Atelier d'écriture

Communauté d'écrivains en herbe
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ellisian

Aller en bas 
AuteurMessage
Plumage
Chébérienne
avatar

Féminin Nombre de messages : 993
Age : 15
Localisation : en Astral
Loisirs : Méditer, méditer et encore méditer
Date d'inscription : 21/09/2016

MessageSujet: Ellisian   Sam 24 Mar 2018 - 9:55

waw waw waw ! Plumage ? Ecrire une histoire ?
Mais que s'est-il passé dans sa petite tête pour enfin y arriver ?? 

Bref, je vous laisse avec ce premier chapitres (très) court  Heu


CHAPITRE I:
 
"Tuez-les."
L'ordre avait fusé. Bref. Indiscutable.
Les soldats n'hésitèrent qu'une poignée de secondes avant d'encocher leurs flèches et mettre en joue le groupe de survivants. Hommes, femmes et enfants ayant été épargnés du massacre se serraient maintenant les uns contre les autres, terrorisés à la vue de ces guerriers imposants qui avaient bandés leurs arcs et les prenaient pour cible. Le regard éteins. Vide de toute expression. Inhumain.


Autour d'eux, un chaos total régnait sur ce qui avait été auparavant un village très peuplé. De gros nuages noirs sortaient des bâtisses et s'élevaient dans le ciel. Partout, des cadavres étaient étalés sur le sol. Certains était méconnaissables, mutilés, amputés ou brûlés. Et perdus au milieu de ce décors apocalyptique, les malheureux n'allaient pas tarder à rejoindre les corps immobiles. 


Dans le groupe, beaucoup pleuraient, beaucoup priaient, et imploraient la pitié des soldats. Mais ceux-ci restaient imperturbables. Comme dépouillés de leurs âmes. 


La puanteur des carcasses, du sang et de la mort commençait à devenir irrespirable, et les soldats se mirent à froncer du nez, sans pour autant relâcher leur attention sur les captifs. Un ordre. Un mot. Une seule parole  de leur capitaine et ils n'hésiteraient pas à les abattre tous jusqu'au dernier. 
Debout face à ce carnage, dépassant de plusieurs têtes tous les autre, une femme se tenait droite, toute mince dans son armure de fer qui lui semblait infiniment trop grande pour elle. Ses cheveux ivoire étaient réunis en une épaisse couronne de tresse et ne faisaient qu'accentuer la blancheur quasi maladive de sa peau. 


Tel un spectre, elle semblait ne pas appartenir à la scène. Son regard demeurait flou et semblait ne pas accorder d'importance à ce qu'il se déroulait sous ses yeux. Pourtant, malgré son apparence chétive et son air absent, il se dégageait d'elle un tel sentiment de puissance et d'autorité que même un aveugle l'aurait remarqué : c'était de ses lèvres qu'avait fusé l'ordre. 


Ballottée dans le groupe des condamnés, une fillette à l'épaisse crinière rousse, pleine de boue, de crasse et de sang gardait les yeux rivés aux sols. La guerrière sembla aussitôt remarquer sa présence car elle baissa les yeux sur elle, la jaugeant de ses yeux mornes. À la vue de l'enfant, quelque chose sembla se modifier dans son regard. Une scène. Un souvenir, plutôt. 
Quelque chose d'ancien.
Refoulé maintes fois. 

Les secondes s'éternisèrent. Les minutes survinrent. Le ciel s'assombrissait déjà lorsqu'une voix fit briser ce silence pesant. 
"Ellisian ?" 
La femme tourna lentement les yeux vers son second, dont les cheveux en bataille recouvraient un de ses yeux. Que lui voulait-il ? Perdue dans ses pensées, elle mit un instant avant que la réalité de la situation ne la frappe soudain de plein fouet et qu'elle reprenne ses esprits en une fraction de seconde. Ellisian regarda le groupe de survivants,  leurs yeux apeurés se raccrochant à une lueur d'espoir. Elle vit quelques uns se tenir la main, terrorisés. Son regard s'attarda un instant sur l'enfant, sur cette jeune fille qui ne devait pas avoir plus de 8 ans, puis elle pivota vers ses soldats. 
" Tirez." 
Les flèches se fichèrent dans les corps avec un bruit écœurant. 

_________________
Because we need magic...
Revenir en haut Aller en bas
http://lespetiteslecturesdethallia.blogspot.fr/
 
Ellisian
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atelier d'écriture :: Lorsqu'écrire devient aussi impérieux que respirer - Atelier d'écriture :: Les Galeries :: Récits fantasy :: textes fantasy-
Sauter vers: