Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ma belle inconnue [texte court]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tassa
J'adore ce forum!
avatar

Masculin Nombre de messages : 259
Age : 25
Localisation : Tout au bout de la terre, en face de la mer!
Loisirs : Chevaucher l'imagination vers de nouveaux horizons
Date d'inscription : 28/09/2016

MessageSujet: Ma belle inconnue [texte court]   Sam 8 Oct 2016 - 18:05

Il y a quelques jours, un souvenir m'est revenu. Souvenir d'une soirée de jeunesse qui m'a donné envie de prendre ma plume. J'espère que ça vous plaira Smile

MA BELLE INCONNUE

Enfoncé dans une banquette au Starbucks, j'attends, un café posé devant moi. Une fine fumée monte du breuvage, porteuse d’arômes de cannelle et de noisette.
Sur ma table, mon téléphone, ouvert sur un sms reçu. Une seule phrase le compose. « Je vais avoir du retard. ». Quand je l'ai reçu, elle en avait déjà 10mn. Je pousse un grognement.

C'est notre premier rendez-vous, et c'est déjà mal engagé avant même de commencer.

Elle a 18 ans, moi 20, et je l'ai abordé trois jours auparavant. C'est la première fois que j'ai ce genre de rendez-vous. Bien sûr, j'ai déjà fréquenté des femmes. Mais c'est la première fois que j'attends une inconnue. Il y a trois jours, j'ai abordé une jolie fille dans la rue. Je ne l'avais encore jamais fait.  

Je ressens encore l'adrénaline qui a déferlé en moi. J'ai engagé la conversation avec une plaisanterie douteuse, elle a eu la politesse de rire. Je me suis présenté, elle m'a dit qu'elle était étudiante en art. Je ne sais trop comment, le courant a passé. La peur au ventre, je lui ai proposé de se revoir autour d'un verre. Miracle, elle a accepté. J'étais sur un petit nuage le reste de la journée.

Seulement voilà, nous sommes trois jours plus tard et cela fait 30mn que je patiente. Je lui ai envoyé « Je t'attends au Starbucks en face de l'Indiana », le bar où nous avons rendez-vous. Pas de réponse. Un début de colère bouillonne en moi alors qu'une pensée horrible me traverse l'esprit. Elle n'oserait tout de même pas me poser un lapin tout en me faisant croire qu'elle arrive?

Je bois une gorgée de mon breuvage. Dehors, la nuit est tombé, et les passants sont emmitouflés dans d'épais manteaux.

Quand enfin, je n'y crois plus, mon téléphone sonne. « Je descends du métro ». Joie, tension. J'avale mon café en vitesse et sors.

Je l'aperçois dans sa veste d'aviateur. Elle est encore plus jolie que dans mon souvenir, mais son retard me reste en travers de la gorge.

Elle dépose un léger baiser sur ma joue, nous nous asseyons à l'intérieur de L'Indiana café.

« Je suis désolé d'être en retard, mon prof m'a retenu après les cours », dit-elle.

Tu aurais pu me l'expliquer par sms. Je le pense, mais je n'en souffle mot.

« Pour me faire pardonner, je t'ai ramené un petit cadeau ».

Je la regarde, étonné. Elle me tend la main, au creux de celle-ci, une fleur, un crocus.

« Je l'ai cueilli sur la route, dans un bac à fleur », explique-t-elle.

Je suis soufflé, interloqué. Je regarde la fleur jaune, minuscule, et je ne sais quoi dire. Cette petite attention m'a touché au delà des mots. Je me sens fondre. Je crois que je suis en train de tomber amoureux.

_________________
"On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas" Invité, ou peut-être bien Victor Hugo, je ne sais plus



Revenir en haut Aller en bas
 
Ma belle inconnue [texte court]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Texte court] - Le portrait - G
» [Texte court] - La croix, l'étoile et le croissant - G
» Texte court : Une histoire simple
» [Texte court] - Retrouver sa jeunesse - G
» [Texte court] - Juste pour le plaisir - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits contemporains/polars :: textes contemporains/polars-
Sauter vers: