Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le vampire qui voulais mourir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
w_ghost
Hey, soyez cool, je suis nouveau!
avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Localisation : Dans l’esprit d'un homme
Date d'inscription : 29/11/2016

MessageSujet: Le vampire qui voulais mourir    Dim 1 Oct 2017 - 17:15

En cette claire nuit, il contemplait le ciel étoilés et sont reflet fait par les hommes. Un panel de tours, bureaux, immeubles et autres bâtiments, mais surtout de véhicules roulant et klaxonnant qu'il regardait du haut de son balcon. Toute cette agitation lui paraissait bien futile par rapport au temps qui passait et son emprise sur les hommes.
Lorsque la Lune fut au zénith, un bruit le fit sortir de sa contemplation et de son admiration de l’effort humain. Il rentra dans son salon en prenant soin de ne pas oublier son verre avec lui ;il posa sur la petite table basse en fasse de son canapé en cuir noir où il s'assit. Cette salle était comme un bureau pour lui la porte d'entrée en face de deux fauteuils assortis avec au milieu la table basse tout aussi noir avec un plateau en verre. Dans un coin de la pièce un grand écran plat sur en meuble en métal brossé. Et de l'autre côté, un comptoir en marbre avec sur le mur derrière un immense tableau. Dans le reste du salon il y avait une bibliothèque remplie de vieux ouvrages et un meuble avec un grand aquarium et, à côté, un grand vase en cristal rouge sans aucune fleurs. Il entendit à nouveau le son d'une personne frappant à la porte. L'homme épousseta son costume blanc et resserra sa cravate rouge avent d'inviter les personne derrière la porte à rentrer.
Deux hommes en costume noir entrèrent avec entre eux un homme au visage couvert de sang. La tenue de ce dernier était constituée un pantalon noir qui avec bien vécu : rappé, délavé et les bas qui s'effilochaient. Quand a son pull bariolé, il était couvert de sang coagulé.
« Monsieur, voila l'homme que vous nous avez demandé d'aller chercher. »
-Bien fait le s’asseoir et sortez je vous prit.
-Je ne sais pas si c'est très prudent patron.
-Ne vous en faites pas j'ai ce qu'il faut. Dit t'il en sortant un arme de son costume avant de la remettre à sa place.
-Bien monsieur. Les deux employés se dirigèrent en direction de la porte.
-Attentez vous avez un chiffon pour lui nettoyer le visage. Et la prochaine fois, frapper moins fort pour qu'il puisse parler et qu'il soit plus présentable.
L'un des homme sortit un grand mouchoir blanc d'une de ses poche et essuya le sang du visage. L'autre s'adressa à leur patron :
-Désolé patron mais nous l'avons trouvé dans cet état.
-Voila monsieur si vous avez besoin de nous nous serons derrière la porte.
Après la sortie des deux agents, le maître des lieux croisa ses mains sur ses jambes.
-Je présume que vous savez pourquoi vous êtes là ?
-A vrais dire non. Mais puisque que je suis ici j'ai dû vous poser des problèmes.
Le maître des lieux sera ses mains encore plus fort. « Hier soir vous avez envoyer presque à la mort plusieurs de mes hommes. Donc pourquoi l'avoir fait et pour qui ?
-Je suis désolé mais je ne vois pas a qui j'ai fais du mal.
L'homme en costume blanc se leva, sortit son arme et la colla entre les deux yeux du pauvre malheureux en face de lui. « je parle des hommes qui déchargeaient le camion réfrigéré et que l'on a retrouvé agonisant sur le bas coté.
-Je me souviens, deux hommes qui vidaient un camion frigorifique, je leur ai posé des questions. Le plus grand m'a presque cassé le bras ; et je voulais vraiment des réponses donc je m'en suis pris au sien après quoi ils m'ont tout raconté. Je leur ai même laissé ma carte en cas d’éventuelle réclamation, puis je suis rentré juste avant le petit jour.
« Quand mon chauffeur les a trouvé, ils agonisaient.» Les phalanges du mafieux étaient devenues blanches à force de serrer son arme.
« Comme je l'ai dit je m'en suis juste prit a son bras pas au reste de sa personne. Et je suis toujours disposé a payer les frais d’hôpital » L'homme couvert de sang mit une main dans sa poche. Il senti le canon insister sur sont front.
« je veux juste sortir une carte pour vous la donner. » l'homme taché de sang senti la pression de l'arme se relâcher et au même moment un air russe se fit entendre dans la pièce.
Il sortit de sa poche un portable et un porte carte ; il décrocha et commença a parler russe.
« je vous pris de m’excuser, c'est une client important. » puis il reprit sa conversation en russe.
L'individu en costume fut surprit au point de baisser son arme et de boire plusieurs gorgées du liquide rouge que son verre contenait.
A la fin de sa conversation téléphonique, l'invité rangea sont portable et tendit une carte à son hôte. Il lut ''John archéologue, chasseur de trésors et de mythe''
l’homme à la cravate rouge posa son verre et pointa sont arme sur l'archéologue.
« John j'ai encore des questions, pourquoi être venu dans ma ville, pourquoi vous en être pris à mes hommes et pour finir pourquoi êtes-vous couvert de sang ?
-Je suis venu ici dans le cadre des mes recherches, vos hommes avaient un tatouage présent uniquement chez les membres d'une organisation en lien avec mes fouilles et le sang c'est celui de l’individu que vos livreurs ont vendu plus tôt
-Son nom et qu’est-il devenu ?
-Toski, vlorski ou un nom du genre ; il m'a dit qu'il connaissait mais qu'il ne dirait rien donc je l'ai torturé mais il na pas vendu la mèche donc je l'ai tué, arraché ses canines et immolé.
-Vous avez eu vladdoski ! Je dois vous remercier et même vous pardonner pour mes hommes. » l'homme en costume rangea son arme tout en rigolant de joie frénétiquement.
« vous voulez boire un verre pour fêter ça avec moi de la mort de ce caïd de bas étage qui a pourri mon business pendant des années.
-Non merci, j’ai déjà mangé ; je vais rentrer à mon hôtel pour me changer et me coucher.
-On est encore en plein milieu de la nuit, mais bien je vais demandé a mes hommes de vous raccompagner
-c'est bon je vais rentrer à pied »
L'homme taché de sang qui s’était levé et s'apprêtait a passer la porte fut interrompu par le propriétaire des lieux
« Des petits détails avant de partir, dans ma ville il y a des règles. Premièrement pas de chasse, si vous allez dans un bar, demandez un Bloody mary bien saignant, secondement informé de de tous fait étrange l'or de votre séjour, j'aimerais aussi savoir si vous avancez dans vos recherches enfin si vous me le permettez et enfin si vous croisez des lycanthropes essayez de nous les rapporter vivant ou leurs têtes, ou de les signaler.
-Ne vous en faite pas je respecterais les règles après tout respecter les règles du domaine ou l'on est invité et l'un des commandements des vampires »
Les gardes sur ordre de leur chef raccompagnèrent l’invité jusque a la porte principale de la tour avant de le laisser rentrer.
Pendant ce temps le maître de la ville fini son verre de sang en pensant qu'il ferait mieux de surveiller cet étrange individu.

_________________
Les gens ont tendance à tenir pour vrai ce qu'ils souhaitent être la vérité ou ce qu'ils redoutent être la vérité. LDS1
Revenir en haut Aller en bas
 
Le vampire qui voulais mourir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un vampire peut-il mourir de faim ?
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire
» Vampire Knight

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits fantastiques / bit-lit :: textes fantastiques-
Sauter vers: