Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rima68
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 5104
Age : 23
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 16/01/2010

MessageSujet: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   Mar 21 Mar 2017 - 20:18

Nous voilà à notre premier point histoire, j’en posterai régulièrement l’un ou l’autre dans cette partie du forum sur divers sujets ayant attrait à l’histoire et pouvant être utile, soit pour créer un monde, soit comme source d’inspiration.

Aujourd’hui, je vous parle des rois chrétiens, particulièrement français, et de la construction de la royauté, de l’imaginaire qui se cache derrière. Je reprends ici le titre de l’ouvrage du célèbre historien Marc Bloch, Les rois thaumaturges, de 1924 que vous ne connaissez sans doute pas et que je n’ai pas lu, mais il s’agit d’un ouvrage central traitant d’une facette particulière des rois, leur qualité de thaumaturge. Si vous êtes normalement constitués (c’est-à-dire, si vous avez arrêté l’histoire en Terminale) vous vous dites késako thaumaturge ? Inutile de prendre la peine d’ouvrir un dictionnaire (ou de demander à Google), en fait, s’agit d’un adjectif qui qualifie quelqu’un qui peut faire des miracles (et du coup la thaumaturgie c’est la capacité de faire des miracles). Comme ça on est clair sur le vocabulaire.

Imaginez-vous, les monarchies européennes ont duré plus d’un millénaire, le premier roi des Francs (c’était pas encore la France à l’époque, c’était encore la Gaule) c’est Clovis, roi mérovingien dont on fait débuter le règne en 481 et en général vous le connaissez comme étant le premier roi catholique, puisqu’il se converti au christianisme.
Un pouvoir tel que celui-ci, qui se perpétue dans la durée (malgré des changements de dynasties), ça doit se légitimer, se justifier. Pour l’instant, pas une de nos républiques n’a duré le quart de la période couverte par la monarchie française (j’ai calculé, 1311 ans jusqu’en 1792 où la monarchie prend fin remplacée par le Directoire, puis une nouvelle fois entre 1815 et 1830 pour la Restauration et jusqu’en 1848 pour la Monarchie de Juillet), ça en fait un régime politique qui dure…

Avec la catholicité, c’est l’Église qui justifie ces pouvoir, le roi est sacré le jour de son couronnement, devient le lieutenant de Dieu sur Terre, il a une relation particulière avec celui-ci et ce pendant toute la durée de l’Ancien Régime (et après au XIXe aussi). Ce sacre et l’onction qui se généralise dans le courant du Moyen Âge (l’utilisation d’une huile sainte pour oindre la tête d’une personne qui est consacrée à Dieu, c’est une tradition qui a sa source dans l’Ancien Testament on oignait les rois bibliques, donc dans la Bible, voyez tout l’imaginaire religieux qui est derrière) symbolise donc cette particularité des rois, et pas seulement des rois français, mais aussi des rois anglais ou des souverains espagnols ou du Saint-Empire par après. Et bien sûr ça ne se fait pas du jour au lendemain, c’est une construction sur plusieurs générations. C’est par là que le roi l’est de droit divin, il est comme choisi par dieu.

La dynastie qui a particulièrement marquée la France c’est celle des Capétiens, le premier roi Capétien est Hugues Capet, il arrive au pouvoir en 987 (il est élu pour ce qui se demandent). L’idéal s’intensifie et se construit, celui qui dit que le roi est placé sur le trône par Dieu, qu’il règne par Sa volonté etc. Vous connaissez sans doute cette phrase : « Le roi est mort, vive le roi ». Ça peut vous sembler cynique, mais en réalité, ça reflète l’idée que la fonction royale ne meurt jamais et dès que le roi meurt, il y en a un autre pour prendre le relais (fils, petit-fils, frère, cousin plus ou moins éloignés). Le corps physique du roi meurt, mais celui symbolique de la monarchie continue à vivre et est immortel tant qu’il y a un héritier qui peut monter sur le trône, soit tant que Dieu le veut (c’est le concept des deux corps du roi). Littéralement Dieu car on parle de « miracle capétien » pour désigner le fait qu’il y a toujours eu un héritier en ligne directe jusqu’à la mort de Charles IV en 1328, sans héritier et mène à l’arrivée au trône des Capétiens de Valois, branche cousine (et après pareil avec les Capétiens de Bourbons lorsque Henri IV monte sur le trône, mais je m’égare)
En plus de ça, on ne pouvait critiquer vraiment le roi (sa personne du moins) sans que ça s’apparente à de la lèse-majesté, et oui, le roi est sacré, le remettre en question, c’est remettre en question l’œuvre de Dieu. Mais en général la population pouvait critiquer sa politique (dans les manifestations contre les impôts on criait « vive le roi sans la gabelle » un impôt sur le sel, vous vous imaginez de nos jours ? Personne ne crierai « vive Hollande sans la TVA ou sans la loi El Komri » dans les manifestations ^^)

Venons-en à nos thaumaturges, mais il fallait planter le décor. Les rois sont donc sacrés, ont une relation particulière avec dieu, sont plus que de simples mortels. De fait, on voit apparaitre une pratique sous les Capétiens et qui perdure jusqu’à la Révolution de 1789 (je crois que ça ne marche plus sous la Restauration les gens n’y croient plus, mais j’en suis plus sûre), celle du toucher royal.

Le jour de leur sacre en général, le roi possédait le pouvoir de guérir une maladie appelée les écrouelles, une maladie de peau (contagieuse). En général le roi touchait le malade, faisait le signe de croix et prononçait « le roi te touche, Dieu te guérit » et par après, ça évolue en « le roi te touche, que Dieu te guérisse ».
Alors vous devez vous dire, « mais ça les guérissait vraiment ? » ou encore « les gens devaient bien voir que ça ne les guérissait pas, pourquoi ils y croyaient ? ». Le fait est que, du point de vue de l’historien, ce qui est intéressant est non pas de savoir si ça marchait ou non (après tout il pouvait très bien y avoir un effet placebo), ce qui est intéressant, c’est de voir que les gens y croyaient. Au fond, peu importe ce qui est, ce qui importe c'est ce que les gens croient ou perçoivent (et c’est aussi le cas aujourd’hui en fin de compte).
Pendant des siècles ils y ont cru au toucher royal. Cela montre bien que la population entière voyait le roi comme une personne à part, pas un laïc (entendez non membre du clergé) comme les autres, mais pas non plus un clerc. Cela représentait le fait que le roi était souverain par la grâce de Dieu et pas pour une autre raison. Cela justifie sa présence sur le trône à gouverner une population bien nombreuse.
D’ailleurs les autres rois européens enviaient ce pouvoir au roi de France, les Rois Catholiques en Espagne ont tenté de se l’approprier sans succès, et les rois d’Angleterre l’ont aussi pratiqué mais moins longtemps que les nôtres (cocorico).

Maintenant j’en viens à justifier l’intérêt de cet article pour l’écriture. Si vous créez un monde, il faudra sans doute un système politique ; monarchique, présidentiel, autocratique, dictatorial, anarchique, peu importe. Et il lui faut une légitimité et une symbolique pour s’installer dans la durée (plus d’une ou deux générations). Une dimension plus large que simplement untel est roi parce que son père l’était. Comment la dynastie arrive au pouvoir, quel est le discours qui est autour ? Comment le roi assoit il son pouvoir ? Pourquoi lui et pas un autre ? Quel est l’imaginaire des gens ? Quels sont les mythes qui entourent le pouvoir et le justifie ?

Au Moyen Âge, l’imaginaire des populations, c’est le christianisme (pas forcément le catholicisme, les Romains à la fin de l’Antiquité le sont, mais les Francs sont soit païens, soit chrétiens ariens (à ne pas confondre avec les aryens, l’homme idéal d’Hitler), une forme d’hérésie (considéré comme contraire au dogme catholique qui a pris le dessus) qui considérait Jésus comme inférieur à Dieu alors que les catholiques les considèrent à égalité), le catholicisme se diffuse au début du Moyen Âge, et l’imaginaire des gens ce sont les récits de l’Ancien Testament, la Création, Adam et Ève, l’arche de Noé, David et Goliath, le roi Salomon tout ça. Les gens croient en Dieu, au Diable et aux esprits surnaturels, donc justifier son pouvoir par Dieu est parfaitement logique, voire calculé (au départ). À noter qu’il est dit dans la loi salique (les lois qui régissent la succession au trône de France) qu’un roi de France ne peut être que catholique (Henri IV a d’ailleurs dû se convertir au catholicisme pour monter sur le trône puisqu’il était protestant à la base).
La légitimité des rois de France est donc divine et ils s’allouent même des pouvoirs en général apanage des saints ; les miracles.

Aujourd’hui aussi, il y a des mythes aussi, vous pensez qu’on est plus malin que nos ancêtres, mais au fond, le pouvoir aujourd’hui est aussi justifié par la souveraineté populaire et la légitimité est due au vote (bon, il y a des remises en question parfois, certes, mais on va pas faire de la politique), à la constitution et à son respect. Ce n’est plus dieu qui met le roi sur le trône, mais le peuple qui élit un président. Quand le roi mourrait un autre le remplaçait, aujourd’hui, quand un mandat se termine, un autre commence, sans interruption.
L’imaginaire, c’est celui de la Nation, les symboles qu’on nous enseigne à l’école en éducation (morale et) civique, la Marianne, la Bastille, la République. On a nos saints et nos légendes, les Grands Hommes (et Femmes) du Panthéon, et avant ça les mythes qui ont fait la France, Jeanne d’Arc et compagnie.
Tout pouvoir doit être justifié, légitime pour être accepté par la population, pensez-y lorsque vous créez vos monde, et peut-être imagineriez-vous vos propres traditions de rois auxquels on prête des pouvoirs particuliers pour les magnifier encore plus.


Voilà, c'est un peu long, mais il faut ce qu'il faut. N'hésitez pas à me dire si c'est trop long, trop compliqué ou si au contraire vous n'avez rien appris ou que ça vous semble inutile. Bref, critiquez Razz
Et surtout n'hésitez pas à poser des questions si vous n'avez pas compris un truc ou si vous voulez des précisions Wink

_________________
"'I wish I had a hundred years' she said very quietly. 'A hundred years I could give to you.'" Patrick NESS A monster calls

https://mescarnetsdecrivain.wordpress.com

Moi, Rima, chatte pottée je fais régner l'ordre sur ce forum, tremblez floodeurs et trolls ! Je veille au grain !
duel

modérateur
Revenir en haut Aller en bas
Salut
modératrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 885
Age : 19
Date d'inscription : 10/11/2015

MessageSujet: Re: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   Mar 21 Mar 2017 - 21:39

Très bien Rima, maintenant, BOSSE TON CONCOURS!!!! XD

C'est super intéressant, ça me fait réfléchir Very Happy

Ton propos est extrêmement clair, et même si je n'ai rien appris d'absolument nouveau, ça fait quand même des rappels bénéfiques Wink
Revenir en haut Aller en bas
Tsubomi
Mouais, moi, je m'y connais déjà pas mal
avatar

Féminin Nombre de messages : 71
Age : 23
Date d'inscription : 23/02/2017

MessageSujet: Re: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   Jeu 23 Mar 2017 - 19:21

Merci Rima ! Smile

Tout est très clair, rien à dire. J'ai appris des choses grâce à toi, notamment en ce qui concerne le toucher du roi, je ne savais pas du tout que cela avait existé pendant tout ce temps !

En tout cas, cela fait réfléchir, tu nous apportes une vision différente de celle des cours d'histoire parfois bateaux qu'on a pu avoir Smile

_________________
"Nous n'existons sur Terre que depuis une fraction de seconde et,
si, demain, nous devons disparaître, notre absence passera inaperçue."

Ian Malcolm, Jurassik Park de Michael Crichton (1990)
Revenir en haut Aller en bas
Ametis
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 872
Localisation : Au pays du thé et des corgis !!
Loisirs : Dessin, écriture, théâtre, musique, cocktails...
Date d'inscription : 05/10/2016

MessageSujet: Re: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   Ven 24 Mar 2017 - 21:14

C'était vraiment très TRES intéressant... Je me suis rarement jamais plongée dans un cours d'histoire avec autant de soif de savoir.
Ca va beaucoup m'aider pour mon roman "L'Ordre" car c'est une monarchie. Effectivement, je ne savais pas que c'était pour ça qu'on avait eut des rois aussi longtemps. Pour moi c'était simplement rentré dans la tête des gens, genre "ouais ok c'est le roi, on y touche pas." Je ne pensais pas que son lien avec le divin était aussi important et que c'est ce qui le protégeait des rébellions.
"Vive le roi, sans la gabelle" ça je trouve que c'est du génie ! xD Je trouverai sans doute un moyen de replacer ça quelque part !

En tout cas merci pour ce cours, j'ai hâte d'en savoir plus !!

_________________
"We are all stories, in the end. Just make it a good one."


Mon blog perso: Le Soliloque de Tess
Revenir en haut Aller en bas
Dine
Grande Vété
avatar

Féminin Nombre de messages : 748
Localisation : un pays froid et humide
Loisirs : En plein travaux, de retour bientôt
Date d'inscription : 07/02/2016

MessageSujet: Re: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   Lun 27 Mar 2017 - 22:17

Super Rima! Non tout était clair, pas de problèmes et tu soulèves un point important avec la légitimité des souverains, je n'y avais pas vraiment pensé jusque là mais, crois-moi, ça risque de beaucoup m'aider si j'arrive à écrire mes prochains chapitres Super .

Et je déteste les Valois! XD

_________________
En plein travaux, de retour bientôt  hippo

"On qualifie d'impossible les choses que l'on n'a pas vraiment envie de faire."

                                                                                                      Mike Horn
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Point histoire n°1 : Les rois thaumaturges ou l'art de justifier le pouvoir en se donnant des superpouvoirs
» La Saga des Derynis, de Katherine Kurtz
» [1000pts/40k] Légion d'Anrakyr le voyageur
» Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants
» Match Point de Woody Allen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Ressources d'écriture-
Sauter vers: