Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ecailles - commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eledael
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 12/11/2014

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Lun 8 Juin 2015 - 12:01

Bonjour Sombrefeline,

Le déroulement de ton texte m'a fait pensé à "l'éveil spirituel". la découverte de soi et de ce que l'on veut dans cette vie, puis la mise en place des moyens pour arriver à ses fins. composer avec son entourage tout en ne s'oubliant pas et en gardant son cap !
Cette transformation externe qu'elle est la seule à voir est une très belle idée, c'est comme lorsque l'on sent que quelque chose change en nous mais qu'on n'arrive pas à percevoir, là elle peut le voir physiquement, c'est fort !

De plus, "l'éveil spirituel" peut être représenté par un "serpent interne", la Kundalini (il me semble) donc ça a fait "tilt" !

la fin de ton histoire est un peu brutale je trouve ... mais drôle ! pas de demi-mesure, on est (naît) Dragon ou on l'est pas !

J'ai vraiment apprécier la lecture de ton histoire !  study


Very Happy

_________________
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Lun 8 Juin 2015 - 12:21

Contente que la lecture t'ait plu, j'aurais aimé développer un peu plus la fin, malheureusement, je suis tout juste niveau nombre de caractères.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Hippoppotame
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Féminin Nombre de messages : 11
Age : 22
Localisation : Picardie
Loisirs : Vélo, boxe, musique, lecture !
Date d'inscription : 12/06/2015

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Dim 14 Juin 2015 - 18:34

Bonjour,
Voici mon premier commentaire. bounce
J'ai apprécié la lecture de ton texte cependant la fin me déplaît ! Je voyais une battante qui allait se prendre en main afin de ne plus répondre aux exigences de sa mère mais non, elle la tue ! Pourquoi ? Elle aurait pu aller vivre ailleurs avec Frédérique, vivre une belle histoire d'amour !
Voilà mon opinion mais rassure toi j'ai quand même aimé ton histoire !
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Dim 14 Juin 2015 - 21:39

Contente que la lecture t'ai plu, même si tu n'as pas aimé la fin.
C'est marrant, mais on n'a pas du tout la même vision du personnage. Armande est au contraire devenu une battante : elle se libère du joug de sa mère, et se prépare à combattre tout ceux qui l'ont oppressée en utilisant la ruse et la dissimulation. Certes, d'un point de vue moral, ce n'est pas terrible, mais du point de vue d'Armande, elle s'en sort bien.
Quant à l'histoire d'amour avec Frédéric, pour moi elle n'existe pas. Armande lui plaît, mais elle compte simplement l'utiliser pour parvenir à ses fins

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Hippoppotame
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Féminin Nombre de messages : 11
Age : 22
Localisation : Picardie
Loisirs : Vélo, boxe, musique, lecture !
Date d'inscription : 12/06/2015

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Dim 14 Juin 2015 - 22:14

Je comprends ce que tu as voulu nous montrer de ce personnage mais personnellement, je trouve que tuer sa propre mère c'est totalement fou ! Et d'une certaine manière elle trouve une solution a son problème en l'enterrant.
C'est ton histoire et elle convient parfaitement dans le cas où Armande devient quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Dim 14 Juin 2015 - 22:25

Citation :
je trouve que tuer sa propre mère c'est totalement fou !
Ah mais moi aussi. Et c'est pour ça que j'ai choisi une solution aussi extrême : pour bien montrer que, que la transformation d'Armande soit réelle ou qu'elle l'ait hallucinée, elle a totalement perdu son humanité.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Eponine
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 15/03/2016

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Sam 19 Mar 2016 - 18:39

Bonjour Sombrefeline,

En cherchant un texte à commenter, je me suis arrêtée sur ta nouvelle.
Compte tenu de ton niveau, mes pistes d’amélioration seront minces et toutes discutables, mais c’est plus ta faute que la mienne, n’est-ce pas  

Citation :
Des centaines de serpents qui se pressaient contre elle, se lovaient autour de ses jambes.
Il me semble que « se lover » signifie « se pelotonner », « s’enrouler sur soi-même » et non autour de quelque chose. Auquel cas, les serpents se loveraient, peut-être, dans le creux de ses genoux, mais pas autour de ses jambes.

Citation :
Armande se débattit avec un cri. Les reptiles l’enserrèrent, leur peau lisse et écailleuse se frotta à la sienne, presque avec amour.
Deux réflexions ici, dont l’une, je l’admets totalement ridicule. Tant pis, allons-y : je n’aime pas l’association de peau avec lisse, parce que ça m’évoque le mot « police » ce qui me fait sourire, me déconcentre et me sort de l’histoire. Voilà, c’est dit.
Sinon, peut-on avoir une peau lisse et écailleuse ? Les écailles, ce n’est pas lisse, si ?

Citation :
Tout allait bien, l’épais coton blanc la couvrait des pieds jusqu’au cou.
Hum… moi, je vais de la tête aux pieds, mais bien sûr rien n’interdit d’aller des pieds au cou.

Citation :
Celle-ci l’attendait dans le petit salon en bas. Armande poussa la porte et constata avec angoisse que son père se trouvait lui aussi là. Il leva les yeux de son journal.
— Ah, Armande. Nous commencions à nous impatienter.
Le regard de la jeune fille pivota vers une femme trônant dans un fauteuil tendu de velours. À presque quarante ans, Iphigène Mertot en imposait toujours. Malgré elle, Armande envia sa prestance, sa peau lisse et sa taille fine prise dans une robe à dentelles.
Bien, sa mère l’attend dans le salon, son père y est aussi et lève la tête, quelqu’un parle et Armande tourne la tête vers sa mère. Qui trouve le temps long ? Son père qui lève les yeux de son journal, ou sa mère vers qui sa tête pivote.
Par convention tacite, ce devrait être son père, puisqu’il est le dernier évoqué avant la tirade. Si c’est le cas, cette petite me semble bien insolente, car elle se détournerait de celui qui s’adresse à elle. Comme ça n’a pas l’air d’être le cas, je me dis que finalement, c’est sa mère. Bref, les deux pourraient le faire.
Iphigène est la mère d’Armande, n’est-ce pas ? Lorsque j’ai vu son nom apparaître pour la première fois, j’ai cru qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre. Peut-être est-ce parce que, comme Armande, je constate que la maîtresse de maison n’est pas seule au salon (il y a le maître). Du coup, j’ai admis qu’il pouvait y avoir plus de monde et comme tu précisais le nom de famille d’Iphigène et non celui d’Armande, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une autre femme.
De plus, préciser le nom de la mère et pas celui de la fille laisse penser qu’elles pourraient ne pas porter le même. Du coup, on peut s’interroger sur la « respectabilité » d’Iphigène.
Je finirais en disant qu’elle aussi a la « peau lisse » et mon idiote association d’idée. Pardon !!!

Citation :
Sa mère égraina ensuite ses futurs.
Je ne comprends pas. Que sont « ses futurs » des prétendants ? des destins ?

Citation :
— À cet âge, je vous avais déjà épousé.
Ouf, Madame est mariée.

Citation :
Sa mère ne cessait de répéter que leur fortune leur aurait permis de vivre à Paris, qu’ils ne restaient que pour le temps de marier Armande à une autre famille du textile.
...qu’ils ne restaient que le temps de… ? Le pour n’est-il pas de trop ?

Citation :
La porte s’ouvrit sur Iphigène Mertot et le professeur de musique. En avisant sa mine austère et le dédain dans son regard, Armande sut que la leçon se révélerait un désastre.
La mine austère et le dédain de qui ? d’Iphigène (dont tu répètes encore le nom) ou du professeur ?
J’imagine d’Iphigène, puisque le professeur est un employé, pas vraiment payé pour dédaigner son élève et qu’il n’est pas vraiment étranger au niveau de ladite élève. Mais je n’en suis pas certaine.

Citation :
Elle fuit hors du salon et monta les escaliers quatre à quatre pour aller se terrer dans son cabinet de toilette. […] tira sur son linge de corps pour atteindre l’endroit qui la cuisait.

Elle fuit, elle se terre, ce choix de verbe m’évoque quelqu’un qui veut échapper à ce qui l’effraie et pourtant, elle qui d’ordinaire fuit son image, elle l’affronte, puisqu’elle voit son image. Elle va plus loin, elle se déshabille pour faire face à sa peur. Cette attitude est très paradoxale (ce n’est pas une critique, hein ? c’est bien, les personnages paradoxaux dans les nouvelles).

Citation :
La couturière se rengorgea de fierté.
N’est-ce pas toujours avec fierté qu’on se rengorge ?
De plus (mais je me trompe peut-être) je crois qu’on se rengorge avec fierté (si ce n’est pas redondant) de sa réussite.

Citation :
— Ah ! Je ne rêve que d’une chose : qu’Armande se marie enfin afin qu’elle puisse revêtir une splendide robe elle aussi. Je prie Dieu tous les jours pour que cela arrive.
L’association d’enfin et d’afin n’est pas très heureuse à l’oreille. De plus, une virgule serait bien entre les deux mots.

Citation :
Sans parle de ces écailles sur son torse.
… parler…

Citation :
Armande se retenait de ne pas hurler.
Tu veux dire « se retenait de hurler » ?

Citation :
Elle les sentait, pourtant, de petites aspérités qui accrochaient le bout de ses doigts.
Ah, je savais bien qu’avec des écailles, on n’avait pas la peau lisse ! scratch

---
Remarque générale :
Le texte est bien écrit. Les personnages et l'ambiance dans laquelle évolue Armande bien amenés.
Si je devais souligner un point négatif, je dirais que les noms/prénoms (surtout Armande et Iphigène Mertot) reviennent souvent (même si je comprends parfaitement pourquoi).
Ce que je trouve... étrange : Iphigène Mertot ou plutôt le fait que tu précises systématiquement son nom, mais ça vient peut-être de moi. Quoi qu'il en soit, ça crée une distanciation entre le lecteur et le personnage (que tu as peut-être voulu).

---
Ce que je retiens du texte :
Armande a bien des soucis, et son rapport avec son image, la relation qu'elle vit avec sa mère et plus globalement ce qu'elle croit qu'elle devrait être ne sont que les moindres. Mais peut-être finalement à l'origine de tout.

En tous cas, cette première partie nous montre bien que cette jeune fille est sage (docile dirait Iphigène Mertot). La caractérisation du personnage laisse aussi apparaître qu'Armande est capable d'un certain courage (ou d'une certaine inconscience). Quoi qu'il en soit, elle peut ne pas être tout à fait la petite fille sage qu'elle a l'air d'être. Ce n'est pas obligé, mais tu t'es ménagé cette possibilité.

Le fait qu'elle soit seule à voir les écailles me laisse penser qu'elle perd la tête. Ceci dit comme l'AT portait sur les écailles, je sais que je me trompe.
Je me demande bien comment tu vas passer au-dessus de cette chausse-trape (le fait que les autres ne voient rien).

C'était bien.

À bientôt
Revenir en haut Aller en bas
sombrefeline
Vous pouvez m'appeler Dieu ou Maître...
avatar

Féminin Nombre de messages : 3559
Age : 32
Localisation : Le Grand Nord
Loisirs : Ecrire, dessiner, coudre et taquiner ses semblables avec des bouts de métal coupant
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   Sam 19 Mar 2016 - 18:59

Merci Smile
Le récit est actuellement en cours de corrections chez Etherval, où il va bientôt être publié.

_________________
That is not dead which can eternal lie. And with strange aeons even death may die

There is no "overkill". There is just "open fire" and "time to reload"

Mon site http://catherine-loiseau.fr/
Ma page Facebook https://www.facebook.com/cat.loiseau
Mon Pinterest http://pinterest.com/sombrefeline/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecailles - commentaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecailles - commentaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Dollhouse : avis et commentaires
» De Grand teton à Glacier en passant par Yellowstone - Vos commentaires
» Discussions, commentaires et prévisions sur Occupation Double...ici
» Vos commentaires sur les partenariats
» Commentaires sur la fanfic Castlevania : Rebirth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits fantastiques / bit-lit :: commentaires-
Sauter vers: