Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 VL6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sarfredo
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 16
Age : 14
Localisation : Dans le coin de Jérusalem, en train de tuer des gardes et des Templiers avec Altair.
Loisirs : L'écriture, les jeux vidéos (AC forever)...
Date d'inscription : 25/07/2015

MessageSujet: VL6   Ven 4 Sep 2015 - 4:46

Note:
J'ai commencé ce texte SF, mais j'ai besoin d'aide et de conseils. Tout commentaire est le bienvenue. Évidemment, je ne m'attends pas à des compliments, car je dois vraiment m'améliorer. Alors, dites-moi ce que vous en pensez, qu'importe que ce soit négatif ou positif, et montrez-moi mes erreurs s'il-vous-plait.

______________________________________________________________

Nous étions une centaine. Peut-être plus. Ce n'est pas comme si j'allais nous compter. Bref, nous étions beaucoup, entassés dans un entrepot. Imaginez : Une centaine de gameurs expérimentés dans la même salle, tous venus à cause de la sélection! Une sélection de quoi déjà? Ah oui! C'est vrai; chaque personne ici a été choisie pour tester la nouvelle console Synchro Inc. : la VL6 (Virtual Life 6 ou Vie Virtuelle 6). Il paraît qu'elle est révolutionnaire! Et j'ai été sélectionné pour la tester! Au début, je n'arrivais pas à y croire. Je pensais que c'était une blague. Maintenant que j'y suis...

Sur la scène, une petite femme de je ne sais quel âge (faute de la distance entre elle et moi), grande, blonde, peut-être des lunettes, peut-être pas (je me répète : elle est trop loin, je ne la vois pas très bien!), habillée de noir de haut en bas et l'air louche, s'avança sur la scène. M'enfin, c'est plus un gros podium... En tout cas! Je m'avance un peu; je veux voir cette mystérieuse dame. Et l'entendre. Me faufilant entre les personnes autours de moi, je réussis à atteindre la «scène». Une chance, car la femme vient de commencer, et si j'étais resté plus loin, je n'aurais rien compris. Bon, je devrais me concentrer sur ses paroles.

«... VL6 est arrivée, mais elle a besoin de vous. Vous avez été sélectionné pour tester ce bijou technologique. Cependant, avant que vous puissiez l'utiliser, nous devons vous initier(elle pointa des kiosques à sa droite). Vous irez là-bas, vous vous mettrez en ligne et passerez un par un pour répondre à un questionnaire. Les personnes ne respectant pas les règlements ou ne voulant pas répondre aux questions seront mises dehors par nos fidèles soldats (elle pointa un soldat près d'elle). Après cela, vous suiverez les indications du personnel, munie de gilet fluorescent jaune. Vous pouvez y aller.»


La foule commence par se déplacer vers les kiosques, m'emportant avec elle, tel une vague. Puis, j'attends. Encore. Les minutes passent...

Cela fait bientôt une demi-heure que j'attends. Je vois le kiosque, devant moi. Plus que trois personnes avant moi. Je n'arrive pas à croire que j'ai put tenir tout ce temps, étant très impatient.
Finalement, c'est à mon tour! Je m'avance calmement vers le kiosque. Le viel homme tout ridé assis derrière le stand semble dormir debout; ses gestes sont terriblement lents. On dirait une tortue...
- «Asseyez-vous ici, dit l'homme tortue d'une voix blasée et monotone.
Évidemment, je m'assis. Cela fait du bien; mes jambes commençaient à me faire mal.
- Je vais vous poser des questions sur votre santé, continua-t-il. Avez-vous déjà été enceinte?
- Q-quoi?! Non, pas du tout!
Surprenant comme première question... j'espère que les prochaines auront plus de sens!
- Bien (l'homme cocha une case sur sa tablette électronique). Avez-vous des allergies?
- Non.»
Enfin une question ayant du bon sens. L'homme tortue nota...

Le questionnaire continua ainsi, parcemé de quelques étrangetés, tel que : «Avez-vous été en contacte avec un dauphin ces trois dernières années?». Lorsque celui-ci fut terminé, quelqu'un du personnel, portant un gilet fluorescent jaune tel que la femme en noir l'avait dit vient me chercher. Il m'expliqua où aller en ces quelques mots : «Suivez le corridore à votre droite (me pointe un corridore). Ensuite, prenez la première porte à droite. Voici votre numéro (me tend un billet bleu avec «candidat 96» écrit dessus). Souvenez-vous que vous êtes au local 1. C'est indiqué au dessus de la porte. Bonne journée.»

Je suis ses consignes à la lettre, je me rends au local 1. Devant la porte, une petite boule d'anxiété se forme dans mon ventre. J'ai peur. J'ai toujours eu peur des portes. M'enfin, pas de la porte en temps que tel, mais plutôt de se qui pourrait se trouver derrière elle. Alors, mes 4 différentes phases de peur commencent : J'hésite à ouvir; Je tente de me convaincre en me disant qu'il ne peut pas y avoir grand chose derrière; Je tends la main pour ouvrir mais je n'y arrive pas; Je prends mon courage à deux mains et j'ouvre finalement la porte. Une vive lumière parvient à mes yeux, alors en entrant, je suis forcé de mettre un bras devant eux. Quel soulagement : rien ne m'a sauté dessus. Je parvient, après un moment, à voir la pièce. Du personnel en gilet fluorescent portant en dessous un sarrau blanc circule en va et vient continuel, d'une station à une autre. Les consoles sont placés parralèles les unes aux autres. Je suis un peu surpris : c'est la première fois que je vois les VL6. Ce sont de grands tubes métaliques dans lesquelles les joueurs prennent place en se couchant à l'intérieur. C'est particulier à voir, les joueurs semblent endormis. Je les regarde un moment, le regard curieux planant sur les différentes stations...

Un membre du personnel vient m'accueillir. Il me demande mon billet. Alors, je lui tends. Il le prend et me fait signe de le suivre. J'ai hâte. En dedans de moi, des papillons d'excitation se forment. Ce sera bien plus qu'une simple partie de jeux vidéos, je le sais...

Note de fin:
Merci d'avoir lut cet extrait. Je m'excuse déjà pour les erreurs, si j'en trouve, je les corrigerai. N'oubliez pas: conseillez! Je sais que ce texte fait, à la limite, pitié, et que certaines phrases ne se disent pas bien, qu'il y a des mots mal orthographiés, etcetera.

_________________
«L'écriture est la peinture de la voix.» Voltaire
«La lecture est à l'esprit ce que l'exercice est au corps.» J. Addison
«La pluie tombait en corde. Alors j'y ai grimpé.» Moi-même
Revenir en haut Aller en bas
sarfredo
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 16
Age : 14
Localisation : Dans le coin de Jérusalem, en train de tuer des gardes et des Templiers avec Altair.
Loisirs : L'écriture, les jeux vidéos (AC forever)...
Date d'inscription : 25/07/2015

MessageSujet: Suite VL6   Mer 9 Sep 2015 - 3:50

Note:
Je suis désolée pour la simplicité et la longueur (très courte) de ce texte. Seulement, je n'avais pas extrêmement d'inspiration et je souhaite aller droit au but. Bref, j'ai une idée derrière la tête, et je tente tant bien que mal de m'y rendre. Mais ne vous inquiétez pas, je vous promets que la suite sera bien plus intéressante!
N'oubliez pas de conseiller ou de commenter, vous savez pourquoi!
__________________________
Je suis devant une des consoles. L'écran d'accueil s'allume. J'entre avec hâte dans l'appareil. Une fois installé, je suis surpris du confort de la console. Puis, rien ne se passe. Je commence à être impatient. Foutue attente!

Soudain, je ressens un pincement dans le haut du dos. Est-ce normal? Je penche la tête à droite, puis à gauche. À travers la vitre/écran, je vois les personnes du personnel qui actionnent la machine. Ils sont très calme, alors je me dis qu'ils savent ce qu'ils font et que je peux me relaxer.

Après un instant, le pincement devient douloureux. Presque insupportable. Je sers les poings, je tente de ne pas y penser, mais c'est impossible. Peu à peu, la panique s'empart de moi. Je cogne dans la vitre, tentant de faire un signe au personnel. Celui qui dirige m'adresse la parole à travers un microphone:
«C'est normal que cela vous fasses mal. Ne vous inquiétez pas, ça ne dure qu'un moment.»
Il doit vraiment être habitué de voir les gens souffrir, vu son calme!

Je sursaute. La douleur s'est multipliée. J'ai l'impression d'avoir un baton qui me pénètre la nuque. Ça fait horriblement mal. Je laisse échappé un cri sourd, sentant que ce «baton» me transperce lentement et péniblement. Puis, plus rien. La douleur a complêtement disparut, laissant place à une sensation de légerté. Je sens mon âme s'envoler, je m'endors.

Note de fin:
Désolée pour les fautes, mon correcteur Antidote est foutu et disons que mes talents de correction sont... inexistants.

_________________
«L'écriture est la peinture de la voix.» Voltaire
«La lecture est à l'esprit ce que l'exercice est au corps.» J. Addison
«La pluie tombait en corde. Alors j'y ai grimpé.» Moi-même
Revenir en haut Aller en bas
 
VL6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits S-F :: textes SF-
Sauter vers: