Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La technique du "Crescendo"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: La technique du "Crescendo"   Sam 15 Juin 2013 - 20:14

Hello,

Alors voilà, je vous suggère un exercice d'écriture que j'ai eu l'occasion de pratiquer en atelier et que j'ai beaucoup aimé.

Il s'agit d'écrire une histoire en utilisant la technique du "crescendo".
Mais qu'est-ce que cette technique ?


IL S'AGIT DE RACONTER UNE HISTOIRE PAR BRIBES. CHAQUE NOUVEAU PARAGRAPHE RACONTE CETTE MEME HISTOIRE MAIS AVEC PLUS DE DETAILS. IL FAUT DONNER L'IMPRESSION D'UNE CAMERA DONT LE CHAMP S'ELARGIT AU FUR ET A MESURE.   

VOICI EN EXEMPLE LE TEXTE QUE J'AVAIS REDIGE EN ATELIER.


CRESCENDO

Par une belle journée d’été, au cœur d’un écrin de verdure, le curé prend la parole : Oscar, voulez-vous prendre Clara pour épouse ? Oui. Clara, voulez-vous prendre Oscar pour époux ? Oui. Vous pouvez vous embrasser.

Par une belle journée d’été, au cœur d’un écrin de verdure, un curé vient d’arriver mais il n’est pas celui que l’on attendait : « Mille excuses, mon frère a un empêchement, je prends le relais ». La mariée se met dans tous ses états : « Il ne manquait plus que çà ! ». Oscar parvient à la calmer. La cérémonie peut commencer. Le curé prend la parole : Oscar, voulez-vous prendre Clara pour épouse ? Oui, je le veux. Clara, voulez-vous prendre Oscar pour époux ? Elle réfléchit un instant. Le temps semble se suspendre. Oui, je le veux. Vous pouvez vous embrasser.

Par une chaude journée estivale, tous les convives patientent au cœur d’un somptueux jardin. Cocktail de circonstance, en attendant les futurs mariés. Dans une petite pièce au fond du jardin, une vive altercation résonne : « Comment çà tu as perdu la bague ?!! Mais c’est impossible… pas toi ! Tu ne peux pas me faire çà. Oscar, tu n’arrêtes pas de mettre en avant tes talents d’organisateur impeccable au boulot, et pour le jour de notre union… pas de bague ! ». « Chérie, calme toi s’il te plait, tout le monde nous attend. Nous ferons sans ok ? L’essentiel est d’être ensemble ». Une fois sous le dais nuptial, monsieur le curé prend la parole, pas celui qui était prévu, ce serait trop beau : Oscar, voulez-vous prendre Clara pour épouse ? Oui, je le veux. Et vous Clara, voulez-vous prendre Oscar pour époux ? Oui.

Le temps est au beau fixe en cette journée d’été. Clara va enfin se marier. A quarante deux ans, c’est un fait, il était temps ! Isolée dans une salle, accompagnée de son amie de toujours, elle s’apprête à passer sa robe, tout juste livrée. Oh quelle surprise ! Elle est rouge !!! Mais Clara s’y est faite, à ces incidents de dernière minute. Elle ne réagit même plus… Elle s’adresse à son amie, les larmes aux yeux : dis-moi, quand on se marie, c’est bien en blanc ? Pourquoi çà n’arrive qu’à moi ? Laisse couler ma chérie, on ne peut plus faire reculer le temps. Tout se passera bien, tu n’as qu’à miser sur l’originalité de ta personnalité. Les invités attendent à l’autre bout du jardin. Clara se décide à avancer, plus hésitante que jamais. Elle croise Oscar son fiancé qui lui lance un regard éberlué en découvrant Clara déguisée en véritable bonbon sucré. La tension est palpable mais chacun rejoint son poste. Il est l’heure de se dire oui, un oui sans alliance, sans le curé qui était prévu mais un oui tout de même. Monsieur le curé prend la parole : Oscar, voulez-vous prendre Clara pour épouse ? Oui, je le veux. Et vous Clara, voulez-vous prendre Oscar pour époux ? Oui.

Sous le soleil de juillet, Clara va se marier. Exit la pression de toute sa famille qui n’avait qu’une peur : Clara, vieille fille. Maman, qui n’a jamais été d’accord avec le choix du fiancé n’épargne guère sa fille, même le jour J. Les critiques fusent, Clara tient bon, elle défend sa position. « J’ai peut-être attendu 42 ans, mais moi au moins, j’ai trouvé le bon ! ». Tout va mal au parc Monceau. Les invités assistent aux différentes scènes de famille, indifférents. Aujourd’hui, tout a dérapé : la robe de la mauvaise couleur, pas de bague au doigt, pas le bon curé. Clara a t-elle choisi le bon mari ? Qui sait ? Au moment de dire oui, un oui timide et forcé, les caméras sortent des buissons, une à une, la production se marre bien. Grâce à cette caméra cachée, tout le monde a bien ri… sauf peut-être Clara qui elle n’a qu’une envie, retrouver sa vraie vie.


FIN


Et maintenant, à vos stylos et amusez-vous bien !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Dim 6 Avr 2014 - 17:31

Et voilà, je me lance aussi ! Bon, désolée, c'est tout de suite plus glauque ...

Il me suit. J'ai peur.

Un homme me suit. Je sais que c'est après moi qu'il en a, et ça me fait peur.

Un homme me suit depuis dix minutes déjà. Je sais que c'est après moi qu'il en a. Je sens sa présence derrière moi. J'ai peur.

Un homme me suit depuis dix minutes déjà. Enfin, je ne pense pas que ce soit vraiment un homme. J'ai vu ses yeux rouges sous sa capuche. Je sais que c'est après moi qu'il en a. Je sens sa présence derrière moi. Est-ce qu'il va me frapper ? Me tuer ? Je ne sais pas. J'ai peur.

Un homme me suit depuis dix minutes déjà. Enfin, je ne pense pas que ce soit vraiment un homme. J'ai vu ses yeux rouges meurtriers sous sa capuche élimée. Il porte un simple sweat à capuche, comme n'importe quel adolescent de mon âge. Mais je sais qu'il en a après moi. Je sens sa présence sombre derrière moi. Est-ce qu'il va me frapper ? Me tuer ? Je ne sais pas. J'ai peur de savoir.

Un homme me suit depuis dix minutes déjà. Enfin, je ne pense pas que ce soit vraiment un homme. J'ai vu ses yeux rouges, meurtriers, brillants de haine, sous sa capuche élimée. J'ai vu ses mains blanches comme la craie, difformes. Il porte un sweat à capuche, comme n'importe quel adolescent de mon âge. Mais j'ai vu briller quelque chose dans sa main. Je sais qu'il en a après moi. Je sens sa présence sombre et dangereuse derrière moi. Je suis agitée de frissons d'horreur, et je sens une sueur froide glisser le long de ma colonne vertébrale. Est-ce qu'il va me frapper ? Me tuer ? Je ne sais pas. Mon instinct me souffle que ce sera bien pire. Bien pire. J'ai peur à en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Imparfait
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Masculin Nombre de messages : 16
Age : 27
Localisation : Amiens
Loisirs : Pfiou. Plein de truc. Prestidigitation, jeux de société...
Date d'inscription : 28/07/2014

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mar 29 Juil 2014 - 22:44

Excellent comme exercice !! Les résultats produits sont très sympa !! Faut que je l'essaye celui là...
Revenir en haut Aller en bas
Strawberry
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 11/08/2014

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mar 12 Aoû 2014 - 17:23

J'essaie, car vos textes sont très sympas !!! Very Happy
[Mode Fraise dérangée ON] (Et j'aimerai produire quelque chose de sympaaa aussiii, être aiméee, tout çaaa!) [Mode Fraise dérangée OFF] ^^
[Mode Fraise sérieuse-qui-écrit ON] Donc.
(Faudra me dire si ça ne correspond pas aux règles du jeu... J'ai peut-être trop interprété l'énoncé.) Smile

Le petit coeur


Un coeur sur le mur.

Un petit coeur sur le mur.

Un petit coeur peint sur le mur.

Un petit coeur rose peint sur le mur blanc.

Un petit coeur rose de rien du tout peint sur le mur blanc et sale.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire mais aimant, sur le mur blanc et sale, pas assez haut pour retenir l'amour qui s'échappe du coeur.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et aimant, si tendre, peint par un enfant, sur le mur blanc et sale d'un hôpital qui ne retient pas l'amour échappé sous le pinceau rose.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et aimé, que l'enfant aime regarder sur le mur trop blanc de sa chambre d'hôpital solitaire où tout son amour déborde pour s'échapper et s'étendre loin des murs pas assez hauts pour le retenir.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et triste qu'une femme de ménage efface sous l'oeil effaré mais impuissant du petit enfant enfermé dans sa chambre d'hôpital aux murs trop épais qui ne laisse aucun de ces cris s'échapper.

Un petit coeur rose qui n'est plus rien du tout.
Revenir en haut Aller en bas
PierreRafoni
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Masculin Nombre de messages : 18
Age : 19
Localisation : Paris
Loisirs : Ecriture, Parkour, batterie
Date d'inscription : 15/04/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mer 17 Juin 2015 - 20:33

Un symbole sur la pierre.

Un symbole gravé sur la pierre froide.

Un antique symbole est gravé sur une pierre, grise et froide, depuis des temps immémoriaux.

Au milieu de la plaine d'Ormüz se dresse une colonne de pierre, un antique et mystérieux symbole en orne la pierre froide depuis des temps que l'on qualifierais d'immémoriaux. Grise comme la cendre, le temps ne semble avoir aucun effet sur elle.

En plein centre de la vallée des larmes, dans la vallée oubliée d'Ormüz où guerroyaient jadis les empires sacrés, se dresse une monumentale colonne de marbre striée d'antiques et mystérieux symboles qui rougeoient à la lumière de l'aube. Le temps ne l'affecte plus tant les événements qui marquent son passé remontent à des temps que l'on qualifierais d'immémoriaux. Pourtant on sent presque encore, au toucher de sa texture grise comme la cendre et froide comme le souffle des vents d'Est, les flots incessant de guerriers se masser à ses contours, prêts à s'affranchir de sa domination millénaire.
Revenir en haut Aller en bas
Sunpatty
J'adore ce forum!
avatar

Féminin Nombre de messages : 298
Localisation : Quelque part entre le néant et le pays des songes
Loisirs : Ecrire, lire, dessiner mais surtout et toujours ecrire
Date d'inscription : 22/02/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mer 17 Juin 2015 - 22:03

De l'eau.
De l'eau à perte de vue.
De l'eau à ne plus savoir qu'en faire. Landrin panique.Que faisait-il ici dans cette eau?

Landrin sentit comme une pression, de l'eau, froide, salée. Comment était-il arrivé ici alors qu'il était dans un bateau avec ses amis et son roi.

Ballotté, il a froid. Il se sent comme dans un bain. Il a froid. Il flotte. de l'eau, oui s'était bien de l'eau dans laquelle il se trouvait. Il voulut appeler à l'aide mais avala de l'eau salée. Il se souvenait le bateau, le kraken, la chute dans l'eau. Les vagues le berçaient, la lumière de la surface lui parvint tamisée. Il meurt, il se noie...

L'eau salé lui ravageait les poumons. Ballotté il avait envie de dormir, de se laisser aller, de mourir... Mais il ne pouvait pas,  pas maintenant, pas avant d'avoir sauver l'arbre de vie. De l'eau. Ygdrill, le pouvoir d'Ygdrill. Il est l'enfant de la prophétie... il doit appeler Ygdrill. Non, Pas le Dieu lui même mais son âme Nominoë. Il ne veut pas mourir, il ne le doit pas. Il déclenche dans un dernier effort sa magie divine et se laisse couler.

Entre deux eaux. inanimé. Ballotté, il coule. Il a froid si froid. Dormir, il veut dormir. De l’eau salée. la magie. Il la déclenche et se laisse couler. Il ferme les yeux et s'endors lentement. L'ombre du bateau s'efface lentement, la lumière à la surface faiblit. il coule, il se noie, il meurt...Adieu, Mon roi, Virgile, Réginald, Béatrix... Béatrix ma douce, je n'aurais jamais eu l'occasion de te revoir. Mon roi, vous m'avez sauvé une fois, vous ne me sauverez pas cette fois-ci. Pardonnez-moi. Vous allez tous mourir par ma faute. Virgile...j'aurais du te pardonner ton geste insensé...Il est trop tard...Protège Sa Majesté pour moi. Et toi, Béa...Sois heureuse, tu le sera bien mieux sans toi... Adieu... Il coule, se meurt, renonce. La magie n'a-t-elle donc servi à rien? Il ne sait pas qu'en haut dans le bateau tous ont vu la lumière. Il ne remarque pas que quelqu'un nage vers lui, le tire, le ramène, le hisse et le sauve... Il ne réagit pas de suite lorsqu'il entend la voix autoritaire du roi donner des ordres.
"Réchauffez-le. Il vit, je sais qu'il vit, il ne peut pas mourir, ne doit pasmourir. Pas lui, pas l'enfant que j'ai sauvé il y a longtemps déjà et que j'ai élevé comme un fils. landrin! Ouvre les yeux"
Landrin crachota, toussa et recracha l'eau si salée, si brûlante dans ses poumons. Il obéit et ouvre les yeux devant ses amis. Il n'était pas mort, ce n'était pas encore son heure. Il a été sauvé par l'homme qu'il avait livré pour un crime qu'il n'avait pas commis. Il parla faiblement "Pardonnez-moi cette frayeur. j'ai froid.J'ai sommeil.
— Dors mon petit, dors, Ygdrill veille sur toi."

_________________
La vie n'est qu'un long compte à rebours qui débute à notre naissance et se termine à notre mort. Razz

A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire. Razz

"Amis ou ennemi quelle importance...Tous les ennemis du roi deviennent les miens."
"Tu as osé t'en prendre à notre souverain. Je ne te connais plus et ne te considère plus comme un ami"
(Landrin: La légende de Terre-Brune)

" Tu ne me considère plus comme ton ami. tu ne veux pas pardonner mon geste insensé, mais malgré tout je mourrais pour toi."
(Virgile la légende de Terre-Brune)


"Je ne suis pas un prince. Je ne suis que le fils d'un félon fratricide" (Darian, les vilipendes du Sendris)
Revenir en haut Aller en bas
rhynn
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Lun 12 Oct 2015 - 11:32

Tes yeux se sont éteints, il n'y a plus personne là dedans. Ta bouche s'est décrispée, il aura fallu ta mort pour que tu te détende enfin, bourreau de travail. Un reste de craie entre ton pouce et ton index, des feuilles d'équation rougies étalées autour de ton corps.
Ton grand corps qui s’étale sur le carrelage humide de ton sang, ta blouse blanche toute froissée, tes cheveux noirs encore ébouriffés par tes mains nerveuses, ses grandes araignées blanches sans cesse en mouvement sont à présent immobiles à tes cotés. Cette immobilité me fait mal, cette immobilité n'est pas naturelle tout comme cette enfilade de becher abandonné sur ta paillasse, le tableau constellé de gribouillis au centre des murs blancs de ton labo qui vidés de ton génie ne sont plus que des murs, ce n'est plus qu'une pièce, une pièce avec un cadavre, un cadavre sur une photo que contemplent les regards désabusés d'une escouade de policier dans une salle miteuse d'un commissariat décrépi au fond d'une rue anodine, d'une ville de province, dans une région pauvre, d'un pays d'ignorants qui n'ont pas la moindre idée de la perte pour le monde.
Petite planète bleue dans un infini noir autour de laquelle tourne le satellite que tu as conçu.

Revenir en haut Aller en bas
Kiku-chan
J'adore ce forum!


Nombre de messages : 397
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Lun 12 Oct 2015 - 15:55

.


Dernière édition par Kiku-chan le Ven 15 Juil 2016 - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rhynn
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Lun 12 Oct 2015 - 19:58

"IL FAUT DONNER L'IMPRESSION D'UNE CAMERA DONT LE CHAMP S'ELARGIT AU FUR ET A MESURE. "
c'est pas ce que j'ai fait, gros plan visage, corps, pièce etc ?
Revenir en haut Aller en bas
Londi2002
Je commence à m'habituer
avatar

Féminin Nombre de messages : 121
Age : 14
Localisation : Dans le fin fond de l'univers
Loisirs : Lire, dormir ( surtout ), dessiner ( un peu ), la musique, écrire...
Date d'inscription : 31/05/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Lun 12 Oct 2015 - 21:09

Il faut recommencer ta phrase en y ajoutant plus de détails.


Par exemple :
Strawberry a écrit:

Un coeur sur le mur.

Un petit coeur sur le mur.

Un petit coeur peint sur le mur.

Un petit coeur rose peint sur le mur blanc.

Un petit coeur rose de rien du tout peint sur le mur blanc et sale.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire mais aimant, sur le mur blanc et sale, pas assez haut pour retenir l'amour qui s'échappe du coeur.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et aimant, si tendre, peint par un enfant, sur le mur blanc et sale d'un hôpital qui ne retient pas l'amour échappé sous le pinceau rose.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et aimé, que l'enfant aime regarder sur le mur trop blanc de sa chambre d'hôpital solitaire où tout son amour déborde pour s'échapper et s'étendre loin des murs pas assez hauts pour le retenir.

Un petit coeur rose de rien du tout, solitaire et triste qu'une femme de ménage efface sous l'oeil effaré mais impuissant du petit enfant enfermé dans sa chambre d'hôpital aux murs trop épais qui ne laisse aucun de ces cris s'échapper.

Un petit coeur rose qui n'est plus rien du tout.

_________________
« La ligne, c'est le point qui a perdu le repos...»

Vincent Kandisky
Revenir en haut Aller en bas
rhynn
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mar 13 Oct 2015 - 10:23

Autant pour moi, j'ai mal compris les consignes...
Revenir en haut Aller en bas
Kiku-chan
J'adore ce forum!


Nombre de messages : 397
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mar 13 Oct 2015 - 19:37

.


Dernière édition par Kiku-chan le Ven 15 Juil 2016 - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
rhynn
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 10/10/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mer 14 Oct 2015 - 9:40

merci ^^ Je réessayerais plus tard cette fois en respectant les consignes
Revenir en haut Aller en bas
Sassenach
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 23/10/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Ven 23 Oct 2015 - 11:14

Azalya l'embrassa.

Azalya l'embrassa doucement savourant leur étreinte.

Azalya embrassa doucement Caleb, savourant leur étreinte et le goût de cet ultime baiser.

Les servantes d'Azalya se retirèrent, laissant leur reine embrasser une dernière fois Caleb,se laissant aller dans ses bras, savourant leur étreinte et le goût de cet ultime baiser.

Les servantes se retirèrent. Alcaline glissa un regard vers la reine Azalya, éperdue dans une étreinte qui semblait ne jamais devoir finir, embrassant une dernière fois Caleb, savourant le goût de cet ultime baiser qui pourrai être le dernier.

Les servantes se retirèrent en silence, gênées. Alcaline glissa un regard vers sa reine, éperdue dans une étreinte qui semblait ne jamais devoir finir. Azalya avait perdu son masque impassible de souveraine; elle paraissait plus jeune et plus fragile, alors qu'elle embrassait une dernière fois Caleb, savourant le goût de cet ultime baiser qui pourrai être le dernier.

Les servantes se retirèrent en silence, gênées de la scène qui se déroulait sur le balcon. Alcaline, glissa un regard vers sa reine, éperdue dans une étreinte qui semblait ne jamais devoir finir. Azalya avait perdu son masque impassible de souveraine; elle paraissait plus jeune et plus fragile alors qu'elle embrassait une dernière fois Caleb au dessus de la rambarde, savourant cet ultime baiser qui pourrait être le dernier. Son coeur se serra à l'idée que son frère pourrai ne jamais revenir.


Les servantes se retirèrent en silence, gênées de la scène qui se déroulait sur le balcon. Alcaline, glissa un regard,en sortant, vers sa reine, éperdue dans une étreinte qui semblait ne jamais devoir finir, rayonnante dans son armure de guerriere Gualéale. Azalya avait perdu son masque impassible de souveraine; elle paraissait plus jeune et plus fragile alors qu'elle embrassait une dernière fois Caleb au dessus de la rambarde. Les autres chevaliers detournerent les yeux alors que leur reine et leur capitaine savouraient un ultime baiser qui pourrait être le dernier. Son coeur se serra à l'idée que son frère pourrai ne jamais revenir. Malgré la prestance de son équipement et de l'impression de puissance que dégageait l'hypogriffe qu'il montait et qui semblait attendre patiemment de récupérer l'attention de son maître, il paraissait fragile dans les bras d'Azalya.

Les servantes se retirèrent en silence, gênées de la scène qui se déroulait sur le balcon. Alcaline, glissa un regard,en sortant, vers sa reine, éperdue dans une étreinte qui semblait ne jamais devoir finir, rayonnante dans son armure de guerriere Gualéale. Azalya avait perdu son masque impassible de souveraine; elle paraissait plus jeune et plus fragile alors qu'elle embrassait une dernière fois Caleb au dessus de la rambarde. Les autres chevaliers detournerent les yeux alors que leur reine et leur capitaine savouraient un ultime baiser qui pourrait être le dernier. Son coeur se serra à l'idée que son frère pourrai ne jamais revenir. Malgré la prestance de son équipement et de l'impression de puissance que dégageait l'hypogriffe qu'il montait et qui semblait attendre patiemment de récupérer l'attention de son maître, il paraissait fragile dans les bras d'Azalya. Elle le contempla en quittant le balcon, mais il ne lui accorda pas un regard, les yeux clos, comme si rien n'existait en dehors de ce baiser. La guerre contre les Salamite allait être terrible, mais personne autour des deux amants ne pouvaient désormais ignorer, que rien ne serai plus terrible pour la reine des Gualéales et le capitaine ses chevaliers que de se séparer, sans savoir s'ils se reverraient un jour ...
Revenir en haut Aller en bas
Salut
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 694
Age : 19
Date d'inscription : 10/11/2015

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Dim 4 Déc 2016 - 18:31

Il se prend la porte en pleine poire.

Idiot comme il est, il se prend la porte en pleine poire. Quel apothéose!

Elle ne le voit même pas. Idiot comme il est, tandis que lui la suivait du regard, il se prend la porte en pleine poire. Quel apothéose! songe-t-il pour lui-même, amèrement.

Son cœur s'accélère alors qu'elle passe tout près de lui. Elle est si belle qu'il ne peut détacher ses yeux de son visage délicat, puis de ses cheveux qui flottent derrière elle. Quant à elle, elle ne le voit même pas. Idiot comme il est, tandis qu'il la suivait du regard en continuant de se diriger vers la sortie, il se prend la porte en pleine poire. Quel apothéose! songe-t-il amèrement, avant de constater horrifié, que le bruit mat de son visage entrant en collision avec la porte vitrée l'a faite se retourner.

A sa vue, il ne devient plus que douleur tandis qu'il sent tout le poids de sa peine alourdir son corps, comme pour le tirer vers le bas. Il est amoureux, désormais, cela ne fait plus aucun doute. Et cela fait si mal! 
Elle approche, et son cœur s'accélère comme si cela pouvait changer quelque chose. Comme si pour le récompenser de tant d'efforts, elle allait subitement se mettre à lui adresser la parole.
Elle passe tout près de lui, et il ne peut s'empêcher de la dévorer du regard, de prendre encore une fois la mesure de sa beauté, pour pouvoir mieux s'en flageller ensuite. Son visage est si délicat, ses yeux si doux, sa bouche... Elle est passée, elle ne l'a même pas vu, mais pour ajouter au pathétique de sa situation il se retourne pour admirer sa chevelure flottant derrière elle, ses épaules majestueuses, presque dédaigneuses, ses...
Idiot comme il est, complètement absorbé par l'apparition de cet ange tombé du ciel, de son ange, il se prend la porte en plein poire, lui qui continuait de se diriger vers la sortie.
Tiré de rideau, applaudissement, quel apothéose pour cette triste comédie! songe-t-il amèrement. 
Fidèle à lui-même, après le bruit mat produit par le choc de son visage entrant en collision avec la porte vitrée, il jette un coup d’œil dans sa direction, ses craintes s'étant maintenant inversées, et il prie pour qu'elle n'ai rien vu de la scène.
Mais comme s'il vivait son pire cauchemar, elle est là à l'observer de ses yeux sombres, un mince sourire aux lèvres. Puis elle hausse une de ses somptueuses épaules et continue son chemin.
Il aurait voulu mourir.

_________________
Salut susurra sa sorcellerie et s'immisça sciemment dans ses songes...   Rin
Revenir en haut Aller en bas
Djevelen
Apprentie Marchombre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1338
Age : 15
Localisation : Dans les vapes...
Loisirs : Etre ici, tout simplement.
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Mer 7 Déc 2016 - 10:37

Il s'assoit.

Epuisé, il s'assoit.

Epuisé, les membres ankylosés, il s'assoit, se laisse tomber.

A bout de forces, il s'assoit, s'effondre sur la chaise, bien trop dure au gout de son derrière.

La langue pendante, l'œil terne, de la sueur débordant de chacun de ses pores, il s'assoit, que dis-je, s'effondre, sur cette pauvre chaise craquant sur son poids ! Mais il n'entend rien d'autre que sa respiration haletante et le gémissement de ses os tiraillés par l'effort.

_________________
Il existe une heure morte dans la nuit, l'heure la plus froide, la plus noire, celle où le monde a oublié le soir et où l'aube n'est pas encore une promesse, une heure où il est beaucoup trop tôt pour se lever mais si tard que se coucher n'a plus guère d'intérêt.
Anonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Plumage
Chébérienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 758
Age : 14
Localisation : Vous voyez le Groenland ? Ben c'est pas là bas, y fait trop froid...
Loisirs : M'instruire dans l'art et la sagesse des archevêques d'antan...c'est une blague, j'aime bien faire chier ma sœur. Et manger des tomates.
Date d'inscription : 21/09/2016

MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   Jeu 29 Déc 2016 - 15:41

Elle marche.

À bout de souffle elle marche.

Le sol se dérobant sous elle, elle marche. À bout de souffle.

Les yeux dans le vague, le visage tiré par la fatigue, elle marche. Épuisée.

Elle marche. Seule. Sale. Le visage poussiéreux et tiré par la fatigue. Mais ce n'est rien en comparaison de ce que son âme subit.

Brisée de l'intérieur, blessée de l’extérieur, elle marche. Ses forces l'abandonnent mais elle ne s'arrête pas, incapable. Seule, le cœur poignardé, elle avance, pas après pas, sur ce chemin de terre poussiéreuse.

_________________
plum2 


Je pose ici la plus grande énigme jamais résolue au monde :


Mais quel est donc le prénom de Salut ??  Shocked
Revenir en haut Aller en bas
http://lespetiteslecturesdethallia.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La technique du "Crescendo"   

Revenir en haut Aller en bas
 
La technique du "Crescendo"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Technique du "Crescendo"
» Une autre technique pour gonfler un pneu
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Technique de conservation
» Et si on parlait d’embrayage de chrono (un peu de technique, désolé).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture-
Sauter vers: