Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Roman] Une femme en devenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lahna paine
Hey, soyez cool, je suis nouveau!


Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 13/05/2016

MessageSujet: [Roman] Une femme en devenir   Ven 13 Mai 2016 - 21:04

(Début du premier chapitre)

CHAPITRE I

Je tente de soulever une paupière. C'est dur, elle pèse une tonne, encore plombée de la murge de la veille. J'ai le cerveau en fusion, la bile dans la gorge, l'estomac retourné.
J'enfonce ma main dans l'oreiller, ce con fuit sous ma pression, ma tronche s'enfonce encore plus. Une difficile hissée sur l'avant bras, un œil qui émerge malgré lui. Retourné boulé, c'est fait.
Merde.
Il est encore là.
Je ferme les yeux, enfin, je fais semblant, le temps de voir s'il est réveillé. Hop, ouverture, fermeture, genre je cligne mais je vois rien, suis dans les vapes, je capte pas.
Ouf, il est tout aussi déglingué le gars.
Le gars... Serait temps que je remette un peu les choses dans l'ordre.
Allez, concentration extrême, si l'on fait fi des vrilles qui me transpercent le cerveau, du trou dans le ventre, de la soif qui me dessèche la gorge.

Alors... Hier...
Arf, ça devient dur. J'ai la tête dans le c.. et pas en condition. On va attendre encore un peu.
Cela dit, pour ce que je m'en souvienne, un bon coup, je crois que j'ai joui.
Je le crois, pas sûr, mais ça devait être pas mal.
Je me concentre un instant sur mon corps, sensation de plénitude ou pas ?
Ouif, suis plus aussi affamée. Mais j'ai encore envie. De lui ?
Je l’observe sous le voile de mes paupières à demi baissées.
Beau mec, visage plein et rond, beaux traits. Carrure sympathique si l'on en juge par les plis du drap et mes vagues souvenirs.
Ah oui, ça me revient... Faudrait que j'arrête de boire...
Un bon moment. Un peu rapide, mais il sait y faire. A cette pensée, contraction d'une partie bien spécifique de mon anatomie, face arrière... Ah oui, quand même... Hmm oui, pas si mal... Culotté, si vous me permettez l'expression, belle déculottée même...
Pour un plan rencontré en boîte, on aurait pu s'attendre à pire.

Cela dit, pas envie de partager le ptit déj' et les mamours du réveil. Je m'hélitreuille du lit à force de volonté, et surtout de la trouille d'un face à face prématuré et fonce sous la douche. Une bonne nuée bien vigoureuse sur la face et je reprends mes esprits. Coiffage décoiffage expert et express, pinçage de joues pour la bonne mine façon naturelle.
Bon, faut le jeter, le monsieur, now.
Déjà avaler un truc pour caler cet estomac qui joue la javanaise. Direction frigo, lait à la bouteille, banane, (non, ne penser à aucune allusion), et tiens, pourquoi pas ce bout de fromage qui traîne. Faut se remplir pour atterrir. Pis comme bouclier anti-bisouilles, l'haleine parfumée au Saint Nectaire, ça le fait pas mal. Tant pis pour le glamour, faut pas qui s'gourre.
J'évite les miroirs, je rase les murs jusqu'à ma chambre. J'inspire, je fige un sourire. Je hais ce moment. Mais je hais plus encore le voir dans mon lit.
Je me pose près de lui, le secoue d'une main douce, quand elle se voudrait sans ménagement, sourire hypocrite toujours collé aux lèvres. Voix douce et suave :

- "Il est tard, tu dois te lever. Mes enfants vont rentrer..."
Rien à dire de plus, ça devrait le faire fuir.
Sans faute il se redresse.
- "Tes enfants ?"
Et je vois sa face se contracter d'angoisse...
- "Oui, je n'ai pas eu le temps de t'en parler hier soir, mais..."
Il ne me laisse pas finir ma phrase, saute du lit, dans ses fringues, dans sa caisse.

Profond soupir. Mélange de relâchement, de soulagement, et cette once de déception, légère amertume au fond de la gorge. Ne pas la laisser s'installer, enfler.
Vivement dimanche qu'ils disent ! Je traîne le reste de la journée, en évitant la télé.
Ben oui, j'ai menti, les monstres ne seront pas là avant demain.
Deuxième soupir. Relâchement et soulagement, et cette once de nostalgie, légère crispation au fond du cœur. Ne pas la laisser s'immiscer, gagner.
Le reste de la journée s'étire, comme un chewing-gum  fondu par la canicule, collé sous ma semelle de plomb.

(à lire ici aussi pour suivre au fur et à mesure de l'écriture https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=6893311084499181268&pli=1#editor/target=post;postID=2835871219372406620;onPublishedMenu=posts;onClosedMenu=posts;postNum=8;src=link
)
http://ecrire.ingoo.us/t6406-roman-une-femme-en-devenir#158726
Revenir en haut Aller en bas
 
[Roman] Une femme en devenir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Roman] Une femme en devenir (suite2)
» Chrétiens: Enseignons-nous (La femme pasteur?)
» [Monfils, Nadine] La vieille qui voulait tuer le bon dieu
» DEVENIR UNE VRAIE FEMME!
» [R, Sabrina] La gifle, ma vie de femme battue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits contemporains/polars :: textes contemporains/polars-
Sauter vers: