Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L' amort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zel isa
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Féminin Nombre de messages : 7
Age : 16
Loisirs : Photo , musique, dessin, écriture :)
Date d'inscription : 23/11/2015

MessageSujet: L' amort   Lun 23 Nov 2015 - 22:10

Bonjour à tous et à toutes , je poste ce petit texte à la fois je ne pense pas en écrire des plus gros , on verra Very Happy  . J'attend tout avis constructifs de votre égards , merci Smile .
Ce titre "L'amort'' n'est pas une faute mais un jeu de mot regroupant ''l'amour" et "la mort".
[url=http://ecrire.ingoo.us/t6237-l-amort-commentaires#157726]


Elle a peur...
Elle marche la tête baissée , musique à fond dans les écouteurs.
*Flash back*
Elle l'aimais .
Lui ? Il l'a possédé
Elle était aveugle , le voyait comme un Dieu , elle l'aimais tellement.
Lui il ne l'aimais pas , tout ce qu'il voulais c'était son corps , oui son corps.
Çà faisait ''bien'' de sortir avec elle, pas trop moche , pas trop belle.
Un jour à force elle comprit elle essaya de s'enfuir mais il la rattrapa .Il la tapa elle avait des bleus de partout mais il la laissa partir ...
A quoi lui servait elle sérieusement ?
Tant pis il en trouverai une autre dans pas longtemps, une plus bonne , une plus conne.. Mais ce soir là elle fit ses bagages et partit quelque part, où ? Il ne sais pas.
*retour au présent*
Bref elle baissa la tête car elle l'avait vu, oh mon dieu l'avait il reconnu ?
Il avait changé, son visage était crispé... C'était il endurcit avec le temps?
Il leva la tête ...Ses yeux !Oh mon dieu ses yeux !!! Il avait les yeux rouges , la haine dans ses prunelles, la mort dans son sac.
Il la vu , direct il l'a reconnue. Toujours aussi belle , peut être plus naturelle , elle avait peut être pris confiance en elle!
Dans ses yeux on pouvait quand même distinguer de la tristesse.
Son regard... Sa bouche...Son souffle...Son parfum...Ses mains...Ses hanches...Son rire ...Son sourire... C'en est trop!!! trois ans a errai dans les rues, sans la voir....Il pensa au couteau dans son sac il s'approcha d'elle, l'air le plus sympathique possible, elles le regarda terrifiée.
Sortit son couteau et la poignarda mais au même moment une balle...
Celle qui l'a sauva. Au lieu d'une morte et vingt coups de couteau il eu un mort un coup de couteau et une balle...
Et au final qui est la victime ?



Merci beaucoup d'avoir lu jusqu'au bout ::love:: !!!
Revenir en haut Aller en bas
Sophistiquée
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 12
Age : 28
Localisation : Île de France
Loisirs : Lecture, chant, écriture, théâtre
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: L' amort   Dim 13 Déc 2015 - 19:14

Bonjour zel isa,

Voici mes corrections :

Remarques générales :
1. Attention à la ponctuation : pas d'espace avant la virgule, juste un espace après. Idem pour les points et points de suspension (il y en a 3, pas 2, pas 4). Pour les points d'exclamation, un espace avant et un après. Majuscule quand tu commences une nouvelle phrase.

2. Attention conjugaison : la 3ème personne du singulier se finit par "ait", pas "ais". Relis-toi bien : ton texte est court, mais il y a de nombreuses erreurs de conjugaison.

Je te laisse te relire pour corriger tout ça.


Lui ? Il l'a possédé => possédée
Çà faisait ''bien'' de sortir avec elle, pas trop moche , pas trop belle. => Ça
"A quoi lui servait elle sérieusement ?" "servait-elle"
Tant pis il en trouverai une autre dans pas longtemps, une plus bonne , une plus conne.. => trouverait (je te laisse corriger les erreurs de ponctuation)
Il ne sais pas. => sait, voire savait pour la concordance des temps
Bref elle baissa la tête car elle l'avait vu, oh mon dieu l'avait il reconnu ? => reconnue
"C'était il endurcit avec le temps?" => S'était-il endurci
"Il la vu , direct il l'a reconnue. " => l'a vue ; directement (on est au langage écrit, pas parlé)
Toujours aussi belle , peut être plus naturelle , elle avait peut être pris confiance en elle! => erreur de ponctuation à corriger ; peut-être x2 (il faudrait remplacer un des peut-être pour rendre la phrase moins répétitive)
trois ans a errai dans les rues, sans la voir.... => à errer
Il pensa au couteau dans son sac il s'approcha d'elle, l'air le plus sympathique possible, elles le regarda terrifiée. => elle
Celle qui l'a sauva. => la
Au lieu d'une morte et vingt coups de couteau il eu un mort un coup de couteau et une balle... => il y eut.

Relis-toi bien avant d'envoyer un texte. Il y a plusieurs fautes que tu pourrais éviter.

Bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Monica20
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal


Nombre de messages : 75
Date d'inscription : 12/07/2015

MessageSujet: Re: L' amort   Mar 15 Déc 2015 - 16:23

Salut Zel Isa ! Very Happy

Bon je ne vais pas revenir sur les fautes d'orthographe, de conjugaison et de ponctuation de ton texte comme Sophistiquée s'en ait gentiment chargé. génial

Je vais essayer de parler du contenu, de ce que j'en ai pensé. Tout d'abord, il y a des choses intéressantes dans ton texte, très même, de ces choses que j'attends de retrouver quand je lis un livre. J'en déduis que si ces choses sont présentes dans ton texte, c'est que tu as déjà cette sensibilité en toi et c'est très bien, c'est l'essentiel sans quoi on ne peut rien faire. Je vais essayer d'être un peu plus claire : il y a de l'émotion dans ton texte et c'est ce qu'il faut pour faire tenir les mots au papier. (je l'ai surtout ressentie vers la fin sans que ce soit la toute fin.) Wink

Après, pour faire tenir cette émotion sur tout le long il faut que tu prennes ton temps quand tu écris les phrases. J'ai compris que tu voulais faire apparaître la violence dans ton texte et c'est pour ça que tu écris des phrases à la syntaxe courte pour justement marquer la force (et du coup la violence) autant des actes que des sentiments qui habitent tes personnages. C'est une façon de faire, mais à mon sens ce n'est pas la meilleure puisque comme ces phrases sont courtes, on comprend que l'acte est violent certes, mais on lit ta phrase très vite et du coup ta phrase n'a pas le temps d'être digérée par celui qui la lit donc l'effet que tu cherches à produire est minimisé. Si tu veux avoir un effet plus percutant, tu dois travailler sur les rythmes de tes phrases seules et sur le rythme de ton paragraphe comme un bloc, d'où l'intérêt de la ponctuation qui sert justement à rythmer les phrases(y a pas que la ponctuation ceci dit mais ce serait trop long). Il est préférable par exemple que tu commences par une phrase un peu longue, un peu descriptive qui berce le lecteur et comme ça tu lui donnes le temps de rentrer dans ton histoire, ton univers. Généralement, le lecteur est vite barbé de cette phrase un peu longue parce qu'il est pressé d'avoir l'action, de savoir ce que tu vas lui raconter. Et là, tada ! tu lui donnes ce qu'il attend, une phrase courte qui relate soit la violence du sentiment soit la violence de l'acte et là tu as vraiment la violence qui prend tout son sens parce que le rythme a changé avec avant et ce balancement permet de vraiment captiver le lecteur (pendant un temps) parce que la phrase a sonné dans son esprit et tu as piqué sa curiosité. (si tu veux avoir une approche plus sensible de ce que j'essaye de dire, lis à voix haute un poème de Baudelaire ou un passage du voyage au bout de la nuit de Céline en respectant bien la ponctuation, ce sont des stylistes et ils ont mis beaucoup de leurs efforts dans ça justement, ou sinon regarde sur YouTube une vidéo de Luchini qui lit Céline dans des émissions de TV(c'est là où il est le meilleur parce qu'il fait son show pour sa promo et attirer du monde)). geek

Après si tu veux donner plus de force à ton propos en général, si tu veux vraiment qu'il décolle du papier, il faut que tu fasses un travail sur le vocabulaire. "bonne" et "conne" c'est bien, ça rime mais c'est trop employé dans la vie réelle or même si tu veux faire vrai dans un texte, ben un texte c'est pas la vie. Dans un texte, il faut que tu trouves le moyen de faire apparaître le réel pour le lecteur tout en sachant toi que c'est de la fiction. Si tu veux, nous on est vivant du coup on peut dire des mots à tout va (genre bonne ou conne), on est libre de ça, de le répéter ou de ne jamais les dire, on s'en fout d'ailleurs un peu des fois des mots qu'on utilise parce que  souvent on les utilise plus pour marquer notre humeur à nous que pour vraiment utiliser le sens du mot. (par exemple, souvent quand on dit qe qqun est con, on ne veut pas forcément dire qu il n'est pas intelligent, généralement c'est un mot qu'on dit quand cette personne nous a énervé par son comportement, donc ce n'est pas tant son comportement qu'on décrit par ce mot que l'humeur qu'on a en nous(en fait on parle de soi quand on dit que qqun est con)). Mais dans une histoire, tes personnages n'ont pas cette chance d'être vivant, pour qu'ils puissent exister, ils n'ont que les mots que tu veux bien leur donner donc tu as une lourde de tâche dans ta sélection de vocabulaire, leur existence en dépend. Shocked

Après il y a du bon je me répète, l'accumulation des son regard...sa bouche......tout cela est bien et montre que tu y es sensible ce qui est déjà une très bonne chose.  cheers En plus, tu as du nez parce que tu montres une situation de violence, or ce qui (selon certains) est le moteur d'une histoire, c'est la souffrance et ses affiliés. Les gens heureux n'ont pas d'histoires à raconter dit-on.(j'espère que c'est pas vrai à 100% mais bon^^')

Après ce que j'aimerais savoir c'est qu'elle a été ton but quand tu as écrit ce texte, qu'Est-ce que tu voulais faire? Quelles étaient tes motivations? Que cherchais-tu à faire? Question

Après, je pense que ce texte que tu as posté est comme plus destiné à toi qu'à un lecteur parce que ce que tu y fais est plus une description d'actes, de sentiments, c'est plus un enchaînement qu'autre chose. C'est généralement ce à quoi ressemblent les premières ébauches d'un texte pour permettre à l'auteur d'avoir une vision claire des enchaînements, des sentiments à développer. C'est très bien pour commencer une histoire au brouillon, c'est sur ça que tu commences à travailler pour vraiment écrire quelque chose que tu présenteras aux lecteurs.

Bon après, comme tout commentaire, c'est toujours un peu subjectif et je ne prétends pas détenir la vérité vraie sur ce que tu as publié. Par contre, j'ai essayé avec le plus de sincérité possible de te dire ce que j'en avais pensé et de le confronter à mes idées sur la littérature que j'ai mis du temps à me forger mais qui ne sont peut-être pas non plus super bonnes.

En tout cas, je pense que ça reste prometteur et c'est bien que tu écrives tu t'amélioreras c'est sûr.
Sur ce, je te souhaite une bonne continuation et si tu pouvais jeter un coup d'œil sur ce que j'ai publié aussi ça m'intéresserait d'avoir ton avis pour que moi aussi je m'améliore Smile

Bye bye !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L' amort   

Revenir en haut Aller en bas
 
L' amort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Grisham, John] Le couloir de la mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits contemporains/polars :: textes contemporains/polars-
Sauter vers: