Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mar 3 Fév 2015 - 10:05

Vous pouvez poster ici vos commentaires pour mon roman (Dystopie post-apo fantastique), si vous le souhaitez.

Le lien vers le texte (les différentes parties)


Merci Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mar 3 Fév 2015 - 17:40

Hello Smile

Même motif même punition (que pour Dr Weaver ^^) : je précise d’emblée mon incompétence notoire en matière de SF et de dystopie, même si j'aime beaucoup ce genre Very Happy
Volontairement, je ne lirai pas ton parti pris ; je pense que c'est plus intéressant pour moi en seconde lecture, et qu'un lecteur naïf t'éclairera davantage (enfin, ça marche surtout si tu as aussi des lecteurs au courant... bref, si tu préfères que je le lise, dis-le moi ^^)
En tout cas, ta quatrième de couv est bien réussie : elle est très accrocheuse et donne envie.

Par contre, avant de commencer :
Citation :
Voici un projet sur lequel je travaille en ce moment (depuis le 1er janvier 2015). J'ai environ 210 pages
affraid affraid affraid Tu as écris 210 pages depuis le 1er janvier ? J'ai le droit de m'évanouir, là ? ^^

Ce sont les deux forcenés qui me poursuivent, dans cette fournaise. => j'aurais enlevé la virgule

Quelques dizaines de mètres plus loin, deux autres ombres rejoignent leurs propriétaires qui s'agitent eux aussi. => je t'avoue avoir eu un peu de mal avec le sens de cette phrase, que je n'ai vraiment comprise que quelques lignes plus bas. En fait, je pense qu'au lieu de "plus loin", il faudrait préciser "en arrière/derrière moi", donner une meilleure idée du positionnement, parce que ça m'a quelque peu interloquée en tout cas

Derrière moi, deux individus, plutôt déterminés et tenant la distance, me talonnent => à part le fait qu'ils le talonnent, le début est plutôt redondant avec ce qui a déjà été dit

Leurs tenues sombres, ornées de plusieurs ceintures de cuir et décorées de bandes rouge sang, ne m'inspirent guère confiance. => Oh, j'aime déjà Very Happy

Je saute au-dessus des rebords, qui me barrent la route => j'enlèverais la virgule

Vu leur dégaine patibulaire, il est facile de comprendre qu’ils réduisent au silence celui qu'ils attrapent. => celui ou ceux ? Je trouve que le second passerait mieux

En m’approchant des dalles qui composent la paroi, je respire des odeurs putrides qui sont désagréables. => je pense que tu peux te dispenser de "qui sont désagréables" : putride, ça contient déjà l'idée ^^

J’ai les poumons qui souffrent de respirer cet air sec et chaud, de manière trop saccadée. Comme mes muscles ne me font pas souffrir => répétition de "souffrir"

Ce n'est pas tant le fait d'être neutralisé qui me pose problème => j'avoue que je ne vois pas trop en quoi il est neutralisé, là

Peut-être arriverai-je à me mélanger à ces gens, afin de me cacher, de n’être plus qu’une ombre dans cette obscurité, => je chipote sur l'image, mais comme il fait un soleil éclatant, visiblement, pourquoi "cette obscurité" ? ^^ On ne l'a pas vraiment vue

J'arrive à ce croisement convoité, mais les personnes que j'aperçois maintenant ne sont pas telles que je les imaginai tout à l'heure. => imaginais

Certains ont l'air si maigres qu'on pourrait croire qu'ils vont s'écrouler dès que le moindre coup de vent claquera dans l'atmosphère => j'enlèverais "dans l'atmosphère", je trouve ça de trop


Très sympa, dis-donc !
Niveau style, je n'ai rien à redire, c'est très bien écrit : fluide, clair, beau ; ça se laisse lire tout seul.
Au niveau du fond, j'ai un petit doute sur le début : personnellement, je l'imaginais courant dans un désert, du moins une étendue plane et vide. La mention du premier muret m'a surprise, mais je n'ai vraiment compris où il était que quand il parle de ruelles, etc. Est-ce que c'était voulu ? Comme le lecteur arrive en même temps qu'il semble reprendre conscience, et que le reste est volontairement flou (et bien fait ainsi), je me suis posée la question.

On a donc un pauvre type qui court sous le soleil, sans souvenirs, du moins pour l'instant puisque visiblement ça a l'air habituel comme situation. Il tente d'échapper à deux types qui ont l'air fort sympathiques, et essayant de les semer dans le dédalle d'une cité apparemment vide, si on excepte la rumeur de voix au loin.
Tout semble assez décrépi, à l'abandon, on retrouve bien le côté dystopie sombre, et ça se sent dès le début.
Finalement, les gens de la cité sont des esclaves fort mal en point au service d'un groupe dont les poursuivants font partie ; et apparemment, notre héros vient de se faire capturer par eux. Et il se souvient de quelque chose au moment de s'évanouir : un visage qui vient de se pencher sur lui ? Un souvenir ? Vu la description du visage par rapport à ceux des autres esclaves, je pencherai pour un flash-back, dont on aura peut-être la signification plus tard - à moins que ceci étant le prologue, la suite ne se révèle un énorme flash-back pendant un moment ? ^^

En tout cas, je dois avouer que j'aime beaucoup. C'est bien accrocheur, très agréable à suivre, et dans un type d'univers qui me plait.
Je suivrai le reste avec grand plaisir Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 4 Fév 2015 - 12:31

Merci beaucoup Morrigan pour ton commentaire Smile.

Merci aussi pour tes remarques et tes suggestions, je vais corriger tout ça très rapidement ^^.


Morrigan a écrit:

Même motif même punition (que pour Dr Weaver ^^) : je précise d’emblée mon incompétence notoire en matière de SF et de dystopie, même si j'aime beaucoup ce genre Very Happy
T'inquiètes, moi non plus, je ne suis pas un expert, même si j'adore la SF. Pour lire un roman ou apprécier une histoire de ce genre (dystopie fantastique), on n'a pas besoin d'avoir fait une école d'ingénieur ou d'avoir compris toutes les théories quantiques, au contraire je dirais même. Et puis, c'est plus un mélange des genres dystopie/fantastique Smile.

Citation :
Volontairement, je ne lirai pas ton parti pris
non, en fait je l'ai juste mis au cas où on se poserait des questions, mais bien entendu, pour une première lecture c'est mieux effectivement de ne pas le lire ^^.

Citation :
En tout cas, ta quatrième de couv est bien réussie : elle est très accrocheuse et donne envie.
super, justement je me demandai si elle donnait envie de lire le livre Smile.

Citation :
Par contre, avant de commencer :
Citation :
Voici un projet sur lequel je travaille en ce moment (depuis le 1er janvier 2015). J'ai environ 210 pages
affraid affraid affraid Tu as écris 210 pages depuis le 1er janvier ? J'ai le droit de m'évanouir, là ? ^^
ah non, mais attends, en fait ce n'est pas si énorme que ça ^^'. C'est moins qu'un nanowrimo pour certains. D'autant que j'aurai plutôt dû parler de nombre de mots plutôt que du nombre de pages (je compte en général 250 mots par pages, ce qui est une moyenne très basse ^^), ça correspond donc à environ 45 à 50000 mots. Mais les pages sont loin d'être terminées, c'est le premier jet et j'ai beaucoup de passages à jeter à la poubelle.

En fait, cette année, je me suis fixé l'objectif d'essayer d'écrire au moins 40 000 mots par mois, donc maintenant, faut que j'assure ^^. J'essaye de me consacrer cette année à l'écriture, donc 6 à 7 pages par jour, en travaillant dessus tous les jours (au moins 5 heures), ça reste raisonnable. Je précise que cette année, je ne fais que ça comme activité, donc ça aide aussi Wink.


Pour les remarques que je ne commente pas, je vais faire les corrections directement dans le texte (les virgules, fautes, répétitions et autres bricoles à modifier).

Citation :

Quelques dizaines de mètres plus loin, deux autres ombres rejoignent leurs propriétaires qui s'agitent eux aussi. => je t'avoue avoir eu un peu de mal avec le sens de cette phrase, que je n'ai vraiment comprise que quelques lignes plus bas. En fait, je pense qu'au lieu de "plus loin", il faudrait préciser "en arrière/derrière moi", donner une meilleure idée du positionnement, parce que ça m'a quelque peu interloquée en tout cas
Je vais retravailler cette phrase, c'est vrai qu'elle n'est pas très claire. L'idée était de suivre l'ombre du héro et de voir deux silhouette derrière lui (ses poursuivants).

Citation :
Derrière moi, deux individus, plutôt déterminés et tenant la distance, me talonnent => à part le fait qu'ils le talonnent, le début est plutôt redondant avec ce qui a déjà été dit
ok, je vais revoir ça aussi Wink

Citation :
Leurs tenues sombres, ornées de plusieurs ceintures de cuir et décorées de bandes rouge sang, ne m'inspirent guère confiance. => Oh, j'aime déjà Very Happy
::lol:

Citation :
Ce n'est pas tant le fait d'être neutralisé qui me pose problème => j'avoue que je ne vois pas trop en quoi il est neutralisé, là
En fait, c'était pour ne pas répéter "attraper", l'idée c'est qu'il a l'impression que ce n'est pas ce qui se passe à ce moment-là qui est important (le fait d'être attrapé par ex), mais il pense avoir quelque chose de plus important à faire.
 
Citation :
Peut-être arriverai-je à me mélanger à ces gens, afin de me cacher, de n’être plus qu’une ombre dans cette obscurité, => je chipote sur l'image, mais comme il fait un soleil éclatant, visiblement, pourquoi "cette obscurité" ? ^^ On ne l'a pas vraiment vue
C'était un peu l'idée : il espère se cacher au milieu de cette foule, en pensant que c'est un marché ou un truc du genre, pour ne plus être justement en plein soleil. C'était plutôt une sorte de métaphore, mais c'est vrai que ce n'est peut-être pas très compréhensible ^^. Je vais essayer de revoir ça.
 

Citation :
Certains ont l'air si maigres qu'on pourrait croire qu'ils vont s'écrouler dès que le moindre coup de vent claquera dans l'atmosphère => j'enlèverais "dans l'atmosphère", je trouve ça de trop
je suis d'accord avec toi Wink.
 
 
Citation :
Très sympa, dis-donc !
  Niveau style, je n'ai rien à redire, c'est très bien écrit : fluide, clair, beau ; ça se laisse lire tout seul.
Merci, ça me rassure, car je me posais justement des questions là-dessus. Je me demandais si ce n'était pas trop simpliste ou plat ^^.

 
Citation :
Au niveau du fond, j'ai un petit doute sur le début : personnellement, je l'imaginais courant dans un désert, du moins une étendue plane et vide. La mention du premier muret m'a surprise, mais je n'ai vraiment compris où il était que quand il parle de ruelles, etc. Est-ce que c'était voulu ?
c'est plus ou moins voulu effectivement. L'idée étant qu'on débarque dans un univers avec le héro et qu'on découvre le décor comme lui. Donc des éléments apparaissent au moment où il les voit. Au départ, il ne sait pas du tout où il est, puis il croise des murets, des parois, des murs : "ah je suis dans une espèce de ville ou de cité décrépie", et puis paf, il se rend compte qu'il est dans un lieu où il y a des gardes et des espèces d'esclaves. Du coup, "ben non, je ne suis pas dans une ville... Mais où je suis tombé ?" et paf le chien, on l'assomme, pas de bol ^^.

Citation :
Comme le lecteur arrive en même temps qu'il semble reprendre conscience, et que le reste est volontairement flou (et bien fait ainsi), je me suis posée la question.
oui, ce début était assez délicat, car effectivement, le héro émerge en même temps qu'il découvre ce qui l'entoure (tout comme le lecteur). Il est amnésique, en train de courir, c'était difficile de réussir à décrire le décor pendant qu'il se démène ^^. PAr la suite, ça se calme un peu, mais il va continuer à découvrir où il est tombé, et les questions qu'on se pose trouveront leurs réponses petit à petit Wink.
 
Citation :
On a donc un pauvre type qui court sous le soleil, sans souvenirs, du moins pour l'instant puisque visiblement ça a l'air habituel comme situation. Il tente d'échapper à deux types qui ont l'air fort sympathiques, et essayant de les semer dans le dédale d'une cité apparemment vide, si on excepte la rumeur de voix au loin.
  Tout semble assez décrépi, à l'abandon, on retrouve bien le côté dystopie sombre, et ça se sent dès le début.
  Finalement, les gens de la cité sont des esclaves fort mal en point au service d'un groupe dont les poursuivants font partie ; et apparemment, notre héros vient de se faire capturer par eux. Et il se souvient de quelque chose au moment de s'évanouir : un visage qui vient de se pencher sur lui ? Un souvenir ? Vu la description du visage par rapport à ceux des autres esclaves, je pencherai pour un flash-back, dont on aura peut-être la signification plus tard - à moins que ceci étant le prologue, la suite ne se révèle un énorme flash-back pendant un moment ? ^^
Bravo, c'est exactement ça, tu as tout compris (ouf ^^). Et tu as deviné juste:  c'est un flash-back, qu'on découvre immédiatement au chapitre suivant Wink
 
 
Citation :
En tout cas, je dois avouer que j'aime beaucoup. C'est bien accrocheur, très agréable à suivre, et dans un type d'univers qui me plait.
  Je suivrai le reste avec grand plaisir Smile
Et bien, ça me fait vraiment plaisir, d'autant que la suite est pas trop pourrie ::lol: . Donc, je suis ravi que ça te plaise.

Encore un grand merci Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 4 Fév 2015 - 14:00

Citation :
T'inquiètes, moi non plus, je ne suis pas un expert, même si j'adore la SF. Pour lire un roman ou apprécier une histoire de ce genre (dystopie fantastique), on n'a pas besoin d'avoir fait une école d'ingénieur ou d'avoir compris toutes les théories quantiques, au contraire je dirais même. Et puis, c'est plus un mélange des genres dystopie/fantastique
En majorité, oui. Mais autant en fantasy je suis à peu près capable de juger si ça peut paraître plausible, autant en SF, si on commence à faire des extrapolations, plus du tout. Donc comme je ne savais pas encore à quel genre ton texte se rattachait, je préférais prévenir ^^ Mais là ça va, je crois que je peux à peu près gérer Razz

Citation :
ah non, mais attends, en fait ce n'est pas si énorme que ça ^^'. C'est moins qu'un nanowrimo pour certains. D'autant que j'aurai plutôt dû parler de nombre de mots plutôt que du nombre de pages (je compte en général 250 mots par pages, ce qui est une moyenne très basse ^^), ça correspond donc à environ 45 à 50000 mots. Mais les pages sont loin d'être terminées, c'est le premier jet et j'ai beaucoup de passages à jeter à la poubelle.

En fait, cette année, je me suis fixé l'objectif d'essayer d'écrire au moins 40 000 mots par mois, donc maintenant, faut que j'assure ^^. J'essaye de me consacrer cette année à l'écriture, donc 6 à 7 pages par jour, en travaillant dessus tous les jours (au moins 5 heures), ça reste raisonnable. Je précise que cette année, je ne fais que ça comme activité, donc ça aide aussi
Non mais si, je vais m'évanouir ^^ Même 250 mots par page (c'est vrai que c'est peu... Même en interligne 1.5, je tourne à plus de 500), à un tel rythme, je reste admirative ! Bravo pour ta résolution, et d'arriver à la tenir Wink

Citation :
L'idée était de suivre l'ombre du héro et de voir deux silhouette derrière lui (ses poursuivants).
Je comprends, mais le souci, c'est qu'on ne sait pas dans quelle direction pointe son ombre (position du soleil, tout ça ^^), du coup, forcément, on ne sait pas vers où on la suit. Sinon l'idée est plutôt sympa, je trouve, avec la reprise de "s'agiter"

Citation :
En fait, c'était pour ne pas répéter "attraper", l'idée c'est qu'il a l'impression que ce n'est pas ce qui se passe à ce moment-là qui est important (le fait d'être attrapé par ex), mais il pense avoir quelque chose de plus important à faire.
"capturer" irait mieux, je trouve ; en fait, je pensais vraiment "neutraliser" sur le moment, et comme il est encore libre quand il le pense, le sens était étrange. Par contre, qu'il pense avoir quelque chose de plus important à faire était compréhensible

OK pour le début avec la découverte de la ville au fur et à mesure. Tant que c'est voulu, ça me va Smile
Je me doute que ça n'a pas dû être simple d'écrire ça, en effet, mais je trouve que tu t'en es plutôt bien sorti.

A tantôt pour une suite, alors Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 4 Fév 2015 - 16:14

Prologue

Citation :
Je ne sais pas ce que je fais ici, mais si je m'arrête de courir, je vais certainement mourir ! Alors, j'enchaîne les pas
Si le narrateur court, c’est plus des foulées que des pas.

Citation :
J'ignore tout de ces lieux suffocants et hostiles, dans lesquels je fuis. D'ailleurs, je ne me rappelle rien de mon passé. À chaque fois, cela se déroule suivant la même logique, la mémoire finit toujours par me revenir, il me faut juste un peu de temps. Tout ce dont je me souviens, c'est mon nom : Kay. Le reste est passé aux oubliettes, perdu dans les méandres de ma conscience.
Pour moi, ce passage est un peu embrouillé, d’un côté tu dis que le narrateur ne se souvient de rien, puis tu dis que la mémoire finit par lui revenir.

Citation :
Là-bas, derrière un petit mur se dessine une rue dans laquelle je pourrais me cacher.
Ah, j’avais pas compris, je pensais que ça se passait dans un désert. Mais apparemment, c’est un genre de ville.

Citation :
je respire des odeurs putrides qui sont désagréables
Pléonasme, si c’est putride, c’est forcément désagréable.

Citation :
J’ai les poumons qui souffrent de respirer cet air sec et chaud, de manière trop saccadée. Comme mes muscles ne me font pas souffrir
Souffrent/souffrir

Citation :
Une douleur effroyable s’empare de mon dos lorsque cet individu actionne son paralyseur
Vu que ton narrateur ne sait plus qui il est, où il est et ce qu’il fait là, ça me semble étrange qu’il soit capable de reconnaître un paralyseur sans le voir.

Alors, au niveau du style, c’est plutôt sympa, bien écrit, ça se lit sans problème. Pas de fautes relevées pour ma part (mais je ne suis pas l’experte du forum en ce domaine).
Au niveau de l’histoire, j’ai eu un peu de mal au début, parce que je trouve qu’on ne ressentait pas l’émotion du narrateur (qui pourtant doit être totalement en panique), ni l’urgence de sa fuite. Comme je l’ai dit dans les commentaires, je n’avais pas du tout l’impression qu’il se trouvait dans une ville, mais plus celle qu’il cavalait dans un désert.
Ça s’arrange quand il commence à se cacher pour échapper à ses poursuivants, là, le décor est plus présent et mieux intégré, et j’ai mieux senti le trouble du narrateur et sa peur.

Pour l’ambiance, vu la fin, ça a un petit côté post apo, à voir si ça se confirme avec la suite de l’histoire. Le coup du personnage amnésique n’est pas hyper original, mais tu le vends assez bien, et la fin, avec la rencontre avec tous ces gens enchaînés, est suffisamment intrigante pour donner envie de lire la suite.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Jeu 5 Fév 2015 - 11:27

@SombreFeline : merci beaucoup pour tes remarques et ton message. Certaines fautes/répétitions sont déjà corrigées (souffrir, putrides), j'ai aussi supprimé le paralyseur en remplaçant par « arme », car effectivement, il ne peut pas savoir ce que c'est Wink.

Tu as raison pour le coup de l'amnésique, ce n'est pas là qu'il faut chercher l'originalité ^^. En fait, pour moi, les questions intéressantes étaient plutôt :
- Pourquoi est-il amnésique, qu'est-ce qui l'a mis dans cet état ?
- Comment va-t-il faire pour récupérer la mémoire et ses souvenirs (par quels procédés) ?
- Quel est son rôle dans ce monde ?



Pour tes autres remarques, tu as parfaitement raison et tu soulèves des questions que je me suis posées. Mais tu es trop pressée Smile. Tu voudrais avoir des réponses à des questions légitimes ou des paradoxes dont tu auras les réponses quelques chapitres plus loin ^^.

En fait, tu fais des suppositions, ce qui est normal, car j'ai volontairement omis des informations, notamment sur l'état dans lequel se trouve le héros, au tout début du prologue.
Tu supposes qu'il est dans un état où il peut paniquer et où il peut voir qu'il est dans une cité tout de suite, mais ce que tu ne sais pas, c'est que ce n'est pas le cas. Au début, il n'est pas tout à fait conscient de ce qui se passe, son esprit est en train d'émerger progressivement, notamment par les sens (chaleur, air, soleil), par le mouvement, etc.

J'avais le choix :
1) soit j'indiquais son état directement : il a la vue trouble, son esprit patauge encore dans le brouillard, en gros, il émerge. Auquel cas, tu peux faire des suppositions très vite : il est drogué, il dessaoule, il sort d'un caisson d'hibernation, il vient de manger un pâté de crabe hallucinogène, etc.
2) soit j'indiquais son état symboliquement, par exemple au travers d'un travelling de plus en plus précis du décor (désert > ville (rue, ruelle) > détails (mur moisi, câble, odeur des murs) > réalité : camp d'esclaves) et de ses émotions/sentiments/ressentis (plus il s'éveille, plus il se met à paniquer, car il se rend compte de cette réalité). Auquel cas, on ne peut plus faire de suppositions aussi facilement, car on ne connaît pas réellement l'état du héros au départ. Mais du coup, ça peut créer des paradoxes (temporaires), on peut aussi trouver qu'au début il ne panique pas assez, on ne sent pas l'urgence, etc, comme tu en as eu le sentiment.

J'ai choisi la deuxième solution, car je voulais faire monter progressivement la tension et créer des surprises : le lecteur découvre, comme le héros, le décor dans lequel il évolue, et c'est de plus en plus précis sans que l'on sache pourquoi. C'est pour cela qu'au départ, c'est vague et ça nous fait penser à un désert, puis ça se précise et on voit des rues, puis ça se précise encore car on s'approche des murs et des parois, jusqu'à voir la moisissure ^^.
J'ai essayé de me servir de la précision des descriptions pour pallier l'absence d'informations sur l'état du héros : plus le récit avance, plus c'est précis, car le héros se rend compte au fur et à mesure de la situation. Son état s'améliore, sa vue s'améliore, il comprend petit à petit où il est, il panique de plus en plus.
D'ailleurs, au moment, où on a compris la situation, tout s'arrête avec la décharge électrique qu'il reçoit, pour passer dans un autre état, celui de l'inconscience ou du rêve, où on va révéler au héros (et au lecteur) un souvenir.

J'aimais l'idée que le lecteur soit un peu perdu au début et que ça se précise petit à petit (le lecteur est comme le héros).
Avec tes remarques qui sont intéressantes, je revois un peu mon jugement : dois-je finalement ajouter des informations sur l'état dans lequel mon personnage se trouve dès le départ, quitte à perdre en surprise, en suspense ?

Je pourrais ajouter ce paragraphe après l'incipit :
« La vue encore brouillée, je peine à distinguer les formes qui m'entourent. Mon esprit vogue dans un brouillard qui se dissipe à chaque seconde. En attendant que je récupère pleinement mes facultés, j'agis par automatisme. »
Du coup, ça explique pourquoi au départ il ne voit pas clairement qu'il est dans une ville, ni pourquoi il ne panique pas complètement, etc. Mais ça donne aussi beaucoup d'indications sur ce qui s'est passé juste avant cette scène.

Maintenant, ce n'est pas non plus hyper précis, et peut-être qu'au final ça ne casse pas vraiment le suspense. Je trouve que d'un point de vue du récit, c'est moins bien de l'ajouter, mais c'est plus confortable pour le lecteur, c'est certain Wink.

Alors, votre avis ?

En tout cas, encore merci pour tes remarques, je pense que la suite du récit devrait répondre à tes interrogations Wink.


@Morrigan


J'ai corrigé le prologue en fonction des remarques que tu m'as faites (les fautes, virgules, etc.  + les changements de certaines phrases (en orange)).
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Ven 6 Fév 2015 - 15:19

Citation :
u supposes qu'il est dans un état où il peut paniquer et où il peut voir qu'il est dans une cité tout de suite, mais ce que tu ne sais pas, c'est que ce n'est pas le cas. Au début, il n'est pas tout à fait conscient de ce qui se passe, son esprit est en train d'émerger progressivement, notamment par les sens (chaleur, air, soleil), par le mouvement, etc.
Ah ben je ne l'ai pas ressenti à la lecture, pour le coup...
Je comprends tout à fait ce que tu as voulu exprimer par cette construction, mais pour moi, ça n'a pas fonctionné. ça vaudrait le coup d'avoir d'autres retour sur le prologue, du coup, pour voir si je suis la seule à bloquer sur cet aspect.

Citation :
J'aimais l'idée que le lecteur soit un peu perdu au début et que ça se précise petit à petit
Une idée louable et originale, bien qu'un peu dangereuse à mon avis.


_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Ven 6 Fév 2015 - 18:08

sombrefeline a écrit:
Ah ben je ne l'ai pas ressenti à la lecture, pour le coup...
Tu ne pouvais pas, car je n'ai indiqué sur l'état initial du personnage ^^, je l'ai juste suggéré (avec la précision du décor qui s'affine), mais c'est difficile à interpréter.


Si je rajoute cette phrase au début (juste après l'incipit), ce serait plus compréhensible ?
Spoiler:
 



Citation :
Une idée louable et originale, bien qu'un peu dangereuse à mon avis.
oui, très dangereux même puisque le risque est qu'on ne comprenne pas forcément la scène tout de suite ^^.
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Ven 6 Fév 2015 - 18:30

Citation :
a vue encore brouillée, je peine à distinguer les formes qui m'entourent. Mon esprit vogue dans un brouillard qui se dissipe à chaque seconde. En attendant que je récupère pleinement mes facultés, j'agis par automatisme
Oui, je pense que ça pourrait clarifier les choses.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Sam 7 Fév 2015 - 13:41

Concernant les modifs du prologue : impec Wink

Chapitre 1

La jeune fille est élancée. Ses beaux yeux verts => espace en trop avant "Ses"

Ils vont finir par s’apercevoir qu’on est parti. => "partis" si je ne m'abuse

Cette jeune fille a revêtu une salopette un peu grande pour elle et un tee-shirt de lin tressé. => je pense qu'un "Elle porte une salopette" irait mieux, je trouve la formulation très guindée pour le contexte

Je ne sais pas où nous allons, ni pourquoi nous nous cavalons de la sorte. => un "nous" en trop

Ses cheveux blonds simplement lâchés, où quelques tresses de couleur s'échappent, recouvrent ses frêles épaules. => j'aurais mis "d'où" plutôt


Roh ben non, moi aussi j'veux savoir ce que c'est Razz

L'écriture est toujours aussi impeccable, mais du coup, ça me pose un peu souci ici. Le gamin est censé avoir 8 ans, et pourtant, on a une narration très adulte, assez détachée. Je sais que c'est un flash-back, mais j'aurais dit que soit tu y vas à fond et on a droit à un petit garçon, soit il faut que ça se sente davantage qu'on assiste à la scène via le souvenir de Kay : une sorte de spectacle captif, en somme. Là on reste trop dans l'entre deux, et l'effet n'est pas terrible pour moi.

Sur le fond, le passage introduit plutôt bien une partie de l'univers, on commence à voir dans quelles conditions il a grandi (des saaaaangles ! Moi aussi j'veux des sangles ! C'est trop claaaasse !^^). Ici, pas (encore ?) de notions de menace, comme on l'attend souvent en dystopie, mais bon, c'est aussi souvent dans les communautés "naïves" que commencent les emmerdes :p

Au début, j'ai eu l'impression que la sortie est "programmée" par les villageois, que c'est une sorte d'activité d'école, finalement. Et pourtant, ils sont sortis en douce ?

En tout cas, "l'être des creux" est bien intrigant, j'ai hâte de savoir ce que c'est Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Sam 7 Fév 2015 - 19:04

Merci beaucoup Morrigan pour tes corrections et tes commentaires qui me sont très utiles Wink


Citation :
Là on reste trop dans l'entre deux, et l'effet n'est pas terrible pour moi.
tu as raison. Au départ, j'avais écrit le texte comme un enfant de huit ans. Mais ça me posait deux soucis :
- le livre étant plutôt pour les jeunes adultes et les adultes, je trouvais que ça faisait trop jeunesse un passage comme ça
- ensuite et surtout, ce n'est pas un flash-back classique, mais plutôt un souvenir qui revient à Kay et qu'il revit donc avec sa conscience d'adulte. Mais je ne sais pas trop ce que je dois modifier pour donner cet aspect-là (que tu appelles spectacle captif). Si tu as des idées ou des pistes, n'hésites pas Wink.


Citation :
Ici, pas (encore ?) de notions de menace, comme on l'attend souvent en dystopie, mais bon, c'est aussi souvent dans les communautés "naïves" que commencent les emmerdes
En fait, sans spoiler, il y a déjà des menaces (dans le monde  et même dans cette forêt), mais à cet âge-là, on n'en a pas vraiment conscience ^^ (pas du tout, je dirais même). En plus, je voulais ajouter un contraste fort par rapport au prologue qui est le présent (très dystopie adulte et sombre) et ce passage (presque jeunesse ou fantasy light), d'où le contraste aussi du décor (camp désertique-chaleur/forêt fraîche)


Citation :
Au début, j'ai eu l'impression que la sortie est "programmée" par les villageois, que c'est une sorte d'activité d'école, finalement. Et pourtant, ils sont sortis en douce ?
en fait, ce sont des gamins habitués à la forêt (car leur village est juste à côté). Comme tous les gamins de leurs âges (et même plus vieux), ils font des trucs interdits par les vieux ^^. Tu trouves que je devrais insister sur ça (le fait qu'aller dans la forêt ne soit pas vraiment autorisé pour des enfants seuls par exemple) ?

En fait, je n'ai pas encore décrit le monde, mais ce n'est plus le même que nous. L'idée c'était aussi de décrire l'inconscience (naïveté) des enfants. Comme si Kay se remettait à grandir avec ses souvenirs : il va réapprendre dans quel monde il vit, quels sont les dangers, etc...


Citation :
En tout cas, "l'être des creux" est bien intrigant, j'ai hâte de savoir ce que c'est
en fait, ce n'est pas vraiment important un être des creux ^^, mais c'est surtout pour montrer l'inconscience des enfants qui trouvent un truc qui est censé faire peur et qui veulent tous voir ce que c'est ^^. ah ces gamins Smile.
On apprendra un peu plus tard ce que c'est que cet être des creux, dans d'autres chapitres.

En tout cas encore merci pour ton commentaire Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Sam 7 Fév 2015 - 19:30

Citation :
le livre étant plutôt pour les jeunes adultes et les adultes, je trouvais que ça faisait trop jeunesse un passage comme ça
Là, je dirais que ça dépend de la longueur du passage : si c'est assez court, ça peut tout à fait passer étant donné que c'est justifié par le contexte. Si c'est long, effectivement, il vaut mieux rester dans une vision plus adulte.

Alors des pistes de ce côté-là : peut-être impliquer davantage le Kay présent, comme s'il voyait un film et pouvait le commenter : des petites réflexions, des références au futur et à son moi présent, le faire se regarder en tant qu'enfant peut-être, qu'il se rende compte qu'il est effectivement détaché et qu'il revit la scène pour la seconde fois.
Voilà, je pense surtout à des marques que le narrateur adulte est présent en même temps que l'enfant.

Citation :
En fait, sans spoiler, il y a déjà des menaces (dans le monde et même dans cette forêt), mais à cet âge-là, on n'en a pas vraiment conscience ^^
Oh, je me doute bien, ne t'en fais pas ^^ Le contraste est bien marqué, en effet, entre l'état d'esprit des protagonistes et l'environnement.

Citation :
Tu trouves que je devrais insister sur ça (le fait qu'aller dans la forêt ne soit pas vraiment autorisé pour des enfants seuls par exemple) ?
Pas nécessairement insister, je ne crois pas que ce serait spécialement intéressant, mais juste clarifier la notion.
Enfin, moi j'ai eu un doute : à voir si c'est aussi le cas pour d'autres lecteurs.

Bon, je patienterai pour ces fameux êtres ^^
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 11 Fév 2015 - 11:16

Chapitre 1

Citation :
élancée. Ses
Espace en trop

Citation :
Elle a presque mon âge, huit ou neuf ans, je crois. Cette jeune fille
Le terme « jeune fille » me semble étrange pour quelqu’un qui n’a que neuf ans.

Citation :
cherche d’où provient le son qu’elle vient d’entendre. Perdu dans mes pensées, je n’ai pas fait attention à cet avertissement sonore. En la voyant se lever, j’entends à mon tour Shane nous appeler.
— Venez voir ! hurle-t-il. J’en ai trouvé un !
Petite répétition provient/vient/venez.

Alors, deux choses m’ont un peu gênée pour ce chapitre
— Le raccord avec le chapitre précédent.
Je peux me tromper, mais il m’avait semblé à qu’à la fin du prologue, ton narrateur était toujours amnésique et avait un flash où il revoyait le visage de Lise. Hors là, j’ai eu l’impression qu’il avait retrouvé totalement ses souvenirs et qu’il racontait son passé.
— La maturité de la narration.
Au début, j’ai pensé que le narrateur avait 15/16 ans (vu qu’en plus, tu parles de « jeune fille), or apparemment, il a huit ans. J’ai trouvé la narration un peu trop élaborée pour quelqu’un d’aussi jeune.

Autrement, j’ai bien aimé ce passage. Les descriptions sont assez vivantes, sans être lourdes. J’ai bien aimé la manière de présenter le côté post-apo de l’univers via les habits rapiécés et des enfants et leurs activités de cueillettes dans la forêt.

La fin est intrigante, qu’ont-ils trouvé là dans la forêt, et pourquoi Lise protège-t-elle le narrateur en l’empêchant de regarder ?


Chapitre 2

Citation :
qu’elle écrase désormais de toutes ces forces
j’aurais dit « de toutes ses forces ».

Citation :
La douleur est oppressante, mais demeure supportable pour le moment.
Vu la description détaillée que tu donnes, j’avais au contraire l’impression que la douleur était insoutenable.

Citation :
Ça doit être dû à cette décharge électrique que j'ai reçue il y a peu de temps.
Chipotage, mais comment il sait que c’est « peu de temps » ?

Citation :
Le rêve que je viens de revivre est un souvenir remonté de mon passé.
Ok, ça clarifie la transition du chapitre 1

Citation :
Je me rappelle maintenant que c’est toujours ainsi que cela se déroule : tout d’abord, je n’ai presque plus aucun souvenir, puis progressivement, tout me revient en mémoire. Je ne sais pas encore ce qui provoque la résurgence de mes souvenirs.
Là par contre, je suis un peu perdue. J’avais l’impression que dans le prologue, on suivait le narrateur alors qu’il ne se souvenait d’absolument rien. Pour moi, le chapitre 1 est la vision qu’il a quand il est mis hors circuit et le chapitre 2 suit chronologiquement le prologue. Et là, on a l’impression que ça fait un moment que plus de temps se sont passés, et qu’il a pris l’habitude de ces retours en arrière.

Citation :
Ses vêtements écharpés et en lambeaux sont couverts de poussières et de taches. Ce dernier me fixe avec ténacité comme s’il attendait une réaction de ma part.
J’ai un peu bloqué avec le « ce dernier », je pense que « il » passerait mieux dans le contexte.

Citation :
De longues bandes de tissus rouge sang
J’aurais mis « tissu » au singulier.

Citation :
des sentiments d'une profonde affection
ça fait un peu redondant, je trouve.

Citation :
L'un de mes colocataires
Le terme me fait bizarre.

Citation :
Je fais une mine répugnée
Un peu de mal avec cette formulation.

Citation :
aux collets et aux manches pourpres
j’aurais mis « collet » au singulier.

Mis à part les quelques soucis que j’ai eu au niveau de la chronologie et des retours en arrière, le passage se lit bien.
Comme pour le chapitre précédent, l’ambiance est bien plantée, glauque à souhait. C’est marrant, mais ça fait vraiment un contraste entre l’atmosphère fraîche de la forêt, et l’ambiance poisseuse et brûlante de ce passage.
On imagine tout à fait les prisonniers terrorisés et les gardes sadiques. Au niveau du procès, j’émettrais juste une suggestion : je trouve que ça manque un peu de panique de la part de Kay, je trouve qu’il balance un peu trop facilement le « je suis un insoumis » (alors que franchement, dès le départ ça avait pas l’air d’être une bonne idée).




_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 11 Fév 2015 - 13:51

Chapitre 2 :

puis s’est diffusée sur l’arrière de mon crâne pour rejoindre mon front qu’elle écrase désormais de toutes ces forces. => ses forces

Le rêve que je viens de revivre est un souvenir remonté de mon passé. => "est une réminiscence" ? pour éviter la répétition de "souvenir", qui revient 4 fois en quatre lignes

Je ne sais pas encore ce qui provoque la résurgence de mes souvenirs. => du coup "cette résurgence" ?

Suffit-il d'une odeur ou d'un bruit pour faire remonter à la surface un souvenir enfoui ? / Ici, dans cette obscurité pesante, les odeurs de renfermé => répétition de "odeur"

qui apporte un souffle aussi chaud que l’air environnant. / aucune climatisation ne viennent rafraîchir cet air infernal => répétition de "air"

Le col de sa veste remonte jusqu'à son menton, débordant de poils drus et noirs. => c'est le menton ou col qui déborde de poils ? J'ai un doute avec cette formulation

autant de détails me reviennent et m'apaisent. / Hélas, aucun nouveau souvenir ne me revient => répétition de "revenir"

À cela viennent s'ajouter mon absence de souvenirs, et la douleur qui, provoquée par ma capture précédemment, => j'aurais mis "précédente" plutôt. et "la souffrance", pour éviter de répéter "douleur" à la fin du paragraphe ?

Au bout de quelques mètres, nous prenons par une bifurcation => le "par" me semble étrange, je l'enlèverais

Je fais une mine répugnée => "J'affiche" ?

Où va-t-on, que vont-ils faire de nous ? => le type a déjà dit qu'il ne savait pas où ils allaient ; il pourrait se contenter de demander ce qu'ils vont faire d'eux ?


Au début, j'ai eu un peu de mal à savoir comment c'était foutu : on a le garde qui le réveille, le secoue, mais on ne sait pas avant plusieurs paragraphes qu'apparemment, il est en cellule, et que le garde est à l'extérieur de la prison.
J'ai cru qu'on le faisait marcher pour l'amener quelque part peut-être, ou qu'en tout cas, le garde était proche vu qu'il le malmène. Pour moi, il faudrait clarifier ça un peu au début, quelques mots, avant de passer à tout l'examen (endroit, souvenirs, etc.)

Sur la fin, par contre, je m'étonne un peu : on lui dit qu'ils traitent comme ça tous ceux qui ne sont pas d'accords avec eux, et visiblement, ce sont loin d'être des tendres... Le prisonnier lui dit d'affirmer qu'il est un insoumis, c'est-à-dire quelqu'un qui n'est pas d'accord avec eux. Pas besoin de connaître le contexte en profondeur pour saisir ça.
Alors dans un procès où il veut prouver son innocence, il affirme lui-même être un insoumis ! Ça me paraît aller à l'encontre totale de sa pensée précédente. Le type est terrifié, il a recouvré sa lucidité, il veut s'en sortir : et il avoue faire partie de ceux qu'on emprisonne.
Perso, je trouve ça très bizarre et pas logique.
Avant d'avoir la dernière phrase, je me disais que le jugement, à la limite, ça pouvait une épreuve du genre "lâché dans le désert sans eau ni nourriture" : ça équivaut à une condamnation, mais il y a toujours une chance pour qu'il s'en sorte. Mais visiblement non. Du coup, je suis vraiment étonnée par son attitude (même si je suis d'accord que ça, il ne pouvait pas le savoir, mais bon, il aurait pu se douter que c'était un truc dans le genre...)

Sinon, au niveau de l'ambiance c'est plutôt pas mal, on voit bien la prison surchauffée, sombre, pleine de pauvres gars désespérés et de gardes sadiques. Heureusement qu'il y a toujours quelqu'un pour vous expliquer les bases de la situation dans laquelle vous vous trouvez ^^
L'introspection n'est pas trop longue ni lourde, elle est bien introduite et fait la transition avec le reste. Tu pourrais peut-être appuyer encore un peu sur ses émotions, notamment sa peur : il nous le dit, mais ça pourrait se voir/ressentir encore plus.
Je me demande comment il va s'en sortir du coup !
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 11 Fév 2015 - 15:52

@Morrigan :
merci beaucoup pour tes remarques.

Pour le Chapitre 1, j'ai ajouté un paragraphe au tout début, qu'en penses-tu (en rouge)? Crois-tu que cela aiderait à comprendre pourquoi cette narration est adulte alors que c'est censé être un enfant qui vit cette scène ?

Citation :
juste clarifier la notion (interdit aux enfants de sortir du village
j'ai ajouté deux informations, expliquant dans le dialogue de Lise que c'est interdit de se balader seul en forêt. Je pense que ça devrait faciliter la compréhension Wink.



Pour le chapitre 2 : j'ai modifié le texte en fonction de tes remarques, merci Wink.

Citation :
Pour moi, il faudrait clarifier ça un peu au début, quelques mots, avant de passer à tout l'examen (endroit, souvenirs, etc.)
J'ai ajouté une phrase qui clarifie tout ça Wink.

Citation :
Sur la fin, par contre, je m'étonne un peu : on lui dit qu'ils traitent comme ça tous ceux qui ne sont pas d'accords avec eux, et visiblement, ce sont loin d'être des tendres... Le prisonnier lui dit d'affirmer qu'il est un insoumis, c'est-à-dire quelqu'un qui n'est pas d'accord avec eux. Pas besoin de connaître le contexte en profondeur pour saisir ça.
Alors dans un procès où il veut prouver son innocence, il affirme lui-même être un insoumis ! Ça me paraît aller à l'encontre totale de sa pensée précédente. Le type est terrifié, il a recouvré sa lucidité, il veut s'en sortir : et il avoue faire partie de ceux qu'on emprisonne.
Perso, je trouve ça très bizarre et pas logique.
c'est vrai, du coup, j'ai modifié la fin, pour expliquer qu'en fait, il fait un peu confiance (aveuglément) au gars qui lui a donné un conseil illogique ^^.


Citation :
Heureusement qu'il y a toujours quelqu'un pour vous expliquer les bases de la situation dans laquelle vous vous trouvez ^^
comme dirait Barney : attends la suite Wink

Citation :
Tu pourrais peut-être appuyer encore un peu sur ses émotions, notamment sa peur : il nous le dit, mais ça pourrait se voir/ressentir encore plus.
se voir d'un point de physique, tu veux dire ? (parce qu'il y a déjà la sueur, les palpitations, etc...)

Citation :
Je me demande comment il va s'en sortir du coup !
mais il ne s'en sort pas  ::lol:
non, je rigole ^^



@SombreFeline :
merci pour tes remarques qui vont m'être très utiles.

J'ai corrigé les répétitions, fautes, etc en fonction de tes remarques car je les trouvais justifiées Wink

Citation :
Alors, deux choses m’ont un peu gênée pour ce chapitre
— Le raccord avec le chapitre précédent.
Je peux me tromper, mais il m’avait semblé qu’à la fin du prologue, ton narrateur était toujours amnésique et avait un flash où il revoyait le visage de Lise. Hors là, j’ai eu l’impression qu’il avait retrouvé totalement ses souvenirs et qu’il racontait son passé.
c'est un peu ce qui se produit. En fait, il revit un souvenir en direct en quelques sortes. J'ai ajouté un paragraphe qui explique ça de manière plus précise. Ça me semblait évident, mais il faut éviter les ellipses parfois, car le lecteur n'étant pas dans ma tête, il ne sait pas forcément ce que je sais ^^.
ça fonctionne mieux avec cet ajout (en rouge, au début du chapitre 1) ?


Citation :
— La maturité de la narration.
Au début, j’ai pensé que le narrateur avait 15/16 ans (vu qu’en plus, tu parles de « jeune fille), or apparemment, il a huit ans. J’ai trouvé la narration un peu trop élaborée pour quelqu’un d’aussi jeune.
c'est vrai que c'était un de mes soucis. Mais je pense qu'avec l'ajout que j'ai mis (en rouge, au début du chapitre 1), ça devrait être plus logique maintenant Wink.

Citation :
Chipotage, mais comment il sait que c’est « peu de temps » ?
comme il sent encore cette douleur liée à sa décharge, il imagine (à raison) que c'était il y a quelques minutes.

Citation :
Vu la description détaillée que tu donnes, j’avais au contraire l’impression que la douleur était insoutenable.
en fait, la douleur est importante, c'est pour ça que je la décris longuement. Elle n'est pas forcément insoutenable (pour lui ^^), mais elle est très présente pendant un bon quart d'heure environ.


Citation :
Citation :
Je me rappelle maintenant que c’est toujours ainsi que cela se déroule : tout d’abord, je n’ai presque plus aucun souvenir, puis progressivement, tout me revient en mémoire. Je ne sais pas encore ce qui provoque la résurgence de mes souvenirs.
Là par contre, je suis un peu perdue. J’avais l’impression que dans le prologue, on suivait le narrateur alors qu’il ne se souvenait d’absolument rien. Pour moi, le chapitre 1 est la vision qu’il a quand il est mis hors circuit et le chapitre 2 suit chronologiquement le prologue. Et là, on a l’impression que ça fait un moment que plus de temps se sont passés, et qu’il a pris l’habitude de ces retours en arrière.
oui, tu as raison sur la chronologie. Peut -être que cette révélation qu'il se fait à lui-même est trop brutale. Je vais voir pour reformuler ça ou la mettre suite à un prochain souvenir Wink.

Citation :
L'un de mes colocataires
Citation :
Le terme me fait bizarre.
C'était un petite note d'humour ^^. J'ai changé par codétenu.

Citation :
C’est marrant, mais ça fait vraiment un contraste entre l’atmosphère fraîche de la forêt, et l’ambiance poisseuse et brûlante de ce passage.
c'est exactement le but recherché : le contraste entre le passé et le présent, dans tous les sens (température, son, odeur, dureté des tortionnaires/ enfants et activités, désert/forêt, etc...).
à la fin du souvenir, le coté "dur" du monde qui revient avec la découverte de l'être des creux.
Les souvenirs, c'est aussi pour faire une pause car un roman uniquement dans l'ambiance glauque du présent, ce serait lourd. J'ai utilisé des couleurs d'un régime épouvantable (les nazis- noir et rouge), donc je ne voulais pas que ça soit trop pesant tout du long du récit ^^. Du coup, les souvenirs dans la forêt, ça permet de respirer et de varier les décors. ça montre aussi qu'il y a deux mondes très distincts qui sont opposés jusque dans leur descriptions et leurs caractéristiques (les gardes ont des tenues qui ne sont pas rafistolées par exemple).

Citation :
La fin est intrigante, qu’ont-ils trouvé là dans la forêt, et pourquoi Lise protège-t-elle le narrateur en l’empêchant de regarder ?
on va apprendre pourquoi Lise le protège par la suite. Et ce que sont les êtres des creux, réellement, ça il va falloir attendre le chapitre 30 ^^. Quel siouspense Very Happy.
Cela dit, le fait qu'il ne voit pas de quoi il s'agit ça fait écho avec son reste d'amnésie : certaines choses lui sont encore inaccessibles.


Citation :
Au niveau du procès, j’émettrais juste une suggestion : je trouve que ça manque un peu de panique de la part de Kay,  
c'est vrai que Kay ne panique pas tellement. Mais c'est voulu aussi, par contre, tu devras attendre pour comprendre pourquoi (houla, que de suspense lol).

Citation :
je trouve qu’il balance un peu trop facilement le « je suis un insoumis » (alors que franchement, dès le départ ça avait pas l’air d’être une bonne idée).
c'est vrai qu'il balance ça vite, mais comme il ne se rappelle de rien, il fait confiance au gars qui a des cheveux couleur poivre. En fait, il se crée une relation de confiance immédiate avec mr Poivre ^^, tu sauras pourquoi plus tard (mais non, trop de suspense, là Very Happy).
En plus, je voulais montrer que le simulacre de procès était expéditif. Je me disais aussi que dans sa situation, si tu ne te rappelles de rien, tu fais un peu confiance aux gars qui sont dans la même situation que toi (enfin, Kay c'est ce qu'il fait)

Cela dit, j'ai modifié et ajouté quelques répliques pour montrer qu'il tâte le terrain avant de balancer qu'il est un insoumis ^^ (en rouge dan le chapitre 2).

En tout cas, encore merci pour vos remarques, ça m'est super utile Wink.
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 11 Fév 2015 - 16:34

Citation :
'est un peu ce qui se produit. En fait, il revit un souvenir en direct en quelques sortes. J'ai ajouté un paragraphe qui explique ça de manière plus précise. Ça me semblait évident, mais il faut éviter les ellipses parfois, car le lecteur n'étant pas dans ma tête, il ne sait pas forcément ce que je sais ^^.
ça fonctionne mieux avec cet ajout (en rouge, au début du chapitre 1) ?
Oui, c'est plus explicite du coup, et la transition est meilleure avec le prologue.


Citation :
on va apprendre pourquoi Lise le protège par la suite. Et ce que sont les êtres des creux, réellement, ça il va falloir attendre le chapitre 30 ^^.
Citation :
c'est vrai que Kay ne panique pas tellement. Mais c'est voulu aussi, par contre, tu devras attendre pour comprendre pourquoi (houla, que de suspense lol).
Citation :
En fait, il se crée une relation de confiance immédiate avec mr Poivre ^^, tu sauras pourquoi plus tard
Effectivement, que de suspense ^^. Attention tout de même à ne pas repousser trop de réponses aux questions que le lecteur se pose, sous peine de le larguer en route.


_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 11 Fév 2015 - 17:08

Tous les rajouts me paraissent bons, ils rendent le choix de Kay plus logique, et les explications sont claires.

Citation :
se voir d'un point de physique, tu veux dire ? (parce qu'il y a déjà la sueur, les palpitations, etc...)
Non, je n'ai pas été précise, pardon, mais je parlais de la fin, comme Sombrefeline, et du coup, avec le rajout c'est nickel comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Sam 14 Fév 2015 - 11:27

Chapitre 3

Citation :
. Au moins, j'aurai une mine relaxée lorsque la hache sectionnera mon cou
Chipotage, mais comment il sait qu’on va le décapiter à la hache ?

Citation :
m'explique le type aux cheveux poivres
J’ai un doute au niveau de l’accord. Je me demande si dans ce cas, ce n’est pas invariable.

Citation :
Les corps sans vie de mes camarades de fortune
J’aurais dit « camarades d’infortune ».

Citation :
les odeurs de rances
Je supprimerai le « de ».

Au niveau du début, ça manque un peu de réaction du narrateur, je n’ai pas vraiment ressenti son choc, l’horreur qui monte… Je pense aussi que tu pourrais un peu plus insister sur le décorum du procès, sur la manière dont les juges se comportent, pour bien marquer le côté absurde de tout ceci.

La suite passe mieux, j’ai eu un petit moment de doute au moment de l’exécution, parce que je craignais qu’on n’ait pas d’explication à ce sujet que Sharl se cantonne encore à ses réponses sybillines, mais la conversation dans la cellule permet d’éclairer ce qui s’est passé. On comprend un peu mieux les tenants et les aboutissants, et que les deux héros sont vraiment dans le caca. A voir comment ils vont réussir à s’en sortir. Vu ce que tu décris du camp où ils vont être envoyés, je penche pour une évasion.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Sam 14 Fév 2015 - 13:50

Merci beaucoup sombrefeline pour tes remarques, je vais corriger ça Wink

Citation :
mais comment il sait qu’on va le décapiter à la hache ?
En fait, il n'en sait rien, il suppose ^^. Vu que ce sont des barbares, la guillotine semble trop civilisée, une bonne vieille hache doit être leur outil de prédilection Very Happy.

Citation :
Au niveau du début, ça manque un peu de réaction du narrateur, je n’ai pas vraiment ressenti son choc, l’horreur qui monte…
j'ai hésité à insister sur son ressenti au début du chapitre 3.
Je pourrais ajouter quelques phrases là dessus. Mais en fait, tu vas te rendre compte qu'il ne panique pas très souvent dans ce récit, même lorsqu'on veut le tuer ^^. C'est comme s'il avait confiance en sa bonne étoile. Je ne peux pas spoiler, tu comprendras tout par la suite Wink
Il se sent comme extérieur à ce monde, il le découvre et n'est pas encore suffisamment ancré dedans pour être influencé profondément par ce qui lui arrive. Comme s'il se trouvait dans un rêve très réaliste.
Peut-être devrais-je insister un peu là dessus, sur le fait qu'il se sente "protégé" par exemple
ou qu'il ait l'impression qu'il va s'en sortir, qu'il ne peut pas mourir comme ça.



Citation :
Je pense aussi que tu pourrais un peu plus insister sur le décorum du procès, sur la manière dont les juges se comportent, pour bien marquer le côté absurde de tout ceci.
je vais voir si je peux ajouter quelques phrases sur ça aussi. Mais c'est assez délicat, car je voulais que ce procès ait l'air "réaliste" par rapport à un monde post-apo, avec juste quelques détails qui donnent le coté absurde, surtout à la fin du procès qui est à l'air d'une blague. J'imaginai un procès d'une dictature, ça pourrait ressembler au début à un vrai, mais la sentence serait en décalage total avec le reste.
Dans ce monde post-apo, les procès ne se font pas avec des avocats, etc.. Ce sont des simulacres de procès.

Citation :
A voir comment ils vont réussir à s’en sortir. Vu ce que tu décris du camp où ils vont être envoyés, je penche pour une évasion.
Tu auras bientôt la réponse au chapitre 5 et surtout 7 ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Morrigan
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8596
Localisation : entre la terre de Bretagne et la Scandinavie
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Lun 16 Fév 2015 - 16:52

Allez, chapitre 3 !

Une fois dehors, le vent me caresse le visage, comme pour me calmer avant qu'on me tranche la tête. => avant qu'on ne me ?

Au moins, j'aurai une mine relaxée lorsque la hache sectionnera mon cou. => je verrais bien des points de suspension pour appuyer sur l'ironie

Puis, toujours en grognant, le sinistre garde m'attache à nouveau aux chaînes et me ramène au groupe, qui a diminué. => Il est certes détaché de la chaine du groupe, mais il a toujours ses propres fers, non ? Du coup, il y a un petit souci dans la chronologie : il faut que le garde le ramène au groupe avant de le rattacher

Où sont donc passés les autres ? => étant donné qu'il avait plus ou moins lié connaissance avec le type aux cheveux poivre, je l'aurais bien vu identifier s'il est encore là ou pas, lui

En avançant, nos pas laissent des traces qui viennent creuser encore un peu plus le sillon qui déforme ce sol de terre sèche. => deux "qui" dans la phrase, perso, je ne suis pas fan. Pour alléger : "les traces de nos pas viennent creuser encore un peu plus le sillon qui déforme..." ?

des baraquements dégradés sont disposés en rang => par "dégradés" tu veux dire mal en point ou taggés ? ^^ Parce que perso, j'entends "taggé", j'aurais dit "délabrés" sinon

Monsieur poivre se retient de glousser. => alors là, j'ai un doute ^^ Normalement, on écrit "M." lorsque le nom suit. Donc j'aurais tendance à le faire ici, vu que c'est plus ou moins son nom pour l'instant...

Ça aurait pu être pire, répète le type derrière moi. => ils les auraient pendus, encore, je veux bien... la suffocation lente, c'est moins top que la décapitation. Ceci dit, pour peu que l'arme du bourreau soit pas terrible, qu'ils soient sadiques, que le mec sache pas y faire, il s'y reprend à plusieurs fois, et je crois qu'ils auraient nettement préféré être fusillés...
Bon, je comprends que c'est pour les quelques minutes de répit (et le fait qu'ils vont trouver un moyen de s'en sortir, mais ça, ils ne le savent pas ^^). Mais dire que la décapitation c'est mieux que la fusillade, mouais, je suis pas convaincue : les deux sont rapides et ne font pas trop souffrir (tout est relatif...)

dans une pièce funèbre d'où l'obscurité elle-même ne peut s'échapper. => espace en trop après "ne peut". J'aime beaucoup l'image, par ailleurs

Cette cellule ne comporte aucun meuble, ni objet. À l'évidence, nous n'allons pas y séjourner longtemps. => ben, d'un côté, vu le confort ambiant, il s'attend vraiment à ce qu'on leur file des lits même s'ils devaient loger là ?

nous devons bien être dans un endroit où l'on évite en général de passer des vacances. => je chipote grave : dans un monde dystopique, il sait ce que c'est des vacances ? Very Happy

Sharl me répond longuement, en observant les allers et venues des gardiens.
— Je te l'ai déjà dit, dans un camp de travail, enfin plus pour très longtemps
=> c'est répondre longuement, ça ? Ou c'est "longuement par rapport à d'habitude" ? (encore qu'il ne se faisait pas trop prier pour parler...)

Si ton « procès » s'est déroulé comme je le pense, tu as dû être condamné à la peine capitale, par décapitation, c'est ça ? => vous voulez dire, comme je vous l'ai annoncé tout à l'heure ? ^^

Toute personne qui sort du rang, qui remet en question leur ordre établi ou qui refuse de se soumettre à leur dictature est soit fusillée, soit tuée par un autre moyen => on aura l'explication à un moment de comment (pourquoi ?) ils décident d'un moyen ou d'un autre ?

Un peu comme Sombrefeline, j'aurais aimé plus de sentiments quant au jugement. Ta proposition d'accentuer plutôt le côté protégé et détaché me va aussi, du moment qu'elle explique un peu son absence de réaction.

Sinon, c'est plutôt sympa de continuer à découvrir cet univers avec Kay, de se demander nous aussi ce qu'il se passe, quelle est toute cette mascarade...
Je me demande pourquoi ils fusillent dans la cour mais décapitent ailleurs, par contre. Ça fait plus de sang, c'est plus compliqué pour la femme de ménage, après ? Razz

Quant au décorum du procès, c'est vrai que j'aurai quasiment vu un personnage de juge un peu taré, qui se montre parfois civilisé mais est tout aussi sauvage que les autres quoiqu'avec de l'humour et des répliques qui tuent (le personnage du Diacre, dans Waterworld, par exemple, ou le chef des méchants dans Absolom 2022), mais ça implique un perso avec pas mal de charisme et qui doit jouer un rôle plus tard ; alors si c'est pas prévu, c'est pas forcément une bonne idée, c'était juste pour dire ^^ (et puis j'adore ces deux films...)

Du coup, je me demande toujours comment ils vont s'en sortir ^^


Chapitre 4 :

Depuis deux ans, Bast, un autre gamin de onze ans de notre village, => depuis le chapitre précédant des souvenirs, on sait que c'est un gamin du village

Après l'avoir effleuré avec mes doigts, => j'aurais mis "de mes doigts" ou "effleuré" tout court. Et puis j'enlèverais "après", je trouve que ça alourdit un peu

À proximité d'une colline, nous entendons des craquements. Quelques branchages sont écrasés par les pas d'une entité qui nous suit. Shane est le plus alerte d'entre nous. Il a compris, bien avant moi, qu'un danger nous menace. => peut-être préciser en quoi le bruit de branchages écrasés est différent de si c'était un être humain ? Ou qu'ils savent qu'il n'y a personne dans le coin ? Parce que pour savoir que c'est un danger ou pas...

Ses cris, sa respiration se font de plus en plus pressants => première fois qu'on entend parler de ses cris

Qu'est-ce qu'il y a ? crié-je à Lise. Qui nous traque ? => pas besoin de répéter à qui, c'est dit au-dessus

Pas mal la transition avec le chapitre précédent !
J'ai cru que le souvenir était la suite directe de l'autre, mais quand l'explication arrive qu'on est deux ans plus tard, ça va, c'est clair.
Intéressant de voir qu'il navigue dans ses souvenirs de la sorte, en intégrant même un second à l'intérieur du premier. Ça doit vraiment être chamboulant d'être dans sa tête ^^
La course-poursuite est sympa (par contre, faudrait peut-être expliciter la taille de la racine sous laquelle il veut passer ; moi j'avais l'image des forêts de chez nous, et tu passes pas vraiment dessous... bon, un gosse en même temps, je ne saurais pas trop dire, mais j'avoue que j'ai un peu tiqué là-dessus). La nouvelle bêbête est intrigante, même si je trouve que sa présence reste encore un peu trop sommaire : on a les bruits de branche au début, des cris qui surgissent ensuite (mais sans être qualifiés), mais pas d'arbres qui s'agitent, de bruits de pas ; le gamin ne tente pas de se retourner pour voir ? C'est souvent un réflexe, tenter de comprendre ce qui te course pour savoir quoi faire (ou dire au contraire qu'il ne veut pas, qu'il fait confiance aux grands ?)

Quelques détails qui manquent encore à mon sens, mais sinon les rapports entre les enfants font vrais, leur donnent un côté intéressant et sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
https://roxannetardel.wordpress.com/
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Mer 18 Fév 2015 - 11:11

Chapitre 4

Citation :
— Tu n'aurais pas dû la regarder et sûrement pas la toucher, maugrée Lise énervée. Il ne faut pas toujours faire ce que te demande Bast. Tu sais bien que c'est un inconscient, il nous entraîne souvent dans des situations dont les conséquences lui importent peu.
Je sais qu’elle est plutôt mature pour son âge, mais la réplique me semble un peu élaborée pour une fillette, surtout la dernière phrase.

Citation :
. Le garçon tient un sac en bandoulière rempli de champignons et de fruits colorés qui sentent délicieusement bon. Dans une main, le fruit qu'il déguste coule, et quelques gouttes glissent sur les feuilles d'un anacardier
Chipotage, mais s’il est capable d’identifier un anacardier, il devrait savoir quels sont les fruits que l’autre a ramené.

Citation :
dont le coloris suspect est renforcé par l'odeur âcre qui s'en dégage.
J’aurais mis « coloris » au féminin.

J’ai bien aimé l’ambiance de la forêt dans ce passage, tu rends plutôt bien le côté inquiétant. J’aime bien aussi la manière de faire comprendre au lecteur les conséquences du cataclysme, avec les flaques de couleur bizarre, les fruits…

Je trouve que le flashback dans le flashback est plutôt bien amené, c’est intriguant, on se demande qui est Oscar, pourquoi il soigne Kay et comment ce dernier s’est blessé à la jambe.

Par contre, deux choses m’ont dérangée :

— Pour moi, la relation entre Lise et Kay collerait plus pour de jeunes adolescents (12/13 ans) que pour des gamins de 8/9 ans. C’est beaucoup trop mature pour moi, et Kay beaucoup trop sûr de ses sentiments amoureux. Pour moi (mais c’est juste mon avis de lectrice), ça ne fonctionne pas.

— L’arrivée du Horde Gueux. Je trouve que tu ne fais pas assez monter la tension. Ils sont en train de marcher et pouf, un truc leur tombe dessus. Du coup, l’arrivée tombe un peu à plat, alors que tu pourrais plus faire monter l’angoisse, notamment en décrivant les différents bruits, les réactions des personnages…

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Jeu 19 Fév 2015 - 11:19

Morrigan

Merci pour tes remarques, j'ai corrigé tout ça Wink.

Morrigan a écrit:
Une fois dehors, le vent me caresse le visage, comme pour me calmer avant qu'on me tranche la tête. => avant qu'on ne me ?
c'est facultatif, le "ne", ici. Donc, j'hésite ^^.

Citation :
Où sont donc passés les autres ? => étant donné qu'il avait plus ou moins lié connaissance avec le type aux cheveux poivre, je l'aurais bien vu identifier s'il est encore là ou pas, lui.
j'ai ajouté un phrase pour montrer qu'il est content que mister poivre soit encore en vie Wink.

Citation :
Monsieur poivre se retient de glousser. => alors là, j'ai un doute ^^ Normalement, on écrit "M." lorsque le nom suit. Donc j'aurais tendance à le faire ici, vu que c'est plus ou moins son nom pour l'instant...
Moi aussi, j'ai un doute. J'ai utilisé "Monsieur" car ne connaissant pas son nom, ce "Monsieur" fait un peu office de prénom pour lui ^^.

Citation :
Mais dire que la décapitation c'est mieux que la fusillade, mouais, je suis pas convaincue : les deux sont rapides et ne font pas trop souffrir (tout est relatif...)
En fait, cette remarque qu'a Sharl, c'est surtout car ils sont toujours en vie. Ce n'est pas pour comparer les deux types d'exécutions. Pour lui, ça aurait été pire de mourir tout de suite, là ils sont toujours vivants. Et tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir Smile.
J'ai ajouté une phrase en rouge pour expliquer qu'il est surtout content d'être encore en vie.

Citation :
Cette cellule ne comporte aucun meuble, ni objet. À l'évidence, nous n'allons pas y séjourner longtemps. => ben, d'un côté, vu le confort ambiant, il s'attend vraiment à ce qu'on leur file des lits même s'ils devaient loger là ?
ben oui Very Happy. En fait, la référence de ce camps, ce sont les camps de travail nazi, dans lesquels ils avaient des espèce de trucs en bois en guise de lit. Dans mon récit, les esclaves de ce camps peuvent y séjourner plusieurs semaines/mois/années en fait.

Citation :
 nous devons bien être dans un endroit où l'on évite en général de passer des vacances. => je chipote grave : dans un monde dystopique, il sait ce que c'est des vacances ? Very Happy
Non, tu as entièrement raison. Je vais modifier ça. Je voulais ajouter de l'ironie, mais il va falloir que je trouve autre chose ^^.

Citation :
=> c'est répondre longuement, ça ? Ou c'est "longuement par rapport à d'habitude" ? (encore qu'il ne se faisait pas trop prier pour parler...)
non, c'est lentement que je voulais mettre, j'ai corrigé ^^.


Citation :
Toute personne qui sort du rang, qui remet en question leur ordre établi ou qui refuse de se soumettre à leur dictature est soit fusillée, soit tuée par un autre moyen => on aura l'explication à un moment de comment (pourquoi ?) ils décident d'un moyen ou d'un autre ?
On  connaîtra presque tout de la Régence et leur volonté, de ce qu'ils font et pourquoi, mais ce sera surtout vers la fin, lors de la phase d'explication (qui dure plusieurs chapitres) Wink.

Citation :
Un peu comme Sombrefeline, j'aurais aimé plus de sentiments quant au jugement. Ta proposition d'accentuer plutôt le côté protégé et détaché me va aussi, du moment qu'elle explique un peu son absence de réaction.
J'ai ajouté une petit explication qui explique pourquoi il n'est pas complètement paniqué Wink. Dites-moi si c'est mieux comme ça ou s'il manque encore quelque chose.


Citation :
Sinon, c'est plutôt sympa de continuer à découvrir cet univers avec Kay, de se demander nous aussi ce qu'il se passe, quelle est toute cette mascarade...
Je me demande pourquoi ils fusillent dans la cour mais décapitent ailleurs, par contre. Ça fait plus de sang, c'est plus compliqué pour la femme de ménage, après ? Razz
En fait, ils ne décapitent pas ailleurs (à part ceux qui sont déjà fusillés, c'est une mise en scène), ils se servent de ces prisonniers (les résistants) à d'autres fins. Tu comprendras aussi par la suite.

Citation :
Quant au décorum du procès, c'est vrai que j'aurai quasiment vu un personnage de juge un peu taré
En fait, j'ai hésité entre :
- faire un procès qui a l'air complètement bidon tout de suite, auquel cas, on s'attend à une sentence bidon, le mec ne va même pas tenter de se défendre
- et un début de procès qui a l'air un peu "normal", avec la fin qui part totalement en délire (comme c'est le cas actuellement), car ça ajoute une rupture surprenante lors de la sentence.
J'ai choisi au final la deuxième solution, ça permet au lecteur de croire que le héro va pouvoir se défendre et il découvre à la fin, avec le héro que c'était totalement perdu d'avance.

J'ai ajouté quelques phrases pour renforcer le coté absurde de la fin du procès. Dites-moi si vous trouvez que c'est mieux ainsi Wink.


Citation :
Du coup, je me demande toujours comment ils vont s'en sortir ^^
on le sait au chapitre 7 ^^.


Chapitre 4 :

Citation :
À proximité d'une colline, nous entendons des craquements. Quelques branchages sont écrasés par les pas d'une entité qui nous suit. Shane est le plus alerte d'entre nous. Il a compris, bien avant moi, qu'un danger nous menace. => peut-être préciser en quoi le bruit de branchages écrasés est différent de si c'était un être humain ? Ou qu'ils savent qu'il n'y a personne dans le coin ? Parce que pour savoir que c'est un danger ou pas...
J'ai ajouté un paragraphe (comme toi et sombrefeline vous me l'avez suggéré), dis-moi si ça te semble mieux ainsi ?


Citation :
Pas mal la transition avec le chapitre précédent !
En fait, il y a des transitions entre chaque chapitre Wink.
C'est pour montrer que le présent et son passé sont intimement liés.
Prologue-Chapitre 1 : fondu sur lise //  Chapitre 1 - 2 : Tu vas faire des cauchemars / réveille-toi // Chapitre 2 - 3 : là, c'est la suite directe  //  Chapitre 3 - 4 : évanoui / évanoui


Citation :
Intéressant de voir qu'il navigue dans ses souvenirs de la sorte, en intégrant même un second à l'intérieur du premier. Ça doit vraiment être chamboulant d'être dans sa tête ^^
Tu vas comprendre dans deux chapitres pourquoi il récupère sa mémoire et donc pourquoi il a eu un souvenir dans un autre souvenir Wink.


Citation :
La nouvelle bêbête est intrigante, même si je trouve que sa présence reste encore un peu trop sommaire : on a les bruits de branche au début, des cris qui surgissent ensuite (mais sans être qualifiés), mais pas d'arbres qui s'agitent, de bruits de pas ; le gamin ne tente pas de se retourner pour voir ? C'est souvent un réflexe, tenter de comprendre ce qui te course pour savoir quoi faire (ou dire au contraire qu'il ne veut pas, qu'il fait confiance aux grands ?)
J'ai ajouté plusieurs lignes, je pense que c'est mieux (grâce à toi et sombrefeline Wink).


Sombrefeline :
Citation :
Je sais qu’elle est plutôt mature pour son âge, mais la réplique me semble un peu élaborée pour une fillette, surtout la dernière phrase.
c'est changé.

Citation :
Chipotage, mais s’il est capable d’identifier un anacardier, il devrait savoir quels sont les fruits que l’autre a ramené.
En fait, il y a plein de variétés de fruits (je vais le préciser), donc il ne parle que de l'anacardier car c'est une plante dont j'adore le "fruit" (je mange des noix de cajou presque tous les jours). Cela dit, j'ai changé le fruit que mange Shane Wink.

 
Citation :
J’ai bien aimé l’ambiance de la forêt dans ce passage, tu rends plutôt bien le côté inquiétant. J’aime bien aussi la manière de faire comprendre au lecteur les conséquences du cataclysme, avec les flaques de couleur bizarre, les fruits…
Merci. Je voulais faire peser des dangers sur les gamins, montrer que le monde dans lequel ils vivent n'est pas une jolie forêt magique, mais un monde devenu dangereux jusque dans ces endroits. Ça permet aussi d'expliquer pourquoi ils sont un peu plus mûrs que leur âge.

Citation :
Je trouve que le flashback dans le flashback est plutôt bien amené, c’est intriguant, on se demande qui est Oscar, pourquoi il soigne Kay et comment ce dernier s’est blessé à la jambe.
Tu vas comprendre dans deux chapitres pourquoi il a eu ce flashback dans son souvenir (mais on ne saura pas encore ce qu'il signifie, juste pourquoi il récupère la mémoire).



Citation :
— Pour moi, la relation entre Lise et Kay collerait plus pour de jeunes adolescents (12/13 ans) que pour des gamins de 8/9 ans. C’est beaucoup trop mature pour moi, et Kay beaucoup trop sûr de ses sentiments amoureux. Pour moi (mais c’est juste mon avis de lectrice), ça ne fonctionne pas.
Je vais revoir un peu ça Wink.
Mais il ne faut pas oublier que leur monde est désormais très différent du nôtre : beaucoup plus dangereux, les gens meurent plus jeunes (maladie, conflit, catastrophes...), la survie est difficile, etc... On apprendra par la suite ce qui s'est passé et pourquoi c'est devenu comme, même si tu le sais déjà en fait ^^.
Le monde a été dévasté, les sociétés telles qu'on les connait n'existent plus, ce ne sont plus que des ruines. Et une grande partie de la population est retournée au temps du moyen-âge (d'un point de vue technologique), excepté pour la Régence. Évidemment, il arrive que des hommes des villages trouvent des objets "modernes", comme des armes, ou des appareils électriques. Certains villages ont même de l'électricité (grâce au recyclage de panneaux solaires par exemple).
Mais globalement, la vie est beaucoup plus précaire qu'aujourd'hui.
Ensuite, Kay a 10 ans (enfin, un peu plus) et Lise 11 ans. Shane lui, en a probablement presque douze.

Donc, je me suis dit que les enfants étaient plus vite mûrs, autonomes, dégourdis, etc... Etant donné qu'ils peuvent mourir très jeunes (et qu'ils ont connu des amis qui sont morts jeunes), ils murissent plus vite.
Kay est donc un peu plus mûr que son âge et Lise aussi. Cependant, je ne peux pas comparer avec les autres enfants, car c'est la même chose pour tous (sauf pour Bast qui est un peu stupide). Et je peux difficilement comparé avec des enfants de notre époque, car ça se passe dans le futur (près de deux siècles).

J'ai pris comme référence le moyen-âge, où les adolescents se mariaient très tôt (fiançailles à sept ans et mariage à partir de 12 ans... au secours ^^) car ils mourraient plus tôt. Les gens étaient donc "mûrs" un peu plus tôt qu'aujourd'hui, sur certains sujets (procréation, "travail", etc...). Quand tu sais qu'à 4 ans les enfants de fermiers aidaient leurs parents dans les champs, je te laisse imaginer pour le reste ^^.
Et puis, il ne faut non plus oublier que la maturité des personnes est liée à la société. Par exemple, au moyen-âge, l'homme même marié n'exprimait pas trop ses sentiments amoureux, car la passion c'était pas bien. Et le mariage n'était pas une preuve d'amour, c'était plus un accord entre les familles. Aujourd'hui, c'est très différent. Rien ne dit que dans 2 siècles, après un désastre post-apocalyptique, les gens pensent encore comme nous. Je pense que ce serait très différent. Obligé de se débrouiller, voyant des gens mourir tôt autour d'eux, voire certains de leurs amis, à cause de maladie (comme une pneumonie, ou une banale infection), je suis convaincu que les enfants devraient murir plus vite.
Après, leur maturité est aussi lié aux dangers quotidiens qu'ils rencontrent dans la forêt, aux histoires que leur raconte les adultes des villages dans lesquels ils vivent, etc...

Je vais essayer de revoir encore ça, mais je sais que vers 10 ans, dans un monde comme celui-là, on peut déjà se sentir très amoureux ^^.



Citation :
— L’arrivée du Horde Gueux. Je trouve que tu ne fais pas assez monter la tension. Ils sont en train de marcher et pouf, un truc leur tombe dessus. Du coup, l’arrivée tombe un peu à plat, alors que tu pourrais plus faire monter l’angoisse, notamment en décrivant les différents bruits, les réactions des personnages…
Merci de ta remarque, j'ai ajouté quelques lignes pour plus décrire les réactions de Shane et Lis, ainsi que les différents bruits, etc....
Et effectivement, c'est beaucoup  mieux Wink.

Encore merci pour vos remarques.
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Jeu 19 Fév 2015 - 11:23

Je comprends bien ce que tu veux dire au sujet des gamins, je conçois tout à fait qu'ils aient des sentiments plus tôt, mais pour moi, là où ça coince, c'est que ces sentiments font bien trop mâtures.

Je m'explique : quand les gamins sont amoureux, ils ont plus tendance à faire le toutou avec celui ou celle qu'ils aiment, à chercher son approbation, à se dire "il/elle est la plus forte". Pour moi, ils n'ont pas le recul nécessaire pour se dire "je suis amoureux de cette personne".
Là où c'est bien vu dans le texte, c'est le moment où Kay se dit qu'il se fiche de l'approbation de ses copains, si c'est pour déplaire à Lise. Là, on comprend qu'il est amoureux et c'est plus touchant que les moments où il dit clairement dans la narration qu'il a des sentiments pour elle.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Jeu 19 Fév 2015 - 11:48

sombrefeline a écrit:
Je comprends bien ce que tu veux dire au sujet des gamins, je conçois tout à fait qu'ils aient des sentiments plus tôt, mais pour moi, là où ça coince, c'est que ces sentiments font bien trop mâtures.

Je m'explique : quand les gamins sont amoureux, ils ont plus tendance à faire le toutou avec celui ou celle qu'ils aiment, à chercher son approbation, à se dire "il/elle est la plus forte". Pour moi, ils n'ont pas le recul nécessaire pour se dire "je suis amoureux de cette personne".
Là où c'est bien vu dans le texte, c'est le moment où Kay se dit qu'il se fiche de l'approbation de ses copains, si c'est pour déplaire à Lise. Là, on comprend qu'il est amoureux et c'est plus touchant que les moments où il dit clairement dans la narration qu'il a des sentiments pour elle.
Tu as tout à fait raison, je vais changer ça, merci beaucoup pour cette remarque Wink.

PS : j'ai supprimé deux phrases dans le chapitre 4 et une dans le chapitre 1 où Kay parlait de ses sentiments.
Dans le chapitre 4, j'ai aussi ajouté 1 ou 2 phrases (en rouge) qui parle plus subtilement de leur relation

N'hésite pas à me dire si tu as repéré d'autres phrases où leurs sentiments font trop matures ^^. Merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Abigaelle
Murène fêlée
avatar

Féminin Nombre de messages : 4577
Age : 44
Localisation : Paris
Loisirs : Ecrire, lire, rêver, le tout en musique, sinon ce serait trop triste !
Date d'inscription : 05/03/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Jeu 19 Fév 2015 - 22:28

Lecture commencée par le prologue et le chapitre 1

Je suis rentrée assez vite dans ton texte, ton style est fluide et se lit bien, on avance vite dans la lecture.

Prologue

Au niveau du prologue, au début, j’étais un peu perdue sur l’endroit où se trouve le narrateur : ce que tu écrivais de l’environnement (« terre sèche et aride », « lieux suffocants et hostiles », « sol terreux ») m’incitait à penser qu’il se trouvait dans un désert, ou au moins dans la nature. Du coup, j’ai été un peu surprise de voir apparaître des rues et des murs, je n’avais pas l’impression d’être en ville. J’ai encore un peu de mal à me représenter les lieux, mais je suppose que tu développeras ça au fur et à mesure de l’histoire, et que pour l’instant, on les découvre par les yeux du narrateur, qui ignore où il se trouve ?

Sur la première partie du prologue, au niveau de la fuite, le narrateur dit qu’il court à perdre haleine, mais j’avoue que je ne ressens pas toujours cette urgence, cette impression de danger. Quand il décrit ses poursuivants, j’ai l’impression qu’il prend le temps de le faire, alors qu’il devrait courir et apercevoir à peine quelques images fugaces, ce que la narration ne rend pas assez, à mon avis.

La suite, à partir de l’instant où il s’engage dans le labyrinthe de ruelles, rend bien la fuite et m’a happée assez rapidement, je n’ai pas beaucoup de commentaires à faire à son propos.
La fin intrigue et donne envie d’en savoir plus.

Sur la forme, au niveau du prologue, j’ai juste relevé ceci :

Citation :
J'arrive à ce croisement convoité, mais les personnes que j'aperçois maintenant ne sont pas telles que je les imaginai tout à l'heure.
J’aurais tendance à utiliser un imparfait plutôt qu’un passé simple ici « je les imaginais », parce que pour moi, c’est une action longue.

Citation :
Parmi eux, quelques jeunes garçons les accompagnent.
Personnellement, j’ai un peu de mal avec cette phrase, mais je ne saurais pas expliquer précisément pourquoi, j’ai juste l’impression que « parmi eux » ne va pas avec le verbe « accompagner ».


Chapitre 1

Cette partie qui revient en arrière m’a intriguée, je me suis demandée où en était le monde à cette période, sachant que ton roman est post-apo, est-ce que la catastrophe est déjà arrivée ou pas ?
J’aurais tendance à dire que oui à en juger par leurs tenues vestimentaires, mais je n’ai pas de réponse claire à ce sujet, et j’attends d’avoir des confirmations en lisant la suite.

Un point qui me perturbe un peu car il sème le trouble dans mon esprit, c’est le terme « jeune fille » pour désigner Lise et Jana, qui ont neuf et huit ans : pour moi, une jeune fille est une adolescente, donc à partir de douze – treize ans. Pour moi, à cet âge-là, le terme adapté est plutôt fillette, même si tu parles ensuite de leur maturité.
Du coup, à lire « jeune fille » au début et à voir le narrateur dire ensuite qu’il a huit ans, j’ai cru que Lise était plus âgée que lui, de quatre ou cinq ans, avant de réaliser qu’il n’en était rien.
Certes, c’est un point de détail, mais j’avoue que mon cerveau s’est un peu focalisé dessus à la lecture.

Ce passage dans la forêt est vivant, on voit les enfants et l’environnement, et je suis intriguée par le village qu’il mentionne, j’espère le découvrir dans un prochain extrait.
La fin est intrigante également, quel est ce mystérieux « être des creux » qu’ils ont découvert ? Du coup, ça me donne envie de continuer la lecture pour en savoir plus sur ton univers et tes personnages.

Sur cette partie, les petites choses que j’ai relevées :

Citation :
Quelques tâches de terre et des traces d’herbes donnent des couleurs à son visage, aux contours doux et lisses.
« taches » dans ce contexte

Citation :
— Venez voir ! hurle-t-il. J’en ai trouvé un !
Lise se précipite en direction du lieu où Shane a, semble-t-il, trouvé quelque chose d’intéressant. Je la suis automatiquement, pour ne pas la perdre de vue. Je ne sais pas où nous allons, ni pourquoi nous cavalons de la sorte. Pendant que nous courrons, j'en profite pour l’interroger :
— Il a trouvé quoi, Shane ?
Dans ces quelques lignes, tu as trois fois le verbe « trouver », ça fait beaucoup, tu pourrais peut-être remplacer le second par « découvert » ?
Dans la même partie, « nous courons »


Voilà, je reviendrai lire la suite prochainement, et si tu as des questions, n’hésite pas.

Bon courage pour travailler la suite.

_________________
Il n'y a pas de problèmes, il n'y a que des solutions (et c'est valable aussi bien dans l'écriture que dans la vie !)

"L'homme est un loup pour l'homme... et un gros con pour le loup." Evil or Very Mad

"Et alors la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu..." : http://www.youtube.com/watch?v=_Qg3Rk-B09o
Revenir en haut Aller en bas
http://rachel-fleurotte.blogspot.fr/
blendman
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Masculin Nombre de messages : 90
Age : 87
Localisation : en haut
Loisirs : utiliser des crayons ou des touches
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   Ven 20 Fév 2015 - 10:50

salut Abigaelle

Merci beaucoup pour tes remarques, j'ai corrigé ça Wink.


Abigaelle a écrit:
Au niveau du prologue, au début, j’étais un peu perdue sur l’endroit où se trouve le narrateur : ce que tu écrivais de l’environnement (« terre sèche et aride », « lieux suffocants et hostiles », « sol terreux ») m’incitait à penser qu’il se trouvait dans un désert, ou au moins dans la nature. Du coup, j’ai été un peu surprise de voir apparaître des rues et des murs, je n’avais pas l’impression d’être en ville. J’ai encore un peu de mal à me représenter les lieux, mais je suppose que tu développeras ça au fur et à mesure de l’histoire, et que pour l’instant, on les découvre par les yeux du narrateur, qui ignore où il se trouve ?
oui, comme il est amnésique, il ne sait pas du tout où il est au début. De plus, il explique que sa vue est brouillée et qu'il est encore dans le gaz ("Mon esprit vogue dans un brouillard qui se dissipe à chaque seconde. "), comme s'il était drogué en quelque sorte.
Plus il avance et plus ça se précise (il récupère ses facultés et commence à voir les détails). A la fin du prologue, il pense être dans une sorte de camps rempli d'esclaves ou quelque chose s'en rapprochant ("on croirait voir un camp rempli d'esclaves usés et d'une poignée de tortionnaires qui les contrôlent.").

Au début du prologue,suite à tes remarques, j'ai ajouté plusieurs lignes (en vert). Ça te semble plus compréhensible comme ça ?


Citation :
Sur la première partie du prologue, au niveau de la fuite, le narrateur dit qu’il court à perdre haleine, mais j’avoue que je ne ressens pas toujours cette urgence, cette impression de danger. Quand il décrit ses poursuivants, j’ai l’impression qu’il prend le temps de le faire, alors qu’il devrait courir et apercevoir à peine quelques images fugaces, ce que la narration ne rend pas assez, à mon avis.
Pareil, j'ai ajouté quelques lignes (en vert) pour expliquer qu'au début, il n'est pas en pleine possession de ses moyens que ses gestes sont lents et qu'il fait ce qu'il peut ^^.




Citation :
Cette partie qui revient en arrière m’a intriguée, je me suis demandée où en était le monde à cette période, sachant que ton roman est post-apo, est-ce que la catastrophe est déjà arrivée ou pas ?
J’aurais tendance à dire que oui à en juger par leurs tenues vestimentaires, mais je n’ai pas de réponse claire à ce sujet, et j’attends d’avoir des confirmations en lisant la suite.
oui, tu sauras tout par la suite (vers le chapitre 7 ou 8 ) Wink. Mais sinon, sans trop spoiler, ça a déjà eu lieu, depuis très longtemps ^^.


Citation :
Un point qui me perturbe un peu car il sème le trouble dans mon esprit, c’est le terme « jeune fille » pour désigner Lise et Jana, qui ont neuf et huit ans
Tu as raison, j'ai changé par "fillette", merci Wink

J'ai aussi corrigé les autres fautes, merci.

Citation :
Ce passage dans la forêt est vivant, on voit les enfants et l’environnement, et je suis intriguée par le village qu’il mentionne, j’espère le découvrir dans un prochain extrait.
La fin est intrigante également, quel est ce mystérieux « être des creux » qu’ils ont découvert ? Du coup, ça me donne envie de continuer la lecture pour en savoir plus sur ton univers et tes personnages.
En fait, on va découvrir tout ça petit à petit. Kay étant amnésique, il doit recouvrer sa mémoire par morceau, et en même temps découvre le "présent", les deux (passé et présent) étant liés.
Mais ne t'inquiète pas, toutes les questions ont leurs réponses dans les chapitres suivantes.
Pour l'être des creux, c'est vers le chapitre 7 ou 8 qu'on a plus de précision, et à la fin, on apprend clairement ce que c'est (chapitre 35 environ) ^^.

Merci pour tes remarques.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfant du néant [commentaires] (Dystopie fantastique post-apo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Commentaires : [Fantastique] La Guilde de nod, T1. (1er jet)
» "Prophéties"- histoire fantastique : les commentaires"
» #29 Une aventure des fantastiques "L'enfant terrible"
» le sourire d'un enfant (post 4x20). ^
» Piñata / pignata anniversaire enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits S-F :: commentaires-
Sauter vers: