Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Pacte des Rebelles (je me lance...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Pacte des Rebelles (je me lance...)   Lun 7 Avr 2014 - 20:30

Voici le prologue ainsi que le premier chapitre de mon projet actuel;

Le pacte des rebelles
Tome 1:les bois maudits

Prologue

Il était une fois un petit hameau nommé Lacville qu'on surnommait: «  Le village aux fantômes ». Évidemment,dit comme ça, on pense tout de suite à un trou paumé avec des crimes sanglants,des meurtres en séries et autres histoires d'horreur peu recommandable . Pourtant Lacville en elle-même était tout à fait normale,malgré ses maisons branlantes et poussiéreuses. Les enfants y faisaient de bonnes études, les parents passaient leur temps  se plaindre de tout et de rien,comme tout adulte qui se respecte,et les retraités finissaient tranquillement leurs jours parmi des bibelots démodés. Comme partout ailleurs quoi. Oui,enfin bon,d'accord,il y avait quand même une chose qui clochait dans ce village. Ou plutôt,juste à coté. Une chose que l'on appelait « les bois maudits » . Une forêt si noire,si effrayante et si fantomatique que personne n'osait s'en approcher. Sauf les enfants. Ce n'est pas qu'ils étaient plus courageux que leurs ainés,loin de là! Seulement,l'effet presque surnaturel de cette forêt ne fonctionnait pas sur eux. Au contraire,ils étaient attirés par ces arbres couleur d'ébène,cette obscurité angoissante et ce sentiment qu'ici,à la lisière des bois,commençait un nouveau monde. Mais,à peine devenus adolescents,ils ne pouvaient plus s'en approcher. Et ce jusqu'à leur mort. Personne ne put jamais expliquer pourquoi. Tout ce que les villageois savent,c'est que,il y a bien des années de cela,quelques uns de leurs ancêtres auraient pénétrés dans les bois,défiant la peur et le danger. Quelques jours plus tard,on retrouva leurs cadavres étendus sur le sol boueux de la forêt,juste assez proche du village pour que les habitants puissent les repérer,mais pas assez éloignés de la forêt pour que ceux-ci puissent les récupérer. Il n’empêche,chacun put remarquer qu'on avait volontairement déchiqueté leurs corps,comme si on voulait répandre le plus de sang possible. Comme si on voulait que tous les témoins,sans exception,comprennent clairement le message :qui ira dans la forêt finira comme eux.

Chapitre 1

Je m'appelle Aurélie.
Aurélie Bonnati,pour être plus précise.
Je vis dans un trou paumé appelé « Lacville »,où se déroule une véritable histoire d'horreur idéale pour effrayer vos potes après les cours. Sauf que là,c'est réel. Et c'est beaucoup moins génial. Vous ne me croyez pas? Mettez-vous donc à ma place;ma petite-sœur est pile à l'age où elle risque d'avoir une furieuse envie d'aller dans une forêt hantée,d'où personne n'est jamais sorti vivant. Il est minuit,et elle n'est pas rentrée. Autrement dit,elle a disparu. Et c'est pour cette raison que je me retrouve à déambuler dans les rues,alors que tout les gens de mon age sont sans  doute en train de dormir,bien au chaud dans leurs lits. Vous n’êtes pas convaincus? Et si je rajoute que demain,j'ai trois interros,et qu'avec tout ça,je n'ai pas pu réviser? Ça y est,vous trouvez ça moins fantastique? En tout cas,je vous aurai prévenus.

***
-Lucie! hurle ma mère entre deux sanglots.
-Ça ne sert à rien,murmure mon père,il faut aller prévenir la police.
-Non,je ne veux pas! Ce n'est pas possible!
-C'est la meilleure chose à faire...
Je m'éloigne,découragée. La discussion s'éteint peu à peu dans la nuit noire;des larmes salées coulent sur mes joues. Seul le hululement d'une chouette vient répondre à ma tristesse. Je suis seule. Et perdue. Je ne sais même pas comment rentrer chez moi,mais je m'en fiche. Ma sœur a disparu. Dans le fameux village aux fantômes,c'est tout aussi rapide de dire « ma sœur est morte » . Je sais comment ça se passe. Il y a quelques années,alors que je n'étais qu'une gamine,un garçon de notre classe est mort comme ça. Je m'en souviens très bien. On était tous assis dans la cour,discutant de tout et de rien,lorsque la police a débarqué. Ils ont parlé à voix basse avec notre professeur, en veillant à ce qu'on ne puissent pas les entendre. Mais,malgré leur précautions,on a pu comprendre un mot, « Lucas ». Lucas était un de nos camarades,et,comme par hasard,cela faisait plusieurs jours qu'il était absent. Aussitôt,on a voulu savoir ce qui lui était arrivé. « Il a déménagé » a répondu notre maitresse à chacune de nos questions. Bien sur,personne ne l'a cru. Et le soir-même,j'ai demandé à mes parents s'ils savaient ce qui s'était vraiment passé. Ça les a scotchés. Pendant un long moment,j'ai cru qu'ils allais m'envoyer balader,mais finalement,ils m'ont tout avoués. Je me souviens mot pour mot de leur déclaration;
« Ma chérie,tu te souviens,la forêt où on t'as interdit d'aller...
- Mmh...
-Eh bien,il faut que tu sache qu'elle est hantée. Enfin,c'est ce qu'on suppose.
-Je croyais que les fantômes n'existait pas.
-Oui,nous aussi,jusqu'à ce qu'on vienne habiter ici. Et donc,elle est très dangereuse et... toutes les personnes qui y vont n'en reviennent jamais. C'est pour ça que nous on en a peur. Très peur. Et toi,tu as surement envie d'y aller,mais... Si tu tiens à la vie,ne t'en approche jamais,d'accord? Et tu sais,ta sœur...
-Quoi?
-Et bien... quand elle aura ton age mais que toi tu auras grandi,elle aura surement envie d'y aller,elle aussi. Alors,il faudra que chaque soir,tu aille la chercher à l'école et que vous rentriez à la maison sans faire de détour. Tu me le promets?
-Oui,maman. C'est comme ça qu'il est mort,Lucas,pas vrai?
-Oui. »
Et aujourd'hui,j'avais oublier d'aller la chercher. Tout ça,c'était entièrement ma faute. A cause de moi,ma sœur était certainement en train de mourir dans d'atroces souffrances. Comment mes parents pourraient-ils jamais me pardonner? Ou ne serait-ce que me faire confiance? Et Lucie? Plus jamais je ne pourrais la revoir. Plus jamais. Et,même en acceptant que je la revoie un jour,elle m'en voudrait pour l'éternité;
Elle aurait bien raison.

***
Il y a un homme à coté de moi.
Il m'a fallu du temps pour m'en rendre compte,encore plus pour réaliser ce que ça voulait dire:une adolescente sans défense,en pleine nuit,toute seule et visiblement épuisée,avec un  inconnu juste à coté. Pas vraiment géniale,comme situation. L'homme en question était tout habillé de noir,sa grande silhouette se fondant dans l'ombre des bâtiments. Son visage  lui-même était encapuchonné,mais je le devinais assez jeune. Son attitude était celle de quelqu'un qui observe les autres en se fichant pas mal que ceux-ci en soit gêné ou non. D'ailleurs,sa façon de me regarder,comme on regarde une peinture de débutant en se demandant à quel prix on pourrait la vendre,me gênait. Et me troublait aussi. Car,une chose est sure;il avait les plus beaux yeux qu'on puisse trouver sur cette terre. D'un bleu turquoise,comme dans un manga,ils étincelaient dans la nuit noire tels  deux diamants dans un tas de charbon. Cette vision était si irréelle,si envoutante que je ne réagis pas lorsque l'inconnu s'approcha de moi. Ce ne fut que lorsque sa main apparut de dessous sa cape,que je sortais de ma « transe ». Brusquement je me levais,cherchant désespérément une issue. L'homme murmura quelque chose que je ne compris pas. J'avais de toute façon bien trop peur pour m'intéresser à ce qu'il disait. Un instant,il plongea son merveilleux regard dans le mien. Mais ses yeux me paraissaient beaucoup moins beau,maintenant que leur paisible lumière s'était transformé en une menace silencieuse. Une promesse de mort.
-Aurélie! hurla une voix dans l'obscurité.
L'homme détourna son attention de moi. Deux personnes méconnaissable dans le noir apparurent au tournant de la ruelle où je m'était réfugiée. L'inconnu retourna se cacher dans l'ombre,tandis que je courrai en direction de mes sauveurs. Très vite,je reconnus leur doux visages plein d'inquiétude.
-Papa! Maman! dis-je avec soulagement.
-Ma chérie! Tu nous a fait une de ces peurs! répondit ma mère
-Viens,tu vas rentrer à la maison. Tu as eu assez d'émotions pour la soirée. renchérit mon père.
-Et vous?
-On va aller au commissariat.
Quelques minutes plus tard,je me retrouvai dans ma chambre,seule,à essayer désespérément de dormir. J'essayais vainement de rester optimiste,de me dire; « Elle va bientôt revenir »,mais je savais que c'était faux. Le seul truc positif dans cette affaire,c'est que demain,du coup,je ratais les cours. Et aussi les interros. Mais,franchement,on fait beaucoup mieux comme consolation. Et de toute façon,je n'avais pas envie d’être consolée. Je voulais juste revoir ma sœur. Lorsqu'il fut évident que je n'arriverais pas à dormir cette nuit,je finis par me lever tout doucement. Une idée me traversa l'esprit. Si ça se trouve,Lucie était rentrée pendant qu'on la cherchait dans les rues! Exténuée,elle était sans doute allée dormir,et j'allais bientôt la retrouver,allongée paisiblement sur son lit,comme toujours. Oui,c'était la seule solution. Lorsque j'arrivais devant la porte de sa chambre,une bouffée d'espoir me traversa de part en part. Je baissais la poignée,jetai un coup d’œil à l’intérieur... Rien. Pas même le bruit d'une respiration. Je rentrais dans la petite pièce. Ma sœur avait rempli l'endroit de fleurs séchées,de vieux bibelots et de peinture faite par elle-même. Au final,on aurait dit la caverne d'Ali Baba,en plus petit. J'avais toujours adoré sa déco,et pour cause,c'était aussi la mienne. Ma sœur s'était contentée de reprendre mon idée en la personnalisant. Au départ,je lui en avais voulu pendant une semaine,sans doute parce qu'elle l'avait beaucoup mieux réalisée que moi. Mais aujourd'hui,tout ces chamailleries me semblaient lointaine,comme si elles n'avaient été qu'un mauvais rêve. Je m'approchai du lit,vide. Comme d'habitude,elle l'avait soigneusement recouvert d'une couverture bleue tout juste repassée,et avait balancée tout ses livres dessous,afin d'avoir de quoi lire ce soir même après le passage de maman. Sur la petite commode juste à coté,il y avait une photo de nous deux,allongée sur le sable chaud,face à la mer,pendant les vacances d'été. Deux brunes souriantes. Bien loin de se douter qu'un jour,la mort nous sépareraient. Je pris la photo tout contre moi et m'allongeai sur le lit. En pleurant.

Voila! N'hésitez pas à m'enfoncer et à me dire que c'est nul,je ne le prendrais pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Pacte des Rebelles (je me lance...)   Mar 8 Avr 2014 - 0:40

C'est nul ! Et je vais te dire pourquoi : il manque un espace derrière la plupart de tes virgules.

Je plaisante mais n'oublie pas ce petit espace. Pour un lecteur habitué à la typo normale ça fait bizarre.
Alors. Tout d'abord, bonjour.
Voyons ce texte.
On va commencer avec des commentaires dedans, et ensuite des considérations plus générales. Je te mets ça en spoiler.
Le texte commenté:
 

Bon je t'ai pas commenté les fautes d'orthographes, de toute façon y en a pas beaucoup, donc on s'en fout t'as pas trop de problèmes les rares qui restent elles disparaîtront avec l'expérience. Pour les virgules je vais te le faire, je sais pas si tu connais la manip' avec un éditeur de texte, ça t'évitera de t'emmerder à le faire à la main. Le texte clean en spoiler ci-dessous. Ah ouais je corrige les fautes aussi en passant comme ça tu te fais pas chier avec ça et on peut parler de ce qui est vraiment important.
Texte corrigé de ses fautes:
 

Allez encore quelques remarques sur la typographie. Y a quelques règles simples à respecter.
- La virgule et le point prennent 0 espace devant, et 1 espace derrière.
- Le point-virgule, le point d'interrogation, le point d'exclamation, prennent 1 espace devant et 1 espace derrière.
- Pour les dialogues je te recommande d'abandonner l'usage des guillemets. Utilise juste des tirets (là dans ton texte tu as 1 dialogue sans guillemets et 1 avec guillemets, faut harmoniser ça). Ah et les tirets de dialogue c'est des long tirets, on appelle ça des tirets quadratins (ton éditeur de texte peut en faire, va voir dans les caractères spéciaux, tu peux le configurer pour en faire facilement - si ça te pose des soucis mp moi). Je t'en ai mis dans la correction pour que tu voies comme c'est joli, si ça t'emmerde utilise juste des petits tirets c'est pas grave mais la convention c'est ça.

Bon tout ça peut te paraître inutile et chiant et j'aurais pas pris la peine de te l'expliquer si ton texte était à jeter, mais franchement c'est vraiment pas mal pour un début donc autant que tu continues avec de bonnes bases, de toute façon faudra bien apprendre tout ça un jour ou l'autre.

Alors parlons de trucs un peu plus intéressants.
T'as déjà de bonnes bases niveau répétitions et tout, j'en ai pas tellement vues. De manière général c'est plutôt bien géré et y a pas de grosses erreurs de style. Honnêtement je pense que certains romans jeunesse écrits par des adultes sont quasiment du même niveau stylistique que ton texte. Mais maintenant comme nous plaçons tous de grands espoirs en toi tu vas devoir t'élever au dessus de la masse des écrivains médiocres en t'améliorant jour après jour.
Commençons par les clichés et autres joyeusetés vues telles quelles dans 1 milliard de bouquins similaires. Il faut absolument éviter les trucs tous faites comme j'en ai vus quelques-uns là, genre les diamants dans le tas de charbon (désolé si l'image te plaisait) et ce genre de choses. Il faut penser O-RI-GI-NAL.

Soyons clairs. Je n'ai rien contre le fait que tu écrives sur une forêt hantée. Oui le sujet est amplement exploité déjà. Mais on s'en fout. Tu peux écrire des trucs magnifiques sur une forêt hantée. Je suis sûr que si Proust avait écrit sur une forêt hantée ben ce serait vraiment cool parce qu'il aurait essayé de faire original. Le tout c'est de foutre de l'originalité DANS le texte, dans les lignes, dans l'écriture elle-même. Il faut donner à tes lecteurs l'envie de continuer à lire parce que ça les intrigue.
Et pour ça tu ne pars pas de rien ! Regarde ce que je viens de pêcher dans ton texte :
"D'ailleurs, sa façon de me regarder, comme on regarde une peinture de débutant en se demandant à quel prix on pourrait la vendre, me gênait."
Eh ben ! Mais ça c'est vraiment cool ! Une image originale qui donne à réfléchir. Direct ton mec acquiert davantage de personnalité. Même si tu l'as chopée autre part je m'en fous (et si elle est de toi par contre encore bravo), l'important c'est qu'elle soit là à ce moment. Tu vois si je prends le parallèle avec les diamants dans le charbon. Ben eux ils n'apportent pas grand-chose. Ils sont là pour appuyer encore l'image du beau mec ténébreux, mais c'est tout. Ils ne surprennent pas et n'ont pas d'intérêt en eux-mêmes. Alors que l'histoire de la peinture là, ça surprend, ça annonce un peu ton style qui perce derrière les poncifs.

Je te dis pas de faire n'importe quoi pour surprendre le lecteur à tout prix. Ton récit a le droit de garder une cohérence. Mais n'hésite pas à laisser percer ta personnalité derrière ; tu le fais déjà un peu, d'ailleurs. Dans telle situation, au lieu de penser "que se passerait-il ensuite dans le genre de romans que j'ai déjà lus", pense "qu'aurais-je fait moi-même si j'étais dans une telle situation ?" ou bien "quel sentiment essaie-je de faire passer ici ? Est-ce que je peux ajouter une image qui le ferait ressentir au lecteur ?". N'hésite pas à te libérer, même si au début ça ne marche pas, au moins tu prendras l'habitude de tenter des choses nouvelles.

En résumé : ton texte ne m'a pas intéressé des masses, vu qu'il reprend pas mal de situations déjà vues ailleurs, mais je pense qu'il y a vraiment du potentiel, donc continue, et surtout ne laisse jamais quelque critique que ce soit te dégoûter d'écrire. D'ailleurs ça s'applique aussi à tout ce que j'ai dit plus haut, si des choses te semblent inappropriées à ton propre cas ne les prend pas en compte, je ne suis pas infaillible. Et ne sois pas trop sévère avec toi-même, moi-même j'ai été sévère avec toi pour t'aider, mais tout le monde ou presque a commencé comme toi, avec des textes qui n'ont pas beaucoup d'âme (moi y compris, je peux te l'assurer !).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Commentaires de Le Pacte des Rebelles   Mer 9 Avr 2014 - 16:31

Alors,merci pour cette critique ( et aussi pour avoir corriger mes fautes);pour les histoires d'espace et autre,je vais essayer de prendre l'habitude.
" les diamants dans le tas de charbon " Oui,cette image me plaisait! Mais bon,je vais essayer de changer.
Alors,la forêt,en fait,au départ on croit que toute l'histoire se situe là-dedans,mais en réalité , la forêt est seulement une partie du gros truc qui est un tout petit peu plus compliqué(voir beaucoup...), et que je commence à expliquer dans des chapitres futurs. Mais au début, je sais que ça ne fait vraiment pas original.
"D'ailleurs, sa façon de me regarder, comme on regarde une peinture de débutant en se demandant à quel prix on pourrait la vendre, me gênait."Oui,elle est de moi,je me suis inspirée du regard d'un personnage de film...
Je vais essayer de suivre ce conseil(qu'aurais-je fait moi-même dans une telle situation... Bonne question...)!
Bon,ben il ne me reste plus qu'à suivre ces critiques pour corriger mon texte. Encore merci!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pacte des Rebelles (je me lance...)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pacte des Rebelles (je me lance...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Whitley, David] Le Pacte de Minuit
» Atalante, Tome 1 : Le pacte - Crisse et Besson
» [Paramount] Les Noces Rebelles - Revolutionnary Road
» Uniformes des Forces Armées du Pacte de Varsovie
» le pacte des yokai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Au coin du feu :: Archives fantastique/bit-lit-
Sauter vers: