Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cadavre exquis (jeu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sunpatty
J'adore ce forum!
avatar

Féminin Nombre de messages : 299
Localisation : Quelque part entre le néant et le pays des songes
Loisirs : Ecrire, lire, dessiner mais surtout et toujours ecrire
Date d'inscription : 22/02/2015

MessageSujet: Re: Cadavre exquis (jeu)   Lun 21 Déc 2015 - 18:13

Van monta dans son vieux Combi Volkswagen si fidèle et qui démarra au quart de tour ,puis , il s'en alla ,dans un nuage de poussières et de fumées mêlées vers de nouvelles aventures à travers le désert mystérieux.
Un vieux tube des années 80 dans les oreilles, chantant à tue-tête tandis que les dunes de sables se succédaient derrière la vitre sale, la moitié de la journée passa sans qu'il ne pense un seul instant à elle.
Il entamait une chanson de Lio, quand soudain son véhicule percuta quelque chose.

L'air bag, qu'il avait eu la bonne idée d'installer la veille, se déclencha, embrassant son visage à un point tel qu'il manqua de s'asphyxier.
-Putain de merde! jura-t-il en s'extirpant du tacot.
Aveuglé par la terre sèche portée par les vents violents du plateau, il sauta pied-joints sur ce qu'il pensait être de la terre pour se retrouver dans une sorte de grosse pâte informe et chaude qu'il ne tarda pas à reconnaître.
— Mais c'est pas vrai. Lorsqu'on a la poisse on l'a toute la journée, et il fallait que ça arrive aujourd'hui!

Bon sang ! Heureusement qu'il portait ses Ranger's ; Van était enfoncé dans une sorte de pâte auto durcissante jusqu'aux mollets .
Il concentra toutes ses forces(et il en avait à revendre) pour s'en dégager, convoquant l'ancien athlète de football américain qu'il avait été au lycée et qu'il avait peu à peu délaissé au fil des nouvelles passions de la vie qui s'étaient présentées à lui...c'est alors qu'un grognement le fit sortir de ses souvenirs adolescents.

Un grognement monstrueux digne d'un animal ou d'une "chose" qui arriverait des Enfers lointains , au delà de l'infini , un grognement que Van n'avait jamais oublié tant il avait eu peur il y 'a quelques années en arrière .
Puis un râle déchirant se fit entendre à travers la plaine qui peu à peu tombait dans l'obscurité de la nuit, une sorte de voile de fumée se mit à s'élever à l'avant de son capot dans l'air chaud de ce début de soirée, dont l'odeur écoeurante de souffre lui souleva le cœur et donna envie de rendre sa collation de cinq heures.

La pâte auto durcissante durcissait et la fumée devant son bus Vw ne venait pas du moteur mais d'une sorte d'ectoplasme rayonnant . Il comprit qu'il était dans les excréments de la "chose" et il sortit de cette matière qui était déjà presque solide .
"-Arrière vile créature des bas-fonds infernaux des Enfers ! Je suis ton maître et voici mon char!" dit-il en pointant d'un doigt long et fin son combi " Cède le passage devant ma puissance exubérante ou il t'en cuira ! Avada Kedavra!" déclama-t-il d'un ton grandiloquent à la manière qu'il avait vu faire dans deux trois de ses préférés films.
Le sordide ectoplasme le regarda avec ses yeux tout ronds, ne comprenant visiblement pas, et pour toute réponse éructa fortement, laissant notre ami Van bien pantois.

Mais Van, tout ancien marine qu'il était, n'était pas pour le moins prêt à parer toute situation qui se présentait, il enfouit sa main dans la poche de son blouson en cuir et en sortit son arme fétiche !
C'était une arme qu'il avait gardé de son passage dans une Société d'Investigations Paranormales (la SIP)qui avait connu ses heures de gloire dans les années 80 avant de se dissoudre à cause d'un "nettoyage" qui avait mal tourné . Cette arme , c'était l'ASPIROTÔME , un Aspirateur de Fantômes de Poche qui avait aussi fonction de scanner' et taser' et qui maintenait les entités maléfiques à distance .
Il brandit son nécessaire à nettoyage vers son agresseur et s'apprêta à déclencher le flux d'air anti-ectoplasmique...lorsqu'une voix merveilleuse et féminine le coupa dans son élan.
Cela devait être une illusion car cette voix qu'il reconnut semblait être celle de sa douce Grand-Mère qui avait rejoint les anges du ciel il y a six mois . C'était irréel ! 
"Van", chantonnait-elle, "Van, Van, Van, Van" et c'est avec un frisson qu'il comprit que l'origine de la voix n'était autre que l'apparition qui se tenait devant lui.
C'est armé de toute sa haine envers la femme qui l'avait déguisé en fille pendant sa petite enfance que Van défit le chien de son arme ; et il aurait dû tirer, il aurait dû... s'il n'avait vu dépasser de l'inquiétante silhouette un bras, un bras plus qu'humain : un bras fé-mi-nin.

"-Ne cherche pas à me tromper ! Tu n'es pas Amélie ! Tu n'es rien d'autre qu'une vieille aigrie juste bonne à espionner derrière tes rideaux poussiéreux les passants sur lesquels tu médis! Tu as toujours été là à critiquer les autres, bouffée par la jalousie que tu étais! Elle était mauvaise pour moi que tu disais! Elle..." il tomba à genoux et sanglota "Et je t'ai écoutée...je l'ai...".
Il voulut parler mais plus aucuns mots ne pouvaient sortir de sa bouche à part une sorte de chant intérieur , inaudible mais très profond ; la musique psychotique de l'antichambre des Ténèbres. 
Sa tête résonnait de cette musique démoniaque à laquelle il ne pouvait se soustraire et dans un geste désespéré, il boucha ses oreilles et ferma les yeux pour ne plus l'entendre, en vain. Mais quand il souleva les paupières et parcourra le paysage, tout avait changé.


Ces mélodies infernales semblaient avoir un effet magique sur le temps et Van se rendait compte peu à peu qu'il était retourné dans le passé . Il était dans son propre passé .
Une chose ronronante se frotta à ses pieds.
Cette chose ressemblait à un chat mais ce n'était ni félin , ni animal . 
"Tiens, mais qu'est-ce donc ?"

_________________
La vie n'est qu'un long compte à rebours qui débute à notre naissance et se termine à notre mort. Razz

A vaincre sans périls, on triomphe sans gloire. Razz

"Amis ou ennemi quelle importance...Tous les ennemis du roi deviennent les miens."
"Tu as osé t'en prendre à notre souverain. Je ne te connais plus et ne te considère plus comme un ami"
(Landrin: La légende de Terre-Brune)

" Tu ne me considère plus comme ton ami. tu ne veux pas pardonner mon geste insensé, mais malgré tout je mourrais pour toi."
(Virgile la légende de Terre-Brune)


"Je ne suis pas un prince. Je ne suis que le fils d'un félon fratricide" (Darian, les vilipendes du Sendris)
Revenir en haut Aller en bas
slameur38270
Je commence à m'habituer
avatar

Masculin Nombre de messages : 105
Localisation : Un beau repaire de romancier...
Loisirs : Multpassionnel ; j'aime l'écriture , la photo , les bagnoles , la vie , la généalogie , l'histoire de France , la détection de métaux , internet , les gonzesses , la télé , le vélo , mes animaux ... et je dois en oublier ...
Date d'inscription : 26/11/2015

MessageSujet: Re: Cadavre exquis (jeu)   Mar 22 Déc 2015 - 20:57

Chapitre 1:
Van monta dans son vieux Combi Volkswagen si fidèle et qui démarra au quart de tour ,puis , il s'en alla ,dans un nuage de poussières et de fumées mêlées vers de nouvelles aventures à travers le désert mystérieux.
Un vieux tube des années 80 dans les oreilles, chantant à tue-tête tandis que les dunes de sables se succédaient derrière la vitre sale, la moitié de la journée passa sans qu'il ne pense un seul instant à elle.
Il entamait une chanson de Lio, quand soudain son véhicule percuta quelque chose.

L'air bag, qu'il avait eu la bonne idée d'installer la veille, se déclencha, embrassant son visage à un point tel qu'il manqua de s'asphyxier.
-Putain de merde! jura-t-il en s'extirpant du tacot.
Aveuglé par la terre sèche portée par les vents violents du plateau, il sauta pied-joints sur ce qu'il pensait être de la terre pour se retrouver dans une sorte de grosse pâte informe et chaude qu'il ne tarda pas à reconnaître.
— Mais c'est pas vrai. Lorsqu'on a la poisse on l'a toute la journée, et il fallait que ça arrive aujourd'hui!

Bon sang ! Heureusement qu'il portait ses Ranger's ; Van était enfoncé dans une sorte de pâte auto durcissante jusqu'aux mollets .
Il concentra toutes ses forces(et il en avait à revendre) pour s'en dégager, convoquant l'ancien athlète de football américain qu'il avait été au lycée et qu'il avait peu à peu délaissé au fil des nouvelles passions de la vie qui s'étaient présentées à lui...c'est alors qu'un grognement le fit sortir de ses souvenirs adolescents.

Un grognement monstrueux digne d'un animal ou d'une "chose" qui arriverait des Enfers lointains , au delà de l'infini , un grognement que Van n'avait jamais oublié tant il avait eu peur il y 'a quelques années en arrière .
Puis un râle déchirant se fit entendre à travers la plaine qui peu à peu tombait dans l'obscurité de la nuit, une sorte de voile de fumée se mit à s'élever à l'avant de son capot dans l'air chaud de ce début de soirée, dont l'odeur écoeurante de souffre lui souleva le cœur et donna envie de rendre sa collation de cinq heures.

La pâte auto durcissante durcissait et la fumée devant son bus Vw ne venait pas du moteur mais d'une sorte d'ectoplasme rayonnant . Il comprit qu'il était dans les excréments de la "chose" et il sortit de cette matière qui était déjà presque solide .
"-Arrière vile créature des bas-fonds infernaux des Enfers ! Je suis ton maître et voici mon char!" dit-il en pointant d'un doigt long et fin son combi " Cède le passage devant ma puissance exubérante ou il t'en cuira ! Avada Kedavra!" déclama-t-il d'un ton grandiloquent à la manière qu'il avait vu faire dans deux trois de ses préférés films.
Le sordide ectoplasme le regarda avec ses yeux tout ronds, ne comprenant visiblement pas, et pour toute réponse éructa fortement, laissant notre ami Van bien pantois.

Mais Van, tout ancien marine qu'il était, n'était pas pour le moins prêt à parer toute situation qui se présentait, il enfouit sa main dans la poche de son blouson en cuir et en sortit son arme fétiche !
C'était une arme qu'il avait gardé de son passage dans une Société d'Investigations Paranormales (la SIP)qui avait connu ses heures de gloire dans les années 80 avant de se dissoudre à cause d'un "nettoyage" qui avait mal tourné . Cette arme , c'était l'ASPIROTÔME , un Aspirateur de Fantômes de Poche qui avait aussi fonction de scanner' et taser' et qui maintenait les entités maléfiques à distance .
Il brandit son nécessaire à nettoyage vers son agresseur et s'apprêta à déclencher le flux d'air anti-ectoplasmique...lorsqu'une voix merveilleuse et féminine le coupa dans son élan.
Cela devait être une illusion car cette voix qu'il reconnut semblait être celle de sa douce Grand-Mère qui avait rejoint les anges du ciel il y a six mois . C'était irréel !
"Van", chantonnait-elle, "Van, Van, Van, Van" et c'est avec un frisson qu'il comprit que l'origine de la voix n'était autre que l'apparition qui se tenait devant lui.
C'est armé de toute sa haine envers la femme qui l'avait déguisé en fille pendant sa petite enfance que Van défit le chien de son arme ; et il aurait dû tirer, il aurait dû... s'il n'avait vu dépasser de l'inquiétante silhouette un bras, un bras plus qu'humain : un bras fé-mi-nin.

"-Ne cherche pas à me tromper ! Tu n'es pas Amélie ! Tu n'es rien d'autre qu'une vieille aigrie juste bonne à espionner derrière tes rideaux poussiéreux les passants sur lesquels tu médis! Tu as toujours été là à critiquer les autres, bouffée par la jalousie que tu étais! Elle était mauvaise pour moi que tu disais! Elle..." il tomba à genoux et sanglota "Et je t'ai écoutée...je l'ai...".
Il voulut parler mais plus aucuns mots ne pouvaient sortir de sa bouche à part une sorte de chant intérieur , inaudible mais très profond ; la musique psychotique de l'antichambre des Ténèbres.
Sa tête résonnait de cette musique démoniaque à laquelle il ne pouvait se soustraire et dans un geste désespéré, il boucha ses oreilles et ferma les yeux pour ne plus l'entendre, en vain. Mais quand il souleva les paupières et parcourra le paysage, tout avait changé.


Ces mélodies infernales semblaient avoir un effet magique sur le temps et Van se rendait compte peu à peu qu'il était retourné dans le passé . Il était dans son propre passé .
Une chose ronronante se frotta à ses pieds.
Cette chose ressemblait à un chat mais ce n'était ni félin , ni animal .
"Tiens, mais qu'est-ce donc ?"
On dirait une sorte de petit cactus couleur fauve avec des moustaches de chats et des piques de hérissons et ce cactaceae travesti semblait chercher des caresses .

_________________
Ma présentation est ici : minoumyope
Mon jeu du "cadavre-exquis" s'anime bien , merci . Vous pouvez y participer en cliquant sur le lien suivant :
Je suis un jeu d'écriture fantastique


*** Lisez ICI mon essai de type fantastique et dites moi ce que vous en pensez sur son fil de commentaires .
Cherchez aussi quelques essais de poèmes dans les sections adéquates . Merci .


study
Mon slogan :
Deux choses sont infinies : l’Univers et la connerie humaine. Mais en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.
– Albert Einstein.


------

Le temps ne fait rien à l'affaire ....
Revenir en haut Aller en bas
 
Cadavre exquis (jeu)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tim Burton's Cadavre Exquis
» Cadavre exquis sujet 1
» Cadavre Exquis
» CADAVRE EXQUIS : Collaboration littéraire
» Cadavre exquis [Bagieu, Pénélope]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Exercices d'écriture :: Défis d'écriture-
Sauter vers: