Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Enflammés - Commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PetiteMarie
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 20
Localisation : Un fil pendu sur le chaos de l'Univers
Loisirs : Peindre, écrire, dessiner, philosopher, discuter, danser, boire
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Enflammés - Commentaires   Sam 24 Déc 2016 - 4:35

Bonjour à tous !!

Mon nom est Marie, je suis nouvelle ici Razz


Je vous invite à laisser vos commentaires pour mon texte Enflammés qui n'est qu'une ébauche je tiens à préciser. Vos conseils seront grandement appréciés, ainsi que vos appréciations personnelles !

->lien vers le texte : Enflammés

J'aimerais beaucoup savoir si vous avez ressenti quelque chose et comment l'améliorer et rendre tout cela encore plus excitant !

Je m'engage aussi à participer activement au forum et à vous lire et vous commenter pour favoriser les échanges génial

Merci ::love:: ::love:: ::love:: ::love:: ::love:: ::love::


Dernière édition par PetiteMarie le Mar 27 Déc 2016 - 4:37, édité 1 fois (Raison : Ajout d'un lien hypertexte)
Revenir en haut Aller en bas
Ametis
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 868
Localisation : Au pays du thé et des corgis !!
Loisirs : Dessin, écriture, théâtre, musique, cocktails...
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Lun 26 Déc 2016 - 2:49

Hello Petite Marie !
Ton texte a l'air très intéressant, je lirai ça plus en détails demain ^^

Je voulais juste te conseiller d'aller te présenter auprès des autres membres, dans la partie "présentations des membres", on sera surement plus enclins à vouloir lire et commenter ton texte si on te connait un minimum Smile Sinon ça fait un peu "je débarque et je poste direct mon texte pour avoir des retours mais je ne m'intéresse pas au forum"
Au plaisir de te croiser sur les différents sujets ! ^^

_________________
"We are all stories, in the end. Just make it a good one."


Mon blog perso: Le Soliloque de Tess
Revenir en haut Aller en bas
PetiteMarie
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 20
Localisation : Un fil pendu sur le chaos de l'Univers
Loisirs : Peindre, écrire, dessiner, philosopher, discuter, danser, boire
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Mar 27 Déc 2016 - 3:57

D'accord merci j'y vais de ce pas je ne savais pas que les gens lisaient les présentations :')
Revenir en haut Aller en bas
Tassa
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 419
Age : 26
Localisation : Tout au bout de la terre, en face de la mer!
Loisirs : Chevaucher l'imagination vers de nouveaux horizons
Date d'inscription : 28/09/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Mer 28 Déc 2016 - 12:14

Allez, je me lance dans la lecture de ton texte!

Et comme je suis un garçon obéissant et drôlement influençable, je mets du Nirvana en fond sonore (tu m'as pris par les sentiments^^)

Citation :
Un moustique tournoya en boucle autour d’elle, petite agitation volante. Elle l’aurait voulu voir prendre en feu. Tison incandescent, projeté de sa pensée enflammée. Elle bouillonnait intérieurement, sa rage, sa fougue ne sachant pas où se déverser. Elle était tranchante, nette, affûtée, prête à fendre, mais ne sachant pas où fendre, elle restait trépignante sur place, agacée par la vacuité opaque du monde autour. Comment repérer une piste dans le vide ? À quoi offrir son énergie lorsqu’on a aucune prise ?

Joli paragraphe, pleine de belles images, ça commence fort! Un peu obscur par moment cela dit, tu gagnerais à donner un sens plus clair.

Citation :
La jeune fille regardait autour. Elle cherchait toujours une prise. Des visages anonymes l’entouraient. Leur surface dure et impénétrable reflétait l’agonie dans laquelle elle baignait. Elle cherchait leur regard, elle cherchait à entrer en eux, à se faire remarquer, à laisser une trace. Regardez-moi ! Dites-moi que je suis vivante ! Mais elle ne pouvait compter sur personne pour se prouver son existence.

Cette histoire de prise m’embête, je ne la comprends pas. Peut-être que ce sera plus clair en continuant? J'aime ta façon d'exprimer les sentiments de la jeune fille.

Citation :
Elle ne me vit pas qui la suivait. Si elle avait pu sauter sur moi, elle l’aurait fait. Elle avait les griffes sorties, le regard traquant, tout était bon pour elle.

Lorsqu’elle se déplaçait, elle caressait les rampes, les murs, tout objet réel qui intensifiait son sentiment d’être en vie. Elle touchait ses mains, ses cuisses, son visage. Je suis en vie, devait-elle se dire. Je suis ici, là maintenant, avec ces gens. Comme si sa seule réalité matérielle, sa présence physique sur terre ne constituait pas une vie en soit. Comme si la vie était quelque chose qu’elle cherchait au-delà, mais n’arrivait pas à trouver.

Il y avait un feu terrible en elle. Elle ne savait pas comment le laisser brûler hors d’elle. Ses pas étaient légers et ne laissaient aucune trace. Cela devait l’enrager.

En fait c'est un chat chadance ?

Citation :
Je la suivis dans le métro. Il démarra, et nous furent tous propulsés vers l’avant vers nos devoirs et nos tâches. Violemment en mouvement. Fermement cramponnés, nous retenons notre souffle, serrons les dents. Je ferme les yeux pour ne pas voir les murs qui défilent. Je suis pris au piège dans ce monstre. Pris dans cette machine aux parois dures et froides. Du bout des doigts, je chatouille le métal. J’aplatis ma paume et sens la résistance du matériel. Résistance inébranlable.

Étrange ce changement de temps dans la narration.

Citation :
Il y a toujours des gens dans le métro. Jamais les mêmes. Nos corps voguent ensemble. S’ignorent superbement. Des corps plantés là, obstinément individuels, présents et existants près de moi, mais distants, repliés sur eux-mêmes, se courbant, disparaissant dans un monde abstrait. Une fuite temporelle. Nous tentons d’oublier que nous sommes là les uns avec les autres. Ce n’est qu’un déplacement. Un mal nécessaire de proximité violente où nous nous efforçons de tolérer l’autre, qui nous exècre autant que notre propre visage. La fille en face utilise son regard comme un phare qui embrasse tout autour. Son regard est terrible. Il cherche les yeux, cherche quelque chose, cherche-je ne sais quoi chez les gens. Elle se cherche peut-être elle-même dans le regard des autres. Ou bien cherche-t-elle à provoquer les corps fuyants, à faire sauter les barrières, à briser la monotonie de notre évitement routinier ?

Le début du paragraphe est une vraie merveille.

Citation :
Son regard me fait mal. Il amplifie à un degré impensable la situation dans laquelle nous sommes ballotés. Il raccorde les choses et ne permet aucun doute. Il perce une brèche dans les barrières muettes. Je vois sa main qui tâte les parois du wagon. Elle les ressent, elle veut les déchirer, elle veut déchirer les autres. C’est une prédatrice. Elle me lorgne. Je soutiens son regard. Je ne pourrais le fuir après qu’il est révélé si manifestement le jeu dans lequel nous sommes tous des acteurs. Je ne peux me défiler, je dois lui prouver que je suis aussi conscient qu’elle de cette perversion. Nous sourions. Malicieusement. Deux êtres qui voudraient sortir de leurs gonds.

Le narrateur aurait-il un attrait pour la violence? Il semble attirer par cette jeune si terrible, prédatrice, aux pensées si violente. Il y a quelque chose qui me laisse insatisfait là dedans. Je continue ma lecture.

Citation :
De ses écouteurs, je sens vibrer les dangereux airs de révolte d’un groupe rock. Le rythme, les sons des ténèbres, vibrations accusatrices, justes et perçantes. Frénésie partagée, qui invite à se perdre dans les coups de la musique, l’écho d’âmes blessées, le transport acoustique de leur déchirement qui ouvre les entrailles. Effet psychédélique enivrant et coulant. Je sais comme elle est transportée et saisie par une envie de destruction et de reconstruction. Faim insatiable. Elle veut tout détruire, se détruire, créer autre chose. Ailleurs. Se perdre. Prétendre. Ne pas faire partie du jeu au-dessus de nos têtes. Sombrer dans les ténèbres pour fuir le monde réel.

Voilà qui allait bien avec ma musique de fond, ça me plaît! Mais pourquoi les airs "dangereux"?

Citation :
Comment ignorer la foule parée de bijoux et ne pas cracher sur leurs yeux fermés ?

Je sentais qu’elle était une planète gravitant autour de nous, et je voulais la visiter, comprendre ce monde qu’elle seule connaissait. J’étais une comète qui voyait sa trajectoire s’aligner fatalement sur cette nouvelle terre inconnue. Et son regard rivé sur moi semblait une invitation ardente à la rejoindre dans ses sombres desseins.

Je savais qu’elle ne ferait qu’une bouchée de moi. Ses yeux de prédatrice, ses fines lèvres qui cachaient la morsure, ses doigts qui brûlaient de s’effiler contre moi… elle voulait me prendre au passage, sucer mon essence pour se rassasier, me violer, jouir de moi, prendre tout de moi et me faire sienne, continuité d’elle-même… Je sentais la connexion qu’elle désirait, c’était elle qui m’attirait, m’aimantait, son doux regard cherchait à partager son être, à s’épandre, à se donner follement dans une union intense et momentanée. Elle avait soif. Je sentais déjà la brûlure dans mon cou.

Fuis, pauvre fou, tu es perdu!

Citation :
Elle était un volcan en irruption.
Une mer déchaînée.
Un solo de guitare.
Un tigre décongelé.
Un ours au printemps.
Un dépressif retrouvant son idéal.
Belzébuth mutant en oiseau.
Un homme auquel pousse des ailes.
Une falaise à l’horizon vibrant, dans laquelle se jeter.
Un fruit éclatant de couleur qui criait : mangez-moi ! Avalez mes pépins !
Que croît en vous mes fruits incandescents !

Certaines métaphores sont bien trouvées, mais d'autres un peu en dessous. Un solo de guitare, je trouve ça un peu faible, pas assez évocatif, comme pourrait l'être par exemple "un air de guitare endiablé", et puis ça rime. Pareil pour le tigre et l'ours. "Un tigre en cage qui en aurait retrouvé la clé", ou quelque chose comme ça?

Citation :

Elle était cannibale. Possessive. Collectionneuse. Tout l’attirait et la subjuguait, je la voyais mater tout autour et le vouloir pour elle seule. Curiosité infinie.
Elle voulait saisir, manger, avaler, dominer, posséder…
Elle avait cette singerie qui mord les pieds de l’humanité. Elle pouvait tout fracasser avec sa rage aventureuse qui lui venait d’une profonde source embrasée. C’était une force qui mordait, vivante, déchaînée, un lion en liberté…
Elle était terriblement sauvage et dangereuse. Une anomalie qui déchirait la tapisserie de la vie courante d’un regard meurtrier.
La trame s’arrêta, elle se leva et sortit. Hésitant, terriblement appâté, sachant que c’était impossible de recroiser un tel feu à nouveau, je la suivis. Je ne me sentais pas prédateur. J’étais sans aucun doute sa victime.

Haha, je sentais bien qu'il était maso :yees: !


Plus sérieusement, maintenant que j'ai tout lu. J'aime bien, j'aime beaucoup même. On ressent la même curiosité malsaine que le narrateur face à sa "prédatrice".

J'aurais tout de même aimé que tu détailles plus l'attirance qu'il ressent, cette attraction si pleine de contradictions qu'il éprouve. Montrer pourquoi il n'a pas le choix. Pourquoi c'est plus fort que lui. Retravailler quelques passages aussi. Gérer ces petites erreurs de temps.

Si je te dit tout cela, c'est parce que tu nous livres un texte qui pourrait devenir très bon, génialissime même. Je sens un très bon potentiel!

En tout cas merci pour le partage, et je lirais ce que tu nous proposes par la suite avec le plus intérêt!

_________________
"On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas" Invité, ou peut-être bien Victor Hugo, je ne sais plus



Revenir en haut Aller en bas
PetiteMarie
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 20
Localisation : Un fil pendu sur le chaos de l'Univers
Loisirs : Peindre, écrire, dessiner, philosopher, discuter, danser, boire
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Jeu 29 Déc 2016 - 8:49

Salut Tassa Smile

Wow !! J'ai lu ton commentaire avec grand intérêt !! Merci pour cette critique détaillée et très constructive c'est très apprécié! Ravie que tu aies apprécié mon petit texte :3 je l'ai écrit rapidement quand je sentais brûler le feu de la vie et j'ai voulu y donner une seconde dimension en y ajoutant un observateur, ce qui en fait toute la dimension insatisfaisante peut-être hahaha

tu m'as fait remarquer le changement dans le temps je vais y remédier, et améliorer mes métaphores Razz merci pour les propositions !! je vois plusieurs façons d'améliorer le tout.

c'est difficile donner de la valeur à un texte par soi-même, mais maintenant tu me donnes envie de le retravailler pour de vrai , je reviens avec une nouvelle version sous peu !! Smile

Et cette histoire de prise, était elle plus claire en avançant ? en fait je veux surtout montrer que cette fille avance sans avoir de prise dans la vie, donc libre et ouverte à tout, c'est une idée assez floue, je ne sais pas si elle transparaissait dans le texte ?
Revenir en haut Aller en bas
Tassa
Accro au forum ? Oui, pourquoi ?
avatar

Masculin Nombre de messages : 419
Age : 26
Localisation : Tout au bout de la terre, en face de la mer!
Loisirs : Chevaucher l'imagination vers de nouveaux horizons
Date d'inscription : 28/09/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Ven 30 Déc 2016 - 20:52

Citation :
c'est difficile donner de la valeur à un texte par soi-même, mais maintenant tu me donnes envie de le retravailler pour de vrai , je reviens avec une nouvelle version sous peu !! Smile

Tant mieux, hâte de voir cela!

Citation :
Et cette histoire de prise, était elle plus claire en avançant ? en fait je veux surtout montrer que cette fille avance sans avoir de prise dans la vie, donc libre et ouverte à tout, c'est une idée assez floue, je ne sais pas si elle transparaissait dans le texte ?

L'idée est clair quand tu me l'expliques comme ça, mais j'ai bien peur qu'elle ne le soit pas du tout dans le récit.

_________________
"On ne souffre jamais que du mal que nous font ceux qu'on aime. Le mal qui vient d'un ennemi ne compte pas" Invité, ou peut-être bien Victor Hugo, je ne sais plus



Revenir en haut Aller en bas
PetiteMarie
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 20
Localisation : Un fil pendu sur le chaos de l'Univers
Loisirs : Peindre, écrire, dessiner, philosopher, discuter, danser, boire
Date d'inscription : 24/12/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Sam 31 Déc 2016 - 2:25

REBONJOUR chers lecteurs-trices assoiffées !!

J'ai retravaillé mon texte et je dois dire que je suis assez fière du résultat !

Le début est différent, j'ai ajouté une fin, et séparé le tout en quatre parties pour rendre cela plus facile à lire !

Tassa j'ai pris en compte tes conseils judicieux tu verras les changements !

J'aimerais beaucoup avoir vos commentaires pour savoir ce qui devrait encore être améliorer et surtout savoir si cela vous plaît !! N'oubliez pas d'écouter du Nirvana pour sentir la force de la vie vous pénétrer profondément Twisted Evil

Bonne lecture ::love:: ::love:: ::love::
Revenir en haut Aller en bas
Djevelen
Apprentie Marchombre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1696
Age : 16
Localisation : Dans les vapes...
Loisirs : Etre ici, tout simplement.
Date d'inscription : 30/08/2016

MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   Jeu 5 Jan 2017 - 16:54

Alors, je n'ai absolument pas lu ce qu'avait écrit les autres, donc, si je répète, désolé !

Il faisait noir. Je regardais mon cellulaire. Il était 7h24.
Je suis désolé, mais qui dit encore un cellulaire de nos jours... Ce n'est pas que je n'aime pas les mots anciens, (c'est la vie <3), mais... Cellulaire ? affraid cheers

l’asphalte
Mon dieu, que j'aime ce mot !!!! Oui, on se contrefiche de cette remarque... happyO

Au bout de celle-ci, une jeune fille, les cheveux fous, sauta les marches avec entrain, vigoureusement.
Je dois avouer que cette image de jeune fille aux cheveux fous est parfaitement à sa place dans ton histoire !!!

Elle l’aurait voulu voir prendre en feu.
Aouch ! Une petite faute d’inattention ! Le pire ennemi des doigts tapant sur un clavier !

Elle bouillonnait intérieurement, sa rage, sa fougue ne sachant pas où se déverser.
Cette phrase semble bizarre et je pense que si tu mettais juste un petit "et" entre sa rage et sa fougue, cela passerait nettement mieux. D'ailleurs, bien que je n'ai rien contre celles-ci, je dois avouer que tu fais beaucoup de phrases extrêmement longues qui, parfois, sonnent mal.

Elle était tranchante, nette, affûtée, prête à fendre, mais ne sachant pas où fendre, elle restait trépignante sur place, agacée par la vacuité opaque du monde autour.
Cette phrase, néanmoins, est le total contraire de ce que je viens de dire... Hum... Hum...

Alors... Que dire très concrètement... ? En fait, j'aime cette idée de perdition, de lassitude qui, je l'avoue, est souvent présente dans mes écrits, donc je suppose que je me reconnais un peu dans ton style. Néanmoins, je n'imagine pas vraiment comment il peut y avoir une suite à ton texte. Pour moi, c'est un tout. Une nouvelle, une petite histoire, limite de la prose.

Bref, j'espère que je n'ai pas dit tout et n'importe quoi !

_________________


Djevelen, Djelena, Djenillem ou Djelou, à votre service !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enflammés - Commentaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enflammés - Commentaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dollhouse : avis et commentaires
» De Grand teton à Glacier en passant par Yellowstone - Vos commentaires
» Discussions, commentaires et prévisions sur Occupation Double...ici
» Vos commentaires sur les partenariats
» Commentaires sur la fanfic Castlevania : Rebirth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits contemporains/polars :: Commentaires-
Sauter vers: