenir en haut Aller en bas
barla
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Féminin Nombre de messages : 499
Age : 38
Date d'inscription : 27/01/2010

MessageSujet: Re: Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.   Mer 19 Juin 2013 - 9:21

Je l'ai lu, moi, je l'ai lu cheers

Et j'ai beaucoup aimé. Ce n'est pas celui que je considérerais comme le meilleur roman du XXè s., mais sans doute comme l'un des meilleurs romans américains. C'est déjà ça Wink (à placer toutefois derrière le Bruit et la Fureur, de Faulkner, d'après moi).
Revenir en haut Aller en bas
Ganbist
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Masculin Nombre de messages : 45
Age : 21
Date d'inscription : 24/02/2013

MessageSujet: Re: Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.   Mer 19 Juin 2013 - 21:41

Au sujet de francais au bac cette annee Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Raisins de la Colère, John Steinbeck.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les raisins de la colère - John Steinbeck
» LES RAISINS DE LA COLERE de John Steinbeck
» John STEINBECK: Les raisins de la colère
» John Steinbeck ou Donna Leon?
» DES SOURIS ET DES HOMMES de John Steinbeck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Le monde littéraire :: La boîte à critiques-
Sauter vers: