Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Fée et le Loup (Version 1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mango
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal


Nombre de messages : 52
Date d'inscription : 19/02/2016

MessageSujet: La Fée et le Loup (Version 1)    Mar 15 Mar 2016 - 20:39

(Ce petit texte sans aucune prétention a était écrit cette après midi après le travail.Il m'a permis d'assouvir un grand fantasme d'écriture : réunir dans un récit ,une histoire ,un personnage de film que j'adore,et le plus dangereux des individus née sous ma modeste plume.C'est une première version,un premier jet,d'autre suivront sans doute,et l'ont peut méme voir cette scène comme une sorte de "préquel" a ce film et ce personnage qui me sont cher)

Version 1

La pièce possédait une importante surface pour une chambre.Le sol était recouvert de marbre de qualité,lourd ,avec une teinte authentique. Il l'avait posait lui même il y a huit ans.Lorsqu'il avait commencé a travailler pour Monsieur Vrongenstein. La fenêtre était ouverte ,se qui permettait au timide soleil,a la chaleur timoré du printemps,typique des pays d’Europe de l'est de pénétré dans la construction.

L'homme entra et posa la petite femme dans le lit avec une délicatesse exemplaire.Cette dernière dormait a point fermé.La journée avait était particulièrement exténuante pour sont corps fragile et vulnérable.

Ce dernier était d'une taille plus grande que la moyenne et solidement charpenté.Large d'épaule,bien bâtis,ses muscles sur développé étaient visible sous sont costume noir haut de gamme.Il arborait une chemise blanche qui donnait un effet moulant,qui sublimait sont coté sensuel, déjà exalté possible.Une cravate rouge sang était placé autour de sont cou et renforçait l'élégance de l'ensemble.Le Charisme brûlant comme une journée de juillet,la virilité pousser a sont paroxysme,et plus ténébreux qu'une nuit sans lune et sans étoile.Sont visage avait une expression de dureté naturelle,renforcé par sa barbe de trois jours et ses yeux noisette au regard pénétrant.Ses cheveux en brosses était au confluant de trois couleurs.Le chatin,le blond et le roux.Des reflets roux se trouvait sur sa barbe.La nature implacable de cette individus était visible au premier coup d’œil ainsi que la noirceur de sont esprit.

Il se racla la gorge et posa sa main droite,au doigts long ornait d'une grosse bague en or sur le front de l'étrange petite dame.Elle n'avait pas de fièvre .Non,ce n'était juste qu'un coup petit coup de fatigue.Lentement il se pencha et déposa un baiser sur sont frond. La peau était douce,mais la chair froide.Lentement il retira sa veste de costume ainsi que sa cravate et les déposa sur le lit a coté de la jeune femme .Après quoi il ouvrit les premiers boutons de sa chemise,se qui eu pour effet de dévoilé un fragment des larges et profondes cicatrices,marque de brûlure et trace de blessure sur infecté jamais soigné, qui se trouvait sur ses larges pectoraux. Elimkhan était un homme qui avait vus bien des morts et des tourments.Et en avait causé bien d'avantage,au centuple .Elimkhan Mazarbaeif. Ces simples mots suffisait a faire dresser les poils sur la nuque des habitants de cette région et était inscrit au sombre folklore local.Le loup du Caucase.Le Canidé de Tchétchénie.

Il tourna la tète et observa la petite princesse dans les bras de Morphée.

Elle possédait un physique pour le moins insolite,une apparence ambigus et déroutante.Son visage au trait fin et harmonieux portait une expression de calme et de repos,ce qui contrastait avec les larges cernes qui s'entendait sous ses yeux.Sa taille était réduite,de toute sa hauteur,elle ne devait pas dépassé les un mètre trente.Sa constitution était fine,fragile,pour ne pas dire malingre.

Et bien que le loup du Caucase et la petite fée apaiser fussent quasiment du même age,tout cher la reine chétive lui donnait un aspect particulièrement juvénile voire enfantin. Un corps d'enfant,a la poitrine totalement absente,au hanche fine et au fesses peu développer. Tout cher elle rappelait les bambins et l'enfance.Pourtant ce n'était pas une petite fille.En témoigné de petite rides sur sont visage,les cernes et l'état catastrophique de sa dentition.L'étrange femme portait un haut de couleur rouge strié de noir,un petit blouson jean ou était accroché un Pin's rond arborant un smiley souriant jaune,le bas de sont corps était recouvert d'une petite jupe en dentelle,de collant marron en laine,et de ballerine noire.

Ses vêtements sublimait sont coté jeune fille pré pubère .Ce tableau des plus insolite était assombris par de longues,larges et profondes cicatrices qui recouvrait ses poignets et s’entrelaçaient .Des marques et des stigmates était encore plus présents sur sa nuque et sont cou,la peau meurtrit a plusieurs endroits.Ses cheveux était long et noir,s’arrêtant un peu après ses fragiles épaules,un nœud papillon bleu y était accroché.Bien que ses vêtements lui donné un coté décalé,excentrique et attachant,le mal être et le mal de vivre transpirait de tout sont être .Comme une douce folie rampante,une mélancolique allitération mentale,comme la proie d'un mal que l'ont ne peut pas identifier,et contre lequel ont ne peut pas lutter.Cette petite fée se nommait Leena Klammer.

Mais cela le Tchétchène patibulaire l'ignorait.Car la petite nymphe en exil ne révélait jamais sa véritable identité.Au yeux du monde elle portait le même prénom qu'une reine de l'Ancien Testament,une déesse de légende.Partout de part le monde les fils et les filles d’Israël lui vouait un culte et la célébrait au travers de la fête de Pourim.

Elimkhan s'assit au bord du lit et posa sa grosse main au niveau de la frêle cheville de l'étrange femme.Cette dernière tressaillit mais ne se réveilla pas.Un sourire se dessina alors sur le visage de la brune.Lentement et de manière délicate le loup lui retira ses ballerines .Après quoi il en fit de même pour ses collants marrons qu'il déposa a proximité.La petite fée était désormais pieds nus.Le mercenaire du Caucase sourit,dévoilant ses canines longues et pointus.

La petite princesse avait des pieds véritablement sublime.Les mains d'Elimkhan était plus grand que les arpions de Leena. Ses orteils était fins,correctement formé et régulier,ses talons était épargné de toute callosité blanche.Sa plante de pieds était ferme.Une petite chaîne en or était accroché autour de sa cheville droite.Un vernie noir étalé de manière approximative et en proie a l'extinction recouvrait les ongles de ses orteils.L'homme se remonta les manches.Il posa ses doigts sur la plante du pieds droit de la jeune femme.La peau était incroyablement douce,merveilleusement agréable ,souple et ferme.Rarement dans sa vie,le mercenaire du Caucase n'avait touché quelque chose d'aussi doux. Nonchalamment il saisit l'arpion de l'étrange femme et se mit a pétrir lentement la plante avec sont pouce,au niveaux de la base de ses orteils.Par un mouvement lent il fit descendre sa mains jusqu'aux talon.Puis remonta selon le même procédé.


A présent il le prit a deux mains dans un mouvement plus rapide,et plus fort.La petite dame tremblait légèrement a chaque contact .Elimkhan lutta de toute ses forces pour ne pas cédé a la tentation de passé sa langue entre les orteils de la petite fée.

Leena se réveilla. Dévoilant ses grands yeux étranges au pupille sombre.Sont regard était déstabilisant ,a la fois vide et vif,a la foi calme et agité,mettant le commun des mortels mal a l'aise.

Nullement choqué par la présence du loup,la petite reine s'étira et s'assit sur le lit.En voyant le mercenaire,elle sourit mettant au grand jours la nature déplorable de sa dentition ,recouverte de plusieurs couches de tartres.

-Tu aurait quelque chose a boire mon gros loup ? Du Vin ? Du whisky ? Du champagne ? Dit la jeune femme.

Sa voit était douce,fine,et incroyablement juvénile.Une voix de petite fille.Un accent fort était présent.Un accent lent et roulant les R plus que de raisons.

Elimkhan partis puis revint avec une bouteille de champagne. Leena la prit et bus une grande rasade directement a la bouteille,qu'elle eux du mal a maintenir en raison de ses petites mains.Elle rota puis sourit.La princesse était bien contente de pouvoir picolé a nouveau.A l'institut ils ne la laissaient pas boire.Simplement de l'eau claire après plusieurs demande,et les jours de fête elle avait droit a un verre d'un horrible jus de pomme.

L'homme alluma une cigarette puis la tendit a la brune.Cette dernière en aspira quelques bouffée puis allongea les jambes en les croisant.A nouveau le mercenaire tchétchène posa sa main rugueuse sur sa plante de pieds. Leena sourit.

-Fait juste des effleurements mon gros loup. dit elle

Avec un hochement de tète Elimkhan s'exécuta. Lentement il laissa ses doigts parcourir le dessous des pieds de la brune atypique,de la frontière avec ses orteils a la lisière de sont talon,effleurement doucement la peau,caressant très lentement l'épiderme.

Pour Leena la sensation était a la fois apaisante,douce,stimulante et sensuelle. Après plusieurs minutes l'homme se leva,remit sa cravate et re enfila sa veste de costume.Puis il prit la parole.

- Tache de te reposer,demain la journée sera longue pour toi.Monsieur Sullivan vient d'arrivé.Il a parcourus plusieurs milliers de kilomètres,juste pour toi.

Bien que non identique,l'homme avait également un accent très semblable a celui de Leena.

L'expression de la brune devint plus renfrogné mais elle ascisa sans répondre.

-Si tu lui plais,alors il t’achetera. Et t'adoptera dans sa famille.Et se sera pas une mauvaise vie,il est riche et habite en Amérique.

Le visage de la petite Leena s'illumina alors.Un sourire béat fendit sont visage et des larmes commencé a affluer dans ses yeux étranges .L’Amérique .Les états unis.Tout sa vie,elle avait rêver de partir dans ce pays merveilleux.Elle n'avait retrouver sa liberté a cette effet.Elle ne vivait que pour sa.Espérant de toute sont âme pouvoir vivre heureuse dans l'abondance et avoir un père. Un papa.Un gentil papa.Elle adorerait sa.Elle en avait tellement envie.

--Monsieur Sullivan est un amis de mon maître. Mon maître sera présent lors de votre rencontre.Dans ton intérêt il est a espéré que tout se passe bien.Mon maître a horreur que les choses tourne mal,ne lui fait pas perdre la face,c'est lui qui ta recommandé.

La bonne humeur,voire l'émotion qui avait envahit la brune disparus en partie.

Elimkhan se baissa et déposa un nouveau baiser sur le front de l'étrange femme.

-Tu est si adorable,sa serait dommage qu'il t'arrive malheur.Dit l’homme en s'éloignant ,fermant la porte derrière lui

La demoiselle se leva du lit,et ramassa le champagne dont elle ingurgita d'une traite le reste de la bouteille.

Des larmes coulait sur les joues de la petite malade.Enfin le destin lui souriait et de beaux jours l'attendait.

Pour une fois une lumière était apparut au bout du tunnel.

Sans doute trouvera elle l’être capable de fait battre sont petit cœur.

C'était la gloire de l'amour.
















Revenir en haut Aller en bas
 
La Fée et le Loup (Version 1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Legend Of The Wolf:
» Pride and Prejudice version loup-garou
» Les loups-garous "version Twilight"
» Les loups-garous de Thiercelieux... version Disney
» Documentaire "Abyssinie, l'appel du loup"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits contemporains/polars :: textes contemporains/polars-
Sauter vers: